Kendrick Lamar Archives - Le Canal Auditif

Critique : Kendrick Lamar – Damn.

Kendrick Lamar est régulier comme l’horloge. En 2015, il faisait paraître l’excellent To Pimp A Butterfly, puis en 2016, il lançait Untitled Unmastered. Ce dernier était une collection de chansons qui n’avaient pas trouvé preneur pour l’album précédent. Douze mois plus tard, Lamar revient avec DAMN. son quatrième album en carrière. Les suspicions de nouvel opus sont nées à la fin mars après la sortie du simple The Heart Part 4, qui n’est pas sur l’album, mais qui annonçait une sortie le 7 avril. Le 7, comme promis, le vidéoclip de la chanson Humble est arrivé et elle-même annonçait la sortie de DAMN.

Sur ce nouvel album, Kendrick Lamar nous sert une bonne dose de référence christique et religieuse en général. C’est thématique avec sa sortie le Vendredi saint. DAMN. est l’album le plus « pop » de Kendrick Lamar, il possède de nombreux refrains intoxicants, des chansons plus courtes qui tournent autour des quatre minutes et une approche généralement plus facile pour le néophyte. Est-ce que c’est de moins grande qualité pour autant? Absolument pas, Lamar prouve qu’il est l’un sinon le rappeur le plus pertinent de son époque, encore une fois.

Plusieurs chansons sont très accrocheuses comme Element qui a été produit en partie par <em>James Blake. On peut en dire tout autant de son duo avec Rihanna titré Loyalty avec sa trame velouté. Il nous offre même une pièce qui tire beaucoup sur le R&B avec Love, sur laquelle chante Zacari. C’est déstabilisant au premier abord. Avec les écoutes répétées, la pièce prend son sens dans l’enchaînement et ne détonne absolument pas. On est loin des pièces parfois insipides que nous envoie Drake. Malgré l’approche plus mélodieuse qui laisse de côté les moments musicaux ou les extraits de mise en contexte par rapport au concept très présent sur To Pimp A Butterfly et good kid, m.A.A.d city, Kendrick Lamar n’est pas moins impressionnant sur ce nouvel album.

« I got, I got, I got, I got
Loyalty, got royalty inside my DNA
Cocaine quarter piece, got war and peace inside my DNA
I got power, poison, pain and joy inside my DNA
I got hustle though, ambition, flow, inside my DNA
I was born like this, since one like this, immaculate conception
I transform like this, perform like this, was Yashua’s new weapon
I don’t contemplate, I meditate and off your fucking head »
— DNA.

Malgré la tangente plus facile pour les oreilles que Lamar prend sur Damn., il montre aussi l’étendue de son talent de MC avec des chansons comme DNA où les mots sortent à un rythme effréné, parfois quasi inhumain. On ne peut non plus passer sous silence l’excellent premier simple titré Humble. Ça rentre au poste et rappelle à la compétition qu’ils ne sont pas de niveau. La chanson est sans doute en réaction à Big Sean qui a lancé une pique au Californien dans les derniers mois. Une autre chanson surprenante se cache sur DAMN. : la collaboration avec U2, XXX… oui, oui U2. Il faut bien Kendrick Lamar pour rendre U2 pertinent en 2017.

Les pièces plus R&B sont toutes assez efficaces sur DAMN. La deuxième partie de XXX, Fear et la sérieusement réussie Lust. Il termine l’album sur Duckworth qui remet les pendules à zéro en nous ramenant au premier moment de Blood qui entame l’album. Avec toujours ce message : « Remember that what happens on earth stays on earth. » Il y a quelque chose d’à la fois religieux et absolument laïc à propos de DAMN.. Encore une fois, c’est le génie de Kendrick Lamar qui est le responsable pour cette habile façon de tisser un message riche et nuancé.

Vraiment, Kendrick Lamar est à son meilleur depuis deux ou trois ans. Combien de temps ça durera? Personne ne le sait, mais pour le moment, il faut en profiter, car il nous envoie avec DAMN. un autre excellent album de rap. Nous avons pourtant déjà été gâtés cette année avec Run The Jewels et Loyle Carner. Malgré tout, Kendrick Lamar ne tombe pas dans l’ombre des deux autres sorties, au contraire, il brille de mille feux.

Ma note: 8,5/10

Kendrick Lamar
DAMN.
Interscope Records
56 minutes

http://www.kendricklamar.com/

Les 3 étoiles du 7 avril 2017

Kendrick Lamar – HUMBLE.

Ça commence de plus en plus à sentir le nouvel album pour Kendrick Lamar, qui sera au Festival d’Été de Québec. HUMBLE. est une charge à fond de train contre ceux qui ose user d’arrogance devant lui. Ça lui donne des petits airs de parrain de la mafia et il faut le dire, le refrain est non seulement hyper mélodieux, il est simple et efficace. En plus de faire une attaque contre la culture du photoshop et de l’apparat… c’est pas mal intéressant.


 

Mount Kimbie – We Go HomeTogether ft. James Blake

Le duo Mount Kimbie n’avait pas fait paraître de nouveau matériel depuis un bon bout de temps. Ils reviennent en force en annonçant une tournée nord-américaine qui s’arrêtera à Montréal le 15 juin au Théâtre Fairmount en plus de faire paraître un nouveau simple qui compte sur l’apport de James Blake. La chanson est un petit peu à côté de la track et possède beaucoup de soul.


 

Public Service Broadcasting – Progress

Si vous cherchiez une belle petite chanson d’indie-rock efficace, Public Service Broadcasting vient de vous livrer quelque chose d’assez incroyable. Des échantillons entrecoupent les refrains très simples chantés par Tracyanne Campbell de Camera Obscura. C’est tout à fait magnifique et les refrains nous transportent par leur légèreté et leur mélodie intoxicante.

La programmation du FEQ

Du 6 au 16 juillet prochain, Québec sera une fois de plus en fête pour le Festival d’été de Québec. Chaque année, la programmation du FEQ fait de bons coups musicaux et 2017 ne sera pas l’exception à la règle. On retrouve plusieurs noms intéressants, locaux comme internationaux. Les têtes d’affiche sont impressionnantes alors que Kendrick Lamar viendra faire « bouncer » la capitale. Notons aussi que Metallica s’est sans doute acheté un condo en basse-ville étant donné qu’ils y sont tous les trois mois. Muse y fera aussi un arrêt avant de performer à Osheaga. Que feront-ils entre les deux? Se louer un chalet dans Charlevoix? Aller visiter Chibougamau? Ou passer deux semaines à Drummondville? Mystère…

Revenons à la programmation, plusieurs artistes internationaux intéressants feront leur tour sur les plaines et dans la Capitale. DJ Shadow fera aller ses platines alors que Migos sera un autre moment fort pour les amateurs de rap. Quelques groupes feront autant le festival d’été qu’Osheaga, outre Muse. Phantogram et Andy Shauf seront aussi des deux fêtes. Notons la présence notable de l’excellent Flume et du groupe américain Pink Martini.

Les talents locaux seront aussi à l’honneur pendant le festival. Ça va swinger avec Bernard Adamus et Lisa Leblanc qui ont l’habitude de faire lever le party. Le hip-hop maison sera bien représenté par Dead Obies et Rymz alors que Les Cowboys Fringants prendront les plaines pour une énième fois. Fred Fortin, Groenland et Les Sœurs Boulay valent aussi le détour. On compte sur la présence des drôles de bardes des Trois Accords et la présence de The Barr Brothers et Yann Perreau. Bref, de la grande qualité! Une légende montréalaise sera aussi à l’honneur : Men Without Hats vont te faire danser en toute sécurité avec ses rythmes new wave.

Grosse programmation de la part du Festival d’été de Québec. On ira assurément faire notre tour au FEQ pour se rincer un peu les oreilles. Ah oui, les Backstreet Boys y seront aussi… malheureusement, nous serons bien occupés ce soir-là… Voici l’affiche avec la programmation complète à date!

http://www.infofestival.com/

Critique : Thundercat – Drunk

Stephen Bruner, mieux connu sous le nom de Thundercat, est un personnage fascinant. Depuis quelques années, il prête ses talents de bassiste à des projets d’avant-garde de qualité : Flying Lotus, Kendrick Lamar et Kamasi Washington. Ces derniers partagent ceci en commun : ils jouent avec les codes du jazz, les chavirent et proposent des voies nouvelles. À l’instar de ceux-ci, Thundercat est une figure de proue d’un free-jazz coloré de funk et de soul avec une approche musicale unique. Il est peut-être aussi important aujourd’hui à la basse que l’était Miles Davis à la trompette à l’époque ou que Colin Stetson l’est au saxophone. Lorsqu’on considère tout ceci, on se surprend de savoir que Thundercat était bassiste de Suicidal Tendencies pendant 9 ans. Oui, de 2002 à 2011, il était responsable du groove de la formation de thrash métal. Je vous avais dit que c’était un personnage fascinant.

Drunk est un album à la fois magnifique et énigmatique. C’est que Bruner a un sens de l’humour et sans doute un fond de troll en lui-même. Peut-être que la pièce Rabbot Ho nous donne une piste de solution en ouverture. On tombe dans un monde similaire à celui d’Alice aux pays des merveilles avec toutes les excentricités que cela comporte.

«When it rains, it pours
Open windows and closed doors
All the pretty lights and sounds to open up the night
Friends, they come and go
That’s okay, I’m kind of bored
Let’s go hard, get drunk, and travel down a rabbit hole »
– Rabbot Ho

L’album en entier, à quelques exceptions près, est produit par Flying Lotus. On reconnaît sa griffe unique et audacieuse un peu partout dans les sonorités utilisées. Tout comme le jeu de basse impeccable, surprenant et audacieux de Thundercat. D’ailleurs, la principale critique qu’on pourrait lui adresser est l’aspect décousu de la suite des pièces. Mais dans ce cas, c’est qu’on prend tout trop au sérieux et qu’on manque d’ouverture d’esprit. C’est d’un bout à l’autre un album pratiquement parfait. Qui a besoin d’une suite polie et gentille qui nous guiderait d’un bout à l’autre? Drunk est tout comme une soirée de beuverie, remplie de surprise, de sentiment de perte de contrôle et d’histoire à raconter plus tard entre amis.

Comme l’apparition de Kenny Loggins et Michael McDonald (Steely Dan, The Doobie Brothers) dans Show You the Way, la plus pop des ritournelles dans Drunk. Vous vous souvenez qui est Kenny Loggins? Vous savez la toune de Top Gun? Son bon ami Kendrick Lamar fait aussi une apparition dans la bizarre Walk On By, pleine de synthés. Même Pharell Williams vient faire son tour dans l’obscure, mais étrangement mélodieuse The Turn Down.

Thundercat joue à nous déstabiliser du début à la fin, souvent avec une bonne touche d’humour. On découvre aussi son énorme côté geek. Ceux de sa race (dont je fais partie) comprendront lorsqu’il parle de jouer à Diablo et Mortal Kombat sur une chanson où il chante l’affreux sentiment d’être confiné dans la Friend Zone. Dans Tokyo, il nous chante son envie de rester une journée de plus dans cette ville avec une mélodie vocale atypique, mais diablement efficace. Qui ne voudrait pas être Goku? Mais le bout du bout est atteint dans A Fan’s Mail (Tron Song Suite II) avec son texte délicieux où il chante l’envie d’être un chat :

« Cool to be a cat (meow, meow, meow, meow)
Cool to be a cat (meow, meow, meow, meow)
Cool to be a cat (meow, meow, meow, meow)
Cool to be a cat »
– A Fan’s Mail (Tron Song Suite II)

Tu ne trouves pas ça comique? T’as le droit. C’est vrai que c’est un peu idiot un adulte qui fait des « meow » sur une chanson incroyablement bonne. Et c’est ce qui attend le mélomane sur Drunk, une suite de chansons déstabilisantes et magnifiquement composées. Thundercat est l’un des musiciens les plus pertinents et aventureux des 20 ou 30 dernières années. Le genre de musicien dont on chantera les louanges encore longtemps.

Ma note: 8,5/10

Thundercat
Drunk
Brainfeeder
51 minutes

http://www.brainfeedersite.com/

Critique : Mac Miller – The Divine Feminine

Certes l’année 2016 fut plutôt pourrie, et personne ne viendra contredire l’actualité… Pourtant on ne peut s’empêcher d’avoir un peu de nostalgie, en repensant à toutes les sorties hip-hop de l’année écoulée : Kanye West, Kendrick Lamar, A Tribe Called Quest, Chance the Rapper… Il y en a eu pour tout le monde, et Mac Miller, dont le dernier album studio datait à peine d’un an (GO:OD AM), a été aussi de la partie.

Le 16 septembre sortait The Divine Feminine, un album quasiment conceptuel pensé comme une célébration de l’amour que l’artiste de Pittsburgh porte aux femmes, ou plutôt à une seule. Car l’homme est amoureux, et ne faisons pas semblant : il n’a échappé à personne que sa compagne n’est autre qu’Ariana Grande, phénomène pop, made in USA (d’ailleurs présente sur le morceau My Favorite Part)

The Divine Feminine est un album fascinant par sa capacité à faire écho à l’actualité du hip-hop, car si la majorité des morceaux tournent avec des paroles toujours ultras romantiques, voire carrément érotico-explicites (Skin), sans grandes trouvailles, toutes les productions sont comme des rappels de tout ce que l’on a entendu dans l’année.

Depuis janvier dernier, à chaque fois qu’un album hip-hop a fonctionné, c’est qu’il s’aventurait vers des paysages soniques plus vintage. Kendrick Lamar a continué ses investigations dans le domaine du jazz avec untitled unmastered, Kanye West est reparti chercher dans le gospel certain des meilleurs moments de The Life of Pablo, et enfin Chance The Rapper a balancé une mixtape digne d’un classique soul (Coloring Book). Et Mac Miller est allé se servir dans chacune de ces sorties, comme si la clé du succès se trouvait dans l’addition des albums remarqués de l’année. Une marche à suivre peut-être stratégique, certainement pas audacieuse…

Le simple Dang qui compte sur l’apport Anderson .Paak, n’est autre que le remix en accéléré du morceau Am I Wrong qui a révélé .Paak au grand public en 2016 avec l’album Malibu. Stay est un morceau construit comme une production The Social Experiment (l’équipe de Chance The Rapper) avec un dialogue voix/trompette (ici jouée par le jazzman Keyon Harrold) et qui ressemble à peu de choses près au duo que forme Chance avec Nico Segal, trompette magique et pilier du Social Experiment. Le traitement des cuivres est identique! Après quelques morceaux assez peu originaux malgré des collaborations de premier choix (Cee Lo Green, Ty Dolla $ign), arrive la dernière piste de l’album God Is Fair, Sexy Nasty, une aventure conjointe avec le fameux Kendrick. Et pour être honnête, le morceau de huit minutes tourne plutôt comme une face-B d’untitled unmastered. Entrée de morceau type jazz piano bar, une production planante et une outro avec voix off : du pur Lamar, du pale Miller

Il faut le dire Mac Miller fait sans aucun doute le boulot. Les morceaux fonctionnent, et sont même plutôt plaisants, mais franchement dix morceaux, quasiment tous écrits comme des textos à sa copine, tout en nous refourguant un hip-hop mode vintage qu’on nous a servi toute l’année (coucou Chance, coucou Kendrick), était-ce vraiment nécessaire?

Un conseil, l’an prochain quand tu sortiras ta nouvelle galette mon cher Cormac, essaie de ne pas la sortir à la fin de l’année; qu’on n’ait pas déjà l’impression d’avoir tous entendu ton album chez tes copains du game…

Ma note: 5,5/10

Mac Miller
The Divine Feminine
Warner Bros / REMember Music
53 minutes

http://www.macmillerswebsite.com/