Chroniques

Une entrevue avec Le Couleur

Le CouleurLa semaine dernière, je me suis rendu sur la rue Masson, tôt le matin, pour rencontrer Laurence Giroux-Do et Patrick Gosselin, membres de la formation Le Couleur pour parler de la sortie récente de P.o.p., du spectacle à venir, de grossesse/maternité et de Kijiji. Seul membre qui manquait à l’appel, Steeven Chouinard, était au garage avec la voiture. Parce que tsé, c’est aussi ça des fois la vie. Même pour les artistes.

Le dernier album de Le Couleur datait de 2010 avec Origami. Entre temps, la formation a fait paraître deux maxis Voyage Love en 2013 et Dolce Désir en 2015. «Travailler un album, ça faisait longtemps qu’on n’avait pas fait ça. Tu ne veux pas que l’auditeur s’ennuie. Aujourd’hui, c’est rendu qu’on écoute des simples, mais on écoute de moins en moins d’albums.» Laurence m’explique que la formation avait une quinzaine de chansons qu’ils ont travaillées pour ensuite faire des choix. Le processus de création lui, s’est déroulé comme à l’habitude. Le groupe préfère composer des pièces qu’ils testent devant public. Cette fois-ci, c’est surtout Steeven et Patrick qui ont pris les rênes du volet musical alors que Laurence s’est concentrée sur les textes. Les deux garçons ont cherché à amener un peu plus de groove au moulin, visant des rythmes plus près de LCD Soundsystem. La structure est plus éclatée s’éloignant du traditionnel couplet-refrain-couplet-refrain. «Steeven voulait réaliser. On est donc resté entre nous pendant le processus de création. Après au mix, on s’est ouvert.»
 

 

C’est un peu malgré elle. «La question souvent c’est: enceinte étais-tu inspirée? Non pas pantoute. J’avais mal au cœur et je me sentais dégueulasse.» Peut-être moins romantique comme approche, mais certainement plus terre à terre. D’ailleurs, la progéniture a vécu la création de P.o.p. avec les parents. Laurence a même chanté sur un ballon d’exercice sur certaines plages. D’ailleurs, elle parle aussi de la réalité des mères dans le monde de la musique indépendante. «Je ne suis pas Cœur de Pirate, je n’ai pas l’argent pour me payer une nounou. J’aimerais ça voir des articles qui parlent de la réalité des mères du milieu underground. Je ne vais pas arrêter de faire mon travail, j’aime ça. Mais ça amène son lot de défis.» Les horaires atypiques, les voyages, les tournées et l’organisation en générale demandent de bien planifier. Steeven et Laurence tiennent aussi à ne pas faire vivre à Patrick les difficultés de la maternité, même si celui-ci assure que tout se passe très bien. Parce que finalement, les congés de maternité n’existent pratiquement pas pour les artistes qui sont des travailleurs autonomes.

Au point de vue de l’écriture des textes, elle savait où elle s’en allait: «P.o.p., c’est le Pacific Ocean Park qui est une ville imaginée où les vedettes vont vivre leur après-gloire. Je me suis beaucoup questionné sur la célébrité. La culture pop met Britney Spears de l’avant cette année, mais dans dix ans on va l’oublier parce qu’elle est remplacée par quelqu’un d’autre. Et cette ville-là est remplie d’artistes oubliés. Parce que, comment fais-tu pour vivre un beau futur quand ton passé a été si exceptionnel? Tu ne peux pas accoter ça. Est-ce que tu vis dans une nostalgie? Est-ce que tu es déprimé? On parle de toi au passé. »

Le groupe est signé chez Lisbon Lux qui donne beaucoup d’espace à ses artistes en plus de regrouper des groupes amis sous la même étiquette. Le Couleur se sent très libre là-dedans. La formation aura des semaines occupées avec leur spectacle dans le cadre du Coup de cœur francophone, leur lancement à Québec, leur spectacle à M pour Montréal et leur performance au GAMIQ. «On n’a pas vraiment de show de Noël, ça fait qu’on va prendre une pause.» À la fin de tout ça, on divague sur les questions qui finissent toujours par faire surface en entrevue, dont la fameuse: mais pourquoi Le Couleur? À travers les années, le groupe s’est fait un point d’honneur de répondre toujours des histoires abracadabrantes, dont l’une, par Steeven Chouinard. Le jeune homme a répondu que les trois avaient répondu à une annonce Kijiji pour un clavier et qu’ils avaient décidé de former un band. Kijiji a acheté l’histoire. Cela a mené à cette succulente capsule:
 

 

Le Couleur est en spectacle au Théâtre Fairmount dans le cadre du Coup de cœur francophone, demain soir, le 9 novembre.

http://lecouleur.com/

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.