Mount Eerie Archives - Le Canal Auditif

Les 50 meilleurs albums de 2017… à date…

Voici donc ce moment si plaisant de l’année où on vous fait un inventaire des sorties remarquées. Parmi celles-ci, on retrouve que des albums ayant obtenu la note de 8 ou plus. Rien de moins! On vous offre la crème de la crème sur un plateau. Pour vous faciliter la tâche, nous avons regroupé les albums par genre tout en faisant une catégorie spéciale pour nos bons produits locaux, qu’ils soient anglophones ou francophones. Bonne écoute.
 
 

From Québec with love

Peter Peter – Noir éden
Colin Stetson – All This I Do For Glory
Philippe B – La grande nuit vidéo
Kid Koala – Music To Draw To : Satellite
Tim Darcy – Saturday Night
Leif Vollebekk – Twin Solitudes
Mat Vezio – Avant la mort des fleurs cueillies
Samuele – Les filles sages vont au paradis, les autres vont où elles veulent
TOPS – Sugar at the Gate

Hip-Hop / R&B

Run The Jewels – Run The Jewels 3
Loyle Carner – Yesterday’s Gone
Sampha – Process
Thundercat – Drunk
Kendrick Lamar – Damn.
Vince Staples – The Big Fish Theory
Lomepal – Flip
Ho99o9 – United States of Horror
Jay-Z – 4:44

Folk

Mount Eerie – A Crow Looked At Me
Fleet Foxes – Crack-Up

Rock

Nine Inch Nails – The Fragile : Deviations I
Polaroid3 – Rivers
Slowdive – Slowdive
Oxbow – Thin Black Duke
Flotation Toy Warning – The Machine That Made Us
The XX – I See You
Ty Segall – Ty Segall
Foxygen – Hang
The Sadies – Northern Passages
Dirty Projectors – Dirty Projectors
Vagabon – Infinite Worlds
Future Islands – The Far Field
Feist – Pleasure
King Gizzard & The Lizard Wizard – Flying Microtonal Banana

POP

Lorde – Melodrama

Punk/Hardcore

Meat Wave – The Incessant
Pissed Jeans – Why Love Now
USA Nails – Shame Spiral
Priests – Nothing Feels Natural

Métal / Post-Rock

Grails – Chalice Hymnal
Pallbearer – Heartless
King Woman – Created in the Image of Suffering

Électronique / expérimental

Clark – Death Peak
Arca – Arca
Xiu Xiu – Forget
Pharmakon – Contact
Tigran Hamasyan – An Ancien Observer
Jlin – Black Origami
Bonobo – Migrations
Com Truise – Iterations

Bonne deuxième moitiée (déjà entamée) de 2017 les mélomanes!

Des premiers noms pour POP Montréal 2017

POP Montréal fêtera son #sweet16 cette année. Ben oui, le festival est rendu à cet âge ingrat où tu fais un party maison, que tu bois trop de bière pour la première fois et que tes parents te trouvent trop saoul. On s’attend donc à toute une fête en septembre. Pour le moment, l’organisation commence tranquillement à nous livrer quelques noms qui seront parmi nous septembre.

I said a hip hop the hippie the hippie to the hip hip hop and you don’t stop

Quelques bons noms de la scène hip-hop sont déjà annoncés. Tout d’abord, nul autre que RZA du mythique Wu-Tang Clan sera à Montréal pour jouer en direct la trame sonore du film The 36th Chamber of Shaolin. Le film mythique va donc rencontrer le rappeur qui voue une passion bien assumée envers les arts martiaux. Les Swet Shop Boys qui comptent parmi ses rangs Heems (Das Racist) seront aussi de la fête. Finalement, c’est les Dead Obies qui sont la cerise sur le sundae de rimes qui se déversera sur l’édition 2017 de POP Montréal.

Des bons produits locaux

The Besnard Lakes sera de la partie tout comme Beyries qui avait été précédemment annoncé. Un groupe qui a fait les beaux et les moins beaux jours de l’indie-rock : The Dears, jouera son album No Cities Left en intégral. De plus, Think About Life sera de retour sur scène au grand plaisir de leurs fans! Ce ne sera pas le seul groupe légendaire qui sera présent. Jean-Guy « Arthur » Cossette membre de Les Jaguars sera en spectacle extérieur à la place Émilie-Gamelin.


 

Et pleins d’autres noms intéressants!

Hurray for the Riff Raff viendra faire un tour à Montréal. On aura droit aussi à une visite d’Austra qui présentera les pièces de son plus récent opus titré Future Politics. En provenance de la Ville-Reine, Jessy Lanza et The Acorn. Le groupe de John Dwyer, les vénérables de Thee Oh Sees seront en ville pour rocker la casbah alors que Vagabon va nous chanter des chansons plus tristes. POP Montréal peut aussi revendiquer quelques grosses prises. Royal Trux fera le voyage des États-Unis tout comme Lady Miss Kier, la fameuse chanteuse de Groove Is In the Heart de Deee Lite. Les amateurs de lourdeur ne seront pas laissés pour compte. King Woman viendra présenter les pièces de son excellent album paru un peu plus tôt cette année. Jay Som sera aussi de la partie. Et que dire de la sublime Weyes Blood? On est bien content. Finalement, pour ceux qui ont les nerfs d’acier, Mount Eerie sera à la Fédération Ukrainienne pour vous faire vivre de grosses émotions tirées d’A Crow Looked At Me.

Une autre édition qui s’annonce bien pour POP Montréal! On a déjà hâte au mois de septembre… mais on va quand même prendre les rayons de soleil de l’été au passage.

https://popmontreal.com/fr/

Critique : Mount Eerie – A Crow Looked at Me

Comment aborder un album comme A Crow Looked at Me? On peut difficilement le décrire comme un album, c’est plutôt le journal intime, en forme de chansons, d’un gars qui traverse le pire moment de sa vie.

Phil Elverum, alias Mount Eerie, alias le gars des Microphones, a été en couple avec la bédéiste, poète et musicienne Geneviève Castrée (née Geneviève Gosselin à Loretteville) pendant 13 ans, de 2003 à son décès d’un cancer du pancréas en juillet 2016. Le couple avait alors un enfant, une petite fille de 18 mois. A Crow Looked at Me présente les réflexions d’Elverum dans les mois, les semaines et littéralement les jours qui ont suivi cette bouleversante cassure dans sa vie.

Les aspects musicaux de l’album ressemblent aux automatismes d’un gars qui compose et enregistre compulsivement sa musique depuis 20 ans. Les vers sont mi-parlés, mi-chantés, sans mélodie nette, et les rares motifs ou répétitions proviennent des mots, ou semblent des réflexes qui reçoivent un minimum d’attention. La matière première ici est la douleur et le deuil, pas les notes et les rythmes.

Comment alors parler d’un tel album dans le contexte d’une critique d’album? Qui oserait donner une note à une telle chose? « Je donne un 9 sur 10 à ta douleur, Phil. » Ce serait d’une morbide indécence. Reste qu’A Crow Looked at Me a quelque chose d’un événement artistique majeur qui mérite qu’on en parle abondamment. Elverum a toujours été un habile poète en plus d’être un musicien difficile à cerner. C’est un peu le plus black métal des chanteurs indie folk, plongeant sans hésiter dans le pessimisme crasse et les thèmes morbides, mais ces tics du passé semblent soudainement minces et faux. Elverum l’annonce d’entrée de jeu, dans les premières secondes de l’album : « La mort est réelle. Quelqu’un est là, puis ne l’est plus. Ce n’est pas pour en faire des chansons ou de l’art. » La brisure est totale, mais Elverum n’a pas d’autres moyens de vivre avec qu’en en faisant des chansons.

Les textes sont bourrés d’observations et de descriptions de ce que vit Elverum, entrelacées d’une poésie très simple et très juste. On assiste au courage – ou au désespoir, c’est selon – qui pousse Elverum à tout raconter de ce qu’il ressent. Quiconque a vécu un deuil intense reconnaîtra la douleur, la recherche désespérée de signes et de continuité dans l’absence insensée d’un être cher, et l’horreur qui accompagne la réalisation que l’oubli et le temps gagneront un peu plus de terrain chaque jour.

Un avertissement, pour finir : A Crow Looked at Me vous fera pleurer et vous rendra mal à l’aise. C’est une expérience éprouvante et intime qui pourrait sembler de la torture pour certains. Oui, l’écoute s’apparente à ralentir en passant proche d’un accident de la route. Mais ce n’est pas juste bouleversant, c’est une création fascinante qui fait apprécier le fait d’être encore vivant, pour l’instant.

Il n’y aura pas de note pour cet album

Mount Eerie
A Crow Looked at Me
P.W. Elverum & Sun
42 minutes

http://www.pwelverumandsun.com/