Chroniques

5 bandes-sons originales de films devenus culte

La musique et l’industrie du cinéma ont toujours entretenu un rapport intime. Et un film culte se reconnait surtout par la qualité de sa bande originale qui souvent traverse les générations. Retrouvez dans cet article, 5 bandes originales devenues aussi célèbres que les films dont elles sont issues.

James Bond 007 contre Dr. No (1963) | The James Bond Theme – John Barry

Qui n’a jamais chantonné le fameux air du célèbre espion anglais devant son miroir. Des gadgets, des voitures de collections et surtout une musique : The James Bond Theme, dont la paternité est revendiquée par deux compositeurs : Monty Norman et John Barry. En réalité, Monty Norman avait été embauché pour écrire la musique du premier film de James Bond : Dr. No, mais celle-ci avait été jugée peu satisfaisante par les producteurs et John Barry avait été invité à l’améliorer. C’est là que le fameux « Dum Di-Di Dum Dum » fait son apparition et Barry fut amené à produire pas moins de 12 bandes originales pour la franchise. Par ailleurs, en 50 ans, l’agent 007 s’est imposé comme une référence au cinéma et a été incarné par plusieurs acteurs mythiques (Sean Connery, Roger Moore, Pierce Brosnan…) et ce n’est pas près de s’arrêter. En effet, l’acteur Daniel Graig a annoncé sa retraite du personnage de James Bond et son remplacement est déjà prévu dans les prochains mois. 

Pulp Fiction (1994) | Misirlou – Dick Dale

Chez Quentin Tarantino, la bande originale fait partie intégrante de l’équation sophistiquée de ses films. Le réalisateur est aussi habile avec les images que les morceaux qu’il choisit en fonction des mises en scène. Avec deux millions d’exemplaires vendus entre 1994 et 1996, la bande-son de Pulp fiction, sorti en 1994 et Palme d’or à Cannesa été un véritable succès ! Ce titre repris en 1962 par Dick Dale est inspiré d’un air traditionnel grec et représente le style américain des années 60 mêlant guitare électrique et rythme endiablant.

Star Wars : L’Empire contre-attaque (1980) | The Imperial March de John Williams 

Comment ne pas mentionner la bande-son de Star Wars ! L’Empire contre-attaque est un hommage à la musique de John Williams, mythique compositeur de la saga de George Lucas. La légende dit que c’est son ami Steven Spielberg qui lui aurait conseillé John Williams après sa partition réussie des Dents de la Mer. Williams rend hommage à la musique classique en reprenant la technique du leitmotiv popularisée par Wagner. Il s’agit d’une partition d’un thème récurrent qui caractérise un personnage ou un état et qui intervient tout au long de l’œuvre afin de se remémorer ce dernier. La fameuse marche de Darth Vador apparue dans l’Empire contre-attaque en est le parfait exemple où l’on découvre pour la première fois le personnage.

Midnight Express (1978) |The Chase de Giorgio Moroder

Si la jeune génération a découvert Giorgio Moroder le maître électro italien grâce à Daft Punk et à son morceau hommage Giorgio by Moroder, il était déjà considéré comme une légende depuis des décennies grâce à la B.O. qu’il a signée pour le film culte Midnight Express d’Alan Parker. Le film inspiré de faits réels raconte l’histoire de Billy Hayes, un touriste américain arrêté et condamné en Turquie pour détention de stupéfiants. Le jeune homme verra sa peine muée en prison à perpétuité par le gouvernement souhaitant faire de son cas un exemple. Désemparé, Billy multiplie les procès et parcourt les prisons les plus sordides. Le morceau phare The Chase, à l’atmosphère nappée de synthés ultras angoissante, a hanté les nuits de n’importe quel spectateur du film et reste depuis lors dans les annales de la musique électronique.

Drive (2010) | Nightcall de Kavinsky

Ce film du réalisateur Nicolas Winding Refn sorti en 2010 a vu deux grandes stars se révéler : le charismatique Ryan Gosling et la bande-son Nightcall. Dès la scène d’ouverture, le spectateur est envoûté par le titre électronique, puissant, presque angoissant du français Kavinsky, porté par la voix de la chanteuse Lovefoxxx. La chanson donne le ton, sur un générique où l’on voit Ryan Gosling conduire avec cet air nonchalant qui le suit tout au long du film. Nightcall était sorti un an plus tôt, mais il faudra attendre son utilisation dans le film Drive pour voir le titre devenir un tube mondial. L’histoire raconte que Nicolas Winding Refn, lui-même, demanda au français que sa musique figure dans son long métrage. Ce dernier était fan du morceau qu’il écoutait en boucle dans sa voiture pendant le trajet entre son domicile et le plateau de tournage.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.