Étienne Fletcher Archives - Le Canal Auditif

La Destination Chanson Fleuve – cuvée 2017

Crédit: Étienne Fournier

Depuis deux ans, le Festival en chanson de Petite-Vallée et le Festival de la chanson de Tadoussac se sont associés pour offrir une expérience unique à la relève musicale : La Destination Chanson Fleuve. Ce parcours quasi initiatique et très formateur permet à 8 auteurs-compositeurs-interprètes de parfaire leurs connaissances, explorer leur créativité et vivre une expérience unique. Cette année, les interprètes choisis pour longer le Saint-Laurent sont Lou-Adriane Cassidy, Juste Robert, Laura Babin, MCC, Rose Bouche, Simon Daniel, Étienne Fletcher et Boule.

4 escales le long du fleuve

Les artistes sélectionnés auront la chance de faire 4 arrêts pendant le mois que dure la Destination Chanson Fleuve. Premier arrêt? Au pied du courant à Montréal se déroule du 3 au 12 juin et culminera par la présentation d’un spectacle sur scène aux FrancoFolies le 12 juin. Ensuite, ils prendront le chemin de Québec pour Le cul su’l’bord du Cap Diamant du 17 au 20 juin. Puis, ce sera Les chemins d’écriture qui mèneront la bande à Tadoussac du 25 juin au 2 juillet avant de se déplacer à Petite-Vallée pour l’ultime étape du 2 au 8 juillet.

À travers tous ces arrêts les chansonneurs monteront sur scène 7 fois! Deux fois à Montréal, un soir au Grand Théâtre de Québec le 20 juillet, deux fois à Tadoussac les 30 juin et 1er juillet et finalement les 5 et 8 juillet à Petite-Vallée. Parmi les formateurs qui accompagneront les artistes, notons la présence de Gaële et Marie-Claire Séguin qui vont partager leurs connaissances.

Des artistes de la relève pas piqués-des-vers

Les 8 artistes qui ont été sélectionnés cette année arrivent avec des parcours bien différents. En plus d’artistes qui sont basés à Montréal, on compte une artiste de Québec (Juste Robert), deux artistes en provenance de la francophonie canadienne (Simon Daniel et Étienne Fletcher) et un artiste français (Boule). Voici un survol de ces artistes qui feront le parcours cette année.

Pages : 1 2 3

Les Francouvertes : soirée #5

Nous étions conviés, après la tempête de la dernière semaine, dans le confort du Lion d’Or, oasis des mélomanes aventureux tous les lundis soir. Cette semaine, le menu était non négligeable : MCC, Lydia Képinski et Étienne Fletcher. Mais avant que les jeunots se fassent aller les instruments, c’était Maritza qui était à l’honneur en tant qu’ex de la soirée.

La participante à la 18e édition des Francouvertes nous a servi des chansons tirées de son album paru en février dernier, intitulé Libérons-nous. Accompagnée des capables José Major à la batterie et André Papanicolaou à la guitare, elle nous a offert une prestation honnête. C’était bien, mais on sentait qu’il manquait quelque chose, peut-être un claviériste ou un bassiste pour offrir toute la richesse de ses chansons. Sa nouvelle composition intitulée Qui était intéressante puis elle a terminé sa prestation avec l’agréable et lugubre Le diable à mes trousses.

La programmation officielle s’ouvrait sur MCC, de son vrai non Marie-Claudel Chénard. Elle a expliqué son pseudonyme en raison des nombreuses personnes qui massacrait son nom. Malgré toute sa bonne volonté, Mellissa Larivière elle-même l’a baptisé Marie-Claude. Comme quoi la jeune femme a judicieusement abrégé son nom. Elle était accompagnée du très capable Jean-Philippe Levac (Pandaléon, Rosie Valland). Le duo nous a offert une prestation très efficace. Chénard possède une voix intéressante, du charisme à revendre et des textes bien poétiques et habilement écrits. Sa recette marche et même si elle ne révolutionne pas le genre, c’est solide et totalement convaincant.

Puis, c’était au tour de Lydia Képinski de prendre la scène du Lion d’Or. À son habitude, Képinski est arrivée avec une verve déliée et un presto bien plein de confiance. Si la nervosité l’assaillait, nous n’en avons rien su. Elle a enchaîné les pièces de son dernier EP, Apprendre à mentir et Andromaque avec panache. Pour l’occasion, elle était entourée de Blaise Borboën (Hôtel Morphée, Unexpect) et Stéphane Lemieux (Hôtel Morphée). Tout marche et Képinski se permet même de nous envoyer un : « Paraît que les Francouvertes c’est un concours de folk » avant de se mettre à faire plus de bruit avec ses pédales. Les longs moments de jams, son aisance sur scène et ses chansons de qualités ont tôt fait de conquérir la foule.

Finalement, c’est Étienne Fletcher, en provenance de Saskatchewan, qui prenait la scène. Le jeune homme possède une belle aisance sur scène et un talent certain autant au micro qu’au clavier qu’à la guitare. Il s’est rendu en finale du Festival en chanson de Granby et l’on comprend pourquoi. Par contre, dans un concours comme les Francouvertes, ses compositions pop tombaient un peu à plat. Tout y est, mais ça manque un peu de folie dans le mix pour vraiment épater la galerie. N’empêche qu’il était bien sympathique avec sa rock Colibri ou sa Plan b bien tissée.

Au terme de cette nouvelle étape, nous savions que le palmarès allait être changé. Et il l’a été. Voici le nouvel ordre :

1 – Vulvets
2 – Lydia Képinski
3 – Les Louanges
4 – Valery Vaughn
5 – Van Carton
6 – Shawn Jobin
7 – MCC
8 – Antoine Lachance
9 – Mélanie Venditti

On se revoit la semaine prochaine pour Laurence-Anne, Ariane Vaillancourt et Joey Robin Haché et Samuele qui sera l’ex de la soirée.

http://francouvertes.com/

https://maritza.bandcamp.com/

https://marieclaudelchenard.bandcamp.com/

https://lydiakepinski.bandcamp.com/

http://www.etiennefletcher.com/fr/

Les artistes de la cinquième soirée des Francouvertes

Je ne sais pas pour vous, mais chaque fois que j’ai une date, l’une des premières questions que je pose est : « t’écoutes quoi comme musique? » Non que les goûts musicaux d’une personne sont garants dans l’infini de sa valeur ou de sa personnalité. N’empêche que ça donne de bons indices. Je ne vous raconterai pas comment on a déjà fait fondre mon cœur avec du Father John Misty ou encore comment on m’a surpris avec A Tribe Called Red. Bref, la musique, ça nous donne une petite idée d’où vient la personne et souvent où elle s’en va. On a donc demandé à nos trois prochains participants de nous envoyer trois chansons qui les font triper. Voyage dans les goûts musicaux surprenants et variés des trois interprètes de lundi prochain.

MCC

Originaire de Salaberry-De-Valleyfield, Marie-Claudel Chénard possède un projet musical intéressant sur lequel ont joué les frères Levac (Pandaléon). Lundi prochain, nous découvrirons son folk, mais en attendant, la jeune femme a fait des choix pour le moins surprenants. Corcoran, Leloup et Blue Oyster Cult : Jim Corcoran dans son époque hippie (a-t-elle un jour vraiment fini?), une des plus touchantes chansons de Leloup et de la musique psychédélique américaine.

Lydia Képinski

Lydia Képinski fait jaser d’elle depuis un bon bout de temps pour ses chansons poétiques et ses univers particuliers. La jeune femme a bien fait à Granby et s’amène aux Francouvertes pour présenter les pièces de son EP. Du côté des choix musicaux, Képinski nous surprend en choisissant un des participants de l’édition actuelle, Les Louanges, des participants de l’an dernier, Fuudge et les rockeurs groovy de Suuns.

Pages : 1 2

Les Francouvertes 2017

C’est ce moment de l’année! Les Francouvertes reviennent au galop avec leurs soirées magiques du lundi soir. Cette année encore, plusieurs bons groupes se joindront à la fête et tenteront de gagner l’affection du public et du jury. C’est l’occasion rêvée pour faire de belles découvertes. Cette année, c’est Philippe Brach et Rosie Valland qui agissent à titre de porte-paroles. Un duo de luxe pour les participants. Pour vous mettre au jus de ce qui s’en vient, LP Labrèche s’est assis avec Marc-André Mongrain (Sors-tu) et Éric Dumais (Bible Urbaine) pour écouter les groupes qui seront à l’œuvre dès le lundi 20 février.

Soirée du 20 février

Mélanie Venditti : Elle a joué des cordes sur les albums de Klô Pelgag et depuis cet automne, elle vole aussi de ses propres ailes. Son premier simple, Pompéi était très réussi tout comme son dernier, Sous la loupe. Elle propose des ambiances veloutées et riches et possède une voix délicate. Un EP à venir plus tard ce printemps a été réalisé par Guillaume Guilbault (Kroy).

Shawn Jobin : En tant que seul rappeur de la présente édition, Shawn Jobin aura la tâche de faire rayonner le genre encore trop peu représenté. De plus, il nous arrive de l’Ouest canadien et compte sur l’apport de Mario Lepage (Ponteix) qui signe quelques trames. Ce jeune homme roule sa bosse depuis un certain temps et on a hâte de voir ce qu’il peut faire sur scène.

Antoine Lachance : Il est le gagnant de l’édition 2016 de Ma première Place-des-Arts, finaliste à Granby en 2014 en plus d’être un membre fondateur d’On a créé un monstre. Il arrive donc avec un pedigree bien rempli et des heures de scènes en banque. On y décèle des montées à la Monogrenade et des mélodies efficaces.

Soirée du 27 février

Maxime Auguste : Il fait du country assez relax et a lancé un EP, Prendre la fuite, il y un an. Celui-ci a été réalisé par David Méliès (Coco Méliès) et compte sur des chansons mélodieuses et douces. Voyons maintenant comment cela se transpose à la scène!

Projet Coyote : Le duo est un habitué du circuit des bars et nous les avons vu à quelques reprises monter sur la scène du Quai des Brumes. À l’écoute, on se dit qu’ils sont faits sur mesure pour la scène, les chansons ont du mordant et semblent destinées pour insuffler une dynamique de party à une soirée.

Juste Robert : Il possède une voix particulière avec un accent atypique. Juste Robert nous vient de Québec et possède un certain talent pour la mélodie. On a l’impression que c’est le genre d’artistes qui gagnent à l’écoute répétée.

Soirée du 6 mars

Bermudes : Ils ont fait leur marque dans la dernière année avec la parution de leur EP Filles allégoriques. Le groupe a conquis le palmarès de CISM avec son post-garage qui flirte avec le New Wave. C’est assez mélodieux et ça déménage par moments.

Vulvets : C’est en quelque sorte un super-groupe formé d’Isabelle Ouimet (Buddy McNeil & The Magic Mirrors), Dorothée Parent-Roy (ex-Ultraptérodactyle), Marie-Claire Cronier (Marie-Claire) et Marie-Ève Bouchard. C’est entraînant, dynamique et mélodieux.

Valery Vaughn : Le duo Valery Vaughn fait dans la musique de type rock. Quelque part entre Galaxie et Oktoplut, il y a ce groupe mystérieux qui chantait auparavant en anglais. On a particulièrement apprécié leur chanson Tits & Genocide. Marc-André Mongrain leur lance d’ailleurs le défi : Boules et génocide au Francouvertes.

Pages : 1 2 3