Kendrick Lamar Archives - Le Canal Auditif

Critique : SZA – Ctrl

L’histoire de SZA en est très intéressante. Élevée en tant que musulmane assez orthodoxe, elle a fini par abandonner le voile après les attaques du 11 septembre 2001. Suite aux malheureux événements, elle a été ridiculisée par ses collègues de classe et ne supportant plus la moquerie, elle a préféré révéler sa chevelure. Elle a enregistré une première chanson un peu par accident avec son voisin et un ami. Cette chanson a fini dans les mains du président de Top Dawg Entertainment, la maison de disque de Kendrick Lamar. Puis, elle a lancée deux mixtapes et un EP. Voici qu’elle lançait récemment son premier album en bonne et due forme : Ctrl.

SZA nous présente un R&B alternatif qui se rapproche beaucoup de la néo-soul sur ce premier album. On pense parfois un peu à Frank Ocean, mais aussi à Jamiroquai et Erykah Badu. Elle mélange habilement des éléments hip-hop, soul et d’indie rock. C’est tout à fait réussi et l’on y découvre une jeune femme avec une voix magnifique et un don pour les mélodies efficaces qui évitent le cliché. C’est aussi très rafraîchissant d’avoir une voix féminine qui nous chante des problèmes avec un angle frais et moins exploité.

« I get so lonely, I forget what I’m worth
We get so lonely, we pretend that this works
I’m so ashamed of myself think I need therapy-y-y-y
I’m sorry I’m not more attractive
I’m sorry I’m not more ladylike
I’m sorry I don’t shave my legs at night
I’m sorry I’m not your baby mama
I’m sorry you got karma comin’ to you
Collect your soul, get it right »
Drew Barrymore

SZA nous ouvre la porte à sa vulnérabilité à plusieurs occasions sur Ctrl. Drew Barrymore est un bon exemple. Tout comme la Frank Ocean-esque Supermodel qui ouvre l’album. Avec une guitare légèrement bruyante, elle fait aller sa voix qui est parfois rejointe par des chœurs. Avant que doucement une basse rejoigne l’ensemble. Puis la batterie lance la chanson dans une nouvelle direction plus dynamique. C’est tout à fait réussi.

Elle se frotte aussi à des sujets plus délicats qu’elle aborde avec une approche de prise de pouvoir. Elle reprend le terme « pussy » et en fait une chanson, Doves In the Wind, qui met en garde les hommes frivoles qui parlent du sexe féminin sans respect. Elle compte sur Kendrick Lamar qui vient faire un tour sur l’excellente chanson avec une trame plus cool que cool. Go Gina tire plus vers le hip-hop avec une verve assez dégourdie de la part de la jeune femme. Anything fait aussi belle figure et SZA en profite pour nous envoyer des rimes bien tournées avec un débit non anodin.

C’est vraiment un premier album totalement réussi pour la jeune femme. SZA prouve qu’elle a une voix unique et différente du reste du monde R&B. C’est doux, bien écrit, bien composé et juste assez émotif sans tomber dans un pathos à n’en plus finir.

Ma note: 8,5/10

SZA
Ctrl
RCA Records
50 minutes

https://szactrl.com/

Les 50 meilleurs albums de 2017… à date…

Voici donc ce moment si plaisant de l’année où on vous fait un inventaire des sorties remarquées. Parmi celles-ci, on retrouve que des albums ayant obtenu la note de 8 ou plus. Rien de moins! On vous offre la crème de la crème sur un plateau. Pour vous faciliter la tâche, nous avons regroupé les albums par genre tout en faisant une catégorie spéciale pour nos bons produits locaux, qu’ils soient anglophones ou francophones. Bonne écoute.
 
 

From Québec with love

Peter Peter – Noir éden
Colin Stetson – All This I Do For Glory
Philippe B – La grande nuit vidéo
Kid Koala – Music To Draw To : Satellite
Tim Darcy – Saturday Night
Leif Vollebekk – Twin Solitudes
Mat Vezio – Avant la mort des fleurs cueillies
Samuele – Les filles sages vont au paradis, les autres vont où elles veulent
TOPS – Sugar at the Gate

Hip-Hop / R&B

Run The Jewels – Run The Jewels 3
Loyle Carner – Yesterday’s Gone
Sampha – Process
Thundercat – Drunk
Kendrick Lamar – Damn.
Vince Staples – The Big Fish Theory
Lomepal – Flip
Ho99o9 – United States of Horror
Jay-Z – 4:44

Folk

Mount Eerie – A Crow Looked At Me
Fleet Foxes – Crack-Up

Rock

Nine Inch Nails – The Fragile : Deviations I
Polaroid3 – Rivers
Slowdive – Slowdive
Oxbow – Thin Black Duke
Flotation Toy Warning – The Machine That Made Us
The XX – I See You
Ty Segall – Ty Segall
Foxygen – Hang
The Sadies – Northern Passages
Dirty Projectors – Dirty Projectors
Vagabon – Infinite Worlds
Future Islands – The Far Field
Feist – Pleasure
King Gizzard & The Lizard Wizard – Flying Microtonal Banana

POP

Lorde – Melodrama

Punk/Hardcore

Meat Wave – The Incessant
Pissed Jeans – Why Love Now
USA Nails – Shame Spiral
Priests – Nothing Feels Natural

Métal / Post-Rock

Grails – Chalice Hymnal
Pallbearer – Heartless
King Woman – Created in the Image of Suffering

Électronique / expérimental

Clark – Death Peak
Arca – Arca
Xiu Xiu – Forget
Pharmakon – Contact
Tigran Hamasyan – An Ancien Observer
Jlin – Black Origami
Bonobo – Migrations
Com Truise – Iterations

Bonne deuxième moitiée (déjà entamée) de 2017 les mélomanes!

FEQ Jour 2 – Les valeurs sûres du rapjeu et quelques milliers de snapchat stories

Malgré tous les choix déchirants (Wolf Parade, Tony Allen ou Bernard Adamus) j’étais sur les plaines pour être témoin d’un Kata verbal de Kung Fu Kenny. Il ne faut pas oublier Anderson .Paak et les Dead Obies. Une soirée mémorable à être coincés entre des adolescents survoltés.

$ud $ale

C’est les Fuckboys du Sud Sale qui s’occupent de réchauffer la foule qui s’agglutine en prévision de la venue du roi. On a principalement droit à des pièces de leur matériel du dernier opus Gesamtkunstwerk et du dernier Ep. On les sentait un peu nerveux pour commencer. Il faut dire qu’ils n’avaient que 45 minutes pour faire une prestation à la hauteur de leur énergie et qu’ils ouvraient pour Kendrick Lamar. C’est pas rien! En plus, les micros ne captaient pas bien les paroles. C’est à partir de Johnny Go qu’ils se lâchent complètement. Ils nous ont même offert une petite exclusivité qu’on pourrait nommer Monnaie. Une structure trap classique, des couplets agressifs et un refrain qui est instantanément dans l’esprit. Je n’ai jamais vu Joe Rocca être aussi intense dans une pièce, ça lui va bien. Pour les fashionistas : les tresses de Rocca vont bien, elles auront bientôt une force de traction de 500 lb.

Ce p’tit freestyle européen est peut-être un avant-goût de ce qui s’en vient pour la bande montréalaise : https://www.youtube.com/watch?v=j9YMQFjQ_2U

Acclamons le maître

Seulement 15 minutes d’attente, puis une star entre en scène. Avec un sourire de grand enfant Anderson .Paak et ses talentueux Free Nationals commencent une prestation qui sera parfaite. Tout lui réussit à ce Californien. Il passe avec aisance d’un débit rap précis à un chant soul aux accents funk en dansant avec aisance. Son assurance derrière la batterie nous entraîne dans un boogie qui écrase les canettes d’eau à la saveur de bière. Sans aucun complexe, il revisite ses propres pièces. Sa version plus funky de Glowed Up est écourtée, mais jouissive. Il termine ce 45 minutes si court avec trois de ces succès qu’il plonge dans une sauce trap, dont l’excellente Droogs. Le spectacle était digne d’une tête d’affiche, tout simplement. Si ce n’est pas déjà fait, écoute et récoute Malibu. Tout de suite.

Du petit bureau de NPR, le charisme de Paak. est une évidence :

Bitch, don’t kill my vibe

King Kunta. Kung Fu Kenny. Kendrick Lamar. La foule n’était plus capable d’attendre. Tellement que beaucoup parlaient pendant la partie de .Paak. Ils s’en foutaient. Ce qu’ils voulaient, c’est crier : Bitch don’t kill my vibe. Lamar a-t-il répondu aux attentes démesurées? Oui et non. Stoïque et tout en puissance Lamar affirme que le trône actuel du rapjeu lui est dût avec la lourde DNA. Seulement accompagné d’un batteur, il occupe l’entièreté de la scène sans bouger énormément, mais il remplit l’immense scène sans problème. Ça doit être une botte secrète du turtle style.

Le son du micro n’est pas assez élevé et même parfois ça manque juste de puissance en général. Une pause étrange, surement des problèmes de projections, en plein milieu du set refroidit les ardeurs pendant au moins 5 minutes. Dommage pour un artiste dont l’univers visuel est si fort et marquant. Malgré les obstacles, le moshpit atteint son paroxysme avec Alright. Ça finit un peu en queue de poisson avec LOVE, qui était pourtant bien meilleure que sur l’album. Personne ne s’est époumoné : Bitch Don’t Kill My Vibe, puis on s’est dirigé vers la sortie en évitant les bouteilles de vin que deux idiots de haut calibre nous ont lancées du Bistro SAQ. À leur défense, VIP ne rime pas avec bon sens.

Elle n’y était pas, mais j’aurais aimé qu’elle y soit celle-là :

BONUS

3 – Le top 2 de mes pires humains favoris de la section B, pas loin du Bistro SAQ

2— Le préadulte qui me gueule Alright au complet dans l’oreille droite. Je crois qu’il a mué pendant la pièce. Un beau moment.

1— La jeune femme (Esmeralda?) avec un bandeau de gitane qui voulait s’assurer qu’on comprenne que son trip de MDMA était incroyable. MERCI!

Critique : Vince Staples – The Big Fish Theory

« Spend a lot of money on the CDG
Ain’t I lookin’ lovely on the TV screen?
Battle with the white man day by day
Feds takin’ pictures doin’ play by play
They don’t ever want to see the black man eat
Nails in the black man’s hands and feet
Put him on a cross so we put him on a chain
Lying to me, sayin’ he don’t look like me
Rollcage on the GT3
How a show on stage like a DVD?
Put me in the MoMA when it’s over with
I used to look up to the sky, now I’m over shit »
– Crabs In a Bucket

Vince Staples lance son deuxième album intitulé The Big Fish Theory. Le précédent, Summertime ’06, avait fait belle figure et s’était retrouvé dans plusieurs tops de fin d’année en 2015. Depuis, Staples n’a pas chômé en lançant un EP conceptuel titré Prima Donna. Le Californien revient encore une fois en force avec The Big Fish Theory.

Le sens derrière le titre de l’album est d’ailleurs assez clair. La théorie réfère au fait qu’un poisson grandit en accord avec la grandeur de son environnement. Si vous placez un poisson au potentiel immense dans un minuscule aquarium, il restera petit. Staples s’en sert pour faire une allégorie de la place des noirs dans la société américaine. On pourrait étendre cette problématique aux gens de différentes origines ethniques aux États-Unis.

C’est aussi un album qui montre différentes facettes de Staples. Parfois, il se fait presque frivole avec la mélodieuse et intoxicante Big Fish. Il y parle de son rythme de vie qui a radicalement changé dans les dernières années. Le tout appuyé par Juicy J qui offre un refrain efficace à tous les points de vue. Staples a toujours été doué pour offrir un hip-hop avec des airs qui languissent dans les neurones. Le genre de refrains qu’on se surprend à fredonner en passant de la chambre au salon. BagBak est ce genre de chansons. Contrairement à la précédente malgré son efficacité mélodique, elle adopte un discours beaucoup plus politisé.

D’ailleurs le côté politique ne s’arrête pas là. C’est un peu partout sur The Big Fish Theory. Puis, dans Yeah Right, Kendrick Lamar vient faire son tour. On se retrouve devant un discours sur l’appât du gain pour l’appât du gain que dénonce Staples. C’est la différence entre réussir pour sa communauté ou pour sa personne.

Staples fait appel à de nombreux collaborateurs, dont la chanteuse Kilo Kish qui pose sa voix sensuelle dans plusieurs pièces. À chaque occasion, c’est aussi pertinent que réussi. Plusieurs compositeurs doués font aussi sentir leur présence. À commencer par Justin Vernon qui signe la trame d’ouverture, Crabs In a Bucket. Flume est aussi présent sur Yeah Right. Pour le reste, Sekoff et Sophie sont les deux producteurs à mettre le plus la main à la pâte.

The Big Fish Theory est un album totalement réussi pour Vince Staples qui continue de progresser et d’offrir des albums aussi mélodieux que pertinents. Voici un autre album de hip-hop qui risque fortement de se retrouver très haut dans les tops de fin d’année.

Ma note: 8,5/10

Vince Staples
The Big Fish Theory
Def Jam
36 minutes

http://vincestaples.com/

Concours : Gagnez une paire de laisser-passers pour Kendrick Lamar au FEQ

Kendrick Lamar, qui a fait paraître l’un des meilleurs albums de l’année 2017, sera de passage au Festival d’Été de Québec le 7 juillet prochain. Comme si ce n’était pas assez, l’Américain sera précédé d’Anderson .Paak & The Free Nationals ainsi que Dead Obies. Ce sera une grande soirée de rap! Le Canal Auditif et le Festival d’Été de Québec vous offrent la chance d’assister à cette soirée que vous pourrez raconter un jour à vos petits-enfants. Pour participer, vous devez répondre à la question suivante dans la section commentaire :

À l’occasion de quelle fête religieuse est paru DAMN.?

Indice : La réponse se trouve dans ce texte.

Le concours est en vigueur du 5 au 19 juin 2017 à midi. Le tirage aura lieu le 19 juin 2017.

Bonne chance à tous!

Ce concours est maintenant terminé, merci d’avoir participé!

Pour plus de détails sur le spectacle, c’est par ici.