San Fermin Archives - Le Canal Auditif

FIJM 2017 : San Fermin et Groenland

Plateau double qui ressemble plus à une première partie

Vendredi soir, quelques temps après une très belle performance de Itamar Borochov Quartet teintés de belles sonorités arabes et juives, San Fermin ouvrait pour Groenland au Metropolis. La soirée était en théorie un programme double, mais avec le nombre de personnes qui s’étaient déplacées pour voir le premier set dès son commencement, ça se sentait plus comme une première partie. Néanmoins, le premier concert a duré plus d’une heure, et le groupe n’a pas été moins bon pour autant; l’octuor nous a interprété des pièces tirées d’un peu partout dans leur répertoire, incluant quelques nouveautés qui se retrouveront dans leur prochain album. La formation repose presque entièrement sur le batteur en live; ce n’est pas le percussionniste avec le plus de talents ou le plus solide de tous les temps, mais il est la seule cause des moments forts du spectacle. Les autres membres ont une bonne présence, mais pas très puissante, qui ne serait donc pas suffisante pour pousser la machine aussi loin qu’ils l’ont poussé hier.

Et encore là, la machine aurait pu aller beaucoup plus loin. La faute à qui pour les quelques pouces qui manquaient pour donner un vraiment bon spectacle? À l’écriture des pièces. Elle manque souvent de punch alors qu’on voit très bien qu’il est temps d’en avoir, et c’est souvent juste dû à un manque de perfectionnisme dans les arrangements du spectacle. C’est plate, mais ça fait que le concert à moins levé qu’il aurait du… Mais il a quand même levé à plusieurs reprises, et ils ont au moins réussi à nous laisser sur un climax à la fin.

Dernier tour de piste

Frédérique Ménard-Aubin / Festival International de Jazz de Montréal

Groenland ont donné suite à ce high peu après pour inaugurer leur dernier spectacle, accompagné d’un quatuor de cuivres qui mettait du turbo dans le ski-doo (c’est comme ça qu’ils se promènent au Groenland, NON?). Les pièces du groupe sont, à la base, moins bien écrites que celles de San Fermin, mais leurs arrangements en live et la ligne directrice du concert étaient beaucoup mieux ficelés. Étonnement, la foule, visiblement composée en majorité de fans de longue date, n’était pas aussi dedans que la musique le supposait la plupart du temps. Peut-être étaient-ils encore en train de rire les blagues plates du claviériste?

La formation est composée de batterie-basse-chant-claviers ainsi que d’un violoncelle et d’un violon en plus des cuivres susmentionnés qui s’ajoutent au groupe pour l’occasion. Orchestration discutable selon moi : souvent la sonorité assez pauvre des deux instruments en live augmentait le cheesyness de certaines de leurs pièces. Et ce sans compter que les deux joueuses de cordes faussaient trop souvent pour mes oreilles. Je ne crois pas que ça ajoutait tant que ça à l’expérience sur scène. Ça donnait plus l’impression à quelqu’un qui ne connaît pas trop ça que le groupe a fait des arrangements fancy pour l’occasion, ce qui est assez faux.

Ce soir c'est le dernier spectacle de Groenland à Montréal. Une belle épopée ce fusse (comme en témoigne cette vidéo de nos meilleurs moments en tournée ; mention spéciale à Christian-Adam Gilbert qui haïs assez ça lui les ballounes). Cinq belles années se sont avérées. Venez ainsi nous accompagner dans cette grande dernière au Métropolis ce soir. Y'a 4 brass avec nous, donc vous ne pourrez pas dire qu'on n'est pas assez jazz pour le festival de jazz. On rentre sur scène à 22h tapant. x

Posted by Simon Gosseline on Friday, July 7, 2017

 
 

Mais bon, malgré tout ça, le concert était assez bon; l’énergie était bien présente tout le temps, l’interaction avec le public était judicieuse… C’est un adieu réussi de la part du groupe.

Les spectacles en salle du Festival International de Jazz de Montréal

L’édition 2017 du FIJM offrira de nombreux spectacles en salle. Parmi ceux-ci, on compte de nombreux concepts intéressants et quelques artistes surprenants. Faisons un survol salle par salle de ce qui nous attend cet été.

Salle Wilfrid-Pelletier

L’orchestre métropolitain qui accompagne une projection du film La La Land est déjà un événement qui risque d’être grandiose. Mais la grande salle de la Place-des-Arts a plus à nous offrir. Parmi les événements à retenir, Feist, qui s’apprête à lancer Pleasure, sera en concert en compagnie de Charlotte Day Wilson le 4 juillet. Puis, le 8, c’est Pink Martini qui sera d’office.

À la maison symphonique

On retrouvera dans cette salle récemment construite un plateau double de Tigran Hamasyan qui vient tout juste de faire paraître l’excellent An Ancient Observer. Celui-ci est jumelé à un autre musicien d’exception : Colin Stetson. Celui-ci s’apprête à lancer un nouvel album vendredi prochain. On pourra aussi y voir le virtuose de l’orgue Jean-Willy Kunz le 5 juillet.

Centre Bell

BOB DYLAN. C’est un prix Nobel. Je crois que tout est dit.

Métropolis

Le Métropolis est la salle qui propose la meilleure programmation dans son ensemble. Ça commence avec Caravan Palace le 29 juin, avant que Charlotte Cardin prenne le contrôle pour trois soirs. Oui, trois soirs! Puis c’est le DJ français Wax Tailor qui viendra faire son tour. Charles Bradley avec The Brooks en première partie, sera d’office le 4 juillet. Une soirée à ne pas manquer. Joey Bada$$ prendra la relève le 5 pour présenter les pièces de son plus récent opus. Puis The Strumbellas et Whitehorse se partageront la scène en plateau double le 6 juillet. Finalement, Groenland et San Fermin sont à ne pas manquer le 7. Deux groupes de qualités réunis dans une soirée qui sera assurément plaisante pour les oreilles. Au Savoy du Métropolis, la relève sera à l’honneur avec Aliocha, Puma Blue, Harfang et Gabrielle Shonk qui se succéderont à coups de deux soirs chaque.

Club Soda

La salle de la « main » aura deux rondes de spectacles tous les soirs. La première sera à 18 h, qui nous propose des artistes qui viennent d’un peu partout à travers le monde. Puis, à 22 h, ce sont des artistes qui sortent des cercles restreints du jazz. Comme Men Without Hats qui vous feront danser en toute sécurité. Le 6 juillet, Kroy et Geoffroy se partageront la scène et feront aller leurs synthétiseurs. Le lendemain, Tanya Tagaq présentera les pièces de ses deux excellents derniers albums alors que BROS fermera la série de concerts le 8 juillet.

5e salle de la Place-des-arts

Le Festival nous propose une série de spectacles d’hommage, de réinterprétations et de répertoires croisés. Des concerts de grande qualité avec des concepts ultra-intéressants. Comme Jean-Michel Blais entouré de CFCF, Foxtrott et Bufflo pour s’amuser dans le répertoire de Philip Glass, Steve Reich et John Cage. Maxence Cyrin rendra pour sa part hommage à Aphex Twin, Misc revisitera James Blake et Jessy Mac Cormack sera Muddy Waters le temps d’une soirée.

L’Astral

Du côté de L’Astral, maison officielle du festival, c’est Hichem Khalfa Quartet qui retient l’attention le 3 juillet. On pourra aussi y voir les swingeux de chez Misses Satchmo!

http://www.montrealjazzfest.com/

La playlist à Boubi : avril 2017

Bon mois d’avril!

Pour la playlist du mois vous y trouverez de nouvelles pièces de la canadienne Sarah Slean (artiste super sous-estimées tant qu’à moi), Feist, San Fermin, Geoffroy (son premier album est pas mal cool!), Jay Som, Sacred Paws, Jens Lekman, et pleins d’autres!
 

Bon mois d’avril les mélomanes! Je vous en souhaite un plein de soleil et de chaleur (pleeeeasssse!)

La playlist à Boubi : février 2017

Dans ma première playlist de l’année, vous y trouverez, entre autres, les nouveautés de Dirty Projectors, San Fermin, Father John Misty, Peter Silberman, BNQT, Laurence Nerbonne et Nelly Furtado. Pas mal varié comme début d’année!

Bon mois de février les mélomanes!

Boubi