Mount Kimbie Archives - Le Canal Auditif

Critique : Mount Kimbie – Love What Survives

Le diable est dans les détails dits l’adage. On peut très bien l’appliquer à la musique de Mount Kimbie qui lance Love What Survives. Le groupe revient quatre ans après la sortie du réussi Cold Spring Fault Less Youth. Kai Campos et Dom Maker se sont donné le temps d’accoucher d’un album qui est travaillé, poli et recouvert d’un petit verni juste assez lustré.

Cold Spring Fault Less Youth démontrait déjà les qualités de compositeurs et d’arrangeurs du duo. Voici qu’avec Love What Survives, ils prouvent qu’ils sont en plein contrôle de leur démarche. Love What Survives est rempli de petits détails de composition qui font plaisir à entendre. C’est lorsqu’ils font appel à des collaborateurs que le plaisir devient encore plus évident.

On ne peut passer à côté de la trépidante Blue Train Lines sur laquelle chante King Krule. La batterie nous garde en haleine tout au long alors qu’elle se décide à embrayer pour vrai au deuxième refrain accompagné d’une basse simple et mélodieuse. Avec la voix de King Krule qui semble sur point de casser de désespoir, le résultat est réussi et poignant. Ce n’est pas la seule collaboration qui sourit à Mount Kimbie. James Blake les accompagne sur l’émotive We Go Home Together. Ses échantillons vocaux atypiques nourrissent la chanson et l’orgue de Blake nous fait entendre ses souffles qui deviennent une partie intégrale de la rythmique. Ce dernier signe une deuxième collaboration, la mélancolique How We Got By qui est typiquement Blake, mais avec un ajout non négligeable de jazz. Andrea Balency signe pour sa part les voix sur la plutôt rock You Look Certain (I’m Not So Sure) et Micachu la plus excentrique et groovy Marilyn.

Malgré le brio de ces collaborations, Mount Kimbie est aussi capable de se débrouiller par eux-mêmes, Four Years and One Day qui ouvre Love What Survives, nous attire progressivement dans la musique. Un peu à la manière d’Orion de Metallica et son fade in entouré de sons synthétiques. Balency revient sur T.A.M.E.D. où cette fois, ce sont les deux garçons de Mount Kimbie qui se mouillent. Avec une mélodie qui évoque sans détour Damon Albarn, ils nous chantent la mélancolie d’un amour à distance à coup de répétitions de paroles incessantes.

Dark cloud, that came as some surprise
Here now, so take your own advice
Eat alone and care about, we really should
But my, my, my, you made me so unkind

Think about me every day
I’m alone forever
Think about me every day
I’m alone forever
T.A.M.E.D.

Mount Kimbie faisait déjà bien les choses sur Cold Spring Fault Less Youth, mais ils se surpassent sur Love What Survives. On y retrouve de savantes compositions qui sont remplies de petits détails qui charment les oreilles. Ces compositions sont riches et après plusieurs écoutes, on se surprend à découvrir de nouveaux sons ou une nouvelle tournure.

Ma note: 8/10

Mount Kimbie
Love What Survives
Warp Records
40 minutes

Site Web

Les 3 étoiles du 14 juillet 2017

Photay – Aura

Il y a quelques années, LP Labrèche était tombé sur l’EP d’un certain Photay qui en était à ses premières armes. Il avait été impressionné par le talent du jeune homme de l’état de New York. Voici que Photay fera enfin paraître un album complet. Onism sortira le 11 août. En attendant, vous pouvez vous familiariser avec les compositions électros audacieuses du jeune homme grâce au simple Aura.


 
 

Le Matos – La Mer des possibilités

Le duo québécois Le Matos fait paraître un clip pour la chanson La Mer des possibilités. Préparez-vous à visiter Hong-Kong comme jamais auparavant. Dans ce clip, nous suivons deux jeunes hommes à travers les restes désertiques d’endroits qui ont été laissés à la décrépitude. Les images sont marquantes et magnifiques. Le mélange de celles-ci et de la musique rythmée du groupe donne un alliage solide qui crée une certaine tension à l’écoute.


 
 

Mount Kimbie – Blue Train Lines (ft. King Krule)

Souvent les bonnes nouvelles arrivent à plusieurs. Nous sommes ici en présence de ce phénomène extraordinaire qui résulte par nos oreilles qui se font chouchouter. Mount Kimbie a annoncé cette semaine son nouvel album à paraître le 8 septembre prochain. En plus, la formation anglaise nous envoie un premier simple qui compte sur l’apport de King Krule et sa voix unique. C’est déjà en soi une raison suffisante d’attendre la date avec impatience.

Les 3 étoiles du 7 avril 2017

Kendrick Lamar – HUMBLE.

Ça commence de plus en plus à sentir le nouvel album pour Kendrick Lamar, qui sera au Festival d’Été de Québec. HUMBLE. est une charge à fond de train contre ceux qui ose user d’arrogance devant lui. Ça lui donne des petits airs de parrain de la mafia et il faut le dire, le refrain est non seulement hyper mélodieux, il est simple et efficace. En plus de faire une attaque contre la culture du photoshop et de l’apparat… c’est pas mal intéressant.


 

Mount Kimbie – We Go HomeTogether ft. James Blake

Le duo Mount Kimbie n’avait pas fait paraître de nouveau matériel depuis un bon bout de temps. Ils reviennent en force en annonçant une tournée nord-américaine qui s’arrêtera à Montréal le 15 juin au Théâtre Fairmount en plus de faire paraître un nouveau simple qui compte sur l’apport de James Blake. La chanson est un petit peu à côté de la track et possède beaucoup de soul.


 

Public Service Broadcasting – Progress

Si vous cherchiez une belle petite chanson d’indie-rock efficace, Public Service Broadcasting vient de vous livrer quelque chose d’assez incroyable. Des échantillons entrecoupent les refrains très simples chantés par Tracyanne Campbell de Camera Obscura. C’est tout à fait magnifique et les refrains nous transportent par leur légèreté et leur mélodie intoxicante.