Laurence Gauthier-Brown Archives - Le Canal Auditif

CCF 2017: Juniore, Paupière et Victime

CCF 2017 se poursuit! Je continue mon chemin pour me rendre à la soirée de Juniore et de Paupière au Lion D’or. Pour finir le tout au Divan Orange avec Victime.

Juniore, coup de cœur assuré!

Ce fut un samedi assez frisquet. J’enfile écharpe et j’oublie béret (…je sais). J’entre dans la salle. Je prends une place près de la scène, histoire de ne rien manquer. Voilà que la lumière diminue d’intensité. C’est la formation française Juniore qui grimpe sur les planches du Lion D’or pour présenter leur nouveau disque Ouh là là, paru sous Le Phonographe. C’était un soir de première fois en sol québécois pour les filles. Chose certaine, elles se sont démarquées. Quatre membres étaient sur scène. Aux claviers et à la basse, deux étaient vêtus de capes. Donnons une mention spéciale à La Chose qui faisait de la basse tout en étant masqué de la tête aux pieds. Curieux. Au toupet bien taillé, la meneuse de jeu Anna Jean a su nous faire sourire tout au long de la performance par son charisme (malgré une légère timidité). En lançant quelques blagues, elle a su nous charmer. Parions que son magnétisme vocal y était pour beaucoup. Notons aussi la batteuse Swanny Elzingre, qui,même habillée d’une robe noire élégante, a su donner tout un mordant aux pulsations rythmiques de son instrument de prédilection.

Juniore, c’est un coup de cœur assuré. Par des mélodies pop/rock yéyé bien effilées (qui rappelle le son des années 60), on sent ce renouveau de la chanson française qui frôle un certain côté cinématographique. On jurait même parler de symbolisme dans les textes. Personnellement, je vous dirais que Juniore mérite de porter une attention particulière aux textes. C’est riche, intelligent et niché. Si niché, que l’instrumentation «punch» très bien le tout. En plus de nous faire danser tout au long du spectacle (comme sur Panique ou Marabout, par exemple), les filles ont été bien généreuses et charmantes avec le public québécois. Parions qu’elles vont revenir en spectacle assez rapidement.

Party sous les néons

Au tour des montréalais Paupière de venir lancer leur nouvel opus À jamais privé de réponses paru cet automne sur l’étiquette Lisbon Lux Records. Dans un décor minimaliste, les membres se sont avancés sur scène pour lancer les festivités. Pierre-Luc Bégin (We are Wolves) était aux percussions, Julia Daigle à la voix et Éliane Préfontaine aux synthétiseurs. Prenez note que les trois membres faisaient un tour au chant tout au long du concert. On sentait rapidement cette symbiose qui habite le groupe depuis leur tout début. Ça se sentait. Les trois musiciens avaient visiblement du plaisir à faire danser la foule avec leur électro-pop des années 80 muni de quelques parcelles de new wave. Leur poésie s’est bien rendue jusqu’aux oreilles du public. Ça donnait le goût de se mettre un peu de gel coiffant dans les cheveux, de s’habiller de vêtements rétro, de se mettre des brillants plein le corps et de se peindre le visage de couleurs éclatantes. Lâcher son fou avec Paupière est chose possible? Absolument!

L’intimité selon Victime

Je me dirige vers le Divan Orange pour attraper la performance de Victime, tout nouveau groupe post-punk qui nous vient de Labeaume City (à l’heure d’écrire ces lignes, les résultats n’étaient pas encore sortis). Les membres ont fait paraître un EP intitulé Mon VR de rêve paru chez Michel Records, l’hiver dernier. Depuis, la bande continue son ascension dans le paysage musical québécois. Samedi, leur performance s’est déroulé directement sur le plancher de bois franc, et non sur la scène du bar prévue à cet effet. Une première, en ce qui me concerne. Le public était bien serré cette soirée-là. Visiblement, je scande l’auditoire et tous semblait bien fasciné par le son brute et caverneux de Victime. Certains hochaient la tête de tout bords, tout côtés. D’autres, encourageaient par des applaudissements et des cris. La chanteuse, Laurence Gauthier-Brown, a su capter l’attention du public par le biais de sa voix rugissante. Tandis que ses deux comparses (Samuel Gougoux à la batterie et Simon Provencher à la guitare) ont su soutenir les pièces par cette énergie pétillante qui les habitaient. Pas de doutes, Victime est un groupe à suivre de très près.

On se retrouve très bientôt pour la suite!

7 artistes à découvrir au Coup de Coeur Francophone 2017

Le Coup de Cœur Francophone arrive à grands pas. En fait, ça commence demain soir! Soucieux que vous passiez un beau moment pendant le festival, nous avons identifié 7 artistes à découvrir. Il y a pas mal de bons talents ici.

Xarah Dion

Xarah Dion est une artiste bien intéressante. Celle-ci fait de la musique électronique inventive et originale sur laquelle elle couche sa voix délicate et éthérée. C’est plutôt mélodieux et ça fait de plus en plus jaser. Déhanchements assurés!

Xarah Dion sera en spectacle le 3 novembre à 22h en compagnie d’Automelodi et Ellemetue


 

Juniore

Juniore est une formation parisienne qui mélange les époques musicales et qui se tiennent hors des sentiers battus. Avec son rock mélodique et ses rythmes intoxicants, ils vous feront passer un bon moment c’est certain. Vous risquez de faire quelques pas de twists sur leurs trames entraînantes.

Juniore sera en spectacle le 4 novembre à 20h au Lion d’Or en compagnie de Paupière


 
 

Victime

Victime est un trio composé de Laurence Gauthier-Brown qui a joué momentanément avec Ponctuation, Samuel Gougoux et Simon Provencher. Le trio offre des prestations énergiques qui collent avec leur punk marginal. Une jeune formation à ne pas manquer.

Victime sera en concert le 4 novembre à 22h au Divan Orange en compagnie de Double Rendez-vous avec la mort


 

Medora

Medora a fait paraître le sublime Ï un peu plus tôt cette année. La formation de la Capitale nationale sera de passage dans la métropole pour le Coup de Cœur Francophone. Pour un spectacle doux qui bercera vos tympans tout en vous envoyant quelques envolées rock aériennes, vous serez à la bonne place.

Medora sera en spectacle le 4 novembre à 22h au Quai des Brumes en compagnie de Totem Tabou


 

Pages : 1 2

Les EP à LP de février 2017

Mélanie Venditti – EP

On surveille la jeune femme depuis un petit bout de temps. En fait, depuis la sortie de l’excellente Pompéi l’automne passée. Voici qu’on a enfin un EP à se mettre dans les oreilles. On y retrouve plusieurs excellentes chansons, dont Phare avec sa magnifique montée mélancolique. Les Gyres est cadencée, peuplée d’altos doux aux oreilles et menée par un air solide. Elle s’est bien entourée pour cette première aventure, on retrouve Guillaume Guilbault (Kroy) à la réalisation, Étienne Dupré (Câltar-Bateau, Mon Doux Saigneur) à la basse, Mandela Coupal Dalgleish (Câltar-Bateau) à la batterie et Elyze Venne-Deshaies (Eliza, ex-Câltar-Beateau) à la clarinette. On peut dire mission réussie à Mélanie Venditti avec ce premier EP.

Millimetrik – Sour Mash EP

Un de nos DJ / compositeurs d’électro préférés au Québec, Millimetrik, revient avec un nouvel EP. Sour Mash est dans la continuité de son travail. Pascal Asselin nous gâte encore avec des trames luxuriantes avec des atmosphères intelligentes, travaillées et riches à souhait. Il fait une fois de plus appel à des voix québécoises pour habiter ses chansons, dont celle de Maude Audet, dans la fantomatique Trop loin de toi. C’est tout à fait réussi pour Millimetrik… encore une fois.


 

Emma Ruth Rundle & Jaye Jayle – The Time Between Us

La toujours aussi délicieusement mélancolique Emma Ruth Rundle fait paraître un « split » et pas avec n’importe qui! Jaye Jayle est le pseudonyme en solo d’Evan Patterson de Young Widows. Celui-ci vient tout juste de rejoindre l’écurie Sargent House. Ce dernier nous offre des pièces de country noir coloré d’effets sonores étranges. C’est réussi et ça donne envie d’en entendre plus. La paire nous gâte en ce début d’année.


 

Animal Collective – The Painters EP

Animal Collective a fait paraître le bien intéressant Painting With en 2016. Voici que la bande fait paraître des chansons issues de la même période créatrice, mais qui n’avaient pas été retenues. N’allez pas croire que c’est ennuyant ou inférieur en qualité pour autant. Kinda Bonkers et Goalkeeper valent le détour avec leurs airs intéressants et joyeux. Eh oui, ils sont toujours aussi baroques.


 

No Joy – Creep EP

No Joy est reconnu pour son shoegaze assez efficace merci. Par contre, Creep est une surprise qui surprend, pour vrai. On découvre l’étendue de leur talent de composition, jusqu’ici (on s’en rend compte) inconnu. Fluorescent Dread est une chanson de techno trance alors que Hellhole est une chanson avec une grosse distorsion chaude et enveloppante. Le duo féminin est tout simplement en feu sur Creep. Ne vous attendez pas à une suite de chansons tranquilles qui perpétuent leur son. Soyez prêt à tomber en bas de votre chaise. On conseille même le port du casque lors de la première écoute.

Pages : 1 2