Karim Ouellet Archives - Le Canal Auditif

Les Francofolies de Montréal: Suite et fin

Voilà que cette 29ième édition des Francofolies de Montréal tire à sa fin. Une semaine chargée en musique francophone! Comme dernier compte-rendu de l’évènement, je vous propose un regroupement de tous les spectacles que j’ai vu en un article. On part ça, prêt, pas prêt, j’y vais!

Marvin Juno, oui…mais

Le 12 juin dernier, sur l’heure de l’apéro, je me suis rendue à la zone Coors Light pour voir le Français Marvin Jouno. La performance s’est avérée bien efficace. Les arrangements sonores rendaient bien les mélodies mélancoliques sur scène. Le côté cinématographique aura été rapidement soulevé pendant le spectacle. Par contre, l’artiste défend une pop qui est, à mon avis, un peu trop conventionnelle. Ne réinventant pas la roue, la musique de Jouno ne m’aura pas étonnée ce soir-là. J’avais l’impression d’écouter un produit un peu trop lisse, ce qui m’a un peu déçu.

Manger des popsicles avec Louis-Philippe Gingras

Le lendemain, je me suis rendue au spectacle de Louis-Philippe Gingras. LP Labrèche vous a donné des bons mots à ce sujet juste ici, d’ailleurs. Gingras s’est démontré charismatique. En lançant officiellement son nouveau projet La Rangée des Popsicles, le petit gars d’Abitibi aura proposé une performance entraînante et dynamique. Son folk-rock charmant a séduit plusieurs oreilles. Même que certains faisaient du air-drum à mes côtés. Tout le monde prenait part à la fête musicale. Ça vous donne une belle idée.

L’authenticité avec Violett Pi

L’auteur-compositeur- interprète Violett Pi donnait une performance acoustique à la Zone Coors Light le 15 juin vers les 19hrs. Armé d’une chaise et d’un micro, le chanteur aura été touchant et cocasse tout au long de l’apéro. En ramenant une foule bien curieuse, Violett Pi a livré ses chansons avec panache. Même si on savait que ça allait être plutôt calme comme spectacle, le chanteur ne nous a pas ennuyé. Ce n’est pas parce qu’on est en session acoustique qu’il faut absolument être tranquille. Il a su, à sa façon, chanter ses mélodies différemment en restant lui-même. Ce fut une belle façon de découvrir ou redécouvrir cet artiste bien particulier.

À la découverte de Blondino

Toujours à la zone Coors Light, j’ai croisé la chanteuse française Blondino qui était de passage au Québec pour une première fois. Elle nous a offert les chansons de son dernier album Jamais sans la nuit, en plus de son EP. Concernant l’aspect sons, le rendu était égal, planant et rodé. Les mélodies enjolivaient la douce voix de la Française. Par contre, la performance est restée très linéaire. Nous avions l’impression que c’était la même chanson qui rejouait. Même que La Blondino s’est montrée statique et un peu timide sur la scène. Dans tous les cas, elle reste tout de même une belle découverte musicale.

Jérôme Saint-Kant, la « bibitte »

En première partie d’Émile Bilodeau, le choix était judicieux. Jérôme Saint-Kant rentre dans la catégorie des belles « bibittes » musicales de la relève. Avec un folk/rock garni, l’auteur-compositeur-interprète nous a bien rendu ses chansons imagées et crûes. À l’aise devant une salle bondée, le petit gars de Québec s’est montré rigolo dans ses échanges avec le public, qui disons-le, avait bien hâte à l’arrivée d’Émile Bilodeau. Accompagné de Simon Kearney à la guitare, St-Kant nous aura incité à le découvrir davantage avec une présence scénique bien agréable. Un bon début de soirée.

L’inépuisable Émile Bilodeau

Sous les cris stridents de la foule, voilà que le Longueuillois d’origine arrive sur scène avec ses fidèles acolytes. Il ouvre le party avec Tu me dirais-tu, pièce issue de son premier album Rites de Passage. Bilodeau nous prouve qu’il est un très bon guitariste en effectuant différents motifs qui donnent une jolie couleur à la chanson. Un peu plus loin dans le spectacle, il nous joue Je suis un Fou en nous présentant son amie imaginaire Miss Croquette avec une binette assez cocasse. Émile, ce petit rigolo! Les prochains titres auront été Quand les nuages seront partis, Rosie, Hockey, Blanche, Les poètes maudits, Dehors, J’en ai plein mon casque, Amour de Félin et América. En plus de nous donner les Ça va et Bière en rappel, la magie opère. Bilodeau est épanoui sur la scène et l’utilise comme un véritable terrain de jeu. Possédant une chimie avec son public, l’artiste s’est montré extrêmement généreux avec ses fans qui lui rendaient si bien en chantant à plein poumons et en dansant avec lui. Une symbiose qui est faite pour durer.

Une bonne nouvelle pour ceux qui ont manqué l’évènement, Émile Bilodeau sera en supplémentaire le 9 février 2018 au Club Soda.

Karim Ouellet, ce type à la bouille sympathique

On finit cette édition avec la musique de Karim Ouellet à la place des Festivals. Après la soirée d’Émile Bilodeau, j’ai été capable d’attraper quelques chansons au passage du spectacle de Karim Ouellet. Un évènement à grand déploiement auquel l’artiste était bien content d’être sur la scène. Avec ses mélodies harmonieuses, Ouellet s’est montré bien sympathique devant cette foule nombreuse. Sous des projecteurs colorés, le chanteur de Québec aura encore une fois réussi à nous faire fredonner ses vers d’oreilles (l’inépuisable L’amour, par exemple). Il aura présenté des titres de ces précédents albums dont Plume et la ballade du même nom. Un moment doux, calme et serein qui a fait balancer tranquillement les têtes de quelques uns.

Cette 29ième édition se termine sous le soleil. On se dit à l’an prochain pour encore plus de musique francophone, des découvertes et des coups de cœur.

Concours : Karim Ouellet en formule intime au Théâtre du Vieux-Terrebonne

Le Canal Auditif en collaboration avec le Théâtre du Vieux-Terrebonne vous offre la possibilité de vivre une expérience intime avec Karim Ouellet. Le chanteur de Québec sera de passage pour un concert dans la salle du Moulinet, un plus petit espace où la proximité fait loi. C’est votre chance de vivre une performance unique et un beau moment avec Ouellet. Courez la chance de gagner une paire de billets pour le concert qui aura lieu le samedi 6 mai 2017 à 20 h.

Pour participer, vous n’avez qu’à laisser le nom de votre album favori de Karim Ouellet dans les commentaires ci-dessous. Le concours est en vigueur jusqu’au 2 mai à midi. Le tirage sera effectué avant 17 h le 2 mai et le gagnant de la paire de billets sera avisé par courriel.

Bonne chance à tous!

Pour plus de détails sur le spectacle, c’est ici.

La programmation du Festif! 2017

Comme à chaque année, le Festif! accueillera les festivaliers vers la fin juillet, du 20 au 23 pour être plus précis. Pour ceux qui ne sont pas encore familiers avec celui-ci, le Festif! est un événement qui met de l’avant la musique émergente et indépendante, un peu à la manière du FMEAT, en mélangeant les artistes établis à ceux qui sont plus verts. Cette année, la programmation est encore une fois de calibre. À 50 minutes de Québec, le festival a lieu dans la ville de Baie St-Paul, petit joyau de Charlevoix.

Quelques noms établis valent le détour cette année, dont une soirée où Bernard Adamus, Lisa Leblanc et Daniel Bélanger s’enchaînent. Tout cela se passera en extérieur sur la scène Desjardins qui accueillera aussi Caravan Palace, Xavier Rudd, Plants and Animals, Valaire, Laura Sauvage ainsi que les deux gagnants des Cabarets Festifs! de la relève : Miss Sassoeur & les Sassys et Émile Gruff. Parmi les autres artistes établis qui fouleront le sol de Baie St-Paul, on compte Martha Wainwright, Louis-Jean Cormier en solo, Xavier Caféïne qui fête les 10 ans de Gisèle et Groovy Aardvark.

Certains artistes qui viennent de lancer ou qui lanceront prochainement un album seront de la partie. Leif Vollebekk, Timber Timbre, Beyries et Peter Peter amèneront leurs nouvelles ritournelles sur la route de Charlevoix. Philippe B est de ceux qui lanceront un album peu de temps avant l’événement estival. Quelques valeurs sûres feront plaisir aux mélomanes : la voix grave d’Antoine Corriveau, la pop déjantée et orchestrale de Klô Pelgag, la disco intoxicante de Le Couleur, les rockeurs de Chocolat, les capables des Dales Hawerchuck, le sympathique Karim Ouellet et les lourds de chez Voïvod.

Le hip-hop ne sera pas en reste, les minces peuvent se réjouir. Alaclair Ensemble, Rednext Level et KNLO seront tous de la fête cette année. On y ajoute les vétérans de Loco Locass et le retour-surprise de Bran Van 3000. Dans le volet étonnant, notons la présence de l’excellente formation torontoise Weaves et Yonatan Gat avec qui ça devrait déménager. Finalement, la relève obtient aussi sa part du gâteau. Le trio Paupière, Sarah Toussaint-Léveillée, Tintamarre, Chassepareil, De La Reine, Bad Dylan, Renard Blanc et Les Viandes Froides seront sur place.

Une édition 2017 assez affriolante pour le Festif! On s’y voit du 20 au 23 juillet prochain!

http://lefestif.ca/

Critique : Popdejam – Volume 1

Musiqueplus n’a que de musique le nom depuis quelques années. C’est dommage, très dommage. La plate-forme qui jadis était une vitrine sur la musique alternative mondiale s’est engouffrée dans le merveilleux monde des téléréalités et comme celles-ci, a perdu tout contenu pertinent. Dans les derniers soubresauts intéressants, l’émission Popdejam était une belle petite pépite d’or. Le concept était simple, on invitait deux artistes de la relève à reprendre une chanson d’un artiste établi qui est lui aussi présent.

Il y a quelques mois, Safia Nolin a fait paraître un album de reprises et j’avais noté que certains choix étaient douteux. On peut nommer ici la très mal écrite Calvaire de La Chicane. Popdejam avait évité les pièges des chansons mal écrites. Au point où, des chansons qu’on considérait quétaines ou encore vides s’avèraient beaucoup plus pertinentes que l’on pensait. Il faut dire qu’on a fait appel à des artistes de qualité, qui évoluent à l’extérieur des grands cercles de la pop délavée. Cela redonne une vie intéressante à ces mélodies et ces textes qui méritent une pérennité assurée.

Vous voulez un exemple? Parlons de Ce soir l’amour est dans tes yeux de Martine St-Clair. J’ai toujours considéré la chanson comme une pièce dégoulinante d’amour à la guimauve. Et pourtant, soudain, les accords mineurs et l’approche plus mélancolique de Geoffroy m’ont obligé à réviser le texte. Tout d’un coup, on voit les choses sous un nouvel angle. Le refrain à lui seul est empreint de fragilité et d’anxiété : « Ce soir l’amour est dans tes yeux/Mais demain matin m’aimerais-tu un peu? » On se retrouve dans une relation beaucoup moins saine et qui n’a rien à voir avec l’amour chevaleresque.

Vous voulez une bonne dose d’émotion à faire lever le poil sur les bras? Vous vous souvenez de Corridor de Laurence Jalbert? Antoine Corriveau sait plonger dans ce qu’il y a de plus noir de l’âme humaine et il le fait encore avec brio, accompagné par Marianne Houle au violoncelle. C’est d’une puissance et d’un désarroi magnifique. Lorsque l’harmonica entre en jeu, c’est instantané, les poils se dressent et restent bien tendus pour les quelques secondes qui suivent.

Il n’y a tout simplement pas de pièces ennuyantes sur ce premier volume. On y retrouve Philippe B qui reprend Sur la route de Pierre Flynn avec un flegme magnifique, Claude Bégin qui a tout compris de Mitsou et sa chanson Les Chinois, Peter Henry Philips offre une version magnifique de Repartir à zéro de Joe Bocan, Philippe Brach et sa version inquiétante et quasi psychédélique de Le chat du café des artistes de Jean-Pierre Ferland. On y trouve aussi la version touchante d’Animal de France d’Amour par Stéphanie Lapointe ou Si fragile de Luc de la Rochelière reprise habilement par Karim Ouellet.

Toutes les chansons sur Popdejam offrent une relecture intelligente, intéressante et touchante de ces classiques québécois. Leur approche pour la plupart assez simple et décharnée rend justice à ces textes qui méritent d’être chantés pendant plusieurs années encore.

Ma note: 7/10

Popdejam
Volume 1
Simone Records
33 minutes

Les EP de novembre 2016

LYDIA KÉPINSKI – EP

Lydia KépinskiÇa fait un petit bout de temps qu’on a Lydia Képinski sur notre radar. La jeune femme faisait paraître cette semaine son premier EP. Elle écrit très bien et s’inscrit dans la longue tradition de la chanson française. Le mini-album a été réalisé par Blaise Borboën-Léonard (Hôtel Morphée, Queen Ka et Unexpect). La mélancolie occupe une place de choix sur M’attends-tu alors qu’Apprendre à mentir est plus dynamique à défaut d’être plus heureuse. On aime.
 
 


 

LAURA BABIN – WATER BUFFALO

Laura Babin Laura Babin avait fait paraître Tranquillement en 2014 qu’on avait bien apprécié au Canal. Deux ans plus tard, elle nous revient avec de nouvelles compositions beaucoup plus matures et étoffées. Entourée des capables David Dupaul à la basse et Francis Ledoux (Jesse Mac Cormack, Fire/Works) à la batterie, elle nous présente des pièces qui ont de la personnalité. L’excellente Water Buffalo et la mélodieuse La couleur sont particulièrement percutantes.


 

VICTIME – MON VR DE RÊVE

VictimeVictime est une nouvelle formation de Québec qui compte dans ses rangs Laurence Gauthier-Brown qui a accompagné Ponctuation sur scène dans les derniers deux ans. Son nouveau trio est complété par Samuel Gougoux et Simon Provencher. Les trois jeunes musiciens nous envoient un percutant EP punk et marginal par la tête. C’est grinçant, agressif et tout de même assez mélodieux pour qu’on reste accroché.
 
 


 

THE POSTERZ – BORED IN CANADA

The PosterzLa formation de hip-hop montréalaise s’est inspiré de Boards of Canada pour créer son plus récent EP. Le trio se lance dans une expérimentation où le rap et les essais musicaux sont intimement liés. Ce n’est pas toujours parfait, mais il faut avoir du cran pour se lancer dans une aventure aussi folle. Ça ne les empêche pas de nous envoyer plusieurs moments puissants dans les oreilles. Je pense, entre autres, à la prose rapide sur Bored ou encore l’atmosphère éthérée de In.
 
 


 

ATSUKO CHIBA – THE MEMORY EMPIRE

Atsuko Chiba fait dans le rock progressif expérimental selon leurs propres dires. Il y a des compositions inspirés des meilleures années de Rage Against The Machine, une section rythmique qui s’inspire de Shellac et beaucoup de chansons plaisantes pour les oreilles. Ce sont de très bons musiciens et sur The Memory Empire, ils font l’étalage de ce dont ils sont capables. Trois chansons qui frisent la demi-heure de durée. C’est tout à fait délicieux.
 
 


 

AUTRUCHE – FERME LES RIDEAUX, JE SUIS EN FESSES

autrucheAutruche, c’est un groupe de rock garage assez à côté de la track. Mettons que dans le champ gauche, ils sont quasiment rendus à la clôture qui délimite le territoire. Sur ce nouvel EP de trois chansons, ils se gâtent en accords surprenants, en mélodies indie-rock et en riffs de guitare délicieux. La chanson Fister un punk est particulièrement réussie alors que Caresse-moi stp est touchante et mélancolique à souhait.
 
 


 

CARAPACE – VERT-DE-GRIS

crapaceCarapace est originaire de Rivière Héva. Là, je t’entends me dire : c’est où ça? C’est en Abitibi-Témiscamingue quelque part entre Malartic et Rouyn-Noranda. Puis Carapace, ça sonne en ti-péché. Ça rentre au poste avec une agressivité et une franchise peu ordinaire. Si on fait abstraction d’App t, qui est un enregistrement d’une blague jouée à un ami et qui est seulement drôle si tu connais ladite personne, le reste de Vert-de-gris est succulent. Vicky Neveu ne donne pas sa place derrière le micro alors que les guitares sont bruyantes et fuzzées. Ça vaut le détour.
 
 


 

KARIM OUELLET – AIKIDO

karim-ouellet-akidoKarim a connu une année assez occupée avec la parution de son troisième album : Trente. Voici que le musicien de Québec, lance un EP gratuit. Celui-ci a été fait de manière plus individuelle puisqu’il a tout fait par lui-même. Il n’a fait appel qu’à Thomas Lapointe pour le mixage et le matriçage. C’est plus simple et c’est très efficace. On retrouve un Ouellet plus brut qui sait toujours créer de magnifiques mélodies. Ça marche.

MYRIAM FOURNIER – LA FILLE À RAYMOND

myriam-fournierMyriam Fournier lançait ce mois-ci son premier EP intitulé La Fille à Raymond. Comédienne plus que capable, elle nous démontre maintenant qu’elle sait aussi manier la guitare. Elle n’en est pas à ses premières expériences avec la musique puisqu’elle fait partie des Marjos, groupe parodique qui fait des versions a capella des chansons de la Marjo nationale. On découvre une jeune femme qui mélange influence country et folk en simplicité qui n’est pas sans rappeler les Sœurs Boulay. C’est bien réussi dans l’ensemble et ça va faire plaisir au cowboy en toi.
 
 


 

DEAR CRIMINALS – LIVE (AVEC LE CHŒUR JFP)

dear-criminalsDear Criminals c’est un groupe qui aime les défis. Après un spectacle en 3D lors du dernier FME, voici que le trio lance un EP live avec le chœur de l’école secondaire Joseph-François Papineau. D’ailleurs, la moitié des fonds amassés grâce à la vente de l’album ira à la fondation JFP. Je ne vous casserai pas les oreilles avec l’importance d’encourager les adolescents qui sentent l’appel de la musique. Mais oui, on pense que c’est essentiel. Non seulement tu soutiens une bonne cause, mais en plus, t’as un magnifique EP qui te fera dresser le poil quelques fois sur les bras.