Saxophone Archives - Le Canal Auditif

Critique : Colin Stetson – All This I Do For Glory

Le saxophoniste Colin Stetson fait partie d’une classe à part. En effet, rares sont les artistes qui se révèlent aussi à l’aise dans l’avant-garde (sa trilogie New History Warfare), la relecture d’œuvres classiques (Sorrow) et les collaborations pop (Animal Collective, Arcade Fire, Bon Iver). Sur son nouvel opus, All This I Do For Glory, il poursuit ses expérimentations avec une nouvelle emphase rythmique.

Beaucoup a déjà été dit et écrit sur la technique particulière de Stetson, un Américain d’origine mais désormais établi à Montréal. Son approche dite de la « respiration circulaire » lui permet d’aborder le saxophone comme aucun autre instrumentiste. À l’écoute, on a l’impression d’entendre quatre pistes superposées, alors que tout est généralement enregistré en une seule prise, sans aucun ajout. Sans cesse, on le croit à bout de souffle, tellement l’exécution semble exigeante. « La plupart de mes pièces sont construites sur l’étirement de mes limites physiques », a-t-il déjà confié en entrevue au Voir. Avec pour résultat que sa respiration et ses tapements de doigts font partie intégrante de la musique, alors que d’autres les dissimuleraient.

Sur le plan stylistique, All This I Do For Glory se situe quelque part entre le premier volume de sa trilogie New History Warfare, paru en 2007, et l’acclamé Never Were the Way She Was, enregistré en 2015 avec sa compagne dans la vie comme sur la scène, la violoniste Sarah Neufeld (Arcade Fire). Ainsi, les tapements frénétiques d’un titre comme In the Clenches montrent la face un peu plus expérimentale de Stetson et sa quête des sonorités étranges, tandis que l’introduction somptueuse de Spindrift illustre ses qualités d’arrangeur et ses talents de mélodiste.

Mais là où ce nouvel album se démarque, c’est par la richesse des rythmes que le saxophoniste parvient à soutirer de son instrument. C’est presque tribal par moments, avec une touche arabisante qui évoque parfois le travail de Peter Gabriel sur la trame sonore du film The Last Temptation of Christ, ou même le Roots des métalleux brésiliens Sepultura. Stetson n’a pas caché qu’il s’est inspiré du travail d’artistes de la scène électronique comme Aphex Twin et Autechre pour créer ces nouvelles pièces, et on reconnaît certes la pulsation typique du genre. Mais le simple fait qu’il arrive à créer tout ça à partir d’instruments à vent relève du coup de maître.

Pourtant, All This I Do For Glory apparaît comme un album un peu plus dépouillé que ses prédécesseurs. Aucun chanteur invité ici (Justin Vernon de Bon Iver prêtait sa voix sur quatre pièces du dernier tome de New History Warfare). Beaucoup d’espace est aussi laissé à la respiration, résultat d’une technique de ventilation que Stetson a apprise de la chanteuse Enya (rappelez-vous Orinoco Flow dans les années 80) et qui consiste à ouvrir légèrement la bouche en jouant pour y laisser passer l’air. Ça donne un titre tout en retenue comme Like Wolves on the Fold, tandis que l’épique The Lure of the Mine regorge de ces imperfections parfaitement maîtrisées…

Mais la grande qualité de Stetson, c’est de ne jamais laisser la technique prendre le dessus sur l’émotion. Ainsi, autant on reste bouche bée devant pareille démonstration, autant on retient avant tout le pouvoir d’évocation de la musique, qui se fait tantôt oppressive, tantôt inquiétante. Pour toutes ces raisons, All This I Do For Glory se révèle peut-être le meilleur album individuel de Stetson à ce jour…

MA NOTE: 8,5/10

Colin Stetson
All This I Do For Glory
Kartel Music Group
44 minutes

http://www.colinstetson.com/