Lisbon Lux Records Archives - Le Canal Auditif

CCF 2017: Juniore, Paupière et Victime

CCF 2017 se poursuit! Je continue mon chemin pour me rendre à la soirée de Juniore et de Paupière au Lion D’or. Pour finir le tout au Divan Orange avec Victime.

Juniore, coup de cœur assuré!

Ce fut un samedi assez frisquet. J’enfile écharpe et j’oublie béret (…je sais). J’entre dans la salle. Je prends une place près de la scène, histoire de ne rien manquer. Voilà que la lumière diminue d’intensité. C’est la formation française Juniore qui grimpe sur les planches du Lion D’or pour présenter leur nouveau disque Ouh là là, paru sous Le Phonographe. C’était un soir de première fois en sol québécois pour les filles. Chose certaine, elles se sont démarquées. Quatre membres étaient sur scène. Aux claviers et à la basse, deux étaient vêtus de capes. Donnons une mention spéciale à La Chose qui faisait de la basse tout en étant masqué de la tête aux pieds. Curieux. Au toupet bien taillé, la meneuse de jeu Anna Jean a su nous faire sourire tout au long de la performance par son charisme (malgré une légère timidité). En lançant quelques blagues, elle a su nous charmer. Parions que son magnétisme vocal y était pour beaucoup. Notons aussi la batteuse Swanny Elzingre, qui,même habillée d’une robe noire élégante, a su donner tout un mordant aux pulsations rythmiques de son instrument de prédilection.

Juniore, c’est un coup de cœur assuré. Par des mélodies pop/rock yéyé bien effilées (qui rappelle le son des années 60), on sent ce renouveau de la chanson française qui frôle un certain côté cinématographique. On jurait même parler de symbolisme dans les textes. Personnellement, je vous dirais que Juniore mérite de porter une attention particulière aux textes. C’est riche, intelligent et niché. Si niché, que l’instrumentation «punch» très bien le tout. En plus de nous faire danser tout au long du spectacle (comme sur Panique ou Marabout, par exemple), les filles ont été bien généreuses et charmantes avec le public québécois. Parions qu’elles vont revenir en spectacle assez rapidement.

Party sous les néons

Au tour des montréalais Paupière de venir lancer leur nouvel opus À jamais privé de réponses paru cet automne sur l’étiquette Lisbon Lux Records. Dans un décor minimaliste, les membres se sont avancés sur scène pour lancer les festivités. Pierre-Luc Bégin (We are Wolves) était aux percussions, Julia Daigle à la voix et Éliane Préfontaine aux synthétiseurs. Prenez note que les trois membres faisaient un tour au chant tout au long du concert. On sentait rapidement cette symbiose qui habite le groupe depuis leur tout début. Ça se sentait. Les trois musiciens avaient visiblement du plaisir à faire danser la foule avec leur électro-pop des années 80 muni de quelques parcelles de new wave. Leur poésie s’est bien rendue jusqu’aux oreilles du public. Ça donnait le goût de se mettre un peu de gel coiffant dans les cheveux, de s’habiller de vêtements rétro, de se mettre des brillants plein le corps et de se peindre le visage de couleurs éclatantes. Lâcher son fou avec Paupière est chose possible? Absolument!

L’intimité selon Victime

Je me dirige vers le Divan Orange pour attraper la performance de Victime, tout nouveau groupe post-punk qui nous vient de Labeaume City (à l’heure d’écrire ces lignes, les résultats n’étaient pas encore sortis). Les membres ont fait paraître un EP intitulé Mon VR de rêve paru chez Michel Records, l’hiver dernier. Depuis, la bande continue son ascension dans le paysage musical québécois. Samedi, leur performance s’est déroulé directement sur le plancher de bois franc, et non sur la scène du bar prévue à cet effet. Une première, en ce qui me concerne. Le public était bien serré cette soirée-là. Visiblement, je scande l’auditoire et tous semblait bien fasciné par le son brute et caverneux de Victime. Certains hochaient la tête de tout bords, tout côtés. D’autres, encourageaient par des applaudissements et des cris. La chanteuse, Laurence Gauthier-Brown, a su capter l’attention du public par le biais de sa voix rugissante. Tandis que ses deux comparses (Samuel Gougoux à la batterie et Simon Provencher à la guitare) ont su soutenir les pièces par cette énergie pétillante qui les habitaient. Pas de doutes, Victime est un groupe à suivre de très près.

On se retrouve très bientôt pour la suite!

Concours : Gagne ta copie vinyle d’À jamais privé de réponses de Paupière

Paupière a fait paraître À jamais privé de réponses en septembre dernier. Voici que les vinyles sont disponibles! Lisbon Lux et Le Canal Auditif sont très heureux de vous offrir la chance d’en gagner une copie! Pour ce faire, vous n’avez qu’à répondre à la question suivante :

Nommez l’un des membres du groupe

Indice

Le concours en vigueur du 21 au 27 octobre 2017 à midi. La personne gagnante sera contactée par courriel et devra aller chercher sa copie aux bureaux de Lisbon Lux à Montréal, Québec.

Ce concours est maintenant terminé. Merci à tous d’avoir participé.

Les Francofolies de Montréal 2017 : Paradis et Le Couleur

Hier soir, avait lieu la soirée programme double avec Le Couleur et Paradis à l’Astral dans le cadre des Francofolies de Montréal. Un spectacle électro/pop qui nous aura fait bien grouiller sur le plancher de danse. Retour.

Le Couleur

D’entrée de jeu, c’est la formation disco/synthpop Le Couleur qui ouvre pour les Français de Paradis. Sous des jeux de lumière inusités, la bande menée par la chanteuse Laurence Giroux-Do, nous a bien échauffé les hanches. Le Couleur réussit à transmettre au public ses mélodies dansantes et addictives. Sur Nunca Serà, la voix de Giroux-Do nous transporte par un grain chaud et quasi-latin. Tandis que sur L’amour le jour, les instruments aux motifs éclectiques lèvent le voile sur une atmosphère de soirée de finissants qui a du gros bon sens. Les pas de danses s’enchainaient à l’Astral, ce soir là. On mettait notre stress de la journée de côté pour se laisser aller. Pas besoin de s’envoler vers un Club Med pour décrocher. Allez voir Le Couleur en spectacle, vous allez être servis. En plus d’avoir un plan scénique impeccable, les joyeux colorés étaient très heureux de fouler la scène de l’Astral. Rappelons que le dernier album P.O.P a été nominé dans la longue liste du prix Polaris. Une bonne nouvelle pour ces Montréalais qui sont en symbiose autant sur les disques qu’en spectacles.

 

Paradis   

C’était au tour du groupe Paradis de monter sur la scène. Pour une grande première, les Français étaient de passage au Québec afin de présenter leur disque qui s’intitule Recto Verso. Le groupe, composé de Simon Mény et de Pierre Rousseau, a livré quelques titres avec des ambiances envoûtantes à la sauce house, funk et dream pop. Le tout sous des projecteurs éclatés. Avec Toi et Moi, Paradis transforme l’Astral en véritable discothèque où tous pouvaient se déhancher selon différentes façons. J’ai même essayé quelques mouvements d’arroseur avec mes bras ! Comme quoi, lâcher son fou, de temps en temps, peut faire du bien. Sur Garde Le pour Toi, les lignes de basses défoncent les enceintes. Les harmonies sont douces et recherchées. C’était planant, sensuel et lancinant.  Seul bémol, la sonorisation semblait donner un peu de fil à retordre pour la musique de Paradis. Par moments, on avait de la difficulté à saisir les paroles du chanteur. Ce qui compliquait un peu la situation.

Quoi qu’il en soit, le groove était là, mercredi soir dernier. La preuve… il s’est imprégné à partir de ma tête et ce, jusqu’au bout de mes orteils. Bon signe, me direz-vous? Eh bien oui, très bon, même.

http://www.francofolies.com/

Lisbon Lux Records fête ses 4 ans

L’étiquette de musique électronique Lisbon Lux Records célèbre ses 4 ans d’existence le 17 février 2017 au Loft Matahari avec une compilation de leurs singles et surtout un gros party en vue. Dylarama, Fonkynson, Das Mörtal, HWYS et leurs invités seront des festivités.

Les synthés sont au goût du jour avec la compilation que Lisbon Lux Records lance à l’occasion de leur anniversaire. Voilà déjà quatre ans que l’entreprise montréalaise roule sa bosse dans l’industrie musicale électronique avec des artistes talentueux. À qui la chance de mettre la main sur l’une des 500 copies de la compilation Lisbon Lux Records Vol III lors de l’évènement? Une compilation savoureuse pour les amoureux d’électronique avec entre autres, les singles Stranger (HWYS), Elle et lui (Paupière), Punch (French Fox) et Comme la mer (Bronswick). L’évènement musical se donnera dans le décor des œuvres de l’artiste Carolane Bélanger qui expose pour l’occasion.

Du talent local à revendre donne le ton de cette soirée haute en couleurs. On s’attend aussi à ce que l’étiquette élabore concernant les lancements d’albums à venir cette année. On ne peut pas dire que ça ne bouge pas en 2017 avec les sorties d’albums de Paupière, Das Mörtal et Bronswick. De plus, les petits nouveaux Radiant Baby et Dylarama sortiront leurs premiers EP sans oublier Beat Market qui offirra de nouveaux simples.

Petit historique de Lisbon Lux Records

En 2013 la maison de disque sortait son premier simple : Femme de la formation Le Couleur qui demeure leur plus gros succès de catalogue jusqu’à maintenant avec plus de 1 300 000 vues sur Youtube. Une grande avancée arrive en mai 2015 lorsque Le Couleur, Das Mörtal et Beat Market s’envolent en Europe à Berlin, Liverpool et Paris. Finalement, LLR remporte le succès en janvier dernier avec le titre Rex de Paupière qui devient le buzz Energie du mois. Pour la première fois, une production de Lisbon Lux Records se rend sur les ondes d’une radio commerciale. L’opportunité de toucher le public populaire est désormais rendue possible sans faire de compromis artistique.

https://lisbonluxrecords.com/