Jean-Michel Blais Archives - Le Canal Auditif

TOP EP 2017

Je conclus l’année en vous proposant les 25 EP qui m’ont le plus accroché les oreilles cette année. Il faut se dire qu’il s’en fait de plus en plus et que déjà la chronique mensuelle fait un choix éditorial. Vous trouverez donc dans la liste suivante la crème de la crème en ce qui concerne les mini-albums.

 
 
 
 

25. Gramofaune – EP

Gramofaune est un surprenant jeune compositeur de Québec qui a lancé son premier EP. Ça rappelle un peu les premiers pas de Photay, ce qui est franchement prometteur. Un jeune homme que je vais garder à l’œil et à l’oreille dans les prochaines années.

Les EP de juillet

 

24. Anohni – Paradise

Anohni lance un EP qui fait suite à l’excellent Helplessness paru en 2016. Encore une fois, on y trouve des collaborations avec Hudson Mohawke et Oneohtrix Point Never. C’est aussi réussi que l’album et ça continue de jouer dans la critique sociale.

Les Ep de mars

 

23. Holy Fuck – Bird Brains

Holy Fuck, c’est une valeur sûre. Le groupe ne produit absolument rien d’ennuyant et l’EP Bird Brains ne fait pas exception à tout ça. On y trouve même certains des rythmes les plus dansants du groupe. Particulièrement la chanson-titre qui swingue sur un moyen temps!

Les EP de juillet

 

22. Street Sects – Rat Jacket

Le duo texan Street Sects a lancé le très réussi Rat Jacket cet automne. On y retrouve des pièces de rock alternatif expérimental fort intéressantes. L’agressive In Prison, At Least I Had You et la mélodieuse Blacken the Other Eye font le travail.

Les EP de novembre

 

21. CFCF & Jean-Michel Blais – Cascades

C’est le genre de collaborations qui fait saliver avant même d’avoir entendu une seule note. Et malgré l’attente qui m’habitait, CFCF et Jean-Michel Blais m’ont ému avec Cascades. On retrouve le piano nuancé et inspirant de l’un et les arrangements électroniques subtils et audacieux de l’autre. De quoi passer un bon moment.

Les EP de mars

 

20. Emma Ruth Rundle / Jay Jayle – The Time Between Us

J’adore Emma Ruth Rundle et ses chansons habitées d’une sombre mélancolie des jours de pluie. J’aime aussi le groupe de bruyants Young Widows de qui fait partie Jay Jayle. De retrouver ces deux musiciens sur le même EP est en soi quelque chose de plaisant. On y retrouve la réussie The Distance qui nous plonge dans un univers noir et déprimant. C’est magnifique!

Les EP de février

 

19. Millimetrik – Sour Mash EP

Pascal Asselin fait toujours des compositions de qualités et Sour Mash ne fait pas exception à la règle. On y retrouve des tounes inventives sur lesquelles des artistes de la scène locale apportent leur touche. On y retrouve d’ailleurs une deuxième collaboration avec Maude Audet. C’est fort réussi.

Les EP de février

 

18. Ariel Pink / Weyes Blood – Myths 002

Ariel Pink a été occupé cette année entre la sortie de son album Dedicated to Bobby Jameson et cet EP collaboratif en compagnie de Weyes Blood. On y retrouve ce à quoi on pourrait s’attendre de deux créateurs qui ont si peu froid aux yeux. C’est un peu excentrique, mais aussi très mélodieux.

Les EP de janvier

 

17. FELP – Chocolop

Félix Petit a été passablement occupé cette année. Entre ses présences requises avec Van Carton pendant les Francouvertes et ses présences scéniques avec BELLFL0WER, il a trouvé le temps d’enregistrer Chocolop, le premier EP sur lequel on retrouve sa voix. Ça fonctionne très bien.

Les EP de mai

 

16. Louis-Philippe Gingras – La rangée des popsicles

Après son album Troisième rangée paru en 2016, Louis-Philippe Gingras est revenu rapidement avec un EP sur lequel on retrouve cinq nouvelles chansons. Parmi les titres qu’il nous propose, il y a la magnifique Sutton et une toune qui parle de son Rouyn-Noranda natal.

Les EP de juin

Pages : 1 2 3

4 événements à ne pas manquer pendant M pour Montréal 2017

Alors que le Coup de cœur francophone bat son plein, M pour Montréal est déjà à nos portes. Voici 4 soirées qui mérite votre attention!

Koriass + Lary Kidd + Pierre Kwenders au Club Soda le 16 novembre

Une grosse soirée en vue! Vous aurez droit à du hip-hop et de la rumba congolaise champ gauche. Voilà un moment qu’on n’a pas vu Koriass sur scène et il fera son retour en grand sur la scène du Club Soda. C’est une valeur sûre. On y retrouvera aussi Lary Kidd qui a fait paraître Contrôle un peu plus tôt cette année. Son rap plus sale cherche à exorciser des démons passés. C’est un univers emo et complexe que nous présente le jeune homme. Finalement, Pierre Kwenders a lancé l’excellent Makanda en septembre. Vous avez envie de vous déhancher? Ce sera un occasion parfaite de le faire, car le groupe est excellent sur scène. Vous voulez qu’on en rajoute une couche? Cet événement présenté par Sirius XM est au profit de la fondation du Dr Julien et son Garage à musique!

Billetterie

 
 

Montreal With Atittude le 17 novembre au Casino de Montréal

Quoi, une soirée au Casino de Montréal? Ben oui, vous allez pouvoir aller écouter du rap et jouer aux machines à sous (on rappelle que ce n’est pas le temps d’aller jouer votre hypothèque). Qui sera au menu? Pas mal de gens, et des très bons. On y trouvera en tête d’affiche Del the Funky Homosapien, celui responsable du rap de Clint Eastwood de Gorillaz. En sa compagnie, Lou Phelps, Cadence Weapon, Clairmont the Second, Flawless Gretzky, Mike Shabb et Kevin Na$h. C’est un mélange intéressant de rappeurs canadiens et québécois qui s’alterneront sur la scène du Cabaret du Casino. Bling Bling? Vous devriez être servi en Bling Bling.

Billeterie

 
 

Jean Michel Blais et invités au Rialto le 18 novembre

Jean-Michel Blais est sur toutes les lèvres depuis la sortie de son excellent deuxième album. Le jeune pianiste multiplie les projets audacieux et se retrouvera sur la scène du Rialto le samedi 18 novembre pour vous présenter son riche univers onirique.

Billeterie


 
 

Rymz + David Lee au Club Soda le 18 novembre

Vous êtes plutôt hip-hop? Alors la soirée du 18 novembre au Club Soda est pour vous avec Rymz qui était en nomination au dernier gala de l’ADISQ pour son Petit Prince. Après avoir fait la Place des festivals lors des récentes Francofolies, il sera sur la scène du Club Soda pour le plus grand plaisir des fans de rap. David Lee est pour sa part un rappeur avec une attitude punk qui chante avec une touche de R&B. Son premier ep, Up, sera lancé le 10 novembre prochain.

Billeterie

Bon M pour Montréal à tous!

La programmation complète du FMEAT 2017

C’est ce moment attendu chaque année, celui où on apprend la programmation complète et ce qui nous attendra à Rouyn-Noranda pendant la fête du travail. Déjà quelques noms avaient été annoncés plutôt cette année. Vous pouvez les découvrir ici! Passons au plat de résistance…

Jeudredi

Pour ce premier soir de l’édition 2017, en plus d’A Tribe Called Red qui seront sur la scène extérieure, on retrouvera La Mverte, les doux de Thus Owls, les grooves de King Abid, Slosh et les furieusement solides de Duchess Says. Une bonne façon de commencer 4 jours de festivités.

Des lancements, du fun pis toute une soirée

Jason Bajada lancera son Blondie en direct de Rouyn-Noranda. À date, ses simples sont totalement convaincants. On a hâte d’entendre tout ça sur scène. Ce n’est pas le seul lancement qui aura lieu vendredi soir, Eman X Vlooper nous prépare aussi une nouvelle galette qu’ils vont nous garnotter pendant le spectacle hip-hop avec Alaclair Ensemble, Lary Kidd et Mathew James (un natif de la région). Vous pensez que c’est tout ce qui se passe? OH QUE NON. Les gens du FME ont pensé à nous, on les remercie. A Place To Bury Strangers sera là pour un concert! Ça fait tout un voyagement pour arriver là.


 

Parmi les autres participants, le barde Louis-Philippe Gingras sera à la maison, Julien Sagot, The Franklin Electric, Zen Bamboo, Elephant Stone, Chocolat et Bloodshot Bill. Les Français d’AeroBrasil, le chanteur américain Deke Dickerson et les Floridiens The WildTones. N’oublions pas non plus Pierre Flynn!

Saturday night’s alright for fighting

Mon Doux Saigneur est l’une des sorties attendues de l’automne et ça se passe à Rouyn-Noranda! On a très hâte. On y verra aussi Antoine Corriveau, Kroy, Saratoga, Betty Bonifassi et son magnifique projet Lomax, le duo montréalais I Shot Samo, le projet d’Adèle Trottier-Rivard : Le bleu,Raphaël Dénommé, Lubik et le groupe australien The Decline. Ce sera assez rock avec Barry Paquin Roberge, Les Dales Hawerchuk, les bruyants Belges d’It It Anita et Blood and Glass qui a lancé plus tôt cette année Punk Shadows.


 

Se bercer pour se remettre des abus

Si ton foie n’est plus capable le dimanche, tu pourras lui donner un peu de repos avec la douceur des chansons de Mat Vezio ou encore le piano imagé de Jean-Michel Blais. Si par contre, t’as toujours envie de danser, Le Couleur sera sur place tout comme Klô Pelgag et ses chansons magnifiques. N’oublions pas le charmant Matt Holubowski, ANEMONE ou les bruyants de HOAN.

Ce sera aussi le soir du métal avec le groupe suédois Marduk! Ils seront précédés d’Incantation et Abysmal Dawn. Ça risque d’être lourd en ti-pépère.

Une autre édition qui nous donne l’eau aux oreilles (euh… ça se dit-tu?). Prépare-toi Rouyn-Noranda, le Canal s’en vient pour célébrer la musique encore une fois. On se voit au bar des chums!

http://www.fmeat.org/

FIJM 2017: minimalisme(s) de Jean-Michel Blais et invité.e.s

 

Jeudi soir dernier, 18h00 sonnait sur ma montre.  Le temps dehors était maussade, gris et pluvieux. J’avais les émotions en tirebouchons et la tête ailleurs. Je commence à avoir un peu froid. Je décide d’avaler un thé… beaucoup trop chaud. Quelques enflures à la langue plus loin, me voilà sur le chemin du spectacle minimalisme(s) de Jean-Michel Blais à la Cinquième Place des Arts dans le cadre du Festival International de Jazz de Montréal. On me dit souvent qu’il est important de prendre son temps avant de faire quoi que se soit. Je l’avoue. Peu importe, même si j’ai la langue énorme comme un boulet de canon, j’ai profité de la performance du pianiste Jean-Michel Blais et de ses invités (Bufflo, CFCF et Foxtrott) à 100%. Comme quoi, ça valait le coup de me brûler les papilles gustatives au premier degré.

Valérie Gay-Bessette / Festival International de Jazz de Montréal

L’UNIVERS BLAIS

Le pianiste québécois se présente sur la scène vêtue de noir. Avec un piano de marque Baldwin, il enfile ses pièces petit à petit. Misant sur la notion du minimalisme et de la reprise, Blais a su livrer une prestation efficace en rendant hommage à des compositeurs de renom qui ont influencé sa démarche artistique : Philip Glass, John Cage et Arvo Pärt, entre autres. Tous ont été soulignés dans le spectacle selon différentes façons. Avec ses bidouilleurs électroniques qui étaient aux ordinateurs et aux chants (Bufflo, CFCF et Foxtrott), le Montréalais a présenté un univers planant, classique, électro/pop et hautement cinématographique. C’était donc possible de faire de la musique minimaliste avec uniquement un piano et un ordinateur. Rien de trop gros. C’était bien parfait comme ça pour ce genre de concert intimiste à la Cinquième salle de la Place-des-Arts.


 

LE PIANO, L’INSTRUMENT DE PRÉDILECTION

Blais s’approprie le piano. Il joue sur des touches noires et blanches. Oui, certes. Ceci étant dit, sur scène, l’artiste va au delà des capacités de base de l’instrument. Avec un couvercle ouvert, l’artiste le manipule avec les cordes et les petits marteaux qu’on peut retrouver à l’intérieur. Ce qui fait varier les différentes tonalités de son compagnon musical fétiche. Vous savez, c’est ça qui est magique avec la musique du compositeur québécois. En interprétant avec diverses intensités sonores, Jean-Michel Blais joue directement avec les différentes émotions du public. Il le berce tout en le faisant voyager. Le musicien arrive même à bloquer les pires noirceurs du cœur qu’une personne peut ressentir, comme ça, dans la salle, sans nécessairement savoir l’enjeu exact. Sous les éclairages tamisés, Blais le sait. D’une présence scénique tout à fait charmante, il capte son auditoire, interagit avec lui à coup de quelques blagues bien placées et le rallie du début jusqu’à la fin en l’invitant à vivre une expérience musicale enivrante et mélodieuse.

Valérie Gay-Bessette / Festival International de Jazz de Montréal

Après une courte performance, les éclairages se rallument. Je me lève de mon siège en regardant une dernière fois les saluts de Jean-Michel Blais et de sa bande. En direction de la sortie, mes lunettes sont pleine de buée. Ma vue est affectée. Je m’arrête. J’ai les joues humides. Je les essuie. J’ai les deux mains empreintes d’un liquide noirâtre et quasi-visqueux. Rassurez-vous. je ne me transformais pas en mutant ce soir-là.  Seulement, je me suis rendue compte que mon mascara n’était tout simplement pas à l’épreuve de l’eau.

http://www.montrealjazzfest.com/

Les spectacles en salle du Festival International de Jazz de Montréal

L’édition 2017 du FIJM offrira de nombreux spectacles en salle. Parmi ceux-ci, on compte de nombreux concepts intéressants et quelques artistes surprenants. Faisons un survol salle par salle de ce qui nous attend cet été.

Salle Wilfrid-Pelletier

L’orchestre métropolitain qui accompagne une projection du film La La Land est déjà un événement qui risque d’être grandiose. Mais la grande salle de la Place-des-Arts a plus à nous offrir. Parmi les événements à retenir, Feist, qui s’apprête à lancer Pleasure, sera en concert en compagnie de Charlotte Day Wilson le 4 juillet. Puis, le 8, c’est Pink Martini qui sera d’office.

À la maison symphonique

On retrouvera dans cette salle récemment construite un plateau double de Tigran Hamasyan qui vient tout juste de faire paraître l’excellent An Ancient Observer. Celui-ci est jumelé à un autre musicien d’exception : Colin Stetson. Celui-ci s’apprête à lancer un nouvel album vendredi prochain. On pourra aussi y voir le virtuose de l’orgue Jean-Willy Kunz le 5 juillet.

Centre Bell

BOB DYLAN. C’est un prix Nobel. Je crois que tout est dit.

Métropolis

Le Métropolis est la salle qui propose la meilleure programmation dans son ensemble. Ça commence avec Caravan Palace le 29 juin, avant que Charlotte Cardin prenne le contrôle pour trois soirs. Oui, trois soirs! Puis c’est le DJ français Wax Tailor qui viendra faire son tour. Charles Bradley avec The Brooks en première partie, sera d’office le 4 juillet. Une soirée à ne pas manquer. Joey Bada$$ prendra la relève le 5 pour présenter les pièces de son plus récent opus. Puis The Strumbellas et Whitehorse se partageront la scène en plateau double le 6 juillet. Finalement, Groenland et San Fermin sont à ne pas manquer le 7. Deux groupes de qualités réunis dans une soirée qui sera assurément plaisante pour les oreilles. Au Savoy du Métropolis, la relève sera à l’honneur avec Aliocha, Puma Blue, Harfang et Gabrielle Shonk qui se succéderont à coups de deux soirs chaque.

Club Soda

La salle de la « main » aura deux rondes de spectacles tous les soirs. La première sera à 18 h, qui nous propose des artistes qui viennent d’un peu partout à travers le monde. Puis, à 22 h, ce sont des artistes qui sortent des cercles restreints du jazz. Comme Men Without Hats qui vous feront danser en toute sécurité. Le 6 juillet, Kroy et Geoffroy se partageront la scène et feront aller leurs synthétiseurs. Le lendemain, Tanya Tagaq présentera les pièces de ses deux excellents derniers albums alors que BROS fermera la série de concerts le 8 juillet.

5e salle de la Place-des-arts

Le Festival nous propose une série de spectacles d’hommage, de réinterprétations et de répertoires croisés. Des concerts de grande qualité avec des concepts ultra-intéressants. Comme Jean-Michel Blais entouré de CFCF, Foxtrott et Bufflo pour s’amuser dans le répertoire de Philip Glass, Steve Reich et John Cage. Maxence Cyrin rendra pour sa part hommage à Aphex Twin, Misc revisitera James Blake et Jessy Mac Cormack sera Muddy Waters le temps d’une soirée.

L’Astral

Du côté de L’Astral, maison officielle du festival, c’est Hichem Khalfa Quartet qui retient l’attention le 3 juillet. On pourra aussi y voir les swingeux de chez Misses Satchmo!

http://www.montrealjazzfest.com/