Chroniques

Marie Nadeau-Tremblay : la musicienne baroque la plus cool en ville?

Avec la collaboration de Myriam Bercier.

Le soleil lèche le mur derrière Marie Nadeau-Tremblay à travers la chambre du domaine Forget où elle est de passage. La musicienne est loin de ce qu’on s’imagine en pensant à la musique baroque. Devant moi se tient une jeune femme curieuse, sensible et dynamique. Celle qui a été sacrée Révélation de l’année 2021-2022 par Radio-Canada s’apprête à présenter l’album Préludes et solitudes chez ATMA Classique et le lancer sur la plateforme Rampe de lancement de l’ADISQ le 14 octobre!

Les accolades pleuvent sur Marie Nadeau-Tremblay qui a aussi reçu une nomination aux prix JUNOS dans la catégorie musique classique en solo ou pour orchestre de chambre avec les Barocudas. Le groupe a fait paraître La peste pendant la pandémie. Ce qui est surprenant, c’est qu’il y a deux ans, la violoniste était encore une inconnue. Tout s’est passé plutôt rapidement pendant la pandémie : « je te dirais qu’avec la nomination aux JUNOS, je suis en état constant de tombage de chaises. C’est vraiment super cool, mais c’est tombé aussi pendant un moment, tu sais, avec la COVID où il ne se passe pas tant de choses que ça. J’ai été quand même chanceuse, ça m’a donné plein d’occasions de jouer, surtout des performances en ligne. J’ai hâte de pouvoir retourner en scène et de retrouver le contact avec le public, d’autant plus que je n’ai jamais vraiment eu l’occasion encore d’avoir un contact avec le public en tant que soliste. Ça a toujours été en tant que membre d’un ensemble plus grand. Un contact anonyme. Même avec mon groupe, Les Barocudas, avant la pandémie personne ne savait qui on était. Il y avait 10 personnes au concert, dont la moitié était ma famille. »

Un album personnel

De cet anonymat, elle est sortie grâce à son amour indéfectible pour la musique baroque. Marie Nadeau-Tremblay plonge dans des œuvres qui lui offrent une grande liberté. Comme elle l’explique, à cette époque, les compositeurs avaient tendance à laisser un peu moins d’indications sur la manière de jouer les partitions. «Ça, c’est vrai pour toute la musique baroque, surtout au 17e siècle en fait, parce que c’était une époque où les compositeurs n’écrivaient pas beaucoup de choses dans les partitions. [..]C’est pour ça que je suis allée dans la musique baroque, car c’est ce qui m’intéressait, de pouvoir choisir la musique des autres, jouer une musique qui est ancienne, qui a énormément de vécu, mais de pouvoir aussi la rendre très personnelle et la faire à ma façon. »

Car il y a aussi une grande intimité qui est partagée par Marie Nadeau-Tremblay sur Préludes et solitudes. Si la création de l’album s’est entamée pendant une période relativement confortable pour la jeune femme, l’enregistrement s’est déroulé pendant le deuxième confinement, une période plus difficile pour elle : «Pendant le deuxième confinement, ça a été rough. En plus mon chum m’a laissée; tout allait mal : je n’avais pas de concert et pas de job. C’était le bout du bout! Ça m’a aidée d’avoir un album à enregistrer. Ça m’a donné un but. L’aspect solitude a pris tout son sens. Parce qu’avant, j’avais nommé ça Solitudes parce que c’est beau le violon seul. Finalement, la vraie solitude, je l’ai vécu, c’est ce qu’on entend sur l’album. C’est devenu un album plus personnel aussi. C’est à ce moment que j’ai eu l’idée d’ajouter des poèmes que j’ai écrits et des illustrations que j’ai faites pendant le confinement. C’est devenu un album extrêmement intime, un peu par hasard. »

Donner la voix à des compositeurs moins populaires aujourd’hui

«Georg Philipp Telemann est un grand compositeur baroque. À l’époque baroque, il y avait Bach et il y avait Telemann. Telemann était plus hot que Bach dans le temps! C’était une superstar… il le savait d’ailleurs. Je ne sais pas pourquoi on n’en entend pas parler davantage. Il faut dire aussi que Bach a été beaucoup popularisé par Felix Mendelssohn.» De Telemann, elle interprète à sa manière deux Fantaisies, la 7e et la 9e sur Préludes et solitudes. Son goût pour les underdogs de la musique classique se voit partout dans son choix du compositeur. «Ce sont les pièces qui le font, mais je n’avais pas envie non plus de réenregistrer ce qui a déjà été enregistré un million de fois. Je ne vais pas changer le monde, en faisant ça. Je vais trouver des pièces qui me plaisaient. Johan Helmich Roman, le compositeur norvégien, ça faisait un bout que je le connaissais et je trouvais que c’était super intéressant. Il n’y a pas tant d’affaires pour violon solo sans base, donc il fallait faire avec le peu de répertoires pertinent pour mon projet.»

Rampe de lancement, c’est quoi?

En quelques mots, Rampe de lancement est une plateforme de lancement d’album associé à l’ADISQ. Cette dernière vise à offrir une meilleure visibilité et une possibilité de relance aux artistes émergents d’ici suite à l’année 2020 qui a été particulièrement éprouvante pour eux. Rampe de lancement permet au public d’avoir accès aux artistes et son équipe, grâce à un forum de discussion, et permet également un accès complet aux artistes sur toutes leurs plateformes. Le lien pour se procurer l’album sera également disponible sur la plateforme.

Le concert de lancement aura lieu le jeudi 14 octobre à 19h30 sur Rampe de lancement.

Préludes et solitudes sera disponible le 15 octobre.

Lien d’achat

*Cet article a été écrit en collaboration avec l’ADISQ.