Catherine Leduc - Rookie - Le Canal Auditif

Catherine Leduc – Rookie

CatherineLeduc-PochetteJeudi pluvieux, le métro s’arrête à la station Laurier pour ne plus repartir. Pendant que les ambulanciers s’affairent à la délicate tâche de rassurer les gens et qu’une âme ait décidé de trépasser prématurément, je mets les deux pieds à l’extérieur. Au moment que les gouttelettes me coulent le long du front, dans mes oreilles commence à jouer les premières notes de Les vieux hiboux de Catherine Leduc.

La moitié de Tricot Machine fait paraître son premier album solo. Loin des ritournelles enjouées et naïves de son groupe, c’est la guitare et les ambiances dream pop qui sont à l’avant-plan sur ce Rookie. Leduc y va d’une galette dense, et pourtant aérienne, où les mélodies mélancoliques tiennent une place de choix. C’est dans la stratosphère qu’on retrouve la jeune femme qui se livre avec une authenticité et une humilité déconcertante.

À l’image de la pochette, même si Catherine Leduc se plonge dans une ombre, la lumière, elle ne la quitte pas complètement. Vendredi Saint le démontre bien, malgré un propos d’une lourdeur certaine, la lumière ne quitte jamais complètement sa voix claire et douce. Même plongée dans une tristesse la jeune femme exulte toujours une certaine joie de vivre contagieuse.

Leduc montre qu’elle est loin d’être figé dans son écriture. La pièce-titre, d’un deux minutes bien compact, en est un très bon exemple. Les claviers de Mathieu Beaumont, son complice de toujours, viennent habiller les pièces composées majoritairement à la guitare. On retrouve aussi Émilie Proulx à la basse, Simon Trottier à la guitare et Josiane Paradis à la batterie. Entourée de ces complices, c’est dans une chapelle trifluvienne qu’elle a enregistré une bonne partie de ce nouvel album. La réverbération naturelle de l’endroit enveloppe les pièces de Rookie pour leur donner une couleur unique.

Elle livre sans pudeur sa fragilité, notamment sur Pee-Wee BB qui laisse poindre un sentiment d’infériorité: «Je ne suis pas de taille/Ça tu le sais anyway/Je joue défense Pee-Wee BB» et également «Trop souvent/Égale à moi-même/Je ne fais peur à personne». Une pièce qui frappe la cible en plein centre. Plus on écoute ce Rookie, plus on se dit qu’elle est plus qu’à la hauteur.

C’est ainsi que sous la pluie, la douce voix de Catherine Leduc accompagnait parfaitement la marche de quelque trente-cinq minutes entre le métro et le domicile. Rookie est ce genre d’album, réconfortant, authentique et chaleureux, malgré sa mélancolie. Une galette qui accompagnera magnifiquement la sortie prochaine des bourgeons.

Ma note : 8/10

Catherine Leduc
Rookie
Grosse Boîte
37 minutes

catherineleduc.ca/

Exprimez-vous!

*