Re-Tros Archives - Le Canal Auditif

Critique : Re-Tros – Before the Applause

Le trio de Beijing Re-Tros (Rebuilding the Rights of Statues) est actif sur la scène post-punk chinoise depuis 2003 qui a publié Cut Off! (2005) et Watch Out! Climate Has Changed, Fat Mum Rises… (2009), un EP et un premier album dont les influences de Bauhaus et Joy Division sont claires et assumées. Le trio démontre dès le départ un savoir-faire très intéressant, bien que leur son n’ait pas bifurqué tellement du sillon original. Huit ans plus tard, le trio formé de Hua Dong, Liu Min et Huang Jin revient à la charge avec Before the Applause, un deuxième album bien plus complexe (et complet) que le précédant, paru en septembre dernier sur Modern Sky. Le post-punk y est encore présent, mais il y a de l’espace consacré à plusieurs autres genres musicaux qui apportent une richesse sonore et structurelle particulièrement variée; à un tel point que plusieurs écoutes sont nécessaires pour en capter la richesse.

Hum ouvre l’album progressivement à partir de sons ambiants et d’échantillons synthétiques pour créer une atmosphère de lieu urbain futuriste, un peu à la Blade Runner en fait. Hailing Drums rentre au poste avec du punk alternatif 90s assez agressif, développé autour d’un clavier arpégé comme ligne de basse et une guitare rythmique en contretemps; duo dynamisé par une performance hallucinante à la batterie. La pièce se densifie avec de la synthèse analogique, emprunte brièvement au métal et passe ensuite à un pont progressif pour aboutir à une finale krautrock/industrielle. Un rythme synthétique ouvre Red Rum Aviv dans une structure punk alternative, avec un petit côté post-punk très agréable qui pousse la mélodie plus loin, quelque part entre les B-52’s et LCD Soundsystem.

8+2+8 I nous amène dans une tout autre direction, encore plus intéressante, imaginez-vous! Ça commence par des clappements de main à la Steve Reich et des phrases répétées à la NNNAAAMMM, une introduction très enthousiasmante. La superposition des phrases vocales et les éléments percussifs mènent à la ligne de basse analogique de 8+2+8 II, suite encore plus entrainante, reprenant d’abord les clappements pour ensuite faire exploser le rythme aux toms de la batterie. Le segment IDM industriel prend le relais pour laisser ensuite les voix occuper l’avant-scène et proposer une deuxième moitié axée sur la densification des percussions. Pigs in the River change à nouveau de genre pour un blues sombre, avec la voix de Dong placée dans les graves comme un crooner dans un cabaret, et le trio démarquant chaque segment en jouant avec le niveau d’intensité et de complexité de la mélodie.

Les itérations réverbérées démarrent At Mosp Here dans un genre de dance-punk, le kick et le synthé analogique complète la forme et partent pendant un bout jusqu’à l’ajout des voix. La guitare rythmique ajoute une touche de post-punk et bifurque ensuite vers un segment électro-funk teinté par une gamme orientale. Le solo de clavier est particulièrement cute, flottant au-dessus de la masse sonore qui finit par se modifier pour prendre les couleurs d’un house baléare de fin de journée. The Last Dance, W. commence de façon bien plus lente, sur des impulsions espacées par un filament de voix, comme une balade percussive qui reprend l’atmosphère de cabaret, intensifié par la ligne mélodique à l’orgue, poussant la note à un niveau vampirique. Sounds for Celebration ouvre sur une guitare électrique réverbérée placée sous la voix de Min Liu, flottant tout juste derrière celle de Dong Hua qui fait un peu penser à Lou Reed et à une pièce planante à mi-chemin entre une balade d’ABBA et une longue improvisation de Velvet Underground.

Before the Applause rappelle d’où viennent les influences musicales de Re-Tros, mais leur son a tellement évolué durant les huit dernières années qu’on se demande un peu ce que ça aurait donné avec un ou deux albums de plus pour témoigner de cette évolution. Leur fondement post-punk est évidemment encore présent, mais les emprunts à d’autres genres comme du punk alternatif ou du krautrock relèvent bien plus de la belle surprise que de la suite logique à leur premier album. Espérons que Re-Tros est de retour pour de bon, il ne faut surtout pas manquer la suite.

MA NOTE: 8/10

Re-Tros
Before the Applause
Modern Sky Entertainment
64 minutes

Site Web