Vulvets Archives - Le Canal Auditif

Les Francouvertes 2017 : Demi-Finale #1

Les demi-finales des Francouvertes se mettaient en branle en ce lundi saint. Au menu? Marie-Claudel Chénard, Les Louanges et Les Vulvets. Trois groupes au son totalement disparate qui avait à convaincre le Lion d’Or qu’ils devaient passer en finale. Pour réchauffer la foule, l’ex de la soirée était nul autre que le jazz man déchu Benoit Paradis en version, Trio, pour faire les choses comme il faut.

Accompagné de Chantal Morin et Benoît Coulombe, Ben Paradis a encore une fois prouvé qu’il était un ovni suffisamment saisissable pour le public. Il ouvre la soirée avec un : « Joyeuses Pâques. Il est ressuscité gang! ». Puis, il nous a enfilé Tu parles trop, Cul et une nouvelle chanson qui commence par : « Je viens de me faire crisser là. » Ça donne le ton mettons. Il a terminé avec la chanson-titre de son dernier album : T’as-tu toute?

Devant la foule peu nombreuse, pour une demie-finale, c’est MCC qui a pris la scène en premier en solo et en acoustique. Très efficace. Tout comme le reste de son spectacle entouré toujours de son acolyte Jean-Philippe Levac (Pandaléon). Les filtres appliqués sur les voix pendant les moments choraux sont très efficaces. Il y a quand même quelques petits bémols. Au début de son set, MCC s’accorde et semble un peu mal à l’aise de la situation, alors qu’il est préférable de morde à pleine dent dans ce genre de situation. Parlons aussi de la caisse claire de Levac qui a frétillé tout au long du spectacle, c’était des sons parasites non nécessaires. Malgré tout, le duo a livré une performance tout à fait honorable.

Puis, c’était au tour de Les Louanges de prendre la scène. Le groupe de Vincent Roberge a cassé la baraque. Celui-ci possède le charisme qui s’approche d’un Prince. On s’entend… à plus petite échelle et avec moins de métier, mais il y a cette aisance sur scène que beaucoup de musiciens jalousent. Encore une fois, il a misé sur les chansons de son EP Le Mercure et ça lui a souri. Il possède une aisance au micro qui lui permet même de tourner en rigolade un commentaire : « Des fois, écrire une toune c’est plus efficace que parler. C’est parce que la dernière fois, j’ai trop parlé avant cette toune… » Il a terminé avec une version enivrante de La Bombe Atomichaëlle.

Finalement, c’était au Vulvets de prende la scène du Lion d’Or. Le quatuor féminin avait l’air moins à l’aise qu’au préliminaire. On sentait un peu de nervosité avant la première chanson pendant qu’elles s’accordaient. Finalement, fidèles à leur habitude, elles ont livré une solide performance avec La Mort et quelques autres compositions. Dommage qu’on n’entende pas mieux la voix de Marie-Claire qui se perd souvent dans le paysage sonore. Tout comme on prendrait plus de la voix d’Isabelle Ouimet qui a une belle basse ronde et chaude.

Après une étape voici le classement :

1 – Les Louanges
2 – Vulvets
3 – MCC

On se revoit demain. Oui, demain!

http://francouvertes.com/

https://marieclaudelchenard.bandcamp.com/

https://leslouanges.bandcamp.com/

https://vulvets.bandcamp.com/releases

Les Francouvertes 2017 : Soirée #3

En ce lundi de mars où les trottoirs étaient dégagés (pour peu de temps avant que la patinoire soit en place), nous étions conviés pour la troisième soirée des Fancouvertes. Au menu : Bermudes, Vulvets et Valery Vaughn. Pour nous ouvrir l’appétit, c’était à Violett Pi de nous livrer quelques chansons. On se rappellera que le palmarès était dans l’ordre : Shawn Jobin, Antoine Lachance, Mélanie Venditti, Juste Robert, Projet Coyote et finalement Maxime Auguste.

Violett Pi était l’ex de la soirée et nous a présenté un aperçu de ce qui attend les gens qui seront au spectacle de dimanche soir prochain au Verre Bouteille. Il nous présentait des chansons en versions acoustiques et solos. On doit dire que c’est très convaincant, Karl Gagnon prend des allures de Jean Leloup lorsque la distorsion laisse place aux sonorités naturelles de la guitare. Il a entamé avec une Hors de la portée des humains totalement réussie pour ensuite nous envoyer une Bulbe tout aussi efficace. Même que pendant un silence, quelqu’un qui parlait s’est fait servir un juste : ta yeule. Finalement, il a terminé avec une nouvelle chanson qui parle d’une Annie qui a vécu quelque chose de pas plaisant. Un Smooth Criminal beaucoup plus trash. Mettons. En tout cas, ça donne envie d’être au Verre Bouteille dimanche.

Pour le concours officiel, c’était à Bermudes de briser la glace. Le quatuor a donné une bonne performance ponctuée de moments intéressants, dont deux nouvelles chansons : Message subliminal et une chanson initiée par leur passage au Coup de Cœur francophone, le soir où Donald Trump a été élu. Dans l’ensemble, le groupe a offert une bonne performance peuplée des chansons de leur EP Filles allégoriques. On a remarqué le brio d’Étienne Galarneau qui se débrouille derrière les tambours. Ce qui fait mal à la longue est le manque de variation dans leurs sonorités. Ça joue contre eux et donne un peu l’impression d’écouter une longue chanson entrecoupée de silence plutôt qu’une suite de propositions. Loin d’être un désastre, la performance est tout de même tombée un peu à plat.

Puis, c’était au quatuor tout féminin de Vulvets de prendre la scène. Formé de femmes avec une certaine expérience, le quatuor a offert une performance enlevante. Isabelle Ouimet (Buddy McNeil & The Magic Mirrors), Marie-Claire Cronier (Marie-Claire), Dorothée Parent-Roy (ex-Ultraptérodactyle) et Marie-Ève Bouchard sont des guerrières. De bons refrains accrocheurs, des guitares surf rock efficaces et une bonne dose de dynamisme donnent envie de se mettre à se shaker le popotin immédiatement. La mort a été un moment fort tout comme la chanson sur laquelle Bouchard se faisait aller les cordes vocales avec une violence bien appréciable.

Le mandat était lourd pour le duo Valery Vaughn. Les deux jeunes hommes se sont lancés tête première dans leur performance avec un laisser-aller exemplaire. C’est brutal et mélodieux à la fois à l’instar de Death From Above 1979. Ce duo basse — batterie ramasse comme un train et nous ont livré avec aplomb les chansons francophones de leur EP Valery Vaughn. Du gros son qui fait du bien. Mes oreilles se sont fait rincer avec plaisir pendant que le duo s’échangeait des sourires complices sur scène. Un groupe marquant, le meilleur dans une forme audacieuse depuis Deux pouilles en cavale. Leur courage me donnait des sueurs froides, allaient-ils vraiment se classer à une position décente avec ce genre de rock puissant?

Eh bien, après trois étapes et un retour sur une patinoire, voici le palmarès :

1- Vulvets
2- Valery Vaughn
3- Shawn Jobin
4- Antoine Lachance
5- Mélanie Venditti
6- Juste Robert
7- Projet Coyote
8- Bermudes
9- Maxime Auguste

La semaine prochaine, ce sera au tour de Kyra Shaughnessy, Les Louanges et Van Carton de faire leur preuve sur la scène du Lion D’or. À lundi prochain!

http://francouvertes.com/

https://bermudes.bandcamp.com/releases

https://vulvets.bandcamp.com/releases

https://valeryvaughn.bandcamp.com/

Les Francouvertes 2017

C’est ce moment de l’année! Les Francouvertes reviennent au galop avec leurs soirées magiques du lundi soir. Cette année encore, plusieurs bons groupes se joindront à la fête et tenteront de gagner l’affection du public et du jury. C’est l’occasion rêvée pour faire de belles découvertes. Cette année, c’est Philippe Brach et Rosie Valland qui agissent à titre de porte-paroles. Un duo de luxe pour les participants. Pour vous mettre au jus de ce qui s’en vient, LP Labrèche s’est assis avec Marc-André Mongrain (Sors-tu) et Éric Dumais (Bible Urbaine) pour écouter les groupes qui seront à l’œuvre dès le lundi 20 février.

Soirée du 20 février

Mélanie Venditti : Elle a joué des cordes sur les albums de Klô Pelgag et depuis cet automne, elle vole aussi de ses propres ailes. Son premier simple, Pompéi était très réussi tout comme son dernier, Sous la loupe. Elle propose des ambiances veloutées et riches et possède une voix délicate. Un EP à venir plus tard ce printemps a été réalisé par Guillaume Guilbault (Kroy).

Shawn Jobin : En tant que seul rappeur de la présente édition, Shawn Jobin aura la tâche de faire rayonner le genre encore trop peu représenté. De plus, il nous arrive de l’Ouest canadien et compte sur l’apport de Mario Lepage (Ponteix) qui signe quelques trames. Ce jeune homme roule sa bosse depuis un certain temps et on a hâte de voir ce qu’il peut faire sur scène.

Antoine Lachance : Il est le gagnant de l’édition 2016 de Ma première Place-des-Arts, finaliste à Granby en 2014 en plus d’être un membre fondateur d’On a créé un monstre. Il arrive donc avec un pedigree bien rempli et des heures de scènes en banque. On y décèle des montées à la Monogrenade et des mélodies efficaces.

Soirée du 27 février

Maxime Auguste : Il fait du country assez relax et a lancé un EP, Prendre la fuite, il y un an. Celui-ci a été réalisé par David Méliès (Coco Méliès) et compte sur des chansons mélodieuses et douces. Voyons maintenant comment cela se transpose à la scène!

Projet Coyote : Le duo est un habitué du circuit des bars et nous les avons vu à quelques reprises monter sur la scène du Quai des Brumes. À l’écoute, on se dit qu’ils sont faits sur mesure pour la scène, les chansons ont du mordant et semblent destinées pour insuffler une dynamique de party à une soirée.

Juste Robert : Il possède une voix particulière avec un accent atypique. Juste Robert nous vient de Québec et possède un certain talent pour la mélodie. On a l’impression que c’est le genre d’artistes qui gagnent à l’écoute répétée.

Soirée du 6 mars

Bermudes : Ils ont fait leur marque dans la dernière année avec la parution de leur EP Filles allégoriques. Le groupe a conquis le palmarès de CISM avec son post-garage qui flirte avec le New Wave. C’est assez mélodieux et ça déménage par moments.

Vulvets : C’est en quelque sorte un super-groupe formé d’Isabelle Ouimet (Buddy McNeil & The Magic Mirrors), Dorothée Parent-Roy (ex-Ultraptérodactyle), Marie-Claire Cronier (Marie-Claire) et Marie-Ève Bouchard. C’est entraînant, dynamique et mélodieux.

Valery Vaughn : Le duo Valery Vaughn fait dans la musique de type rock. Quelque part entre Galaxie et Oktoplut, il y a ce groupe mystérieux qui chantait auparavant en anglais. On a particulièrement apprécié leur chanson Tits & Genocide. Marc-André Mongrain leur lance d’ailleurs le défi : Boules et génocide au Francouvertes.

Pages : 1 2 3