Hollerado Archives - Le Canal Auditif

Critique : Hollerado – Born Yesterday

Au printemps 2013, j’avais fait la critique de l’album titré White Paint de la formation originaire d’Ottawa nommée Hollerado. Pas un disque mémorable, tant s’en faut. Beaucoup trop de compromis afin de plaire aux radios rock FM A Mare Usque Ad Mare. Par la suite, le quatuor a proposé 111 Songs; un projet où un fan pouvait envoyer ses coordonnées au groupe avec une ou deux histoires personnelles à raconter. Hollerado a ainsi créé 111 chansons qui s’inspiraient directement des confessions de leurs fervents admirateurs.

4 ans après White Paint, les Canadiens sont de retour avec un nouvel album que je qualifierais de proverbial retour aux sources. Sans être la révolution, on y entend un groupe totalement dynamisé. Ce Born Yesterday, malgré les références aveuglantes à Weezer (voire Brick Wall) et quelques incursions dans l’électro-rock à la Duran Duran (voire Grief Money) fait le travail.

Un bon album de cols bleus qui satisfera l’amateur de rock canadien. En char, les fenêtres baissées, avec une bonne boîte de Timbits sur la banquette arrière et un café un lait un sucre, ça se prend bien. Et pour apprécier votre « ride » de prolétaire, je vous invite à monter le son, lorsque s’entamera I Got You. Impossible de résister.

Cela dit, mon propos pourra sembler méprisant aux âmes qui n’en ont que pour la feuille d’érable, mais je suis sincère. Très peu de groupes détiennent cette capacité de créer du bon pop-rock radiophonique et, avec ce Born Yesterday, Hollerado s’élève au-dessus de la mêlée. La réalisation est léchée, comme il se doit, mais n’amenuise en rien l’explosivité des chansons. Chacun des refrains, sans aucune exception, est accrocheur et le groupe brasse juste assez la cage pour demeurer captivant, et ce, sans s’aliéner le mélomane à temps partiel qui a envie de fuir la réalité… les fenêtres baissées avec une boîte de Timbits !

En plus des chansons mentionnées précédemment dans le texte, Hollerado tire bien son épingle du jeu avec Éloise qui évoque le rock de Tom Petty & The Heartbreakers. If It Is Love est juste assez « fromagé » pour rassembler la multitude, sans perdre ce je-ne-sais-quoi de crédible. J’insiste sur le « je-ne-sais-quoi de crédible »…

De manière objective, Hollerado a conçu un album qui plaira à ses admirateurs et qui respecte parfaitement les codes du pop-rock mercantile. Bon. Est-ce que je prêterai l’oreille régulièrement à ce Born Yesterday ? Pas vraiment. J’ai des choses plus productives à faire que de me mettre à triper ma vie sur Hollerado. Donc, aucun danger que vous me rencontriez dans un Tim Horton près de chez vous.

Ma note: 6/10

Hollerado
Born Yesterday
Royal Mountain Records
37 minutes

http://www.hollerado.com/

Les 3 étoiles du 3 mars 2017

CO/NTRY – Cash Out

Le duo montréalais CO/NTRY ont annoncé cette semaine la sortie de leur prochain album intitulé Cell Phone 1. Celui-ci fait suite à Failure paru en 2014. Cash Out est une efficace et mélodieuse chanson de Dark Wave avec des accents de voix aigus qui sont à la fois étranges et convaincants. La basse est dynamique alors que les explosions occasionnelles de sons viennent bonifier l’ensemble. On aime.

Dion Lunadon – Fire

Dion Lunadon est mieux connu pour son rôle au sein de la formation A Place to Bury Strangers. Voici que l’amateur de sonorités saturées se lance en solo. Il a enregistré un album en trois mois à Brooklyn pendant une pause de tournée de son groupe. C’est extrêmement convaincant comme premier simple avec ses sons psychédéliques, son riff bruyant et ses claviers déjantés. Ce n’est pas sans rappeler les Blood Brothers par moment, de quoi donner l’eau à la bouche à la Brute du Rock.


 

Hollerado – Grief Money

La bande d’Hollerado n’est pas contente. Grief Money est une charge à grands coups de fouets dans la face des événements politiques des derniers mois. Pourtant, la formation assure que cette pièce était écrite avant même que Trump ne devienne candidat. Par contre, l’occasion était maintenant parfait pour lancer cette excellente et puissante chanson. Pour vous donner une idée, voici quelques paroles tirées de la chanson :

« Don’t let the sun go down on your empire
Until every last dollar’s delivered
If half the world starves on water and rice
They’ll be more for us oh, wouldn’t that be nice?»