Actualités

Rumours de Fleetwood Mac : tourner le plomb en or

Avec la venue de groupe Rumours of Fleetwood Mac qui reprend le classique album du groupe américano-anglais, nous avons décidé de replonger dans ce passé trouble qui entoure le mythique album.

Rumours est un album rempli de succès. Rares sont les gens qui n’ont jamais entendu The Chain, Dreams, Go You Own Way, You Make Loving Fun ou encore Don’t Stop. Mais si ça semble si harmonieux sur album, il en était tout autrement en studio.

Des couples à couteaux tirés

C’est seulement en 1975 que Lindsey Buckingham et Stevie Nicks ont rejoint le groupe. Fleetwood Mac avait déjà connu sa part de succès avec des chansons comme Black Magic Woman, mais rien n’approchait ce qui allait arriver. Mais avec le couple Buckingham et Nicks, la musicalité venait de changer complètement, et pour le mieux. Le problème, c’est que le couple était déjà sur le bord de la désintégration. Dans l’année avant de rejoindre Fleetwood Mac, Stevie Nicks avait déjà quitté Buckingham plusieurs fois, mais revenait sans cesse à l’appartement parce qu’elle n’avait pas d’argent. La paire s’est dit qu’en rejoignant Fleetwood Mac, il fallait qu’ils durent au moins 6 mois. Ils ont réussi. Mais lorsque l’enregistrement de Rumours est arrivé, les six mois étaient passés et les tensions étaient vives.

John et Christine McVie étaient aussi dans une situation précaire. John buvait beaucoup et McVie n’était pas la plus fidèle des épouses. Les tensions entre les deux étaient à vif. Ajouter à cela qu’après leur séparation, Christine a commencé une liaison avec Mick Fleetwood, le batteur, qui était lui toujours marié à sa femme qui le trompait avec l’ancien guitariste du groupe, Bob Weston. D’ailleurs, c’est pour cette raison que Weston s’est fait mettre dehors du groupe. Il en dira plus tard que cette aventure sera celle qui lui a coûté le plus cher, elle lui a coûté une carrière.

Les membres du groupe ont même osé utiliser les paroles des chansons pour se lancer des piques ou encore passer des messages.

One thing I think you should know
I ain’t gonna miss you when you go
Been down so long
I’ve been tossed around enough
Awh couldn’t you just
Let me go down and do my stuff

Second Hand News écrite par Lindsey Buckingham

Ou encore :

Now here you go again, you say
You want your freedom
Well who am I to keep you down
It’s only right that you should
Play the way you feel it
But listen carefully to the sound
Of your loneliness
Like a heartbeat drives you mad

Dreams écrite par Stevie Nicks

Des problèmes de consommation

Stevie Nicks a souvent expliqué que les tensions au sein du groupe lors de l’enregistrement de Rumours l’avaient poussé à augmenter sa consommation de cocaïne. La réalité est que tous les membres étaient lancés dans une voie de consommation excessive. Ils avaient même un petit sac de velours noir sous la console de mix toujours plein de la poudre blanche. Buckingham a tout de même dit que la drogue a peut-être ralenti le processus d’enregistrement, mais qu’elle leur a permis d’hypertrophier leur créativité.

Il y avait aussi beaucoup d’alcool qui entrait dans le tout, particulièrement pour John McVie qui avait une petite tendance à devenir déplaisant. Cela n’aidait pas à créer une atmosphère de travail conviviale.

Assumer les problèmes

À travers tout cela, Fleetwood Mac n’a pas fait semblant que tout allait bien. Le titre de l’album, Rumours, vient des multiples rumeurs qui entouraient le groupe et la vie personnelle de ses membres. C’est rare de pouvoir surpasser les potins en lançant un chef-d’œuvre et pourtant, c’est ce que le quintette a fait.

The Chain est un magnifique travail de chœur et d’harmonies vocales. Le tout soutenu par les percussions simples, mais à point de Mick Fleetwood alors que l’orgue Hammond B3 complète l’ensemble pour lui donner une aura presque mystique.

Go Your Own Way sera le canevas repris par des centaines de groupes pour créer une bonne pièce de pop-rock. Avec ses couplets simples et plus doux que les refrains qui nous emportent avec une dynamique irrésistible, elle a tracé le chemin pour de nombreux musiciens. Ce qui est doublement absurde, puisque le message en est un de liberté et d’originalité.

Dreams est d’une sensualité difficile à égaler. La basse de John McVie y est pour quelque chose avec son groove indéniable. Stevie Nicks interprète le tout avec une justesse impressionnante alors que Christine McVie l’appuie avec une adresse et une intelligence musicale hors pair. Les deux amies d’ailleurs n’ont jamais eu l’air en compétition et leur complicité est une des grandes causes de l’unité des chansons de Fleetwood Mac. Le folk joyeux de Never Going Back Again chanté avec émotion par Lindsey Buckingham frappe aussi dans le mile.

Bref, voici autant de bonnes raisons que d’aller se gâter les oreilles avec Rumours of Fleetwood Mac qui passe par Montréal pour interpréter ces succès avec une justesse incroyable. En plus, il risque d’y avoir moins de drames et de tensions! Même Mick Fleetwood a dit que le groupe était impressionnant.

Rumours of Fleetwood Mac sera au Théâtre Corona le 10 octobre prochain. Pour vous procurer des billets, c’est par ici.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.