Actualités

Arte sort un documentaire sur les Kinks

La semaine dernière, la chaîne franco-allemande lâchait un documentaire sur ces héros trop méconnus du rock anglais.

1964, la vague Beatles a déferlé sur le monde entier. Deccase mord les doigts d’avoir laissé passer les quatre garçons dans le vent et se rattrape en signant les Rolling Stones. Les maisons de disque londoniennes flairant la bonne affaire se ruent sur les groupes de rock locaux. C’est encore mieux, il n’y a pas besoin d’aller courir le pays.

Pye records, écurie de seconde zone à l’époque, s’empare des Kinks, une bande de chevelus des quartiers populaires du nord de Londres, menée par les frères Davies. Ray, le génie torturé, compositeur des plus belles symphonies pop de l’histoire de la musique, Dave, le guitariste turbulent aux solos endiablés, mais également fin auteur-compositeur (Wait Till The Summer comes Along, Strangers).

C’est ainsi que commence l’histoire du groupe que beaucoup de connaisseurs qualifient de « meilleur groupe de tous les temps ». Meilleur encore que les Beatles et Rolling Stones réunis (pour l’anecdote, ils furent les premiers à intégrer du sitar sur leur morceau See My Friends, ce qui inspira Georges Harrison). Si le terme est un tantinet emphatique, les quatre Londoniens furent résolument (aux côtés des groupes mentionnés plus haut) le fer de lance du British Blues Boom des années 60. Mais le savoir-faire des Kinks s’étend bien au-delà de la simple charge rock.

Arte relate très bien dans cette pellicule, la carrière aux multiples facettes des Muswell Hillbillies, entre inventions prémonitoires du punk (la légendaire You Really Got Me), marginalité brit-pop (l’album The Village Green …), et conformisme commercial tardif.

*Malheureusement, le documentaire n’est pas disponible au Canada.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.