Yung Lean Archives - Le Canal Auditif

12 cadeaux à offrir à ton ami(e) mélomane

Du 4 au 21 décembre prochain, les sites du réseau Culture Cible (atuvu.ca, Baron Mag, Bible urbaine, Le Canal Auditif, Les Méconnus et Sors-tu.ca) s’unissent afin de vous proposer un Guide Cadeaux – Édition Noël 2017 ! Régulièrement, un nouvel article proposant une liste de [produits culturels à offrir en cadeau/ sorties culturelles, pour profiter pleinement du temps des fêtes,] sera publié sur l’un des six sites. Tous ces articles seront répertoriés au GuideCadeaux.ca.

1 — Galaxie au MTELUS le 14 juin

Galaxie lancera Super Linx Deluxe, son nouvel album le 2 février prochain! Le groupe sera aussi en spectacle dans le cadre des FrancoFolies le 14 juin 2018. Une occasion à ne pas manquer!

Billets


 
 

2 — Majid Jordan au MTELUS le 16 janvier

Le duo torontois Majid Jordan viendra offrir un peu de chaleur dans la froideur hivernale de janvier. Une bonne occasion de se remettre en forme après la fête.

Billets


 
 

3 — AVATAR à l’Astral le 9 janvier

Le groupe de métal suédois AVATAR lancera son nouvel album le 12 janvier prochain. Venez découvrir Avatar Country trois jours avant sa sortie. Ce sera une excellente occasion de recommencer à headbanger après les fêtes!

Billets


 
 

4 — MØ et Cashmere Cat au MTELUS le 20 janvier

Certains connaissent Mø pour sa collaboration avec DJ Snake et Major Lazer sur le titre Lean On. La chanteuse danoise lance des tubes de pop efficaces depuis un bon bout de temps et elle sera de passage en compagnie de Cashmere Cat le 20 janvier prochain au MTELUS. Pour l’ami qui aime la pop aventureuse.

Billets


 
 

5 — Sleigh Bells à L’Astral le 27 janvier

Le duo Sleigh Bells a fait paraître l’EP Kid Kruschev en novembre dernier et maintenant ils prennent la route pour présenter les pièces. Leur prochain arrêt à Montréal est le 27 janvier à L’Astral et ça risque d’être un spectacle enlevant!

Billets


 
 

6 — First Aid Kit au MTELUS le 6 février

La formation First Aid Kit passera par Montréal le 6 février, peu de temps après la sortie de leur nouvel album Ruins. Ce dernier arrivera en tablette le 19 janvier prochain. Ça vous donnera un bon deux semaines pour apprendre les paroles avant d’aller vous faire aller les cordes vocales!

Billets


 
 

Pages : 1 2

Osheaga 2017: Jour 2

Cette deuxième journée d’Osheaga s’annonçait heureusement plus ensoleillée que la veille. En cette deuxième journée, ce sont plutôt les annulations qui pleuvaient. Tout d’abord, à notre grand regret, nous savions que Solange n’y serait pas. À cela s’est ajouté Georges Ezra, Lil Uzi Vert et Darius. Mais bon, il nous restait beaucoup de bons groupes à attraper.

Des hommes (et femmes) et de confiance

La formation de Québec Men I Trust était présente sur la Scène des arbres. Après quelques minutes nécessaires à faire fonctionner le clavier de Dragos Chiriac, le groupe s’est lancé. Avec ses chansons au groove indéniables, Men I Trust a offert une bonne prestation. On sent que le jeune groupe n’est pas encore tout à fait à l’aise sur scène. Emma chante bien et possède une bonne présence sur scène. Par contre, on voit encore ses hésitations lorsqu’elle fait aller ses doigts le long du manche de sa guitare. Ils nous ont livré aussi leur nouvelle chanson You Deserve This. Tout cela avant qu’une panne de courant vienne brutalement couper leur élan. Le quatuor a tout de même assuré, faisant d’abord taper des mains avant de faire quelques blagues à la foule. Et de reprendre dès que la situation est revenue à la normale.

Puis, je me suis dirigé vers l’une des deux grandes scènes pour assister à la performance de Jain, la jeune étoile montante de la pop française. Accompagnée seulement d’un DJ, elle a animé la foule mieux qu’Éric Salvail dans ses belles années. Petite dans cet espace immense, elle a gambadé d’un bout à l’autre, chantant avec énergie et entrain. Sur Come, elle est descendue rejoindre le public pour lui faire chanter une partie de refrain. Tout cela pour finalement lancer Makeba, qui a ravi la foule. La jeune Française peut se dire : mission accomplie au terme de ce 200e spectacle.

De la relève et de la nostalgie

Yung Lean est un rappeur suédois qui fait sa marque sur la scène underground depuis un bon bout de temps. Celui-ci a même coécrit quelques chansons sur Blond de Frank Ocean. Le jeune homme était visiblement heureux d’être à Montréal. « Montreal is a lot like Sweden. It’s nice. » Il a livré ses chansons sans « playbacks » ou presque, chose relativement rare pour un rappeur. On n’a décidément pas fini d’entendre parler de ce jeune prodige.

Puis, je me suis dirigé vers l’une des grosses scènes pour voir Liam Gallagher. L’un des deux frères d’Oasis n’a pas la meilleure réputation et sa récente performance à Lollapalooza qui n’a duré que 15 à 20 minutes n’aide en rien son aura de diva. À Montréal, la situation était tout autre. Il a joué un set complet contenant plusieurs chansons d’Oasis dont Morning Glory, Be Here Now et même Wonderwall pour fermer la marche. Le pauvre Liam avait manqué le mémo sur les conditions météorologiques. Il était toujours vêtu d’un imperméable et n’avait pas ses lunettes soleil. Entre les succès passés du groupe, Gallagher a aussi présenté 5 chansons de son album à paraître en octobre : As You Were.

Du gros fun

Danny Brown avait l’intention d’avoir du plaisir et c’est exactement ce qu’il a eu. Enchaînant les tubes de ses deux derniers albums, dont Dip, Dope Song, Ain’t It Funny et When It Rain, le rappeur de Detroit a donné généreusement sur scène. Visiblement content et en plein contrôle (contrairement à son DJ qui avait l’air d’avoir le corps sur scène, mais l’esprit pris dans le nirvana), Danny Brown n’a pas cessé de sourire et de sortir sa langue comme il le fait si souvent. Une performance sans accrocs et tout à fait satisfaisante.

Rone était pour sa part d’office sur la scène de l’île, cette fameuse structure placée directement sur l’eau. Le français a fait danser la foule qui était tout sourire alors que le soleil commençait à se coucher. Les seules bouilles perplexes étaient celles des fans d’EDM qui peinaient à comprendre les structures un peu plus audacieuses du compositeur. Bref, c’était très satisfaisant.

Punk et prédication

Le groupe torontois PUP était sur place pour casser la baraque et c’est exactement ce qui s’est passé. Après deux chansons, la barricade avant a cédé. Cela a entraîné un premier arrêt dans leur performance. Ils repartent avec Dark Days pour s’arrêter de nouveau. Cette fois, c’est un festivalier qui est blessé. Une bonne dizaine de minutes plus tard, une fois que les secours ont porté leur aide, il est temps de repartir. Le groupe a été très cool pendant ces moments d’arrêt, rappelant aux festivaliers qu’il est important de faire attention les uns aux autres. Reservoir, If This Tour Doesn’t Kill, I Will et Sleep In the Heat ont fait partie d’une quinzaine de minutes de puissance sans arrêt de la part de la bande. Un très bon concert.

Puis, je me suis dirigé du côté de Father John Misty qui était de très bonne humeur. Il échangeait avec la foule et semblait s’amuser authentiquement. J’ai eu le temps d’attraper True Affection sur laquelle il a dansé comme un dément, When the God of Love Returns There’ll Be Hell To Pay et Hollywood Forever Cemetery Sings. Tout cela pendant que la pluie revenait nous gâter. Il a terminé sur I Love You, Honeybear. Un très très bon concert, beaucoup plus entraînant que son Pure Comedy.

Voilà pour la deuxième journée. On se revoit demain pour le contre-rendu de la 3e et dernière journée. Et non, je n’ai pas été à <strong>Muse. Comme dirait le chanteur de PUP : « I got a good and a bad news for you. If you want to catch Muse, you’ll have to leave before the end. The bad news is we’re keeping all our bests songs for the end. The good is… who the fuck cares about Muse. »

À demain.

https://www.osheaga.com/