Théâtre du Vieux-Terrebonne Archives - Le Canal Auditif

Entrevue avec Gabrielle Shonk

Crédit: Julien Gagnon

Gabrielle Shonk a vécu une année 2017 complètement folle. Elle a tourné son spectacle sans arrêt, elle a signé avec Universal pour ensuite faire paraître son premier album. Cette année incroyable se terminera à la salle du Moulinet du Théâtre du Vieux-Terrebonne le 16 décembre prochain.

2017, un feu roulant

Quand 2017 s’est entamée, Gabrielle Shonk venait tout juste d’avoir un succès non négligeable avec son simple Habit. Soudainement, on comparait sa voix à celle d’Alicia Keys. Alors qu’elle avait fait des démarches infructueuses en 2016 pour signer avec une maison de disque pour la sortie de son premier album, voici que les projecteurs étaient tournés vers elle.

L’année a commencé avec une tournée avec Hannah Georgas, pendant ce temps-là, j’ai signé mon contrat de disque avec Universal. On a fait pas mal de shows avant la sortie de l’album en septembre. On s’est promené à travers le Canada et quelques dates aux États-Unis. Depuis la sortie de l’album, on a entamé une tournée un peu partout au Québec.

Signer avec un « major »

C’est assez rare pour un artiste québécois de signer avec une maison de disque internationale avant même la sortie de son premier album. Malgré son aventure à La Voix, Gabrielle Shonk était encore relativement inconnue dans la belle province. Sur la scène de Québec, c’était toute autre chose. Cela faisait 10 ans qu’elle écumait les salles avec ses chansons ou encore avec des groupes de reprises.

J’avais envoyé mon album dans des maisons de disques à Montréal et une à Québec, mais je n’avais pas de réponses, positives ou négatives. C’était dans un moment où les albums bilingues, ce n’étaient pas la grosse affaire. Depuis, c’est plus vraiment une barrière.

L’intérêt d’Universal s’est manifesté assez rapidement cette année. Mais voilà, dans le passé, on a eu droit à des histoires d’horreurs de jeunes artistes qui se sentent floués.

J’avais une petite crainte, mais depuis le début je voulais travailler avec les gens qui comprenaient le mieux le projet et qui étaient le plus crinqués. Ça a adonné que c’était eux. Major à part, le nom de la compagnie de disque à part, ç’a été mon coup de cœur pour l’équipe. C’est Jeffrey Remedios le président de Universal Music Canada et fondateur de Arts & Crafts qui m’a approché et ça a cliqué instantanément. Il a compris le projet.

Éclore à 28 ans, c’est un beau luxe

Souvent les artistes émergent dans la jeune vingtaine. Pour Gabrielle Shonk, c’est arrivé plus tardivement. Et ça lui a servi. Avec un bagage bien rempli et une bonne tête (pour ne pas dire une tête de cochon), elle savait exactement où elle s’en allait.

C’est important pour moi d’y aller avec mon feeling. Comme ça, si ça ne marche pas, ben au moins je vais savoir que j’ai pris les décisions pour les bonnes raisons. Dans ce temps-là, tu peux pas te tromper, t’as pas de regrets. J’ai pris le temps de faire quelque chose qui me ressemblait. Il y a beaucoup de choses qui arrivent dans un processus de création comme celui-là. Il y a beaucoup de décisions à prendre. J’aurais pas nécessairement eu la colonne de mettre mes culottes et de me respecter. Savoir je suis qui et prendre des décisions en fonction de ça.

Elle met l’accent aussi sur l’importance du processus. Faire un premier album, c’est un apprentissage et l’année 2017 a comme été une session intensive qui dure toute l’année. Tout comme les dix ans de musique qui l’ont mené là où elle est.

Profitez-en

C’est un excellent moment de voir Gabrielle Shonk sur scène. La jeune femme est confiante et le Moulinet est un bel espace où la voir. Combien de temps encore pourrons-nous la voir dans une salle intime? Probablement pas très longtemps. Il faut donc en profiter pour goûter à ses pièces pleines de soul. 2017 aura été une année folle, c’est important d’y mettre un terme en grand!

Gabrielle Shonk sera à la salle du Moulinet du Théâtre du Vieux-Terrebonne le 16 décembre 2017.

Entrevue : Aliocha, des débuts fulgurants

Aliocha accompagné de Charlotte Cardin / crédit : Julien Gagnon

J’ai attrapé Aliocha pendant un passage à Paris à son retour de Hambourg, avant qu’il ne quitte à nouveau pour Vienne, avant de finalement revenir au Québec et atterrir au Théâtre du Vieux-Terrebonne. On a pris le temps de parler de sa carrière naissante et de la réception du public à son premier album.

Des deux côtés de l’Atlantique

On peut dire que c’est impressionnant de voir un jeune artiste qui en est à ses premiers pas dans le monde musical se promener autant. Il faut préciser cependant qu’Aliocha est né en France, son frère habite Paris et il passe déjà beaucoup de temps dans la Ville lumière. « J’y ai beaucoup d’amis, c’est sûr que je ne suis pas dépaysé quand j’arrive en Europe. J’ai aussi une belle équipe, j’ai un label qui s’occupe bien de moi, PIAS et je suis bien entouré. » Depuis la sortie de l’album, Aliocha n’a pas beaucoup arrêté. Ce n’est pas nécessairement ce qu’il avait en tête et il se réjouit de la tournure des événements. Il espérait que ça marche, évidemment, mais la réception est au-delà de ses espérances. « Au moment où on lance l’album, on a envie que ça marche, de jouer live. Je suis content d’avoir un album qui a été respecté des critiques. De mon point de vue, la musique m’habite depuis toujours, mais je sais qu’au Québec, aux yeux des gens j’étais un comédien et l’image qu’on a des comédiens qui font le saut en musique n’est pas terrible. » C’était une barrière qui devait être franchie et Aliocha a réussi à surpasser les préjugés qui existent sur Eleven Songs. Aliocha est aussi comédien. On a pu le voir à l’écran dans Tactik, Yamaska, Les jeunes loups et Les parents. La sortie du disque ne lui a pas laissé beaucoup le temps de se consacrer à cette autre passion. Mais il ne veut absolument pas laisser le comédien de côté.

Aujourd’hui, il a la chance d’enchaîner les spectacles ce qui permet à son band et lui de resserrer leur performance scénique. C’est un luxe qui n’est pas toujours à la portée de tous et Aliocha est conscient qu’il est privilégié en ce moment. « Ça permet de jouer devant des publics différents en voyageant pas mal. C’est vraiment enrichissant. Ça fait quelques fois qu’on va en Europe et ça permet de voir des visages familiers qui reviennent. »

Partir sur des bases solides

C’est Jean Leloup qui a été un des premiers mentors d’Aliocha. « J’ai rencontré Jean à 17 ans. J’avais écrit huit tounes et pas que je n’avais pas confiance en moi, mais j’avais 17 ans. J’ai rencontré Jean Leloup et je lui ai dit que je voulais être chanteur. Il a été super fin, il m’a dit de passer le soir même au studio avec The Last Assassins, pis là je capotais. Il m’a fait enregistrer des maquettes avec ses musiciens. Il m’a fait revenir le lendemain pour retravailler. Ça m’a vraiment donné confiance, d’avoir un artiste comme Jean Leloup qui s’intéresse à ce que je fais. Jean c’est I Lost My Baby, comme tout le monde qui joue de la guitare au Québec, c’est une des premières tounes que j’ai apprise. D’avoir quelqu’un comme ça, aussi connu, qui me dit que mes chansons sont bonnes, c’est ça qui m’a donné la force de me lancer. »

Revenir au Québec

Au début de mois d’octobre, Aliocha reviendra au Québec pour une série de spectacles qui commence le 5 à Sainte-Thérèse et se poursuit le 6 au Théâtre du Vieux-Terrebonne. D’ailleurs, il n’en est pas à sa première visite chez celui-ci. « L’an dernier, j’ai ouvert pour Charlotte Cardin avec qui j’ai fait plusieurs spectacles et j’étais au Moulinet pour le lancement de la saison, il y a pas très longtemps. J’ai fait quelques chansons acoustiques. Ça va être différent cette fois-ci, parce que la dernière fois, c’était le public de Charlotte qui me découvrait. Ça va être différent de jouer pour des gens qui à priori connaissent l’album. »

Vous pourrez voir Aliocha sur scène au Théâtre du Vieux-Terrebonne le 6 octobre prochain. En attendant, vous pouvez aussi vous pencher Eleven Songs, son premier album en carrière

Concours : Aliocha au Théâtre du Vieux-Terrebonne le 6 octobre

Aliocha / crédit: Julien Gagnon

Le Canal Auditif et le Théâtre du Vieux-Terrebonne sont heureux de vous offrir la chance de remporter une paire de billets pour le concert d’Aliocha qui se tiendra le 6 octobre prochain. Pour participer, vous n’avez qu’à répondre à la question suivante dans les commentaires :

Comment se nomme le premier album d’Aliocha?

Un indice? Par ici!

Le concours est en vigueur du 27 septembre au 3 octobre 2017 à midi. Le gagnant sera contacté par courriel dans l’après-midi du 3 octobre.

Ce concours est terminé. Merci d’avoir participé!

Concours : Karim Ouellet en formule intime au Théâtre du Vieux-Terrebonne

Le Canal Auditif en collaboration avec le Théâtre du Vieux-Terrebonne vous offre la possibilité de vivre une expérience intime avec Karim Ouellet. Le chanteur de Québec sera de passage pour un concert dans la salle du Moulinet, un plus petit espace où la proximité fait loi. C’est votre chance de vivre une performance unique et un beau moment avec Ouellet. Courez la chance de gagner une paire de billets pour le concert qui aura lieu le samedi 6 mai 2017 à 20 h.

Pour participer, vous n’avez qu’à laisser le nom de votre album favori de Karim Ouellet dans les commentaires ci-dessous. Le concours est en vigueur jusqu’au 2 mai à midi. Le tirage sera effectué avant 17 h le 2 mai et le gagnant de la paire de billets sera avisé par courriel.

Bonne chance à tous!

Pour plus de détails sur le spectacle, c’est ici.