paupière Archives - Le Canal Auditif

Festif de Baie St-Paul 2017: Jour 3

On recommence pour une autre journée de fou! Parce que oui, le premier spectacle est à midi et le dernier à deux heures du mat. Compte ça comme tu veux, ça fait au moins une quinzaine d’heures à courir d’une salle à l’autre. Récit d’un marathon imbriqué dans un marathon d’une fin de semaine imbriqué dans le marathon de l’été.
 
 
 

De la douceur pour guérir la gueule de bois

Bien des spectateurs avaient de petits yeux sur le quai en ce samedi matin, mais tous avaient aussi le sourire. Devant le paysage pittoresque offert à nos yeux indignes d’autant de beauté, Philippe B s’est installé avec Laurence Lafond-Beaulne (Milk & Bone) et Guido Del Fabbro pour nous envoyer les pièces de sa sublime Grande nuit vidéo et quelques-unes des précédents. Le duo Lafond-Beaulne et B de Rouge-gorge est tout aussi touchant en vrai qu’en enregistrement. Philippe B nous a aussi jasé ça entre les tounes. Parfois pour nous expliquer l’origine d’un texte ou encore simplement pour nous mettre en contexte. Le tout avec simplicité et juste assez de bonhommie pour remettre un sourire dans le visage de n’importe lequel des festivaliers.

Par la suite, j’ai déambulé à travers les rues de Baie St-Paul pour me rendre à la scène Hydro-Québec pour assister au spectacle de Peter Peter. Celui-ci ne badine pas, il commence sur Noir Éden qui ravit et conquit la foule. J’ai même aperçu des journalistes chanter… ça vous donne une idée. Par la suite, il prend le temps de nous souhaiter la bienvenue et nous rappeler que la dernière fois qu’il était à Baie St-Paul, c’est il y a dix ans avec son groupe métal. Parce que oui, Peter Peter n’a pas toujours fait dans les claviers aux sonorités des années 80. Il a déjà été pas mal plus méchant au micro. Pour cette après-midi ensoleillée du Festif!, il présente plutôt les chansons de son dernier album qui a été célébré unanimement par la critique. Fantôme de la nuit et No Man’s Land ont ravi les nombreux festivaliers.

Le Festif! / Caroline Perron

Puis, c’est à Leif Vollebekk que j’ai vogué. Le jeune montréalais était d’une forme resplendissante et a ravi le public sous le chapiteau. Il a principalement joué les pièces de son excellent Twin Solitude en lice pour le prix Polaris. All Night Sedans et Eulogy ont été des moments de frissons où le poil se dressait sur nos bras de plaisir à l’écoute de Vollebekk. Celui-ci est quelque chose à voir jouer. Il ne fait pas que de la musique avec sa bouche et ses doigts, c’est tout son corps qui est impliqué dans le processus. Et c’était de même pour son batteur, Evan Ty (j’espère que je ne massacre pas son nom) et son bassiste Michael Felder (même chose que pour Ty). Vollebekk a aussi montré qu’il est farceur lorsqu’un des draps servant de décor est tombé par terre. « Tout le monde en ce moment rit et il y a une personne qui est très fâchée (parce que son rideau est tombé) ». Généreux, il a même procédé à deux rappels après que la foule ne veuille rien savoir de la fin. Il s’est vu décerner des ovations bien senties, entièrement méritées. Une prestation parfaite, rien de moins.

Des nouveaux établis

On ne se contera pas d’histoires, Bernard Adamus et Lisa Leblanc sont maintenant des artistes établis dans le paysage culturel québécois. La foule nombreuse venue les voir hier le démontrait sans équivoque. Le premier nous a offert un concert un peu décousu entrecoupé de moments où il consultait son groupe pour savoir ce qu’ils allaient faire. Entre quelques paroles oubliées, des chansons pas très resserrées et ses nombreuses harangues à la foule, on avait l’impression de retrouver Bernard Adamus du temps de Brun. Il était festif certes, mais peut-être une petite affaire trop pour 18 h. On va se le dire, y avait l’air chaud ben raide… Mais bon, même chaud, Bernard est capable de t’envoyer un Cauchemar de course par la tête qui donne envie de faire la fête. Plus le spectacle avançait et plus la bande se resserrait et vers la fin, nous avions l’Adamus auquel on est habitué. Le public a aussi pu entendre Fulton Road, La Dilligence et Brun.

Lisa Leblanc était beaucoup plus en forme en mettant les pieds sur la scène à Baie St-Paul. D’ailleurs, elle s’est permis de railler Adamus : « Bernard, te souviens-tu quand c’était moi qui faisait tes premières parties? » Après deux chansons issues de Why You Wanna Leave, Runaway Queen?, elle a enchaîné des chansons de son premier album : J’pas un cowboy, Chanson d’une rouspéteuse et Cerveau ramolli. Pendant qu’elle interprétait Kraft Dinner, une fan (en tout cas, je présume) a lancé une brassière sur scène. N’en fallait pas plus pour lancer Leblanc dans un accès de rire. Et Dieu sait qu’elle aime ricaner la Lisa! Elle a peiné à finir sérieusement la chanson après l’avoir dédiée à cette fan. Un moment de gros fun sale. Comme d’habitude, Leblanc a donné tout un concert. J’ai quitté prématurément parce que dans le sous-sol de l’église, les mythiques Voivod étaient d’office.

Le Festif! / Jay Kearney

Quand l’expérience parle

Voivod c’est une machine bien huilée qui fait rougir bien des « jeunes ». Le groupe montréalais était tout sourire devant la foule venue les voir dans une petite salle. On est loin des plaines! Entre les chansons, Snake distribuait les high fives et les poignées de mains. Michel Langevin est encore aussi impressionnant derrière les tambours, frappant la mesure à une vitesse complètement folle. Ils ont terminé avec la chanson Voivod qui est rentrée au poste sans bon sens.

Un autre homme d’expérience était présent au Festif! hier soir. Daniel Bélanger était là pour chanter les pièces de son Paloma paru l’an dernier et ses succès… et des succès, il y a en un char et une barge dans la discographie de Bélanger. Accompagné du bassiste extraordinaire, JF Lemieux, il a joué presque l’entièreté de Rêver mieux! Chante encore ainsi qu’Intouchable et immortel étaient des moments de purs délices pour les oreilles. Lorsqu’il a interprété la chanson Rêver mieux, le public a chanté si fort qu’ils ont pris le dessus devant un Bélanger jubilatoire. De son dernier album, il a livré L’ère de glace, Il y a tant à faire et quelques autres. Il nous a aussi livré plusieurs chansons devenues des classiques comme Le parapluie, Opium et Cruel (Il fait froid). Il est même revenu deux fois plutôt qu’une, visiblement ému par l’accueil de la foule. Il a terminé sur La folie en quatre et c’était tout à fait parfait.

Le Festif! / Caroline Perron

Un groupe de musiciens d’expériences étaient là pour ce samedi soir de Festif! Groovy Aardvark comme toujours a rocké la casbah. Avec ses reels électriques (dont celui de la soucoupe volante), ses succès comme Boisson d’avril et son énergie débordante, le groupe a fait triper le public nombreux dans le sous-sol de l’église. Il y avait du monde à Voivod, mais c’était davantage plein pour Groovy. Vince Peake comme d’habitude a mené cette soirée avec toute la générosité, l’authenticité et la hargne (musicale) qu’on lui connaît. Trois groupes qui ont déjà du millage derrière la cravate et qui sont loin d’être dépassés.

Le Festif! / Jay Kearney

Fin de soirée qui rentre dedans

Sous l’un des chapiteaux se trouvait KNLO, Rednext Level et Alaclair Ensemble. Je suis arrivé à temps pour les deuxièmes qui lançaient à l’instant Sri Lanka. Les gens dansent, les popotins se font aller et les sourires affichent complet. Robert Nelson et Maybe Watson, en compagnie de leur DJ Tiestostérone, ont livré une solide performance où se sont enchaînés 40k, Clip avec Baz, Get Lit et Faible pour toi pour laquelle Claude Bégin s’est pointé le bout du nez. Robert Nelson, dans son habituel humour a lancé : « On est vraiment content d’avoir l’opportunité d’ouvrir pour Alaclair Ensemble. » (NDLR: Maybe Watson et Robert Nelson font partie d’Alaclair Ensemble.)

Le Festif! / Caroline Perron

Alaclair Ensemble est ensuite débarqué pour livrer un spectacle très près de ce qu’ils ont offert comme performance aux FracoFolies. C’est vraiment le fun de voir que le groupe est rendu avec une routine de scène solide comme du béton. Une routine qui n’a pas l’air de les castrer pour autant, la bande de minces semblent prendre un plaisir immense à « droper » ses rimes devant les foules de plus en plus nombreuses.

Le Festif! / Caroline Perron

Finalement, j’ai embarqué dans le bus magique pour une performance de Paupière. Le concept est simple, un autobus a été maquillé et changé en piste de danse. Le groupe nous a livré des chansons de son EP et de son album à venir en septembre. Le trio était en forme pour l’heure tardive et cela a fait danser les 40 festivaliers qui entraient dans l’autobus. Une petite pensée pour la suspension du véhicule qui doit être finie ce matin. Une performance pleine d’énergie et de rythmes contagieux. On a hâte à la sortie de l’album en septembre!

Voilà qui conclut ma troisième journée de Festif! On se reparle demain pour la prestation de Timber Timbre et un retour sur les moments forts du festival.

4 premiers spectacles pour Coup de Coeur Francophone 2017

On a déjà 4 concerts de dévoilés et on est déjà excités!

1 – Keith Kouna

Keith Kouna débarque au Club Soda le 2 novembre pour ouvrir cette nouvelle édition. On sait qu’un nouvel album est en chemin alors, il n’y a pas de raisons de bouder son plaisir.


 

2- Alaclair Ensemble / Columbine

Les minces d’Amérique du noir sont un peu partout cet été! On vient tout juste de les voir aux FrancoFolies. Ils seront à la SAT le 10 novembre avec le groupe français Columbine. On ne les connaît pas encore, mais on entend que des bons mots du duo rennais!


 

3- Paupière / Juniore

Les premiers lanceront un premier album à la fin septembre. Voilà une des sorties qui est déjà attendue impatiemment par plusieurs mélomanes. Les deuxièmes font un genre yéyé noir assez intéressant et font jaser d’eux sur la scène européenne depuis quelque temps.


 

4- Corps amour anarchie

Ce spectacle hommage à Léo Ferré présenté pour la première fois en 2016 est repris cette année. Il met en vedette Bïa, Philippe B, Alexandre Désilets, Michel Faubert et Catherine Major appuyés par des arrangements réfléchis et conceptualisés par Philippe B et Philippe Brault (oui les deux qui sont constamment mélangés… rien pour aider les journalistes.) En plus de ces musiciens talentueux, des danseurs s’exécutent sur scène dans des chorégraphies d’Hélène Blackburn, Emmanuel Jouthe, Anne Plamondon, David Rancourt et Pierre-Paul Savoie.


 

http://www.coupdecoeur.ca/

La programmation du Festif! 2017

Comme à chaque année, le Festif! accueillera les festivaliers vers la fin juillet, du 20 au 23 pour être plus précis. Pour ceux qui ne sont pas encore familiers avec celui-ci, le Festif! est un événement qui met de l’avant la musique émergente et indépendante, un peu à la manière du FMEAT, en mélangeant les artistes établis à ceux qui sont plus verts. Cette année, la programmation est encore une fois de calibre. À 50 minutes de Québec, le festival a lieu dans la ville de Baie St-Paul, petit joyau de Charlevoix.

Quelques noms établis valent le détour cette année, dont une soirée où Bernard Adamus, Lisa Leblanc et Daniel Bélanger s’enchaînent. Tout cela se passera en extérieur sur la scène Desjardins qui accueillera aussi Caravan Palace, Xavier Rudd, Plants and Animals, Valaire, Laura Sauvage ainsi que les deux gagnants des Cabarets Festifs! de la relève : Miss Sassoeur & les Sassys et Émile Gruff. Parmi les autres artistes établis qui fouleront le sol de Baie St-Paul, on compte Martha Wainwright, Louis-Jean Cormier en solo, Xavier Caféïne qui fête les 10 ans de Gisèle et Groovy Aardvark.

Certains artistes qui viennent de lancer ou qui lanceront prochainement un album seront de la partie. Leif Vollebekk, Timber Timbre, Beyries et Peter Peter amèneront leurs nouvelles ritournelles sur la route de Charlevoix. Philippe B est de ceux qui lanceront un album peu de temps avant l’événement estival. Quelques valeurs sûres feront plaisir aux mélomanes : la voix grave d’Antoine Corriveau, la pop déjantée et orchestrale de Klô Pelgag, la disco intoxicante de Le Couleur, les rockeurs de Chocolat, les capables des Dales Hawerchuck, le sympathique Karim Ouellet et les lourds de chez Voïvod.

Le hip-hop ne sera pas en reste, les minces peuvent se réjouir. Alaclair Ensemble, Rednext Level et KNLO seront tous de la fête cette année. On y ajoute les vétérans de Loco Locass et le retour-surprise de Bran Van 3000. Dans le volet étonnant, notons la présence de l’excellente formation torontoise Weaves et Yonatan Gat avec qui ça devrait déménager. Finalement, la relève obtient aussi sa part du gâteau. Le trio Paupière, Sarah Toussaint-Léveillée, Tintamarre, Chassepareil, De La Reine, Bad Dylan, Renard Blanc et Les Viandes Froides seront sur place.

Une édition 2017 assez affriolante pour le Festif! On s’y voit du 20 au 23 juillet prochain!

http://lefestif.ca/

Lisbon Lux Records fête ses 4 ans

L’étiquette de musique électronique Lisbon Lux Records célèbre ses 4 ans d’existence le 17 février 2017 au Loft Matahari avec une compilation de leurs singles et surtout un gros party en vue. Dylarama, Fonkynson, Das Mörtal, HWYS et leurs invités seront des festivités.

Les synthés sont au goût du jour avec la compilation que Lisbon Lux Records lance à l’occasion de leur anniversaire. Voilà déjà quatre ans que l’entreprise montréalaise roule sa bosse dans l’industrie musicale électronique avec des artistes talentueux. À qui la chance de mettre la main sur l’une des 500 copies de la compilation Lisbon Lux Records Vol III lors de l’évènement? Une compilation savoureuse pour les amoureux d’électronique avec entre autres, les singles Stranger (HWYS), Elle et lui (Paupière), Punch (French Fox) et Comme la mer (Bronswick). L’évènement musical se donnera dans le décor des œuvres de l’artiste Carolane Bélanger qui expose pour l’occasion.

Du talent local à revendre donne le ton de cette soirée haute en couleurs. On s’attend aussi à ce que l’étiquette élabore concernant les lancements d’albums à venir cette année. On ne peut pas dire que ça ne bouge pas en 2017 avec les sorties d’albums de Paupière, Das Mörtal et Bronswick. De plus, les petits nouveaux Radiant Baby et Dylarama sortiront leurs premiers EP sans oublier Beat Market qui offirra de nouveaux simples.

Petit historique de Lisbon Lux Records

En 2013 la maison de disque sortait son premier simple : Femme de la formation Le Couleur qui demeure leur plus gros succès de catalogue jusqu’à maintenant avec plus de 1 300 000 vues sur Youtube. Une grande avancée arrive en mai 2015 lorsque Le Couleur, Das Mörtal et Beat Market s’envolent en Europe à Berlin, Liverpool et Paris. Finalement, LLR remporte le succès en janvier dernier avec le titre Rex de Paupière qui devient le buzz Energie du mois. Pour la première fois, une production de Lisbon Lux Records se rend sur les ondes d’une radio commerciale. L’opportunité de toucher le public populaire est désormais rendue possible sans faire de compromis artistique.

https://lisbonluxrecords.com/

Les EP de janvier 2016

PAUPIÈRE – JEUNES INSTANTS EP

paupie-re-jeunes-instants-cover-1440Paupière est un trio montréalais qui fait dans l’électro-pop eighties avec des rythmes lascifs et des sonorités sombres. La formation est composée de Pierre-Luc Bégin (We Are Wolves), Julia Daigle et Éliane Préfontaine. Les paroles sont généralement crues, simples, mais enveloppées d’un certain mystère. Le résultat est intéressant en partie grâce aux chœurs vocaux des deux demoiselles qui se fondent bien ensemble. Un groupe à surveiller en 2016 puisqu’ils ont déjà en poche un contrat pour la sortie du maxi en France via les futés de chez Entreprise.


 

MEDORA – LES ARÔMES

a1638575541_10Medora entame l’année 2016 avec un deuxième EP. On les retrouve où ils nous avaient laissés avec Ressac paru en 2014. Ils nous offrent toujours un rock indé assez facile d’approche, assez mélancolique où les mélodies languissent doucement à la sortie de la bouche de Vincent Dufour. Pour enregistrer Les Arômes, le quatuor s’est tourné vers le studio Pantoum qui devient petit à petit un incontournable sur de la scène musicale provinciale. Medora nous montre un côté plus rock avec Permanence tandis qu’Une fille et son flanc gauche montre le côté plus doux du groupe.


 

SHE-DEVILS – SHE-DEVILS EP

a0512012559_10Le groupe She-Devils fait ses dents sur les scènes montréalaises depuis un petit bout de temps. Le duo constitué de Audrey Ann et Kyle Jukka fait une musique qui comporte un bon fond accrocheur que le tandem passe au tordeur et égratigne avec des sons interrompus, des guitares claires, mais mélancoliques. C’est pas mal intéressant. Il y a un petit fond années 50, semi-kitsch dans leur musique, I Wanna Touch You le démontre avec brio. Ça vaut le détour.


 

LOÏC APRIL – DIV/SION

a0737984100_10En juillet 2014, Protofiev tirait sa révérence. Personnellement, ça m’a attristé. J’aimais bien le shoegaze de la formation. En provenance des cendres de la formation, Loïc April, le chanteur, se lance en solo. Div/sion est sa première parution et c’est pas mal prometteur. On y retrouve beaucoup de référence à la musique alternative des années 90. C’est mélancolique, un peu comme Grandaddy par moment, et c’est plus rock comme dans Swallowed de Bush X à d’autres moments. Par contre, c’est toujours mélodieux.
 
 


 

MAJICAL CLOUDZ – WAIT & SEE

majical-cloudz-wait-and-seeMajical Cloudz a fait paraître l’excellent Are You Alone? qui s’est hissé au 33e rang de notre top 50 de 2015. Apparemment, Devon Welsh et Matthew Otto avaient envie de nous gâter un peu plus. Wait & See rassemble cinq titres enregistrés en même temps que le dernier album, mais qui ont été écartés parce qu’elles ne cadraient pas totalement avec les restes des chansons. Ces cinq chansons sont tout de même bien plaisantes pour les tympans.


 

WALL – WALL EP

homepage_large.95f2d671WALL est une formation punk de New York mené par Samantha York. Si vous avez suivi ce que fait Terry Richardson alors vous avez peut-être vu l’Américaine défiler sur votre écran. York n’est pas seulement modèle, mais elle est aussi chanteuse. La formation WALL fait un no wave/punk qui porte les traces d’un amour de Fugazi. Fit The Part est l’incarnation la plus probante de cela. Une chanson qui vaut vraiment le détour.


 

NATATION – FUCK LA PLEINE LUNE

a1179020800_10Natation est un groupe de musique de rock indie de Montréal. En décembre, il lançait leur premier EP, Fuck la pleine lune. La formation affectionne le rock qui donne envie de se déhancher et chante autant dans la langue de Molière que celle de Shakespeare. Fuck la pleine lune est un curieux objet qui nous offre de bons flashs. Wasted Feelings et These Kids nous montrent ce que la formation fait de mieux. On ne peut en dire autant de la très ordinaire Je ne t’écoute pas. Dans l’ensemble cependant, c’est bien réussi.


 

LITTLE SIMZ – AGE 101: DROP X

20151222-little-simz-mixtapeLa rappeuse anglaise Little Simz surfe encore sur la vague depuis la sortie de son album en 2015. Elle possède une place de choix parmi les albums que nous n’avons pas pu critiquer faute de temps. On peut enfin vous la présenter avec ce nouveau mixtape. Elle possède une prose intelligente bien construite et n’a pas peur de sortir hors des sentiers battus. Son hip-hop est brillant, nuancé, varié et très efficace.
 
 


 

STRANGERFAMILIAR – FIRE UNDER WATER EP

strangerfamiliarIlichna Morasky est une artiste visuelle qui possède aussi un talent pour la musique. Elle nous le prouve avec ce Fire Under Water qui contient quatre chansons de dream-pop électro. Elle construit ses pièces avec des boucles de synthés, des percussions, un ukulélé et sa voix qui est centrale. C’est intéressant et ça nous offre un avant-goût de ce que sera ce projet. Elle retourne dans son pays d’origine, le Chili, pour y enregistrer un premier album.
 
 


 

COSMOPHONE – COSMOPHONIE

a1977159592_10Cosmophone est une formation pop de Trois-Rivières qui sert de vaisseau de création à Daniel Quirion et Catherine Laurin qui assure en alternance l’écriture et la composition des pièces de ce premier maxi. On sent un gros penchant pour le rock progressif, mais qui est vidé de sa lourdeur. C’est aérien et intéressant, même si dans l’ensemble, c’est très poli. Ça manque un peu de remous et de gravelle. La formation possède un beau talent pour la mélodie et gageons que ce n’est que le début d’une belle aventure.