Chroniques

24h du vinyle pendant la Nuit blanche : entrevue avec Lexis

La nuit du 3 au 4 mars prochain ne sera pas de tout repos. En fait, il n’y en aura tout simplement pas de repos en raison de la traditionnelle Nuit Blanche. Mais quoi faire? Voici notre suggestion : 24 h du vinyle à l’édifice Wilder.

Chaque année, La Nuit blanche de Montréal en Lumières nous propose une foule d’activité. Cette année, les gens de l’Agora de la danse et ceux de Tangente se sont alliés aux organisateurs des 24 h du vinyle. Le concept est simple, pendant 24 h, des DJ se succèdent et amusent les mélomanes venus danser. Le projet est né, il y a de nombreuses années à l’initiative d’Alexis Charpentier, mieux connu sous le nom de Lexis, l’homme derrière Music Is My Sanctuary. Nous nous sommes entretenus avec lui pour parler de l’événement.

De la musique variée toutes les heures

« 24 heures consécutives de musique qui regroupe des DJ de styles musicaux différents ayant comme point commun de jouer seulement de la musique sur vinyle. C’est un événement qui peut autant se danser sur un dancefloor et ressembler à une soirée de club traditionnelle, autant ça peut ressembler à session d’écoute. De 22 h à 3 h du matin les gens vont danser, mais de 10 h du matin à midi, c’est plus relaxe. » Durant l’événement, les mélomanes pourront autant se frotter à de la techno que du jazz. Pour cette édition, l’organisation a préféré miser sur une belle brochette de DJ qui auront une heure chacun pour gagner les foules. En plus du fondateur Lexis, vous pourrez y entendre Maus, Misstress Barbara et Project Pablo. C’est important pour Lexis de donner de la place à des DJ établis, mais aussi à des DJ de la relève.

L’événement est itinérant. « Ce qu’on s’est rapidement rendu compte, c’est que si on ne voulait pas brûler l’événement, il fallait aller ailleurs. Si on en fait 5 par année à Montréal, musicalement on se brûlerait. On le fait dans le cadre de la Nuit blanche parce que le “fit” est bon. Les dernières années, on faisait ça au Bleury Bar, mais ç’a été vendu et avec le changement de direction, ça nous a poussés à trouver un nouvel endroit. » C’est ainsi qu’ils se sont tourné vers l’Édifice Wilder de Tangente et l’Agora de la danse.

Un événement à vivre sur place ou avec des amis à la maison

Oui, il est bien sûr possible de venir se dégourdir les jambes sur place, mais c’est aussi possible de le faire de la maison grâce à la diffusion sur le web en continu. D’ailleurs, il est à noter que les portes de l’espace ferment de 8 h à 10 h le matin pour faire le ménage. Vous pourrez pendant ce temps continuer à l’écouter en ligne, un café à la main. « Je n’ai jamais voulu que ça devienne un rave. » Une autre nouveauté cette année, il y aura un mini-salon du vinyle. Une vingtaine de commerçants et de vendeurs de vinyle seront là pour vendre des disques de 10 h à 15 h le dimanche dans la journée.

Ce projet est unique et beau dans la mesure où il est né d’une brûlante passion pour la musique. Alexis Charpentier n’est pas seul derrière tout ça. Il est appuyé par des collaborateurs Amélie Saletti, Mike Jones et surtout Bruno Destombes qui est un partenaire très impliqué.

Le 24 h du vinyle se déroule dès 19 h le 3 mars jusqu’à 19 h le 4 mars. Ça se déroule à l’édifice Wilder (Agora de la danse / Tangente) au 1435 rue De Bleury dans le cadre de la Nuit blanche de Montréal en Lumière.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.