groenland Archives - Le Canal Auditif

GAMIQ 2017 : Les nominations

On attend ce moment chaque année : les nominations du GAMIQ. Cette année encore, Le Canal Auditif est présent dans la catégorie média de l’année. Ça nous fait chaud au cœur, surtout qu’on est en bonne compagnie avec Feu à Volonté, ecoutedonc.ca, CHOQ.ca et les amis de Livetoune avec qui LP Labrèche anime le projet Plaque Tournante.

C’est Alaclair Ensemble et Chocolat qui mènent les nominations avec six et cinq respectivement. Parmi les autres artistes qui récoltent quelques nominations, on retrouve Antoine Corriveau, Dear Criminals, Lydia Képinski, Avec pas d’casque, Of Course, Matt Holubowski et Dead Obies.

En attendant la grande soirée, vous pouvez voter en ligne dans plusieurs catégories dont celle de média de l’année… on dit ça comme ça.

On se voit le dimanche 26 novembre prochain pour le gala!

Prix du public

Alaclair Ensemble
Avec pas d’casque
Burning The Oppressor
Caravane
Chassepareil
Chocolat
Dead Obies
Floating Widget
Guy Brière
Harfang
Karen St-Laurent Trio
L’Oumigmag
La Carabine
Matt Hulobowski
Orloge Simard
Quebec Redneck Bluegrass Project
The Blaze Velluto Collection
The Bright Road
The Johans
Tintamare

Album Folk

Avec Pas d’Casque – Effets spéciaux
Leif Vollebeck – Twin Solitude
Les Hay Babies – 4e Dimension
Louis-Philippe Gingras – Troisième rangée
Samuele – Les filles sages vont au paradis, les autres vont où elles veulent

EP Folk

Ada Lea – EP
Aliocha – Sorry Eyes
Helena Deland – Drawing Room
Meteor Ranchero – Incomplet
Noé Talbot – Déballer le présent (extra)

Album Pop

Gab Paquet – Santa Barbara
Groenland – A wider space
KROY – Scavenger
Le Couleur – P.O.P
Peter Peter – Noir Éden

EP Pop

Emilie & Ogden – 10 000 (solo)
Jeffrey Piton – Après le déluge, après le froid
Karim Ouellet – Aikido
Lydia Képinski – EP
Van Carton – La Saison

Album Electro

Das Mörtal – Always Loved
Ouri – Superficial
Suuns – Hold/Still
Valaire – Oobopopop
Xarah Dion – Fugitive

EP Electro

Dear Criminals – Seven songs for Nelly
Gold Zebra – Un amour d’été (OST)
HWYS – Beaches
Millimetrik – Sour Mash EP
Of Course – Naufrage un Jeudredi

Album Rap

Alaclair Ensemble – Les frères cueilleurs
C-Drik – Liqueur forte
KNLO – Long jeu
Lary Kidd – Contrôle
Nomadic Massive – The Big Band Theory

EP Rap

Dead Obies – Air Max
L’Amalgame X Of course – Le Prix du Funk
La Brigade des Moeurs – La Brigade des Moeurs
Le Nouveau Rappeur – Cristobal Huait
Yes Mccan – PS. Merci pour le love

Album Rock

Barry Paquin Roberge – Voyage massage
Chocolat – Rencontrer Looloo
Les Dales Hawerchuk – Désavantage numérique
Les Deuxluxes – Springtime Devil
O Linea – O Linea

EP Rock

Floating Widget – The Sounds of Earth
Jesse Mac Cormack – After the Glow
On a créé UN MONSTRE – Insectarium
Rodney the Walrus – Code Morse II
zouz – EP1

Album Indie-Rock

Antoine Corriveau – Cette chose qui cognait au creux de sa poitrine sans vouloir s’arrêter
Blood and Glass – Punk shadows
Catherine Leduc – Un bras de distance avec le soleil
Corridor – Supermercado
Lesbo Vrouven – Grifff Pifff

EP Indie Rock

Abrdeen – Endless Nights and Dreamlike Mornings
Adam Strangler – Key West
Cédrik St-Onge – Les yeux comme deux boussoles
L’Indice – Cycles Un
Mélanie Venditti – EP

Album ou EP Folk-Bluegrass

Canailles – Backflips
Élixir de gumbo – Le beau piège
Le Winston Band – Bolton Boogie
Quebec Redneck Bluegrass Project – Royale Réguine
Raphaël Dénommé – Raphaël Dénommé EP

Album ou EP Post-Rock/Post-Punk

Co/ntry – Cell phone 1
Duchess says – Sciences Nouvelles
Le monde dans le feu – Le miracle de la température
Oromocto Diamond – Atlantis
We Are Wolves – Wrong

Album ou EP Punk

Boids – Demo bag
Cirrhose et Cendrier – Hey le Trognon!
Clavicule Slingshot – Phénix Rôtis
Fuck Toute – Fuck toute
Mute – Remember death

Album ou EP Metal

Apes – Lightless
Krokmitën – Heta
La Corriveau – Black Sorrow
Never more than less – Peace, War, Whatever
Obey the Brave – Mad Season

Album ou EP Expérimental

Atsuko Chiba – The Memory Empire
Héliodrome – Le Jardin des espèces
Julien Sagot – Bleu Jane
Les Martyrs de Marde – Extinction de foi
Téhu – EP Boulevard

Album ou EP World

Afrikana Soul Sister – Afrikana Soul Sister
Di Astronauts – Lova Notes and Outta Space Poems
DJU – Fracas des racines
Gadji Gadjo – Regards
The Brooks – Pain & Bliss

Album ou EP Jazz

L’Oumigmag – Territoires
Parc X trio – Dream
SHPIK – Fabulation
Trio Jonathan Turgeon – Les rêves errants
West Trainz – Train Songs

Vidéoclip de l’année

Alaclair Ensemble – C’était ça que c’tait
Antoine Corriveau et Fanny Bloom – Constellations
Athena – Acide
Bad Nylon – Rappa
Canailles – Rendez-vous galant
Chocolat – Ah ouin
Das Mörtal – Midnight Rendez-Vous (feat. French Fox)
Dead Obies – Waiting
Dear Criminals – Nelly
Degueu ça pu – Je fais le bacon
Élixir de Gumbo – Gang de rue
Gazoline – L’amour véritable est aux rebelles
Geoffroy – Sleeping on my own
KNLO – Justeçayinque
KROY – Learn
Le Couleur – Premier Contact
Matt Holubowski – Exhale/Inhale
Mauves – Longtemps
Mundy’s Bay – Glow
Rouge Pompier – Mercredi
Saratoga – Je t’attends dehors
Simon Kinsgbury – Comme douze
Valaire – GOLDEN RULE Do The Oobopopop (feat. Alan Prater)
VioleTT Pi – Betsey Johnson
We are Wolves – Wicked Games

Pochette d’album de l’année

Atsuko Chiba – The Memory Empire
Avec pas d’casques – Effets spéciaux
Chocolat – Rencontrer Looloo
Héliodrome – Le Jardin des espèces
Julien Sagot – Bleu Jane
Mardi Noir – L’Oeil de la tempête
Mauve – Coco
Nomadic Massive – The Big Band Theory
Of Course – Naufrage un jeudredi
Ripé – Rock Ripé

Chanson de l’année

Alaclair Ensembe – Ça que c’tait
Beyries – Wondering
Corridor – Coup d’épée
Lydia Képinski – Apprendre à mentir
Matt Holubowski – Exhale/Inhale

Spectacle de l’année

Alexandre Desilets – Windigo
Black Tiger Sex Machine
Chocolat
Dear Criminals
L’osstidtour – Alaclair Ensemble, Koriass, Brown

Artiste de l’année

Alaclair Ensemble
Antoine Corriveau
Dear Criminals
Émile Bilodeau
Louis-Philippe Gingras

Révélation de l’année

Beyries
Blood and Glass
Lydia Képinski
Zen Bamboo
zouz

Média numérique de l’année

Choq.ca
Ecoutedonc.ca
Feu à volonté
Le Canal auditif
Livetoune

Salle de spectacle de l’année

Bar Le Ritz PDB
Le Cercle
Le Divan Orange
Le Mouton Noir
L’Esco

Radio de l’année

CFAK
CFOU
CIBL
CISM
CKRL

FIJM 2017 : San Fermin et Groenland

Plateau double qui ressemble plus à une première partie

Vendredi soir, quelques temps après une très belle performance de Itamar Borochov Quartet teintés de belles sonorités arabes et juives, San Fermin ouvrait pour Groenland au Metropolis. La soirée était en théorie un programme double, mais avec le nombre de personnes qui s’étaient déplacées pour voir le premier set dès son commencement, ça se sentait plus comme une première partie. Néanmoins, le premier concert a duré plus d’une heure, et le groupe n’a pas été moins bon pour autant; l’octuor nous a interprété des pièces tirées d’un peu partout dans leur répertoire, incluant quelques nouveautés qui se retrouveront dans leur prochain album. La formation repose presque entièrement sur le batteur en live; ce n’est pas le percussionniste avec le plus de talents ou le plus solide de tous les temps, mais il est la seule cause des moments forts du spectacle. Les autres membres ont une bonne présence, mais pas très puissante, qui ne serait donc pas suffisante pour pousser la machine aussi loin qu’ils l’ont poussé hier.

Et encore là, la machine aurait pu aller beaucoup plus loin. La faute à qui pour les quelques pouces qui manquaient pour donner un vraiment bon spectacle? À l’écriture des pièces. Elle manque souvent de punch alors qu’on voit très bien qu’il est temps d’en avoir, et c’est souvent juste dû à un manque de perfectionnisme dans les arrangements du spectacle. C’est plate, mais ça fait que le concert à moins levé qu’il aurait du… Mais il a quand même levé à plusieurs reprises, et ils ont au moins réussi à nous laisser sur un climax à la fin.

Dernier tour de piste

Frédérique Ménard-Aubin / Festival International de Jazz de Montréal

Groenland ont donné suite à ce high peu après pour inaugurer leur dernier spectacle, accompagné d’un quatuor de cuivres qui mettait du turbo dans le ski-doo (c’est comme ça qu’ils se promènent au Groenland, NON?). Les pièces du groupe sont, à la base, moins bien écrites que celles de San Fermin, mais leurs arrangements en live et la ligne directrice du concert étaient beaucoup mieux ficelés. Étonnement, la foule, visiblement composée en majorité de fans de longue date, n’était pas aussi dedans que la musique le supposait la plupart du temps. Peut-être étaient-ils encore en train de rire les blagues plates du claviériste?

La formation est composée de batterie-basse-chant-claviers ainsi que d’un violoncelle et d’un violon en plus des cuivres susmentionnés qui s’ajoutent au groupe pour l’occasion. Orchestration discutable selon moi : souvent la sonorité assez pauvre des deux instruments en live augmentait le cheesyness de certaines de leurs pièces. Et ce sans compter que les deux joueuses de cordes faussaient trop souvent pour mes oreilles. Je ne crois pas que ça ajoutait tant que ça à l’expérience sur scène. Ça donnait plus l’impression à quelqu’un qui ne connaît pas trop ça que le groupe a fait des arrangements fancy pour l’occasion, ce qui est assez faux.

Ce soir c'est le dernier spectacle de Groenland à Montréal. Une belle épopée ce fusse (comme en témoigne cette vidéo de nos meilleurs moments en tournée ; mention spéciale à Christian-Adam Gilbert qui haïs assez ça lui les ballounes). Cinq belles années se sont avérées. Venez ainsi nous accompagner dans cette grande dernière au Métropolis ce soir. Y'a 4 brass avec nous, donc vous ne pourrez pas dire qu'on n'est pas assez jazz pour le festival de jazz. On rentre sur scène à 22h tapant. x

Posted by Simon Gosseline on Friday, July 7, 2017

 
 

Mais bon, malgré tout ça, le concert était assez bon; l’énergie était bien présente tout le temps, l’interaction avec le public était judicieuse… C’est un adieu réussi de la part du groupe.

Les spectacles en salle du Festival International de Jazz de Montréal

L’édition 2017 du FIJM offrira de nombreux spectacles en salle. Parmi ceux-ci, on compte de nombreux concepts intéressants et quelques artistes surprenants. Faisons un survol salle par salle de ce qui nous attend cet été.

Salle Wilfrid-Pelletier

L’orchestre métropolitain qui accompagne une projection du film La La Land est déjà un événement qui risque d’être grandiose. Mais la grande salle de la Place-des-Arts a plus à nous offrir. Parmi les événements à retenir, Feist, qui s’apprête à lancer Pleasure, sera en concert en compagnie de Charlotte Day Wilson le 4 juillet. Puis, le 8, c’est Pink Martini qui sera d’office.

À la maison symphonique

On retrouvera dans cette salle récemment construite un plateau double de Tigran Hamasyan qui vient tout juste de faire paraître l’excellent An Ancient Observer. Celui-ci est jumelé à un autre musicien d’exception : Colin Stetson. Celui-ci s’apprête à lancer un nouvel album vendredi prochain. On pourra aussi y voir le virtuose de l’orgue Jean-Willy Kunz le 5 juillet.

Centre Bell

BOB DYLAN. C’est un prix Nobel. Je crois que tout est dit.

Métropolis

Le Métropolis est la salle qui propose la meilleure programmation dans son ensemble. Ça commence avec Caravan Palace le 29 juin, avant que Charlotte Cardin prenne le contrôle pour trois soirs. Oui, trois soirs! Puis c’est le DJ français Wax Tailor qui viendra faire son tour. Charles Bradley avec The Brooks en première partie, sera d’office le 4 juillet. Une soirée à ne pas manquer. Joey Bada$$ prendra la relève le 5 pour présenter les pièces de son plus récent opus. Puis The Strumbellas et Whitehorse se partageront la scène en plateau double le 6 juillet. Finalement, Groenland et San Fermin sont à ne pas manquer le 7. Deux groupes de qualités réunis dans une soirée qui sera assurément plaisante pour les oreilles. Au Savoy du Métropolis, la relève sera à l’honneur avec Aliocha, Puma Blue, Harfang et Gabrielle Shonk qui se succéderont à coups de deux soirs chaque.

Club Soda

La salle de la « main » aura deux rondes de spectacles tous les soirs. La première sera à 18 h, qui nous propose des artistes qui viennent d’un peu partout à travers le monde. Puis, à 22 h, ce sont des artistes qui sortent des cercles restreints du jazz. Comme Men Without Hats qui vous feront danser en toute sécurité. Le 6 juillet, Kroy et Geoffroy se partageront la scène et feront aller leurs synthétiseurs. Le lendemain, Tanya Tagaq présentera les pièces de ses deux excellents derniers albums alors que BROS fermera la série de concerts le 8 juillet.

5e salle de la Place-des-arts

Le Festival nous propose une série de spectacles d’hommage, de réinterprétations et de répertoires croisés. Des concerts de grande qualité avec des concepts ultra-intéressants. Comme Jean-Michel Blais entouré de CFCF, Foxtrott et Bufflo pour s’amuser dans le répertoire de Philip Glass, Steve Reich et John Cage. Maxence Cyrin rendra pour sa part hommage à Aphex Twin, Misc revisitera James Blake et Jessy Mac Cormack sera Muddy Waters le temps d’une soirée.

L’Astral

Du côté de L’Astral, maison officielle du festival, c’est Hichem Khalfa Quartet qui retient l’attention le 3 juillet. On pourra aussi y voir les swingeux de chez Misses Satchmo!

http://www.montrealjazzfest.com/

La programmation du FEQ

Du 6 au 16 juillet prochain, Québec sera une fois de plus en fête pour le Festival d’été de Québec. Chaque année, la programmation du FEQ fait de bons coups musicaux et 2017 ne sera pas l’exception à la règle. On retrouve plusieurs noms intéressants, locaux comme internationaux. Les têtes d’affiche sont impressionnantes alors que Kendrick Lamar viendra faire « bouncer » la capitale. Notons aussi que Metallica s’est sans doute acheté un condo en basse-ville étant donné qu’ils y sont tous les trois mois. Muse y fera aussi un arrêt avant de performer à Osheaga. Que feront-ils entre les deux? Se louer un chalet dans Charlevoix? Aller visiter Chibougamau? Ou passer deux semaines à Drummondville? Mystère…

Revenons à la programmation, plusieurs artistes internationaux intéressants feront leur tour sur les plaines et dans la Capitale. DJ Shadow fera aller ses platines alors que Migos sera un autre moment fort pour les amateurs de rap. Quelques groupes feront autant le festival d’été qu’Osheaga, outre Muse. Phantogram et Andy Shauf seront aussi des deux fêtes. Notons la présence notable de l’excellent Flume et du groupe américain Pink Martini.

Les talents locaux seront aussi à l’honneur pendant le festival. Ça va swinger avec Bernard Adamus et Lisa Leblanc qui ont l’habitude de faire lever le party. Le hip-hop maison sera bien représenté par Dead Obies et Rymz alors que Les Cowboys Fringants prendront les plaines pour une énième fois. Fred Fortin, Groenland et Les Sœurs Boulay valent aussi le détour. On compte sur la présence des drôles de bardes des Trois Accords et la présence de The Barr Brothers et Yann Perreau. Bref, de la grande qualité! Une légende montréalaise sera aussi à l’honneur : Men Without Hats vont te faire danser en toute sécurité avec ses rythmes new wave.

Grosse programmation de la part du Festival d’été de Québec. On ira assurément faire notre tour au FEQ pour se rincer un peu les oreilles. Ah oui, les Backstreet Boys y seront aussi… malheureusement, nous serons bien occupés ce soir-là… Voici l’affiche avec la programmation complète à date!

http://www.infofestival.com/

Groenland – A Wider Space

GroenlandGroenland s’est fait beaucoup d’amis avec The Chase paru en 2013. Enfin, beaucoup d’amis et de l’autre côté, «mononcle» Pierre Karl leur a demandé de se mettre à chanter en «français s’il-vous plaît» en plein spectacle tel un bon colon qui parle trop vite sans réfléchir. En tout cas, tout ça pour dire que la formation ne laisse pas les gens très indifférents. Voici que sort leur deuxième album A Wider Space.

La force de Groenland repose sur leurs mélodies intoxicantes, leurs penchants orchestraux et la voix de Sabrina Halde qui a une couleur unique. Les trois sont de nouveaux au rendez-vous sur A Wider Space avec quelques petites surprises en bonus. On sent que la formation écoute beaucoup de musique, la digère et ensuite en fait quelque chose de personnel. On peut citer à cet effet Times Of Survival qui a un petit côté Metronomy de l’époque The English Riviera.

Healing Suns, malgré ses rythmes entraînants et sa colorée trame électro-pop me laissait un peu pantois, incapable de décider si elle me plaisait ou non. Cela me faisait poser des questions sur A Wider Space. Des doutes que les premières notes de Nothing Personnal ont complètement évacués. Les magnifiques claviers, les violons qui grondent, la mélodie accrocheuse, mais surtout l’ajout de cuivres. Les cuivres vont très bien à Groenland et magnifient les airs dansants de la formation montréalaise. Ils refont des apparitions un peu partout sur A Wider Space et à chaque fois c’est réussi.

Sabrina Halde possède toute une voix et sur A Wider Space, elle s’amuse un peu plus. De l’intime Cabin, aux variations efficaces de Against The Odds ou encore sur l’imposante Appalaches, Halde propose des nuances vocales fort intéressantes. Est-ce que tout est parfait? Non. La chanson-titre possède une mélodie convenue qui fait un peu décrocher. Par contre, les cuivres sont encore une fois très beaux, mais l’envolée musicale en générale fait un peu déjà vu.

Encore une fois, Groenland nous offre un album très réussi sur lequel les mélodies sont impeccables, l’orchestration magnifique et la somme très convaincante. Les fans de la formation ne seront pas déçus par l’évolution du groupe qui refuse le surplace, une qualité précieuse.

Ma note: 8/10

Groenland
A Wider Space
Bonsound
43 minutes

http://www.groenlandband.com/