Pissed Jeans Archives - Le Canal Auditif

Les 50 meilleurs albums de 2017… à date…

Voici donc ce moment si plaisant de l’année où on vous fait un inventaire des sorties remarquées. Parmi celles-ci, on retrouve que des albums ayant obtenu la note de 8 ou plus. Rien de moins! On vous offre la crème de la crème sur un plateau. Pour vous faciliter la tâche, nous avons regroupé les albums par genre tout en faisant une catégorie spéciale pour nos bons produits locaux, qu’ils soient anglophones ou francophones. Bonne écoute.
 
 

From Québec with love

Peter Peter – Noir éden
Colin Stetson – All This I Do For Glory
Philippe B – La grande nuit vidéo
Kid Koala – Music To Draw To : Satellite
Tim Darcy – Saturday Night
Leif Vollebekk – Twin Solitudes
Mat Vezio – Avant la mort des fleurs cueillies
Samuele – Les filles sages vont au paradis, les autres vont où elles veulent
TOPS – Sugar at the Gate

Hip-Hop / R&B

Run The Jewels – Run The Jewels 3
Loyle Carner – Yesterday’s Gone
Sampha – Process
Thundercat – Drunk
Kendrick Lamar – Damn.
Vince Staples – The Big Fish Theory
Lomepal – Flip
Ho99o9 – United States of Horror
Jay-Z – 4:44

Folk

Mount Eerie – A Crow Looked At Me
Fleet Foxes – Crack-Up

Rock

Nine Inch Nails – The Fragile : Deviations I
Polaroid3 – Rivers
Slowdive – Slowdive
Oxbow – Thin Black Duke
Flotation Toy Warning – The Machine That Made Us
The XX – I See You
Ty Segall – Ty Segall
Foxygen – Hang
The Sadies – Northern Passages
Dirty Projectors – Dirty Projectors
Vagabon – Infinite Worlds
Future Islands – The Far Field
Feist – Pleasure
King Gizzard & The Lizard Wizard – Flying Microtonal Banana

POP

Lorde – Melodrama

Punk/Hardcore

Meat Wave – The Incessant
Pissed Jeans – Why Love Now
USA Nails – Shame Spiral
Priests – Nothing Feels Natural

Métal / Post-Rock

Grails – Chalice Hymnal
Pallbearer – Heartless
King Woman – Created in the Image of Suffering

Électronique / expérimental

Clark – Death Peak
Arca – Arca
Xiu Xiu – Forget
Pharmakon – Contact
Tigran Hamasyan – An Ancien Observer
Jlin – Black Origami
Bonobo – Migrations
Com Truise – Iterations

Bonne deuxième moitiée (déjà entamée) de 2017 les mélomanes!

Critique : Pissed Jeans – Why Love Now

Pissed Jeans.

Jamais un band punk n’a si bien porté son nom. Quel symbole parfait de la perte de dignité, de l’échec de l’homme moderne, principaux sujets de Matt Korvette depuis les balbutiements de son groupe en 2005.

Les thèmes que l’on retrouve le plus souvent dans les textes de ce sarcastique personnage sont le vieillissement, le travail de bureau, la vie de couple et le quotidien de l’homme blanc américain moyen avec une grande insistance sur le « moyen ». Vous l’aurez deviné, ces thèmes donnent une grande marge de manœuvre à leur auteur pour angoisser, sombrer dans le pathétisme le plus profond et bien entendu faire rire son public.

Ce 5e album de la formation de Pennsylvanie s’ouvre avec Waiting for My Horrible Warning, une pièce glauque à souhait dans laquelle Matt rumine sur sa jeunesse passée en se plaignant de s’être barré le dos en attachant ses souliers, prêt à recevoir une mauvaise nouvelle du médecin d’un jour à l’autre. Le ton est ainsi donné à un album qui continuera sur la lancée de ses prédecesseurs. The Bar is Low est la pièce qui détonne le plus du lot avec son riff carré à la The Hives et son petit côté accrocheur qui rebutera le fan du groupe de Pennsylvanie à la première écoute. Heureusement, cette facilité momentanée est vite pardonnée avec Ignorecam, sorte de parodie de l’ère des réseaux sociaux assez tranchante. Cette pièce nous replonge en territoire connu avec un humour tout aussi mordant que les feedbacks des guitares de Bradley Fry. Plus loin, dans Love Without Emotion, Korvette déroge de son registre naturellement gueulard pour chanter et, par le fait même, sonner comme un hybride parfait entre Nick Cave et Mark Arm de Mudhoney. Tout de suite après, on a droit à un interlude atmosphérique intitulé I’m a Man. Celle-ci est composée par le batteur Sean McGuiness mais écrite et récitée par l’auteure du troublant Ugly Girls, Lindsay Hunter. On y retrouve un personnage qui fantasme et délire sur une collègue de travail en s’érigeant au statut de dieu vivant malgré sa médiocrité. Bref, exactement le type de personnage que Matt Korvette se plaît à incarner dans la majorité de la discographie de son groupe.

Tout au long du reste de l’album, on continue d’entendre des histoires tarées comme celle de ce type qui refuse d’être défini par un signe astrologique dans (Won’t Tell You) My Sign ou encore cet autre énergumène qui s’époumone en articulant les syllabes de son titre d’emploi (Worldwide Marine Asset Financial Analyst). En guise de conclusion, Matt nous raconte, scandalisé, qu’un ami a récemment vécu une rupture en partageant ses états d’âme et son art inspiré sur Facebook mais que dans le fond, ce gars-là est un vrai cave puisqu’il n’a pas d’enfant et qu’il n’était pas marié, le tout sur un riff bien pesant, évidemment.

Bref au bout de cette nouvelle offrande, on constate que Pissed Jeans est désormais au sommet de sa forme et que l’inévitable décrépitude du groupe est très loin d’être entamée. Avec Whores., ils font certainement partie des groupes dit « punks » les plus intéressants de notre époque et je persiste à croire que tous les artistes de Sub Pop devraient être aussi pesants qu’eux et Metz. Mais bon, au final, je ne suis juste qu’un vieux crisse qui commence à être un brin désuet.

MA NOTE: 8,5/10

Pissed Jeans
Why Love Now
Sub Pop
38 minutes

http://www.whitedenim.com/pissedjeans/