Omar Souleyman Archives - Le Canal Auditif

Critique : Omar Souleyman – To Syria, With Love

Omar Souleyman est le héros d’une histoire improbable qui a fait découvrir sa dabka (une musique traditionnelle syrienne) à l’Occident. En 2007, lors d’un voyage en Syrie, Mark Gergis le découvre, revient aux États-Unis et fait paraître une compilation nommée Highway to Hassake. L’engouement s’est fait sentir tout de suite si bien que par la suite, Souleyman a travaillé avec Four Tet et Modeselektor. Pour ce nouvel album, le syrien a signé chez Mad Decent, maison de disque de Major Lazer et fondée par Diplo.

To Syria, With Love est un tantinet plus pop que Bahdeni Nami paru en 2015 ou encore Wenu Wenu de 2013. C’est essentiellement un album composé pour la fête et on se rend compte qu’Omar Souleyman est un peu l’équivalent de Gilles Vigneault pour la Syrie. Ses chansons sont répétitives, hypnotiques et faites sur mesure pour un bon rigodon moyen-oriental. Ça donne envie de faire une noce juste pour danser sur ses rythmes contagieux.

Ya Bnayya, un des simples parus en prévision de l’album, est une valeur sure, dansante et intoxicante. Ce genre de chanson à répondre qui compte sur des salves de percussions aussi diverses qu’efficaces frappe dans le mile. Tout comme la mélodieuse Ya Boul Habari ou encore la rapide Khayen. Fidèle à son habitude, Souleyman nous offre des chansons qui dépassent souvent le cap des 6 minutes.

Certaines pièces sont aussi un peu plus déposées comme Es Samra ou encore la mélancolique Mawal qui, on le devine, est une sorte de cri du coeur. Mais bon, comme mon arabe se résume grosso modo à dire « shoucran » pour remercier, je ne comprends pas toutes les subtilités du langage qu’Omar Souleyman met possiblement de l’avant. Une chose est sûre par contre, il chante bien et son interprétation nous transmet ce qui nous échappe dans les mots.

Est-ce que To Syria, With Love est parfait? Non. Les chansons fortes sont porteurs, mais on s’ennuie un peu des explorations faites dans le passé par les producteurs avec qui il a travaillé. Musicalement, même si c’est bien enregistré et qu’à quelques moments des effets viennent bonifier l’écoute, ça manque un peu de variété.

Omar Souleyman nous livre un autre album bien intéressant qui donne envie d’aller se dandiner les hanches sur un plancher de danse. To Syria, With Love (et les syriens en ont besoin plus que jamais) est une bande musicale qui accompagne à merveille les soirées chaudes qui sont arrivées.

Ma note: 7/10

Omar Souleyman
To Syria, With Love
Mad Decent
45 minutes

http://maddecent.com/artist/omar-souleyman/

10 albums à surveiller en juin 2017

Lary Kidd – Contrôle (2 juin)

L’un des tiers du défunt Loud Lary Ajust se prépare enfin à lancer Contrôle qui avait été repoussé en raison de la faillite de DEP. Après un EP réussi pour Loud, qu’est-ce que Lary Kidd va aussi nous impressionner avec son album? Celui qui privilégie un style qui mélange les influences américaines du gansta’ rap et le drug rap à la Future collabore avec certains des compositeurs les plus intéressants que la belle province a à offrir dont, VNCE et Toast Dawg.


 

Omar Souleyman – To Syria, With Love (2 juin)

Déjà dans le titre, le syrien Omar Souleyman amène un élément subversif. Mais tous savent que si un pays dans le monde mérite une bonne dose d’amour en ce moment, c’est bien le pays natal de Souleyman. Le chanteur arabe avait déjà très bien fait avec Wenu Wenu paru en 2013. Son mélange d’influences musicales syriennes, iraquiennes, kurdes et turques donne une soupe tout à fait intoxicante. Comme le démontre son premier simple Ya Bnayya.


 

TOPS – Sugar at the Gate (2 juin)

Le groupe montréalais TOPS fait de la musique bien intéressante depuis quelques années, mais ce nouvel album semble frapper un peu plus dans le mile. Surtout à l’écoute de l’efficace et la groovy Petals. Ces férus d’indie-rock ont intégré des éléments pop dans leurs compositions aisément. Le résultat donne régulièrement envie de se faire aller les hanches.


 

Alt-J – Relaxer (9 juin)

Alt-J, lauréat du prix Mercury en 2012 pour l’excellent An Awesome Wave lancera leur troisième album ce mois-ci. Déjà de nombreux simples sont disponibles sur le web et à date, ça semble un retour à un son plus près de leur premier. En plus, la formation sera en spectacle au mois d’octobre à la Place Bell de Laval. Bref, ça fait beaucoup de bonnes nouvelles pour le début de l’été.


 

Sufjan Stevens, Bryce Dessner, Nico Muhly & James McAlister – Planetarium (9 juin)

C’est certain que l’idée d’un super-groupe qui réunit Sufjan Stevens et Bryce Dessner est en soi une nouvelle d’intérêt. Ajoutez au mix le compositeur électronique expérimental Nico Muhly et le batteur de Stevens James McAlister et vous obtenez un incontournable de cette mi-année. Ce projet tourné vers les étoiles se nomme Planetarium et explore notre système solaire avec des notes. C’est très prometteur.


 

Pages : 1 2

Les 3 étoiles du 12 mai 2017

Nicolet – Ratio

Chivi Chivi est une jeune maison de disque qui va de plus en plus faire parler d’elle. Entre autres parce qu’elle choisit bien ses artistes… toux… Lydia Képinski… toux. La plus récente annonce est Nicolet qui lancera un album à l’automne prochain. Le projet d’Étienne Hamel est présent sur la scène montréalaise depuis un bon bout de temps et a participé aux Francouvertes en 2016. Il nous présente l’entraînante Ratio qui te donne envie de te grouiller le popotin sur ta chaise d’ordi.

LCD Soundsystem – Call the Police

LCD Soundsystem avait fait un peu de peine à tout le monde lorsque James Murphy avait annoncé que c’était terminé en 2011. La joie est revenue dans le cœur des mélomanes lorsque la formation est revenue pour une série de spectacles en 2016. Finalement, la série de spectacles, à l’image des premières années du groupe, n’a tout simplement jamais arrêté. Bien qu’ils ont d’excellents succès en banque, on attendait avec anxiété la venue de nouvelle musique. Le vœu de bien des fans a été exaucé vendredi dernier lorsque les deux nouveaux simples, Call the Police et American Dream, sont apparus. Vous pouvez enfin vous faire plaisir aux tympans.


 

Omar Souleyman – Ya Bnayya

Vous connaissez Omar Souleyman? Le chanteur de noce beaucoup trop rythmé syrien? Il lancera en 2017 son nouvel album To Syria With Love, et dieu sait qu’elle en a besoin. Souleyman nous livre une autre pièce qui donne envie de danser toute la nuit avec son habile mélange de musique électronique et de mélodie typique du Moyen-Orient. De quoi faire danser ta noce cet été.