phil selway Archives - Le Canal Auditif

Critique : Phil Selway – Let Me Go

En plus d’être le batteur attitré de Radiohead, Phil Selway enregistre de temps à autre – tout comme ses comparses par ailleurs – des albums solos fort présentables. En 2014, il nous proposait Weatherhouse; un album plus orchestral et conformiste comparativement aux propositions de ses frères d’armes. Si sur disque, Selway se tire bien d’affaire, on ne peut en dire autant de ses prestations en concert. Disons que pour être respectueux, l’Anglais n’est pas le performeur le plus charismatique de l’histoire du rock…

Cela dit, j’étais quand même curieux d’entendre cette nouvelle proposition d’un membre en règle de Radiohead. Let Me Go est la trame sonore d’un long métrage paru à la mi-septembre dernier. Le film raconte l’épouvantable histoire d’Helga Schneider, de son jeune frère et de quatre générations de femmes. Abandonnée par une mère qui s’est volontairement enrôlée avec les nazis lors de la Deuxième Guerre mondiale – assumant même le rôle de gardienne de camp de concentration – l’œuvre met en lumière les humiliations vécues par Helga et son frère ainsi que les conséquences sociales et psychologiques endurées par les générations de femmes suivantes… répercussions reliées à l’abandon délibéré de la mère.

Selway n’a pu dire non à la réalisatrice Polly Steele, tant le scénario l’avait totalement bouleversé. Est-ce que Selway réussit son pari d’émouvoir avec cette seule et unique trame sonore, sans l’apport filmique ? Tout à fait. Forcément mélancolique, compte tenu de la trame narrative du film, cet assemblage orchestral mettant de l’avant cordes, piano, guitares et rythmes électroniques subtils est bonifié par l’apport d’un vibraphone et d’une scie musicale.

Majoritairement instrumentales, les pièces touchent droit au cœur, grâce à cette mélancolie superbement incarnée. J’aurais préféré que Selway évite les vocalises – les siennes et celles de Lou Rhodes du duo trip-hop/électro britannique Lamb – mais en format « sans voix », cette création tient la route toute seule, sans l’appui de l’œuvre cinématographique.

Parmi les pièces prisées par votre modeste mélomane, j’ai adoré cette superbe musique de chambre entendue dans Zakopane, la pianistique Snakecharmer, l’orchestrale Mutti, l’excellente Let Me Go qui, malgré la performance vocale en dent-de-scie de Selway, fait penser à The Pyramid Song (chanson de Radiohead paru sur Amnesiac) de même que la performance de guitare arpégée/dépouillée dans Necklace.

Dans un genre musical mature, Selway se démarque avec une trame sonore vraiment émouvante. En écoutant ce disque, il est facile d’imaginer la charge émotive de ce film. Selway fait son chemin sans faire de bruit et il mérite le respect… autant que ses potes chez Radiohead.

Ma note: 7/10

Phil Selway
Let Me Go
Bella Union
36 minutes

Site Web