la bronze Archives - Le Canal Auditif

La programmation du FMEAT 2017 : Premières annonces

C’est un de nos moments préférés de l’année! C’est le moment où on a une première idée des groupes que nous aurons la chance de voir au FMEAT à la fête du Travail. Avertissement, c’est très cool.

Vous avez dit R.E.D. ?

Le FMEAT va nous achever dès les débuts. A Tribe Called Red sera là pour le spectacle de la rentrée et partagera la scène avec Pierre Kwenders et La Bronze. Ça vaut déjà les 7 heures de char. Et pour la clôture? Eh bien, les artistes ayant participé à l’hommage à Richard Desjardins seront sur scène. Le tout dans la terre natale du poète-musicien. Un autre nom venu du Canada s’ajoute à la liste des spectacles à ne pas manquer, celui d’Andy Shauf qui nous a graciés de l’excellent The Party l’an dernier, finaliste au prix Polaris.

On pourra aussi voir des artistes qui ont fait paraître de très bons albums depuis le début de l’année. Philippe B présentera les chansons de sa Grande nuit vidéo alors que Canailles viendra faire des Backflips à Rouyn-Noranda. Pour sa part, Distorsion Psych Fest fera une collaboration avec le FMEAT pour présenter Atsuko Chiba, Paul Jacobs et Sunwatchers. L’Afrikana Soul Sister de JF Lemieux (Daniel Bélanger, Cargo Culte) y sera aussi tout comme Ludovic Alarie, Sarah Toussaint-Léveillé, Geoffroy et FUUDGE!

Des collaborations qu’on applaudit

Le FMEAT en collaboration avec le Pow Wow de Pikogan va présenter un spectacle de musique et d’arts amérindiens sur les berges du lac Osisko. Fruit d’une année de création et de rencontres, ce projet a pour objectif de faciliter les rapprochements entre les différents habitants du territoire abitibien. Une démarche qu’on applaudit bien bas. Une collaboration intrigante et bien intéressante.

Bon, nous devons nous rendre à l’évidence, ce n’est pas cette année que nous bouderons notre plaisir. Rouyn-Noranda, prépare-toi, on arrive… ben en septembre là.

http://www.fmeat.org/

Les 20 meilleurs EP de 2016 selon LP Labrèche

20. Dear Denizen – Now Here

Paru en toute fin d’année, le groupe mené par Ngabonziza Kiroko a pondu un Ep où le soul détient une place de choix. Si Mumford and Sons ne faisait pas de la musique plate, ça se rapprocherait de ce qu’on trouve sur Now Here. Ça élève l’âme avec des refrains fédérateurs et puissants et évite tous les pièges du convenu.


 
 

19. Cri – Tell Here

Les années passent et la scène électro montréalaise se développe de belle manière. Cri est un exemple de ce qu’on peut offrir dans l’électro sensuel avec des touches de R&B et de pop. Tell Her est son EP le plus achevé et surtout une œuvre à la fois dansante, mélodieuse, intelligente et bien tissée. Je m’attends à ce qu’il soit un gros nom planétaire dans les 3 prochaines années à l’instar de Kaytranada.


 
 

18. Thomas Monica – Delta mystique

Thomas Monica piquait ma curiosité lorsqu’il avait fait paraître son premier EP, mais Delta mystique affirme son talent indéniable. On y trouve de la pièce pop-rock bien composé avec des refrains mélodieux à souhait. Le français nous offre 15 minutes de plaisir qu’on espère bientôt pouvoir convertir en un album complet. Il serait temps!


 
 

17. Loïc April – Div/sion

L’ex-Protofiev a lancé en janvier dernier un premier EP en solo. Les trois chansons de Div/sion sont toutes excellentes. Vous pouvez vous attendre à un mélange de punk mélodieux à la Weezer, de post-punk inventif et de textes bien écrits. La lourde et mélancolique Nos mémoires, la bruyante Fantôme et la dynamique Ne rien faire sont délicieuses.


 
 

16. On a créé un monstre – Théâtre des catastrophes

La bande d’OACUM fait généralement dans la musique à la distorsion bien présente. Voilà qu’ils ont décidé d’aller dans une nouvelle direction qui leur sied très bien. Ils ont laissé de côté la distorsion pour inclure plus de pianos et laisser libre cours à leur don pour la mélodie efficace. C’est surprenant et totalement réussi particulièrement sur Par-dessus bord et Kaléidoscope.


 
 

15. Bronswick – Chassés-croisés

Catherine et Bertrand font de la chanson en français de qualité. Signée chez Lisbon Lux (Le Couleur, Paupière), la paire offre de la musique électro de qualité avec de très belles mélodies efficaces. La vaporeuse Un degré de séparation fait partie des meilleurs moments d’un EP qui flatte gentiment les tympans. Insomnie fait aussi belle figure avec ses basses plus lourdes et sa trame dynamique.


 
 

14. Solids – Else

Solids nous est revenu cette année avec un EP des plus lourd, bruyant, mélancolique et mélodieux. Bref, tout ce qui m’a toujours plus chez le duo montréalais. Plus gras que jamais, Else nous propose quatre nouveaux titres qui valent le détour. La délicieuse Blank Stare, la lourde et dissonante Wait It Out ainsi que l’entraînante Blurs vous feront passer d’excellents moments.


 
 

13. Abakos – New Constellation

Le duo de Pierre Kwenders et Ngabonziza Kiroko (Dear Denizen) a fait paraître un premier EP cet automne. Leur projet est à la fois hyper mélodieux, aventureux dans ses trames électroniques audacieuses et leur petit côté politique. Il y a quelque chose de sombre qui habite la paire et qui se transforme en pépite d’art lorsqu’exprimé à travers la musique.


 
 

12. Navet Confit – EP 7

Notre légume mariné préféré a fait plusieurs projets marquants cette année dont son Minneapolis Normcore Karaoke Mixtape. Parmi ceux-ci se trouve l’EP 7 qui en plus d’inclure la chanson Ton Voyage tiré de son LOL, compte sur 4 chansons qui n’ont pas fait l’album. C’est parfois mélancolique à souhait et beau, surtout sur Triangles et parfois fuzzé à souhait sur Vers la mer ou vers le ciel.


 
 

11. Baby In Vain – For The Kids EP

Baby In Vain est en voie de devenir l’export le plus intéressant du Danemark loin devant Lars Eller. Le trio tout féminin affectionne particulièrement la lourdeur et les guitares à la distorsion chaude et enveloppante. La Brute du Rock salive chaque fois que l’EP s’entame et arrête de déverser sa bave sur le sol lors des dernières notes de Worthwhile. Ce n’est pas peu dire.


 
 

10. Le Husky – Échec éros

Ça faisait très longtemps que Yannick Duguay ne nous avait pas livré de la nouvelle musique. Sa dernière parution datait de 2010 avec La Fuite. Heureusement, nous avons eu droit à l’excellent EP Échec éros cette année. De la sublime Dans la neige à l’entraînante et groovy Les chiens, l’auteur-compositeur-interprète démontre qu’il n’a pas perdu la main pour deux sous.


 
 

9. Vince Staples – Prima Donna EP

Vince Staples avait fait belle figue avec l’album Summertime ’06 et le jeune rappeur en a remis cette année avec ce mini-album de sept titres. Prima Donna est un peu plus expérimental que son travail précédent et frappe dans le mile à plusieurs reprises. La chanson-titre, une collaboration avec A$AP Rocky, est particulièrement réussi avec ses rimes qui rentrent à la vitesse d’un TGV et son refrain surprenant.


 
 

8. Laura Babin – Water Buffalo

Après deux ans et demi de silence, Laura Babin est revenue avec un excellent EP de quatre titres en novembre dernier. La pièce maîtresse, la chanson-titre, offre de moments sublimes de montée musicale. La jeune musicienne offre une interprétation plus solide que jamais et crée des ambiances efficaces qui se perdent souvent dans la réverbération et les atmosphères riches.


 
 

7. Charlotte Cardin – Big Boy Ep

Je pense qu’on peut dire honnêtement que l’année 2016 a été marquée par Charlotte Cardin qui a fait sa place dans le milieu musical. À coup de trames sensuelles et de pièces mélodieuses, elle a charmé les mélomanes avides de pop qui flirte avec le jazz, le blues et le R&B. Like It Doesn’t Hurt, une collaboration avec Husser (The Posterz) et Les échardes brillent particulièrement sur ce mini-album délicieux d’un bout à l’autre.


 
 

6. Trevor Sensor – Texas Girls and Jesus Christ

Trevor Sensor a fait paraître deux EP cette année. Concentrons-nous sur le premier. Sa voix unique qui rappelle vaguement Bob Dylan et son jeu de guitare folk dynamique vaut vraiment le détour. Voilà un jeune musicien de qui nous allons entendre parler dans les prochaines années. Il possède une âme et sait la manière de l’injecter à ses chansons.


 
 

5. Rosie Valland – Nord-Est

Rosie Valland a surpris un peu tout le monde en faisant paraître un EP en mars dernier, peu de temps après la sortie de son album. La jeune femme s’est dirigée dans une nouvelle direction musicale tout en collaborant avec les mêmes musiciens : Jesse Mac Cormack, les frères Levac (Pandaléon) et Anaïs Constantin. La mélodieuse Concession, la rythmée L’isle et la poignante chanson-titre vous feront passer un beau moment.


 
 

4. Le Monde dans le feu – Le Miracle de la météo

Il se fait peu d’aussi beaux projets qui mettent de l’avant le mot et la poésie francophone que le duo dynamique du Monde dans le feu. Benoît Poirier (Jesuslesfilles) s’est donné sur ce nouvel EP qui file plus vite que la lumière. Rerepas Repupu et Source de vie sont d’excellents moments musicaux.


 
 

3. Jesse Mac Cormack – After The Glow

On va être honnête, j’attends juste le moment où Jesse Mac Cormack va exploser et que tout le monde va se rendre compte de son talent. Ce jour-là où il ne traînera plus dans les bars de Montréal. Ça arrivera, parce qu’After The Glow est une autre preuve de son immense talent de créateur de chansons. La poignante Repeat, la nuancée et touchante Addict et la surprenante Never Enough vous feront passer de beaux moments.


 
 

2. Lydia Képinski – EP

Lydia Képinski sait se débrouiller avec les mots et sur son premier EP, elle montre l’étendue de son talent. La poésie magnifique d’Andromaque accumule les couches plus vite qu’à tes neuf ans quand tu voulais sortir jouer par journée de grand froid et que ta maman s’assurait que tu ne gèles pas. M’attends-tu nous plonge dans une intimité quasi gênante et Apprendre à mentir nous colle dans les neurones.


 
 

1. La Bronze – Rois de nous

De loin l’EP que j’ai le plus écouté cette année, Nadia Essadiqi a offert un EP d’électro plus sobre et ça marche à la planche. Rois de nous, c’est une collection parfaite de chansons qui commence par la pièce-titre toute en montée magnifique, qui comprend sa reprise magnifique de Formidable de Stromae et qui compte sur la sensuelle et mélodieuse Monarque.

Le Gamiq 2016

gamiqHier soir, se déroulait le 11e gala de l’alternative musicale indépendante du Québec. Pour l’occasion, le Canal Auditif était sur place pour présenter des prix (EP et album rap/hip-hop de l’année) et aussi, parce que nous étions en nomination dans la catégorie Média de l’année. Tout ça et puis parce que c’est un gala qui récompense les artistes en qui nous croyons. Alors que la soirée s’annonçait longue, on croyait d’abord qu’elle se terminerait autour de 1h30 AM, le tout a finalement roulé à fond de train et vers les minuit, tout ce beau monde était rendu à « l’after-party ». Mais trêve de bavardages, parlons des résultats et des prestations.

C’est le duo Sexe Illégal qui avait la tâche de nous garder allumés pendant cette longue remise de prix. Tony Légal et Paul Sexe nous ont fait rire franchement à plusieurs reprises. Parmi mes préférées? Après une prestation lourde et rock des Indiens, ils lancent : « Ce band-là, c’est Christophe Colomb qui les a découverts. » Ils ont parfois été acides dans leur propos se moquant d’Annie Villeneuve avant qu’Ariane Zita, sa nouvelle choriste, joue à son tour sur scène. D’un bout à l’autre, ils ont été drôles, intelligents et ont tenu la soirée sur les rails.

En prestation, on a aussi pu écouter La Bronze qui a joué l’excellente Roi de nous tirée de son EP homonyme, Laura Sauvage et sa délicieuse Have You Heard The Good News?, Vulvets qui ont parti le bal avant d’aller manger des huîtres et boire du champagne (parce qu’elles sont tellement rock), Le Couleur avec sa dansante Éclats ainsi que le toujours sympathique Simon Kingsbury. Il y en avait une plénitude, ce n’était pas une soirée qui manquait de musique : Krief, Clay and Friends, O Linea et Never More Than Less complétait la feuille de route.

Parmi les remerciements les plus inspirants, notons ceux de Gabrielle Laïla Tittley pour la pochette de l’année qui a fait plusieurs jeux de mots à saveur sexuelle et surtout qui a pris le temps de féliciter les autres qui étaient en nomination. Il y avait aussi Navet Confit qui, avec son projet le plus éclaté, gagne un Lucien. Cela lui donne l’envie d’en faire plus. Cela nous fait plaisir. Mertin Hoëk de Crabe n’a pas déverser son fiel sur l’industrie musicale étant donné que Le Temps F33L a été sacré album punk de l’année, un prix entièrement mérité alors que Safia Nolin a fait une vidéo de remerciement, mais qui n’a jamais fonctionné et Les Goules sont repartis avec deux statuettes. Finalement, félicitations à CISM qui a remporté encore une fois le Lucien de Média de l’année. Ça travaille fort dans les bureaux de l’UDM et ça ne cesse de se remettre en question pour fournir une radio différente, à l’avant-garde et vivante à la scène marginale québécoise. Bravo.

Voici la liste exhaustive des prix remis lors de cette 11e soirée:

Prix du public

Les Goules
 

Album Folk de l’année

Safia Nolin – Limoilou
 

EP Folk de l’année

Chantal Archambault – À hauteur d’homme
 

EP Rap de l’année

Loud Lary Ajust – Ondulé
 

Album Pop de l’année

Laurence Nerbonne – XO
 

EP Pop de l’année

Rosie Valland – Nord-Est
 

Album ou EP Punk de l’année

Crabe – Le temps f33l
 

Album ou EP métal de l’année

Anonymus – Envers et contre tous
 

Album Rock de l’année

Les Goules – Coma
 

EP Rock de l’année

Fuudge – Fuudge EP
 

Album Indie Rock de l’année

Bernhari – Île Jésus
 

EP Indie Rock de l’année

Navet Confit – EP7
 

Album Rap de l’année

Dead Obies – Gesamtkunstwerk
 

Album Électro de l’année

FOXTROTT – A Taller Us
 

Album et EP Jazz de l’année

Misc – Misc
 

EP Électro de l’année

La Bronze – Rois de nous
 

Album ou EP Expérimental de l’année

Echoes From Jupiter – Kosmonavt
 

Album ou EP Trad de l’année

Lakes Of Canada – Transgressions
 

Album ou EP World de l’année

Samito – Samito
 

Couverture d’album de l’année

Crabe – Le temps f33l (Gabrielle Laïla-Tittley)
 

Vidéo de l’année

Beat Market – Les belles années
 

Artiste de l’année

Koriass
 

Révélation de l’année

Laura Sauvage
 

Spectacle de l’année

Dead Obies
 

Auteur-compositeur de l’année

Safia Nolin
 

Salle de spectacle de l’année

Le Divan Orange
 

Festival de l’année

FME
 

Média de l’année

CISM
 

http://projetpapineau.com/gala-alternatif-de-la-musique-independante-du-quebec-gamiq/