kid koala Archives - Le Canal Auditif

Les 50 meilleurs albums de 2017… à date…

Voici donc ce moment si plaisant de l’année où on vous fait un inventaire des sorties remarquées. Parmi celles-ci, on retrouve que des albums ayant obtenu la note de 8 ou plus. Rien de moins! On vous offre la crème de la crème sur un plateau. Pour vous faciliter la tâche, nous avons regroupé les albums par genre tout en faisant une catégorie spéciale pour nos bons produits locaux, qu’ils soient anglophones ou francophones. Bonne écoute.
 
 

From Québec with love

Peter Peter – Noir éden
Colin Stetson – All This I Do For Glory
Philippe B – La grande nuit vidéo
Kid Koala – Music To Draw To : Satellite
Tim Darcy – Saturday Night
Leif Vollebekk – Twin Solitudes
Mat Vezio – Avant la mort des fleurs cueillies
Samuele – Les filles sages vont au paradis, les autres vont où elles veulent
TOPS – Sugar at the Gate

Hip-Hop / R&B

Run The Jewels – Run The Jewels 3
Loyle Carner – Yesterday’s Gone
Sampha – Process
Thundercat – Drunk
Kendrick Lamar – Damn.
Vince Staples – The Big Fish Theory
Lomepal – Flip
Ho99o9 – United States of Horror
Jay-Z – 4:44

Folk

Mount Eerie – A Crow Looked At Me
Fleet Foxes – Crack-Up

Rock

Nine Inch Nails – The Fragile : Deviations I
Polaroid3 – Rivers
Slowdive – Slowdive
Oxbow – Thin Black Duke
Flotation Toy Warning – The Machine That Made Us
The XX – I See You
Ty Segall – Ty Segall
Foxygen – Hang
The Sadies – Northern Passages
Dirty Projectors – Dirty Projectors
Vagabon – Infinite Worlds
Future Islands – The Far Field
Feist – Pleasure
King Gizzard & The Lizard Wizard – Flying Microtonal Banana

POP

Lorde – Melodrama

Punk/Hardcore

Meat Wave – The Incessant
Pissed Jeans – Why Love Now
USA Nails – Shame Spiral
Priests – Nothing Feels Natural

Métal / Post-Rock

Grails – Chalice Hymnal
Pallbearer – Heartless
King Woman – Created in the Image of Suffering

Électronique / expérimental

Clark – Death Peak
Arca – Arca
Xiu Xiu – Forget
Pharmakon – Contact
Tigran Hamasyan – An Ancien Observer
Jlin – Black Origami
Bonobo – Migrations
Com Truise – Iterations

Bonne deuxième moitiée (déjà entamée) de 2017 les mélomanes!

Critique : Kid Koala featuring Emilíana Torrini – Music To Draw To: Satellite

Kid Koala est, pour ceux qui ne le connaissent pas, un artiste fascinant. De ses collaborations avec Gorillaz, Lovage et Peeping Tom, à ses performances hallucinantes accoutré de son emblématique costume de koala, il ne fait rien à la légère. Il a aussi joué en première partie de Radiohead et Björk. Ça vaut quelques morceaux de robots (si ce n’est pas le robot au complet!) Voilà bien cinq ans que 12 Bit Blues est paru et Eric San, Montréalais d’adoption, arrive enfin avec un nouvel album.

Music To Draw To : Satellite est un projet très différent du dernier. 12 Bit Blues s’attaquait à des classiques du genre qui étaient remixés, triturés et sur lesquels San ajoutait de nouveaux sons. C’était assez rythmé et entraînant. Son petit nouveau nous plonge plutôt dans un espace méditatif, en apesanteur, pour retrouver une paix intérieure. Music To Draw To est un album qui nous amène à adopter une attitude contemplative. Il est justement titré et donne envie de se tourner vers les étoiles et nous interroger sur l’origine de l’humanité, sur nos vies, mais surtout sur le sens qu’elles prennent. C’est un album qui nous attire le regard vers le haut pour mieux regarder ce qui se passe à l’intérieur.

Émilíana Torrini possède la voix parfaite pour le projet de Kid Koala. Son timbre léger et aérien, qui ressemble un peu à celui de Camille Poliquin (Kroy, Milk & Bone), se colle à merveille aux chansons légères de San. La fantomatique Fallaway est un bon exemple de la parfaite symbiose entre la voix de l’Italo-Islandaise et la musique du Montréalais. Certaines chansons sont plus obscures. Dans The Darkest Days, la trame est beaucoup moins douce. Il y a des hachures constantes et la voix de Torrini est passée à travers un filtre qui lui enlève sa chaleur et son effet apaisant.

Entre les pièces auxquelles la chanteuse prête sa voix, Kid Koala nous offre des compositions entièrement instrumentales qui font le lien tout en possédant leur propre personnalité. The Observable Universe qui lance le bal est d’une beauté rare et sa lente progression est parfaitement construite. Transmission 1 est un exemple de chanson un peu plus rythmée. C’est réussi, on se sent prisonnier du temps avec ses sons qui rappellent ceux d’une horloge grand-père. Photons représentent les moments les plus exploratoires de Music To Draw To avec ses sons clairsemés et émaciés.

Kid Koala n’a pas manqué son coup avec Music To Draw To : Satellite. Cet album léger et aérien crée une atmosphère quasi spirituelle avec ses trames bien composées et justement calibrées. Emilíana Torrini qui l’accompagne joue le jeu de la délicatesse et c’est tout à fait séduisant. Ne manquez pas les spectacles du début février au Centre Phi où les spectateurs seront appelés à influencer la musique de Kid Koala pendant la performance. C’est votre chance de prendre part à la création et vivre un moment mémorable.

Ma note: 8/10

Kid Koala featuring Emilíana Torrini
Music To Draw To: Satellite
Arts & Craft
72 minutes

http://kidkoala.com/

10 albums à surveiller en janvier 2017

L’année 2017 commence en force. On est surpris par la quantité d’albums attendus qui verront le jour lors du premier mois de l’année. Voici quelques galettes à ne pas manquer dans les prochaines semaines.

Bonobo – Migration (13 janvier)

Le producteur anglais Bonobo nous a habitué à des compositions de qualités et les premiers extraits de Migration indiquent un autre bon album. La somptueuse et veloutée Break Apart sur laquelle chante Rhye fait le pont entre les créations éclectiques du compositeur et une bonne mélodie intoxicante.


 
 

Run The Jewels – Run The Jewels 3 (13 janvier)

Killer Mike et El-P devaient lancer leur nouvel album le 13 janvier. Le duo a décidé qu’après une année 2016 un peu folle, il était peut-être le temps de faire plaisir à ses fans le 24 décembre. RTJ 3 est disponible en téléchargement gratuit sur le site du groupe ou encore l’achat est possible sur les différentes plateformes. En attendant notre critique, gâtez-vous.


 
 

Avec le soleil sortant de sa bouche – Pas pire pop, I Love You So Much (20 janvier)

Avec le soleil sortant de sa bouche nous avait convaincu avec son pas pire Zubberdust! en 2014. La formation s’apprête à lancer son deuxième album toujours chez Constellation Records. Leurs compositions psychédéliques et exubérantes possèdent une bonne dose de groove. Leur premier extrait nous promet de nouveaux rythmes aussi surprenants qu’efficaces.


 
 

Foxygen – Hang (20 janvier)

Sam France et Jonathan Rado reviennent avec un album au concept assez impressionnant. Pour l’enregistrement de Hang, ils se sont payé un orchestre de 40 musiciens, le duo The Lemon Twigs pour la section rythmique et même Steven Drozd (The Flaming Lips) sur certaines chansons. Follow The Leader, leur premier extrait, est déjà assez prometteur merci!


 
 

Heat – Overnight 20 janvier)

On attend le premier album de la formation Heat depuis un bon bout de temps. On avait déjà été convaincu par l’EP Rooms paru en 2015 et par les prestations du groupe. Voici qu’Overnight verra le jour en tout début d’année. Le rock fédérateur et mélodique du trio fera quelques conquêtes assurées parmi les mélomanes.

Pages : 1 2

Les 3 étoiles : semaine 122

LCA_Les3etoiles

Kid Koala – The Observable Universe

Kid Koala aime créer des événements plus grands que nature. Le producteur montréalais vient d’annoncer la sortie d’un nouvel album intitulé Music To Draw To : Satellite le 20 janvier prochain. Les yeux rivés vers le ciel, le musicien a créé une bande qui n’est pas sans rappeler Sigur Rós. Il nous convie aussi à des spectacles où le public aura son mot à dire dans la création. En effet, des stations avec tables tournantes et pédales d’effets seront à la disposition des spectateurs pour créer des trames méditatives. On salue cette initiative aussi géniale qu’audacieuse.

Tim Darcy – Tall Glass of Water

Autre bonne nouvelle concernant nos musiciens montréalais, Tim Darcy fera paraître le 17 février prochain son premier album solo. Saturday Night sera lancé par la maison de disque Jagjaguwar (Bon Iver, Dinosaur Jr., Foxygen). Le chanteur de Ought nous montre un côté plus dynamique et rock de sa personnalité. Nous ne retrouvons pas à des lieux de ce qu’il fait avec le groupe, mais c’est plus facile d’approche.

Bernhari – Emmène-moi

Alexandre Bernhari a lancé Île Jésus en mai dernier. Celui-ci a été très bien accueilli par la critique. Voici qu’il lance un sublime vidéoclip pour la vaporeuse et sensuelle Emmène-moi. Ce duo avec Stéphanie Lapointe est tout à fait magnifique avec ses rythmes langoureux et éthérés. Une chanson parfaite pour un petit repas en amoureux ou encore pour impressionner ta date avec ta culture musicale. Allez! Aimez-vous, la saison des grands froids approche à grands pas.