oasis Archives - Le Canal Auditif

Osheaga 2017: Jour 2

Cette deuxième journée d’Osheaga s’annonçait heureusement plus ensoleillée que la veille. En cette deuxième journée, ce sont plutôt les annulations qui pleuvaient. Tout d’abord, à notre grand regret, nous savions que Solange n’y serait pas. À cela s’est ajouté Georges Ezra, Lil Uzi Vert et Darius. Mais bon, il nous restait beaucoup de bons groupes à attraper.

Des hommes (et femmes) et de confiance

La formation de Québec Men I Trust était présente sur la Scène des arbres. Après quelques minutes nécessaires à faire fonctionner le clavier de Dragos Chiriac, le groupe s’est lancé. Avec ses chansons au groove indéniables, Men I Trust a offert une bonne prestation. On sent que le jeune groupe n’est pas encore tout à fait à l’aise sur scène. Emma chante bien et possède une bonne présence sur scène. Par contre, on voit encore ses hésitations lorsqu’elle fait aller ses doigts le long du manche de sa guitare. Ils nous ont livré aussi leur nouvelle chanson You Deserve This. Tout cela avant qu’une panne de courant vienne brutalement couper leur élan. Le quatuor a tout de même assuré, faisant d’abord taper des mains avant de faire quelques blagues à la foule. Et de reprendre dès que la situation est revenue à la normale.

Puis, je me suis dirigé vers l’une des deux grandes scènes pour assister à la performance de Jain, la jeune étoile montante de la pop française. Accompagnée seulement d’un DJ, elle a animé la foule mieux qu’Éric Salvail dans ses belles années. Petite dans cet espace immense, elle a gambadé d’un bout à l’autre, chantant avec énergie et entrain. Sur Come, elle est descendue rejoindre le public pour lui faire chanter une partie de refrain. Tout cela pour finalement lancer Makeba, qui a ravi la foule. La jeune Française peut se dire : mission accomplie au terme de ce 200e spectacle.

De la relève et de la nostalgie

Yung Lean est un rappeur suédois qui fait sa marque sur la scène underground depuis un bon bout de temps. Celui-ci a même coécrit quelques chansons sur Blond de Frank Ocean. Le jeune homme était visiblement heureux d’être à Montréal. « Montreal is a lot like Sweden. It’s nice. » Il a livré ses chansons sans « playbacks » ou presque, chose relativement rare pour un rappeur. On n’a décidément pas fini d’entendre parler de ce jeune prodige.

Puis, je me suis dirigé vers l’une des grosses scènes pour voir Liam Gallagher. L’un des deux frères d’Oasis n’a pas la meilleure réputation et sa récente performance à Lollapalooza qui n’a duré que 15 à 20 minutes n’aide en rien son aura de diva. À Montréal, la situation était tout autre. Il a joué un set complet contenant plusieurs chansons d’Oasis dont Morning Glory, Be Here Now et même Wonderwall pour fermer la marche. Le pauvre Liam avait manqué le mémo sur les conditions météorologiques. Il était toujours vêtu d’un imperméable et n’avait pas ses lunettes soleil. Entre les succès passés du groupe, Gallagher a aussi présenté 5 chansons de son album à paraître en octobre : As You Were.

Du gros fun

Danny Brown avait l’intention d’avoir du plaisir et c’est exactement ce qu’il a eu. Enchaînant les tubes de ses deux derniers albums, dont Dip, Dope Song, Ain’t It Funny et When It Rain, le rappeur de Detroit a donné généreusement sur scène. Visiblement content et en plein contrôle (contrairement à son DJ qui avait l’air d’avoir le corps sur scène, mais l’esprit pris dans le nirvana), Danny Brown n’a pas cessé de sourire et de sortir sa langue comme il le fait si souvent. Une performance sans accrocs et tout à fait satisfaisante.

Rone était pour sa part d’office sur la scène de l’île, cette fameuse structure placée directement sur l’eau. Le français a fait danser la foule qui était tout sourire alors que le soleil commençait à se coucher. Les seules bouilles perplexes étaient celles des fans d’EDM qui peinaient à comprendre les structures un peu plus audacieuses du compositeur. Bref, c’était très satisfaisant.

Punk et prédication

Le groupe torontois PUP était sur place pour casser la baraque et c’est exactement ce qui s’est passé. Après deux chansons, la barricade avant a cédé. Cela a entraîné un premier arrêt dans leur performance. Ils repartent avec Dark Days pour s’arrêter de nouveau. Cette fois, c’est un festivalier qui est blessé. Une bonne dizaine de minutes plus tard, une fois que les secours ont porté leur aide, il est temps de repartir. Le groupe a été très cool pendant ces moments d’arrêt, rappelant aux festivaliers qu’il est important de faire attention les uns aux autres. Reservoir, If This Tour Doesn’t Kill, I Will et Sleep In the Heat ont fait partie d’une quinzaine de minutes de puissance sans arrêt de la part de la bande. Un très bon concert.

Puis, je me suis dirigé du côté de Father John Misty qui était de très bonne humeur. Il échangeait avec la foule et semblait s’amuser authentiquement. J’ai eu le temps d’attraper True Affection sur laquelle il a dansé comme un dément, When the God of Love Returns There’ll Be Hell To Pay et Hollywood Forever Cemetery Sings. Tout cela pendant que la pluie revenait nous gâter. Il a terminé sur I Love You, Honeybear. Un très très bon concert, beaucoup plus entraînant que son Pure Comedy.

Voilà pour la deuxième journée. On se revoit demain pour le contre-rendu de la 3e et dernière journée. Et non, je n’ai pas été à <strong>Muse. Comme dirait le chanteur de PUP : « I got a good and a bad news for you. If you want to catch Muse, you’ll have to leave before the end. The bad news is we’re keeping all our bests songs for the end. The good is… who the fuck cares about Muse. »

À demain.

https://www.osheaga.com/

Oasis – Be Here Now

Noel Gallagher a beau s’exercer avec ses High Flying Birds et son frangin Liam peut tant qu’il veut faire la tournée des festivals avec son nouveau matériel, les frères rivaux ont beau ne plus se parler, mais ils savent toujours flairer la bonne affaire. La dernière en lice : faire paraître une édition collectionneur de Be Here Now l’interminable et décousu effort d’Oasis paru en 1997. Et à l’instar dudit disque, la nouvelle édition est toute aussi — scoop — interminable (sur trois disques) et décousue. Mathieu April et Jean-Simon Fabien en ont discuté en partageant des boissons houblonnées un samedi soir d’hiver à Québec.

Avertissement : Ceci est probablement la critique de disque la plus lourde à être publiée cette année : un commentaire en plus de 1250 mots sur le moins bon album d’Oasis. Comme dirait Pierre-Yves McSween, en as-tu vraiment besoin?

Ouvrez-vous une IPA et ça va être correct.

1-D’You Know What I Mean

Mathieu : Moi ce que j’aime, c’est que Noel a son capo à la deuxième frette sur sa grosse Flyin » V dans le vidéoclip. C’est encore plus impressionnant que les hélicoptères pis toute.
Jean-Simon : Encore une toune d’Oasis avec du name drop de tounes des Beatles : Fool on the Hill et I Feel Fine cette fois-ci.

Point(s) fort(s) : La mélodie du pont, le capo à la deuxième frette, le texte intime
Point(s) faible(s) : Trop longue d’une minute, le refrain est trop simple et trop souvent répété, trop de couches de sons.

Verdict : C’est un hit!

2— My Big Mouth

Mathieu : Du Oasis lourd, du gros son, comme sur (What’s the Story) Morning Glory. L’idée de base est bonne.
Jean-Simon : C’est la Some Might Say de Be Here Now.

Point(s) fort(s) : Un excellent pont, une attitude rock assumée, une chanson somme toute « ramassée », compacte.
Point(s) faible(s) : Refrain moyen et un clin d’œil limite légale aux Smiths.
Verdict : C’est un hit.

3 — Magic Pie

Mathieu : Une autre chanson lourde, l’album commence fort, mais pas une chanson mémorable. Rien là-dedans ne justifie de dépasser la barre des 7 minutes.
Jean-Simon : Excellent début beatlesque, texte poignant, narration à la 3e personne, c’est une relative nouveauté pour Noel.

Point(s) fort(s) : Les paroles, la voix de Noel et les harmonies vocales qui évoquent celles de Cast No Shadows.
Point(s) faible(s) : Trop longue, refrain ordinaire, superposition de couches sons et d’effets qui rendent presque impossible l’écoute du morceau en entier.
Verdict : Du gros potentiel de hit gaspillé.

4— Stand By Me

Mathieu : Dès que Liam ne chante pas, Noel fait une passe à la guitare, il n’y a aucune pause de mélodie dans cette chanson. Un grand ménage du printemps aurait grandement amélioré cette pièce.
Jean-Simon : Insipide tentative de faire une deuxième Don’t Look Back In Anger. De bonnes idées mélodiques cela dit, comme la sortie du dernier refrain en accords mineurs.

Point(s) fort(s) : L’orchestration, la guitare soliste.
Point(s) faible(s) : Texte médiocre, les idées de grandeurs et l’opulence générale.
Verdict : Un plaisir coupable sucré.

5-I Hope I Think I Know

Mathieu : Il me semble que la balance de son est bizarre… Encore une autre chanson au pont accrocheur et au refrain oubliable.
Jean-Simon : Quand Liam chante «you’ll never forget my name», c’est sur le même ton que «you know what some might say».

Point(s) fort(s) : Liam assure au chant.
Point(s) faible(s) : Faible effort de composition.
Verdict : On skip.

6-The Girl With The Dirty Shirt

Mathieu : Ça sonne comme une mauvaise reprise d’un b-side des Beatles. De plus, la chanson commence avec les deux mêmes accords que Wonderwall. Sacré Noel!
Jean-Simon : Sûrement qu’il devait avoir un capo à la deuxième frette.

Point(s) fort(s) : La conclusion aux claviers, quoique longue, est assez intéressante. Un pont très fort mélodiquement. Les harmonies de Noel sont impeccables.
Point(s) faible(s) : Refrain quétaine, texte sexiste et une des plus oubliables chansons du groupe. Dire qu’ils ont composé Supersonic le temps de se faire livrer du chinois…
Verdict : On endure

Pages : 1 2

Oasis – (What’s The Story?) Morning Glory

what-s-the-story-morning-glory-coverCeux qui me lisent régulièrement savent que je ne suis pas le plus grand fanatique de Noel Gallagher; un musicien affligé par un conservatisme musical navrant qui n’a jamais su se réinventer, doublé d’une attitude de «bully» qui me tape royalement sur les nerfs. Pour ce qui est de son frère Liam, ce n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan de mes soucis. J’entends déjà quelques mélomanes ruer dans les brancards… Cela dit, j’ai le plus grand des respects pour les deux premières galettes de la formation mastodonte britannique Oasis: Definitely Maybe (1994) et (What’s The Story?) Morning Glory (1995). Le 2 octobre dernier, on célébrait le vingtième anniversaire de «l’érection matinale» d’Oasis.

Après le succès d’estime de l’excellent Definitely Maybe, Oasis ne perd par de temps et retourne en studio de mai à juin 1995. Évidemment avec les frangins Gallagher, rien ne se déroule sans heurts. Durant l’enregistrement de la piste de voix de Noel sur Don’t Look Back In Anger, frérot Liam fait irruption avec quelques compagnons de beuveries ameutés dans un pub situé près du studio d’enregistrement. Les enfants en viennent aux coups et Noel fracture le bras droit de son frère à coup de batte de cricket. Du grand art!

L’aspect musique? Oasis change de cap en adoucissant sa musique, ajoutant au passage des cordes, des chœurs célestes, amplifiant l’effet «vers d’oreille» de ses mélodies et propose surtout l’un des plus grands succès de l’histoire de la britpop: Wonderwall. Je m’attarde spécifiquement à ce titre, car même si on a tous entendu ce succès jusqu’à l’écoeurement total, cette pièce est l’exemple type de la parfaite chanson pop. Couplet accrocheur, refrain matraque, folk-pop beatlesque imparable détenant un je-ne-sais-quoi d’irrésistible, tout y est. En passant, si vous voulez redécouvrir cette chanson, le rocker/folker graisseux états-unien Ryan Adams en fait une version frémissante sur l’album Love Is Hell.

Évidemment, Oasis oblige, le disque est bourré de contrefaçons et d’évidentes références musicales; les Beatles aux premières loges! Hello est inspiré directement de Hello, Hello, I’m Back Again de Gary Glitter… au point où le groupe a dû créditer le controversé chanteur en tant qu’auteur de la chanson. She’s Electric s’achève de la même manière que Penny Lane. Morning Glory fait penser par moments à The One I Love de R.E.M. Don’t Look Back In Anger commence de la même manière qu’Imagine de Lennon. Et ainsi va la vie!

Néanmoins, malgré tous ces emprunts, on reste scotché à ce disque grâce à l’immense qualité des mélodies entièrement conçues par le père Noel lui-même. Même si à sa sortie les critiques de l’album furent mitigés, force est d’admettre que Morning Glory vieillit somme toute très bien et fait office d’album pop-rock britannique ultime. En ce qui me concerne, impossible de résister une seule seconde à la superbe Champagne Supernova et à son refrain tout simplement magique et explosif. Fait à noter, c’est Paul Weller (The Jam) qui joue la plupart des solos de guitare sur cette chanson.

Paru au plus fort de la rivalité aussi inutile qu’imbécile avec Blur (bravo à l’équipe de «marketeux» des deux groupes!), Morning Glory est le plus grand succès commercial d’Oasis. Il est également le troisième album le plus vendu sur le territoire britannique, accompagné par Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band des Beatles et le Greatest Hits de Queen (le groupe rock sans identité par excellence de l’histoire!). Malgré tout ce que je peux penser des Gallagher, ce disque est un incontournable que tout bon amateur de rock se doit d’avoir dans sa discographie. Cependant, que ça plaise ou non, je n’en démords pas, c’est le dernier bon disque du groupe. Après Morning Glory, point de salut, c’est du pareil au même. Si j’avais un frère, j’irais bien le tapocher à coup de batte de baseball afin de célébrer avec faste et classe le vingtième anniversaire de (What’s The Story?) Morning Glory. La Brute du Rock, tu te portes volontaire?

http://www.oasisinet.com/#!/home