folk Archives - Le Canal Auditif

Critique : OCS – Memory Of A Cut Off Head

L’automne dernier, John Dwyer et ses acolytes lançaient un 19e album studio en carrière, l’excellent Orc; disque qui fera partie de mes grands crus de l’année en cours. Avec Dwyer, il faut s’attendre à d’incessants changements de cap… ce qui implique souvent des variations dans l’appellation du groupe. Si Orc a été conçu sous le nom de Oh Sees, le véhicule créatif du bonhomme revenait rapidement à la charge la semaine dernière avec Memory Of A Cut Off Head, celui-là réalisé sous le diminutif OCS. Fait à noter, ce pseudonyme a été utilisé au début de l’aventure pour 4 albums parus entre 2003 et 2005.

Comme vous pouvez le constater, Dwyer aime bien confondre ses fans et les amuser, ou peut-être prend-il simplement son pied à fourvoyer Wikipedia ? Voilà donc le 20e album en carrière pour Thee Oh Sees / Oh Sees / OCS et, semble-t-il, le 100e album de Dwyer. « 100 albums, c’est des albums en ta… » dirait probablement l’ancien joueur et matamore des Flyers de Philadelphie de la LNH, André « Moose » Dupont – les légendaires « Broad Street Bullies » des années 70, vous connaissez ?

Après avoir décapé nos oreilles avec Orc – l’album le plus « punk » du groupe – OCS emprunte une tangente plus « Cotonnelle » en proposant un retour au son folk rock psychédélique qui a caractérisé les débuts de la formation. Les violons, clavecins, mellotron et autres éléments dits « organiques » viennent bien sûr donner du relief à ces chansons. Mais ce sont avant tout les superpositions vocales mettant en vedette Dwyer et sa collaboratrice de longue date, Brigid Dawson – qui effectue un retour dans le giron de OCS – qui émeuvent.

Cela dit, je ne vous raconterai pas de sottises, cette production se glisse dans la catégorie « remplissage », mais ça demeure quand même un bon disque. Ceux qui aiment l’approche folk hallucinogène à la Bowie – celui du début des années 70 – ou encore à la Syd Barrett apprécieront à sa juste valeur ce nouvel album. Pour ma part, ce Memory Of A Cut Off Head viendra combler mes samedis « cannabisants » qui nous comblent de bonheur, ma charmante épouse et moi.

Mes préférés ? La galopante pièce-titre qui met en valeur les voix de Dwyer et Dawson, le drone cosmique qui conclut The Baron Sleeps And Dreams, la mixture violon/mellotron dans On And On Corridor ainsi que la très Nick Drake titré Neighbor To Come.

Sans avoir un mouvement de recul – je ne m’en cache pas, j’adore le foisonnement créatif de John Dwyer – ce Memory Of A Cut Off Head ne fera pas partie des grands moments de la carrière discographique du groupe. Néanmoins, on passe toujours un bon moment en compagnie de cet important créateur rock.

Ma note: 6,5/10

OCS
Memory Of A Cut Off Head
Castle Face
43 minutes

Site Web

Critique : Peter Matthew Bauer – Mount QAF (Divine Love)

The Walkmen est en pause prolongée depuis 2014 et permettez-moi d’émettre un avis basé sur un simple « feeling » : ça sent pas mal la fin pour le quintette new-yorkais. Le chanteur emblématique, Hamilton Leithauser, multiplie les projets en mode solo ou en compagnie de la crème de l’indie-rock états-unien, pendant que le bassiste attitré, Peter Matthew Bauer, se construit une réputation fort enviable en participant lui aussi à une tonne de collaborations. Entre autres avec les Devourers, un groupe qui inclut l’apport de Skye Skjelset de Fleet Foxes.

En 2014, Bauer avait lancé son premier album solo intitulé Liberation!; une référence à peine voilée à la mise en tutelle des Walkmen. Cette année-là, ce premier essai de la part du multi-instrumentiste a fait partie de mes bonnes surprises musicales. On y retrouvait des guitares évoquant parfois le meilleur des Strokes, le psychédélisme d’Anton Newcombe (The Brian Jonestown Massacre) et bien sûr le folk rock typique des Walkmen.

La semaine dernière, Bauer était de retour avec un nouvel album intitulé Mount QAF (Divine Love) sur lequel ce grand fervent d’astrologie nous entretient au sujet de ses amours « ésotériques » avec une sincérité qui impose le respect. Résolument rock, ce disque renferme une panoplie d’influences qui, prises séparément, pourraient paraître conventionnelles. Les refrains choraux à la Springsteen, les guitares « velvetiennes », les inflexions vocales remémorant à la fois Tom Petty ou encore l’ami Leithauser ainsi que ces propensions au psychédélisme et à l’Americana, fondus ensemble, confèrent à Bauer une originalité sans équivoque.

Moins étonnant que Liberation!, mais aussi électrisant, Bauer s’évertue à créer une musique « positive », tout en évitant de plonger dans le narcissisme, le « branding » personnel et l’estime de soi égocentrique si caractéristique de notre époque et qui empêchent l’homme occidental de bien comprendre le monde dans lequel il évolue. Un monde hyper compétitif, un brin fascisant, un monde très dur. Bauer réconforte en nous plongeant directement dans son propre désarroi amoureux auquel on s’identifie assez aisément.

Et Mount QAF (Divine Love) est conçu pour rouler toute la nuit sur les autoroutes nord-américaines en direction de nulle part. Bauer nous gratifie d’un superbe album de route, fait la preuve qu’il n’a rien à envier à son comparse Leithauser et confirme que les Walkmen étaient l’un des groupes parmi les plus mésestimés de l’indie-rock américain.

La « springsteenienne » Wild Light, les guitares dans Full Moon In The Sky, la conclusion émouvante dans Divine Love To Kill Fascism, l’extrait Khidr (American Drifter Music), la fédératrice et explosive You Aways Look For Someone Lost, la performance vocale de Bauer dans Will You Still Speak Of Love ainsi que la frémissante Transhistoric Cycles Of Time font partie des moments phare de cette production.

Peter Matthew Bauer est un auteur-compositeur au son distinctif qui, même s’il demeure campé dans un folk rock maintes fois arpenté, ne souffre d’aucun déficit d’authenticité. Il insuffle juste assez de passion et d’enthousiasme à ses chansons pour qu’on ait envie de le suivre très longtemps.

Ma note: 8/10

Peter Matthew Bauer
Mount QAF (Divine Love)
Fortune Teller Music
43 minutes

Site Web

Critique : Angel Olsen – Phases

Même si la plus récente création de l’auteure-compositrice états-unienne Angel Olsen, titrée My Woman, avait rallié une forte majorité de critiques et journalistes musicaux, je n’ai pas succombé aux charmes de cet album; un enregistrement un peu trop « réalisé » à mon goût. Par contre, j’avais embarqué de plain-pied dans le magnifique Burn Your Fire For Your Witness. Cette production s’est même hissée dans la liste, bien personnelle, de mes meilleurs albums de 2014. Voilà un disque mélancolique et un peu garage, comme je les aime.

Au retour de la tournée qui a suivi la parution de My Woman, Olsen retombe sur ses pattes et songe à son avenir créatif. Et c’est dans ces moments-là qu’un artiste digne de ce nom songe à ce qu’il pourrait faire pour se réinventer. Souvent, l’envie de faire table rase du passé s’impose. Tout à fait normal.

La semaine dernière, Angel Olsen lançait sur le marché une nouvelle proposition intitulée lucidement Phases. Admirateurs de l’artiste, ne jubilez pas trop vite. Il ne s’agit pas ici de nouvelles pièces en bonne et due forme. Il s’agit plutôt de chansons et de démos ratissés au fond de ses tiroirs. Des morceaux rejetés qui n’ont pas paru sur ses trois albums solos.

Ceux qui préfèrent l’artiste en format dépouillé et rêche seront ravis de la réentendre dans cet habillage sonore, car Olsen replonge directement dans son habituel folk rock lo-fi très Velvet Undrground & Nico, détenant quelque chose d’indéfinissable à la Neil Young & Crazy Horse. Tout dans ce Phases est nostalgique. Cette mélancolie passéiste – qui a toujours caractérisé son art – prend ici tout son sens et c’est grâce à la performance vocale étincelante d’Olsen que le charme opère, encore une fois. Une voix distinctive, s’il en est une.

Phases est un pertinent tour d’horizon de tout ce que la dame a expérimenté au cours de sa courte carrière. Le folk-country, le rock garage, la ballade dépouillée se mélangent habilement offrant à l’auditeur un panorama très juste des capacités chansonnières de la dame. Olsen est une grande artiste en devenir et Phases, malgré le côté « amateur » de la proposition, permettra à ceux qui l’ont connu avec My Woman de constater qu’Angel Olsen a beaucoup de « millage dans le corps » malgré son tout jeune âge.

Pour ceux qui sont des connaisseurs d’Olsen, vous y entendrez de nouveau l’excellente Fly On The Wall, pièce parue sur une compilation anti-Trump nommée Our First 100 Days. Special est un extrait provenant des exclus de l’album My Woman. Le fanatique du Velvet Underground en moi a souri à l’écoute de Sweet Dreams. C’est l’irascible Lou Reed qui aurait été fier d’entendre ça ! Endless Road est émouvante grâce à l’interprétation parfaite d’Olsen.

Avec Phases, Angel Olsen nous propose un très bon disque de remplissage, de quoi nous sustenter en attendant sa prochaine création. Cela dit, une désagréable impression m’a envahi après les multiples auditions de ce disque. Phases serait-il le point final à sa carrière lo-fi ? Est-ce un présage à un virage plus lisse dans la continuité de l’album My Woman ? C’est ce qu’on saura dans un avenir rapproché.

Ma note: 7/10

Angel Olsen
Phases
Jagjaguwar
38 minutes

Site Web

CCF 2017: Les Soeurs Boulay et Caroline Savoie

Coup de cœur francophone se poursuit avec la soirée au Club Soda où j’allais retrouver les Sœurs Boulay et Caroline Savoie.

La notion du ici et maintenant, façon Boulay

Sous un décor de maisons en papier et d’ampoules de lumière, autour des 21hrs, le duo de frangines ( composé de Mélanie et Stéphanie Boulay) grimpe sur scène pour amorcer leur dernier spectacle de leur tournée à Montréal avant de prendre une pause d’un an. Toutes deux rayonnantes dans leur robes rouges, elles débutent Les couteaux à beurre qu’on peut retrouver sur la galette 4488 de l’Amour. En milieu de chanson, l’ampli de Mélanie est défectueux. Un petit son se fait entendre. La performance s’est vue interrompue de quelques minutes. Rien de bien grave, les filles ont su retourner ce petit pépin à leur avantage à lançant quelques blagues à la foule. Par la suite, La formation s’absente dans les coulisses histoire de bien régler le problème. L’atmosphère est détendue. Les sœurs reviennent. Nous demande de faire comme si de rien n’était. Le public se tait. Écoute. Sourit. Les Boulay recommencent la pièce. Puis, elles enchainent avec la puissante Cul-de-sac. La symbiose opère. Le Club Soda continue de rester silencieux devant les deux jeunes femmes absolument charmantes et rayonnantes. Rappelons que le spectacle était essentiellement en duo.

Mélanie et Stéphanie se réinventent tout en explorant leurs possibilités d’instruments (piano, ukulélé, guitare, tambour). Ce qui donnait une jolie impression de chimie même si les filles ont beau dire qu’elles se chicanent, par moments, malgré tout. Ceci dit, je crois sincèrement que leur voix et leur immense talent d’auteur-compositeur-interprète se complètent pour en faire une incroyable force musicale. Plus les chansons défilent, plus ça se comprend assez rapidement. Voilà que Gab des Îles se fait entendre. Mélanie chantonne les paroles. De sa voix chaude, la brunette nous couvre d’une belle chaleur humaine. Moment magnifique. Ça se poursuit avec Le cœur par le Chignon du coup, véritable hymne où tous dans la salle savaient les paroles sur le bout de leurs doigts. Stéphanie nous confit qu’elle avait juré voir un moshpit, tellement que l’énergie était bonne. L’intervention provoque un rire général, ce que c’était comique dans le moment. Mappemonde s’en suit. J’ai les joues humides. Les guitares et les ukulélés faisaient lanciner mes voisins de foule d’un côté et de l’autre. Magique. Plus loin, les Boulay nous donnaient envie de prendre le large avec Où la vagie se mêle à la grand’route et de se brasser la caisse de résonnance avec Sonne-Décrisse et Des Shooters de Fort sur ton bras. Tous y ont mis du sien en lâchant leur fou. Ça dansait, ça chantait. Les gens de l’auditoire ne semblaient pas centrés sur eux-mêmes avec leur téléphone pendant cette soirée. Ce que ça faisait du bien de voir ça. Le spectacle se termine sur Fais-un show de boucane et Langue de Bois. Visiblement touchées par tout cette amour, les filles partent en pause la tête tranquille et le cœur comblé. Une pause qu’elles ont grandement mérité.

À la découverte de Moncton

C’est la demoiselle originaire de Moncton Caroline Savoie qui avait la tâche d’ouvrir la soirée avec son folk chaleureux et poignant. En duo avec son guitariste, la jeune femme a su démontrer une présence sympathique en parlant d’anecdotes liées à son enfance, à son père et à ses amours. La musique n’a visiblement pas déplut à la foule. Certains s’exclamaient : « Ce qu’elle est bonne! ». Les riffs de guitare et l’accent de la jeune femme ont su en faire vibrer plus d’un. Seul petit bémol, à l’écoute, les chansons étaient très similaires les une des autres. Rien de bien alarmant. La demoiselle a su tout de même présenter son répertoire avec ténacité et charisme. Chose certaine, Savoie s’est fait découvrir par plusieurs hier soir, ça c’est sûr. Et c’est tant mieux.

 

Critique : Philippe Brach – Le silence des troupeaux

À la réception du nouvel album de Brach, j’ai eu une petite angoisse après avoir décompressé le fichier. Misère… la quétaine Troupeaux est toujours là. En fait, c’est Le silence des troupeaux est plutôt le titre. Mais sur le coup… ça fait peur. J’étais certain que c’était une blague. Une blague qui lui a tout de même valu des places dans des palmarès. Il faut dire que Brach qui fait une toune quétaine, ça clenche encore bien des chansons qu’on retrouve sur les ondes FM. Bref, je retiens mon souffle. Je pèse sur play. Et soudainement, je laisse aller un grand soupir de soulagement alors que les bruits de chevaux sur le champ de bataille prennent la place du simple.

Brach lance son troisième album en carrière intitulé Le silence des troupeaux qui fait suite aux réussis La foire et l’ordre et Portraits de famine. Vous comprendrez que le titre vient avec une certaine critique sociale. Ça ne serait ni la première ni la dernière fois que Philippe Brach nous renvoie bien franchement nos travers par la bouille. La chanson-titre dans sa version du mois de septembre le rappelle une fois de plus. Heureusement, cette nouvelle galette du jeune homme est campée à l’inverse totale. Brach revient avec une approche plus directe et quelques surprises.

On retrouve les textes engagés de Philippe Brach. La peur est avalanche est particulièrement réussie dans le genre :

Il y aurait un pour cent de tâches de pédos récidivistes
Qui se promènent en public partout sauf dans les églises
Pis ça, c’est le révérend qui me la dit, même si ses sources sont étanches
La peur est avalanche.
La peur est avalanche

Par la suite, Brach nous prend par la main pour nous mener dans un jam bruyant et lourd où le solo de guitare prend de la place comme dans une chanson de Queens of the Stone Age. C’est délicieux pour les oreilles. Le malheur amoureux tient encore une place de choix dans les thèmes de Philippe Brach. Dès La fin du monde, deuxième chanson de l’album, où l’amour se vit au temps d’Hiroshima avec une fatalité certaine annoncée. Rebound est aussi loquace dans ce terreau :

J’t’en train d’essuyer ton refus
Ça fait un maudit beau dégât
La dernière fois qu’on s’est vu
Le bon goût m’a vomi dans les bras

L’oiseau vient de cogner su’a fenêtre
Y a le cœur ben plus gros que la tête
Y va battre de l’aile un bout
Pis se câlicer de toute.
Rebound

Pakistan arrive avec une douce mélodie qui est empreinte d’une nostalgie indéniable. Une couleur qu’on retrouve étampée un peu partout sur Le silence des troupeaux. Peut-être qu’il nous fait rire à une occasion, lorsque le chœur d’enfants nous surprend avec ses airs de cantique de Noël doublé d’un message beaucoup plus trash destiné aux adultes. La guerre (expliquée aux adultes) est une chanson non seulement remplie d’espoir qui se transforme en champ de bataille, mais touchante lorsqu’on a dépassé le fou rire initial. En fait, il n’y a absolument rien de drôle avec celle-ci. Qu’un constat que l’humain est souvent cruel et idiot. S’il y a un seul défaut à la galette, c’est sa courte durée. On aurait pris une ou deux chansons de plus. Mais bon, on ne va pas non plus se plaindre le ventre plein non plus.

C’est vraiment un retour réussi pour Philippe Brach qui nous envoie un Silence des troupeaux à la hauteur de son talent. C’est touchant, c’est mélancolique et c’est acerbe. Son meilleur à ce jour? Certainement son plus audacieux et sa production la plus impressionnante. On y retrouve de nombreux moments orchestrés et magnifiques.

Ma note: 8/10

Philippe Brach
Le silence des troupeaux
Spectra musique
30 minutes

Site Web