Actualités

Une étude Allemande affirme que les risques de propagation en salles de concert sont «faibles» à «très faibles»

Bien qu’elle n’ait pas été révisée par des pairs encore, l’étude conduite en août dernier a publié ses résultats en ligne; des résultats qui pourraient être potentiellement utiles et bénéfiques pour l’industrie mondiale du spectacle.

On apprenait via le quotidien The New York Times qu’une équipe de chercheurs de l’Université Martin Luther à Halle-Wittenberg a réuni 1400 volontaires pour un spectacle intérieur de 10 heures, mettant en vedette le chanteur pop allemand Tim Bendzko. L’équipe allemande a été dirigée par le Dr Stefan Moritz, chef du département des maladies infectieuses cliniques de l’université.

Chaque participant, équipé d’un traqueur de localisation numérique et d’un désinfectant pour les mains imbibé de colorant fluorescent, a été soigneusement assigné à un siège. Cette étude est l’une des premières expériences menées par des scientifiques sur les risques d’infection de coronavirus lors de grands événements intérieurs.

Les chercheurs espèrent utiliser leurs résultats pour déterminer quels éléments d’événements comme celui-ci présentent le plus grand risque de transmission et aider à créer des barèmes efficaces afin de limiter ces dangers et redémarrer en toute sécurité l’industrie du spectacle dans le monde entier.

Comme le New York Times le précise, l’équipe de chercheur a prouvé que les risques de contagion du coronavirus lors de concerts intérieurs sont «faibles à très faibles», tant que les spectateurs et spectatrices suivent le protocole d’hygiène et de distanciation, que la salle est équipée d’une ventilation adéquate et que les limites de capacité sont respectées.

« Il n’y a aucune raison de ne pas tenir ce genre de concerts », a affirmé le chercheur Dr. Michael Gekle, selon le Times. « Le risque de contracter le virus est vraiment bas. »

Les experts ont trouvé que la ventilation constituait la variable la plus importante afin de limiter la propagation du coronavirus : la conclusion de l’une des expériences prouve qu’une bonne circulation d’air frais réduit drastiquement les risques de propagation.

En outre, l’étude a révélé que la distanciation physique était un facteur important de diminution de l’exposition aux postillons d’une personne infectieuse. En effet, la période présentant le plus de contacts étroits serait pendant les pauses du concert et lorsque les spectateurs et spectatrices arrivaient pour la première fois sur les lieux.

Crédit photo: Thomas Dufresne / FME