Fink's Sunday Night Blues Club Archives - Le Canal Auditif

Critique : Fink – Fink’s Sunday Night Blues Club, Vol. 1

Cela fait presque dix ans que Fin Greenwall a échangé les platines de DJ qui l’occupaient, pour une bonne vieille guitare acoustique, sur laquelle il composait déjà en secret depuis longtemps, et cela pour le meilleur. Depuis, le fondateur du trio Fink s’est imposé comme un songwriter de talent et quasi incontournable sur la scène folk. Avec des premiers albums présentant une musique acoustique lo-fi et minimale, pour aller ensuite vers des sonorités plus produites et pop, Fink a su en dix ans établir un son et une signature particulière que certains ont même souhaité s’accaparer (le monsieur a écrit pour Amy Winehouse, John Legend, Bonobo et Banks).

Fin Greenwall revient en mars 2017 avec un album qu’il définit comme un projet parallèle, publié sous le nom de Fink’s Sunday Night Blues Club, Vol. 1. La lecture du titre dévoile les intentions du musicien de partir en excursion dans un domaine particulier et trop galvaudé : le blues.

L’album s’ouvre sur Cold Feet, un premier morceau qui brouille les pistes et sert de manifeste au projet. Alors que l’on y retrouve le traitement classique de la voix chez Fink par « overdub », accompagné d’un chœur, les guitares sont plus rêches et rondes, en provenance directe de Chicago. Le morceau se déroule dans un murmure général qui le rapproche comme souvent de la musique ambient, preuve qu’il ne délaisse pas son savoir-faire même dans la recherche de nouvelles sonorités.

Les morceaux s’enchaînent bien, et le mélange entre les sonorités blues soutenues par un harmonica (Hard to see you happy) un chœur de gospel (Little Bump), la guitare slide (Boneyard), ou encore des effets de distorsion fonctionne tout à fait avec le style original de Fink. Toujours dans une forme de retenue, avec les lignes très minimales, une tessiture de voix qui n’est jamais dans l’effort ou la prouesse, Fink se glisse aisément dans les tonalités du blues américain des années 60.

Fink’s Sunday Night Blues Club, Vol. 1 est une tentative audacieuse, celle d’une expédition d’un musicien folk vers le domaine si farouche du blues. L’album nous évite l’embarras de tous ceux qui tentent de se renouveler avec des sonorités traditionnelles empruntées à un autre domaine que le sien (coucou le naufrage des Mumford and Sons dans leur dernier EP tourné vers la musique subsaharienne), et c’est bien remarquable!

Sans renier des traits et qualités de leur musique, Fin Greenwall et ses deux comparses nous offrent une parenthèse tournée vers l’Amérique en tourment. Ils ne s’oublient pas en route et démontrent la malléabilité des genres à l’époque d’une industrie musicale qui vous décrit par mots clés dans les moteurs de recherches.

Ma note: 7/10

Fink
Fink’s Sunday Night Blues Club, Vol. 1
R’COUP’D / Ninja Tune Records
41 minutes

https://www.finkworld.co.uk/