Jacobus Archives - Le Canal Auditif

Critique : Jacques Jacobus – Le retour de Jacobus

«Ça c’est dans le passée
Y a la chicane ça c’est passée
Sors ta crazy à cause la radio est cassée»
– À la longue

Ce morceau succulent de rap arrive dans les premiers instants de la première chanson de ce premier album solo Jacques Alphonse Doucet. Le groupe Radio Radio a pris une pause après deux albums assez décevants : Ej feel zoo et Light The Sky. Il faut dire que depuis le départ d’Arthur Comeau après l’aventureux Havre de Grâce. Est-ce que Jacobus va remettre les pendules à l’heure avec Le retour de Jacobus?

Jacobus aime beaucoup les refrains ainsi que la pop et ce penchant est très présent sur Le retour de Jacobus. L’avantage, c’est qu’on retrouve des mélodies parfois assez excitantes qui rappellent les beaux jours de Radio Radio. Des fois, c’est un peu trop beurré épais de refrain par contre. On aurait pris un peu moins de ça et un peu plus de prose, parce que somme toute, Doucet est en forme.

Ma vie c’est un movie, premier simple issu de l’album annonçait les couleurs de Jacobus avec sincérité. C’est exactement le genre de pièces qu’on retrouve sur l’album. Une des meilleures chansons de l’album met en vedette Joseph Edgar et Arthur Comeau, B&B, une pièce efficace qui parle d’une dérape dans un bar. Edgar nous montre qu’il n’est pas juste un chanteur capable, mais qu’en plus il se débrouille pas à peu près en tant que MC. Et puis, c’est bien d’entendre Comeau en compagnie de Jacobus comme dans le temps.

Un des moments les plus suprenant et délicieux de l’album est tout de même cette droite décochée à Luc Langevin qui se masturbe en nous parlant de magie au début Magie contemporaine. L’extrait choisi ne le met certainement pas en valeur. La chanson pour sa part est encore une fois entraînante. C’est lovely récupère des sonorités eighties avec aplomb et ça donne une ritournelle efficace.

Le gros défaut c’est l’omniprésence des refrains. Jacobus est tellement bon derrière le micro qu’on en prendrait plus. Les refrains sont tout de même efficaces et c’est une atmosphère de party qui se dégage du Retour de Jacobus. Ça reste qu’à la longue, on vient un peu tanné d’entendre certains des passages et donc on passe outre des chansons complètes. Dommage.

Dans l’ensemble, Le retour de Jacobus est tout de même beaucoup plus le fun pour les tympans que les derniers albums de Radio Radio. On y trouve des chansons qui donnent envie de partir sur la go et même parfois de danser.

Ma note: 7/10

Jacques Jacobus
Le retour de Jacobus
Duprince
35 minutes

https://jacquesjacobus.bandcamp.com/releases

Radio Radio – Ej Feel Zoo

a0392229635_10Peut-être avez-vous vu la prestation de Radio Radio lors du premier SNL Québec un peu plus tôt cette année. Si oui, et que vous avez aimé, dites-vous que vous avez déjà une bonne idée de ce à quoi ressemble le quatrième album studio du groupe de rap festif acadien. Gabriel Louis Bernard Malenfant et Jacques Alphonse Doucet ont décidé d’accueillir le printemps avec un Ej Feel Zoo qui inspire les soirées sans lendemains… YOLO, comme dirait l’autre.

Le duo acadien avait accouché d’un Hâvre de grâce plus expérimental, sur lequel les sonorités étaient riches et recherchées. Cette fois-ci, c’est l’énergie des Dekshoo et Jacuzzi qui prévaut. 50 Shades Of Beige l’annonce en grande pompe avec son rythme dansant et accrocheur. Disons-le, il faut avoir tout un «swag» pour rendre le beige cool, et Radio Radio relève le défi avec brio. Les rythmes contagieux font légion sur Ej Feel Zoo et l’album peut se résumer avec la pièce Pour la fun. C’est le temps de fêter parce que la vie est trop morose en ces temps de charte, de commission Charbonneau et d’élection.

N’en déplaise à Christian Rioux et autres puristes de la langue, le duo acadien revient avec ce mélange de mots, intelligemment tissé pour en retirer le maximum de sonorité. Chaque pièce de Radio Radio est un exercice de style en soi et Ej Feel Zoo ne fait pas exception à la règle. Tout n’est pas qu’hyperactivité sur le nouvel album, on retrouve aussi deux ou trois titres plus mollo dont l’excellent Holiday qui suinte l’été, le soleil et la joie de vivre par un bel après-midi de juillet. De quoi vous faire attendre les chaudes journées avec encore plus d’impatience.

Même si la réalisation d’Arthur Comeau se fait plus simple sur Ej Feel Zoo, se concentrant sur des rythmes dansants et accrocheurs, on retrouve tout de même deux ou trois petits bonbons dont les violons de SuHold et que dire du premier extrait, pièce-titre de l’album qui possède de l’énergie à revendre.

On peut dire que Radio Radio risque très peu sur son nouvel opus, mais le duo n’est pas paresseux pour autant. C’est le genre d’album qui fera plaisir aux fans mais qui ne propulse pas le son du groupe plus loin. Bref, ça s’écoute bien, ça donne envie de faire le party et de boire un mojito par un bel après-midi ensoleillé.

Ma note : 6,5/10

Radio Radio
Ej Feel Zoo
Bonsound
41 minutes

laradioradio.com/