Lydia Képinski Archives - Le Canal Auditif

10 raisons d’aller visiter Sainte-Thérèse pour Santa-Teresa.

Si tu vis dans la grande région métropolitaine, tu devrais te garder les 27,28, 29 et 30 avril (pour te remettre) de libre. Le festival Santa-Teresa frappe fort pour sa première édition. Si comme beaucoup de citadins, tu te dis : « mais j’ai pas de char! » Ben l’organisation a pensé à toi. Un service de navettes gratuites partira de la station Montmorency sur présentation d’un billet pour l’événement. Et si tu te dis que c’est trop loin tout ce trajet de métro, pour 10$ tu pourras quitter du Palais des Congrès de Montréal grâce à ShareTheBus. En attendant, voici 10 excellentes raisons d’aller faire un tour sur la couronne nord de la métropole.

1. Patrick Watson

Patrick Watson ne donne jamais de mauvais spectacles. Alors les deux représentations risquent d’être tout à fait plaisantes pour les oreilles. Sans compter que le 28 c’est Safia Nolin et Louis-Jean Cormier qui font les premières parties alors que le 29 c’est les excellents de chez Wilsen. Joie.


 

2. A Tribe Called Red

La formation A Tribe Called Red a frappé un coup de circuit avec son nouvel album The Halluci Nation. Celui-ci est un sérieux aspirant au prix Polaris et le groupe a le vent dans les voiles. Ça risque d’être tout un pow-wow (t’as pognes -tu?).


 

3. Alaclair Ensemble

La bande de minces viendra faire bouncer les babouins et babouines qui seront présents à la scène extérieure le 29 avril. Il y a tellement de bonnes raisons de faire la route, mais disons qu’on va commencer par : Tu pensais que c’est ça que c’tait, mais c’est pas ça que c’tait.


 

4. Suuns

Suuns donne toujours un bon spectacle. Ce sera la chance de te plonger dans un état second en t’abandonnant aux rythmes transcendants de la formation montréalaise. En plus, ils seront dans la même soirée qu’HOAN et nos prochains, Duchess Says.


 

5. Duchess Says

À elle seule, Annie-Claude Deschênes vaut le déplacement. Véritable bête de scène, elle est très bien entourée dans Duchess Says. Philippe Clément et Simon Besré sont deux plus que capables musiciens qui s’assureront que ton popotin bouge en masse.

Pages : 1 2

Les Francouvertes 2017 : demi-finales #2

C’est parti pour la deuxième des demi-finales des Francouvertes qui se tiennent dans l’intemporel Lion d’Or. C’était une soirée qui rassemblait Laurence-Anne, Van Carton et Lydia Képinski ainsi que l’ex de la soirée, Simon Kingsbury. Le hockey des séries n’avait pas réussi à démotiver ceux qui étaient bien attablés pour le spectacle à venir.

Le barde Kingsbury est arrivé comme un seul homme avec sa guitare pour nous présenter non pas une, mais deux nouvelles chansons. Avant de se lancer dans ces nouvelles aventures, il nous a livré l’excellente Comme Douze et la pas moins appréciable Chandail. Il nous a aussi joué ses deux nouvelles compositions d’un album à venir en début 2018. On peut dire que l’une et l’autre sont assez prometteuses et possède encore de bonnes mélodies uniques à Kingsbury.

Laurence-Anne s’est tout d’abord présentée sur scène seule avec sa guitare et sa sensibilité. Elle nous a offert une belle montée comme elle sait le faire et de la nuance dans son jeu de guitare. On reconnaît dans la deuxième trame et ses harmonies vocales la marque de Radiohead. Entourée de maints dinosaures qui font squik squik, elle nous a joué Ptérodactyle. Ce qui frappe chez Laurence-Anne, c’est l’attention aux détails dans l’instrumentation. Cela donne des pièces qui sont riches, surprenantes et originales. La jeune femme pourrait même se permettre d’aller plus loin dans certaines de ses montées de bruits. Tant qu’à y aller, vaut mieux y aller à fond.

Puis, c’était à Van Carton de fouler la scène du Lion d’Or. Le groupe a lancé ça en vigueur avec l’intoxicante Tu cries. Une performance solide pour entamer sa prestation. Guillaume Monette a resserré le spectacle depuis la dernière fois aux Francouvertes. Ça paraît particulièrement dans File Doux avec ses chœurs de voix hautes perchées. On retrouve les pièces qui nous avaient convaincues sur l’EP paru en fin d’année 2016. Le groupe a un plaisir évident à jouer les chansons et c’est contagieux.

Finalement, c’est Lydia Képinski qui fermait la marche. Celle qui avait bien fait aux préliminaires, a commencé seule avant de se lancer dans Apprendre à mentir qui déploie l’étendue de son registre sonore. Encore une fois, elle a démontré toute sa splendeur avec la magnifique Andromaque. En préliminaires, on pouvait lui reprocher certains accrocs dans la diction, mais en demi-finale, ces quelques petits défauts ont été corrigés. Képinski est en grande forme, comme la louve qui protège ses petits, elle est prête à mordre à tout moment. Quant à elles, les cordes de Blaise Borboën sont tout simplement sublimes alors que le jeu de batterie de Stéphane Lemieux est tout à fait délicieux et intelligent.

Après deux soirées de demi-finale, le palmarès se décline comme suit :

1- Les Louanges
2- Lydia Képinski
3- Laurence-Anne

On se voit demain pour Valery Vaughn, Renard Blanc et Shawn Jobin.

http://francouvertes.com/

https://laurence-anne.bandcamp.com/

https://vancartonmontreal.bandcamp.com/

https://lydiakepinski.bandcamp.com/

La programmation du festival Santa Teresa

Le festival Santa Teresa lance aujourd’hui la programmation pour sa première édition. Ce nouvel événement avait précédemment annoncé la venue de Patrick Watson et City and Colour sur la Rive Nord. Est-ce que les programmateurs allaient s’arrêter à ces deux noms d’envergure? Oh que non. Santa Teresa compte sur des artistes très intéressants qui valent le détour.

Dès le jeudi 27 avril, les spectateurs pourront se frotter à de la relève de qualité. Au Saint-Graal, le plateau double Les Louanges et Lydia Képinski vous donnera l’occasion de faire votre rattrapage sur l’édition 2017 des Francouvertes. We Are Wolves sera au Montecristo alors que Xavier Caféïne fêtera les 10 ans de Gisèle au Cha Cha.

Le vendredi 28, Mon Doux Saigneur et Philemon Cimon seront au Saint-Graal alors qu’HOAN, Suuns et Duchess Says joueront au Montecristo. Une solide soirée de rock attend les festivaliers. Au Cha Cha, c’est Ralph et Geoffroy qui feront plaisir aux amateurs d’électro-pop de qualité. Et Beyries sera en prestation à La Protestante dans un spectacle présenté par Culture Cible!

Finalement, samedi le 29, la scène extérieure s’animera avec Rymz, Alaclair Ensemble, The Franklin Electric, July Talk et A Tribe Called Red! Oui, oui, ça va swinger sur un temps à Sainte-Thérèse. À l’Église Sainte-Thérèse-d’Avila, ce sera la jeune sensation Wilsen qui sera d’office en première partie de Patrick Watson. Au Saint-Graal, c’est Mathieu Bérubé et Laurence Castera qui prendront la scène alors que Stevenson, Helena Deland et Dilly Dally seront au Montecristo. Du côté du Cha Cha, on aura droit à Aliocha. Finalement, la fin de soirée se passera au HB Bar avec Husser (The Posterz) et Lou Phelps.

Une solide programmation pour cette première édition du festival Santa Teresa. On a bien hâte d’aller virer sur la Rive Nord à la fin avril!

http://www.santateresa.ca/

La Nuit émergente de Sudbury

La 5e édition de la Nuit émergente sera présentée vendredi le 24 mars, et arbore nulles autres pour têtes d’affiche que Yann Perreau et Céleste Lévis. L’évènement musical veut présenter des artistes émergents franco-ontariens et aura lieu au Collège Boréal à Sudbury.

Yann Perreau n’en est pas à son premier spectacle à la Nuit émergente. On peut même dire qu’il entretient une histoire d’amour avec le festival. Il débarque encore une fois à Sudbury pour faire vibrer la scène avec son sixième album Le fantastique des astres. La chanson J’aime les oiseaux à saveur rock électro a de quoi faire danser les plus introvertis des spectateurs. La chanteuse franco-ontarienne Céleste Lévis offrira aussi une performance lors de cette nuit qui célèbre les jeunes talents. Depuis son passage à l’émission « La Voix », l’artiste cumule les succès. Elle a notamment assuré la première partie de Francis Cabrel lors de sa tournée québécoise en 2016 ainsi que récoltée une nomination au Gala de l’ADISQ la même année.

La Nuit émergente est une formule tout-en-un composée de dix concerts. La soirée est organisée par la Slague, qui y présente des talents locaux de la scène francophone. La Slague s’est adonnée à une recherche d’envergure parmi les festivals, les vitrines professionnelles et les concours à travers le Canada. C’est leurs coups de cœur que le public de la Nuit émergente auront la chance d’apprécier en spectacle. Ces heureux choisis sont issus de styles de musique variés. Huu Bac Quintet, un quintette de jazz qui se distingue par ses accents orientaux, fait partie de la programmation. Lydia Képinski livrera ses textes intrigants accompagnés de sa fabuleuse voix et de ses arrangements musicaux soignés. Joëlle Saint-Pierre s’amènera avec son vibraphone à quatre baguettes pour ses chansons jazz chaleureux. SoucyPatrick Wright et les Gauchistes et le groupe Lavabo livreront aussi des performances lors de la Nuit émergente.

Les artistes se donneront en spectacle dans les différents locaux du Collège avant de s’installer pour le spectacle de Yann Perreau dans la grande salle. La soirée se termine sur une note rock à la Townehouse Tavern avec les groupes Telecor, Ponteix et Rouge Pompier. Le Nuit de l’étang débarque au Collège Boréal le lendemain de la Nuit émergente pour compléter cette fin de semaine culturelle à Sudbury. Le thème de la Nuit de l’étang cette année est «La Grande veillée» où Yves Lambert Trio sera en spectacle. C’est un rendez-vous le 24 mars à Subury!

http://www.laslague.ca/spectacles/la-nuit-emergente/

Les Francouvertes : soirée #5

Nous étions conviés, après la tempête de la dernière semaine, dans le confort du Lion d’Or, oasis des mélomanes aventureux tous les lundis soir. Cette semaine, le menu était non négligeable : MCC, Lydia Képinski et Étienne Fletcher. Mais avant que les jeunots se fassent aller les instruments, c’était Maritza qui était à l’honneur en tant qu’ex de la soirée.

La participante à la 18e édition des Francouvertes nous a servi des chansons tirées de son album paru en février dernier, intitulé Libérons-nous. Accompagnée des capables José Major à la batterie et André Papanicolaou à la guitare, elle nous a offert une prestation honnête. C’était bien, mais on sentait qu’il manquait quelque chose, peut-être un claviériste ou un bassiste pour offrir toute la richesse de ses chansons. Sa nouvelle composition intitulée Qui était intéressante puis elle a terminé sa prestation avec l’agréable et lugubre Le diable à mes trousses.

La programmation officielle s’ouvrait sur MCC, de son vrai non Marie-Claudel Chénard. Elle a expliqué son pseudonyme en raison des nombreuses personnes qui massacrait son nom. Malgré toute sa bonne volonté, Mellissa Larivière elle-même l’a baptisé Marie-Claude. Comme quoi la jeune femme a judicieusement abrégé son nom. Elle était accompagnée du très capable Jean-Philippe Levac (Pandaléon, Rosie Valland). Le duo nous a offert une prestation très efficace. Chénard possède une voix intéressante, du charisme à revendre et des textes bien poétiques et habilement écrits. Sa recette marche et même si elle ne révolutionne pas le genre, c’est solide et totalement convaincant.

Puis, c’était au tour de Lydia Képinski de prendre la scène du Lion d’Or. À son habitude, Képinski est arrivée avec une verve déliée et un presto bien plein de confiance. Si la nervosité l’assaillait, nous n’en avons rien su. Elle a enchaîné les pièces de son dernier EP, Apprendre à mentir et Andromaque avec panache. Pour l’occasion, elle était entourée de Blaise Borboën (Hôtel Morphée, Unexpect) et Stéphane Lemieux (Hôtel Morphée). Tout marche et Képinski se permet même de nous envoyer un : « Paraît que les Francouvertes c’est un concours de folk » avant de se mettre à faire plus de bruit avec ses pédales. Les longs moments de jams, son aisance sur scène et ses chansons de qualités ont tôt fait de conquérir la foule.

Finalement, c’est Étienne Fletcher, en provenance de Saskatchewan, qui prenait la scène. Le jeune homme possède une belle aisance sur scène et un talent certain autant au micro qu’au clavier qu’à la guitare. Il s’est rendu en finale du Festival en chanson de Granby et l’on comprend pourquoi. Par contre, dans un concours comme les Francouvertes, ses compositions pop tombaient un peu à plat. Tout y est, mais ça manque un peu de folie dans le mix pour vraiment épater la galerie. N’empêche qu’il était bien sympathique avec sa rock Colibri ou sa Plan b bien tissée.

Au terme de cette nouvelle étape, nous savions que le palmarès allait être changé. Et il l’a été. Voici le nouvel ordre :

1 – Vulvets
2 – Lydia Képinski
3 – Les Louanges
4 – Valery Vaughn
5 – Van Carton
6 – Shawn Jobin
7 – MCC
8 – Antoine Lachance
9 – Mélanie Venditti

On se revoit la semaine prochaine pour Laurence-Anne, Ariane Vaillancourt et Joey Robin Haché et Samuele qui sera l’ex de la soirée.

http://francouvertes.com/

https://maritza.bandcamp.com/

https://marieclaudelchenard.bandcamp.com/

https://lydiakepinski.bandcamp.com/

http://www.etiennefletcher.com/fr/