Ep à LP Archives - Le Canal Auditif

Les EP à LP d’avril 2017

Animal Collective – Meeting of the Waters

Animal Collective est archi-productif depuis un an et demi. La formation est particulièrement éveillée en ce début d’année 2017 puisqu’elle a fait paraître The Painters, un peu plus tôt. Meeting of the Waters est un projet légèrement différent. Tout d’abord, il ne fait appel qu’à Avey Tare et Geologist. Ensuite, il a été enregistré au cœur de la forêt amazonienne en plus d’être documenté par la série Earth Works de Viceland. La présence de seulement deux membres joue beaucoup sur le son qui est plus minimaliste. On entend même des bruits d’animaux dans Amazonawana /Anaconda Opportunity. C’est « wild »… t’as pognes -tu?

 

Zouz – EP1

« Un zouz est une cigarette roulée composée de tabac classique à laquelle est rajoutée une substance illicite, telle que le cannabis sous forme de résine. » Le zouz se consomme en se fumant, seul ou à plusieurs. » Zouz est aussi un nouveau projet noise et assez délicieux mené par David Marchand (Eliza, Mon Doux Saigneur, Laurenc-Anne). Il est accompagné dans son aventure par Étienne Dupré (Caltâr-Bateau, Mon Doux Saigneur) et Francis Ledoux (Mon Doux Saigneur, Jesse Mac Cormack). C’est distorsionné, c’est mélodieux, c’est crasse, bref, Zouz possède tous les attributs pour qu’on tombe en amour avec. Comme on tombe en amour avec un mauvais garçon/fille. On est Lola et Zouz, c’est Pete.

Of Course – Naufrage un jeudredi

Le groupe Of Course est débarqué sur la scène montréalaise en 2015. Depuis, la formation s’est fait des amis, dont l’Amalgame avec lesquels ils ont collaboré pour la sortie de l’EP Le Prix du funk en septembre passé. Voilà que le trio d’exilés français nous présente leur plus récente création qui est encore une fois bien réussie. Of Course nous envoie de l’électro-funk qu’on peut comparer vaguement à Valaire. Par contre, le groupe base beaucoup plus ses compositions sur le chant et des constructions standard.

Black Sails for Red Seas : Wave II

On vous avait parlé de Black Sails for Red Seas lorsque la formation de métal avait fait paraître son premier EP en juin 2015. Un EP que j’avais beaucoup aimé. Voici qu’ils reviennent avec un deuxième tome! Cette fois-ci, ils ont signé chez Deathbound Records, une excellente boîte de musique lourde montréalaise. Dès Palisades, on comprend que le groupe a fait un pas en avant. C’est chargé de distorsion et très bien construit avec de beaux moments de cassure. On surprend le groupe à s’aventurer un peu du côté de groupes tels que Deafheaven sur la chanson To The Lions. Un groupe à écouter.


 

Almeeva – Unset

Gregory Hoepffner est de retour avec un nouvel EP. Le compositeur de musique électronique n’a pas l’habitude de nous décevoir et Unset poursuit dans la même lignée. On y trouve des pièces rythmées et intoxicantes, peut-être les plus dansantes qu’il ait faites à date. Some Revelation offre des moments luxuriants alternant entre une mélodie efficace et des moments de suspension nuancés. Arches plonge dans un univers sonore plus sombre avant de catapulter dans une reprise assez dopante de What Is Love.

Pages : 1 2

Les EP à LP de février 2017

Mélanie Venditti – EP

On surveille la jeune femme depuis un petit bout de temps. En fait, depuis la sortie de l’excellente Pompéi l’automne passée. Voici qu’on a enfin un EP à se mettre dans les oreilles. On y retrouve plusieurs excellentes chansons, dont Phare avec sa magnifique montée mélancolique. Les Gyres est cadencée, peuplée d’altos doux aux oreilles et menée par un air solide. Elle s’est bien entourée pour cette première aventure, on retrouve Guillaume Guilbault (Kroy) à la réalisation, Étienne Dupré (Câltar-Bateau, Mon Doux Saigneur) à la basse, Mandela Coupal Dalgleish (Câltar-Bateau) à la batterie et Elyze Venne-Deshaies (Eliza, ex-Câltar-Beateau) à la clarinette. On peut dire mission réussie à Mélanie Venditti avec ce premier EP.

Millimetrik – Sour Mash EP

Un de nos DJ / compositeurs d’électro préférés au Québec, Millimetrik, revient avec un nouvel EP. Sour Mash est dans la continuité de son travail. Pascal Asselin nous gâte encore avec des trames luxuriantes avec des atmosphères intelligentes, travaillées et riches à souhait. Il fait une fois de plus appel à des voix québécoises pour habiter ses chansons, dont celle de Maude Audet, dans la fantomatique Trop loin de toi. C’est tout à fait réussi pour Millimetrik… encore une fois.


 

Emma Ruth Rundle & Jaye Jayle – The Time Between Us

La toujours aussi délicieusement mélancolique Emma Ruth Rundle fait paraître un « split » et pas avec n’importe qui! Jaye Jayle est le pseudonyme en solo d’Evan Patterson de Young Widows. Celui-ci vient tout juste de rejoindre l’écurie Sargent House. Ce dernier nous offre des pièces de country noir coloré d’effets sonores étranges. C’est réussi et ça donne envie d’en entendre plus. La paire nous gâte en ce début d’année.


 

Animal Collective – The Painters EP

Animal Collective a fait paraître le bien intéressant Painting With en 2016. Voici que la bande fait paraître des chansons issues de la même période créatrice, mais qui n’avaient pas été retenues. N’allez pas croire que c’est ennuyant ou inférieur en qualité pour autant. Kinda Bonkers et Goalkeeper valent le détour avec leurs airs intéressants et joyeux. Eh oui, ils sont toujours aussi baroques.


 

No Joy – Creep EP

No Joy est reconnu pour son shoegaze assez efficace merci. Par contre, Creep est une surprise qui surprend, pour vrai. On découvre l’étendue de leur talent de composition, jusqu’ici (on s’en rend compte) inconnu. Fluorescent Dread est une chanson de techno trance alors que Hellhole est une chanson avec une grosse distorsion chaude et enveloppante. Le duo féminin est tout simplement en feu sur Creep. Ne vous attendez pas à une suite de chansons tranquilles qui perpétuent leur son. Soyez prêt à tomber en bas de votre chaise. On conseille même le port du casque lors de la première écoute.

Pages : 1 2

Les EP à LP de janvier 2017

Dear Criminals – Nelly

Le film Nelly, basé sur la vie de l’écrivaine-trouble Nelly Arcand d’Anne Emond, ne reçoit peut-être pas que des fleurs, mais la musique composée par Dear Criminals se débrouille très bien. On retrouve sur cet EP des compositions originales, mais aussi une adaptation de Le temps des fleurs chanté à l’époque par Dalida. Vous y trouverez aussi une version assez intense d’In The Pines, chanson composée par Lead Belly et popularisée Nirvana. La chanson-titre de l’EP se développe toute en douceur et beauté. Dear Criminals sait créer de chansons fragiles et émotionnelles, ce qu’ils font encore une fois avec brio.


 
 

Nine Inch Nails – Not the Actual Events

En fin décembre, Nine Inch Nails a fait paraître un nouvel EP intitulé Not the Actual Events. C’est sans aucun doute les compositions les plus agressives et punchées que Reznor ait fabriquées depuis The Downward Spiral. Branches/Bones est saturée d’une distorsion bruyante et The Idea of You est lourde à souhait. Burning Bright (Field on Fire) est pour sa part bruyante comme pas une alors que Dear Gone emprunte une approche plus froide et électronique. Des titres bien intéressants de la part de Nine Inch Nails.


 
 

Ariel Pink & Weyes Blood – Myths 002

L’idée même d’Ariel Pink et Weyes Blood qui collaborent est avant même de l’écouter séduisante à souhait. On peut confirmer que c’est tout aussi convaincant lorsqu’on l’écoute. La paire s’est retrouvée dans le désert pour une résidence de création en mars dernier et le résultat est les quatre titres convaincants qu’on retrouve sur Myths 002. De la surprenante Tears on Fire à la mélodieuse et un peu troublante Daddy Please Give a Little Time to Me, on est très loin de compositions radiophoniques… mettons.


 
 

K8A – Unfolding

Paru en début janvier, le premier EP de Katarina A., alias K8A, est une belle surprise. La jeune femme possède une voix soul chaude et ronde et Unfolding nous envoie des grooves convaincants par la tête. On sent les influences de Thundercat et Flying Lotus à travers des chansons délicieuses comme Astro. Sur la galette, joue entre autres Nicolas Gaudreault (Eliza) et Jay Essiambre qui est en train de se faire un nom en tant que réalisateur à Montréal. Par bout, ça s’approche un peu plus de ce qu’Alicia Keys fait, sur 8-100, entre autres.


 
 

Maison Brume – La saison d’être, Partie I : Carnet d’hiver

Maison Brume avait fait paraître La vie sabbatique en août 2013, puis avait participé aux Francouvertes en 2014. Trois ans plus tard, Florian Seraul réapparaît avec son projet de folk à tendance cinématographique. On remarque immédiatement la maturité et l’assurance que le jeune homme a prise dans ses compositions. C’est toujours aussi fragile, mais il s’affirme avec verve et mélodie sur l’accrocheuse Coeurs Obliques. L’éclaircie nous offre de beaux moments musicaux et la voix douce et touchante de Seraul se couche sur la mélodie à la perfection. Notons que Simon P. Castonguay (Tambour) a coarrangé l’EP.

Pages : 1 2

Les EP de décembre 2016

DEAR DENIZEN – NOW HERE

Le projet de Ngabonziza Kiroko a le vent dans les voiles depuis un bon bout maintenant. Le chanteur aussi membre d’Abakos injecte une bonne dose de soul dans tout ce qu’il fait. Now Here ne fait pas exception à la règle. Que ce soit avec la rock Wanderlust ou encore avec la poignante Every Dream Is A Good Dream, il chante avec justesse et nuance. Stones In My Bed fait aussi belle figure avec son émouvante trame de piano très simple sur laquelle la voix du Montréalais frappe directement dans le cœur.


 
 

EQUINOX – ENDEAVOUR

Le producteur montréalais Equinox lançait en fin novembre son troisième EP. Il produit des trames qui sont dansantes et qui tournent autour de l’utilisation des synthétiseurs. Sur ces trames, le musicien du nom de Mathieu Magny chante aussi des mélodies vocales efficaces qui ne sont pas sans rappeler ce que fait Alex Nevsky. Musicalement, par contre, c’est très différent. Chacune de ses chansons possède un petit côté atmosphérique et léger comme le démontre habilement la sublime Gold. Fire démontre pour sa part à quel point il est doué pour créer des trames subtiles et intelligentes.


 
 

THOMAS MONICA – DELTA MYSTIQUE

On vous avait parlé de son premier EP paru en juillet 2014. Ce jeune compositeur français est un protégé de Mathieu Chédid (M). Sur Delta Mystique, on comprend d’autant plus leurs atomes crochus. Dès les premières notes d’Au-delà, les guitares sont à l’honneur. Le mépris montre un côté plus intime du Français alors Perséphone possède des petites influences gospel dans les claviers. C’est très réussi pour ce deuxième mini-album et ça mérite que vous lui donniez quelques écoutes.


 
 

DEEP FRYER – DEEP FRYER

Deep Fryer est un groupe à l’agressivité proéminente originaire du Nouveau-Brunswick. La formation compte parmi ses rangs Jean-Étienne Sheehy qui est un critique de musique bien connu dans le milieu. Plutôt qu’avec ses mots, c’est avec sa guitare qu’il s’exprime cette fois-ci… et il n’a pas l’air content. On ne peut pas en dire autant de Mike Erb qui gueule comme un défoncé à travers les quatre chansons de ce premier EP, ma foi, très satisfaisant! Pour l’amoureux de punk qui défile à toute vitesse avec une bonne dose de dynamisme, Deep Fryer est là pour te frire les tympans.


 
 

VYPERS – DEFECTO JET

Vypers est une formation de rock psychédélique fuzzé au max qui tire ses influences de la Californie. On y retrouve du Ty Segall, du Fuzz et du Thee Oh Sees. Par contre, le groupe torontois trouve tout de même le moyen de l’approcher différemment. C’est un peu plus thrash et agressif que les noms précédemment nommés. La chanson titre rentre au poste tout comme Fuckface qui possède une bonne mélodie. On a affaire ici à une jeune formation qui semble très prometteuse.
 
 

 
 

TOY – SPELLBOUND

Pendant l’enregistrement de Clear Shot, la formation TOY s’est retrouvée avec quelques chansons de trop. Ils ont d’abord fait paraître la collection de quatre titres en bonus d’achat en Angleterre avant de lui offrir une sortie en bonne et due forme. On y retrouve la continuité des pièces de l’album paru au mois d’octobre. Un ajout idéal pour le fan du groupe ou peut-être une belle découverte pour le néophyte.


 
 

LADY LAMB – TENDER WARRIORS CLUB

Lady Lamb avait fait paraître le très intéressant After en 2015. La jeune Américaine refait surface avec un nouvel EP de sept titres. On la retrouve toujours aussi inventive dans ses compositions, toujours aussi poignante dans ses interprétations et c’est pour notre plus grand plaisir auditif. La touchante Heaven Bent, la rythmée See You et la typique et théâtrale We Are Nobody Else sont toutes des bonnes raisons de tendre une oreille à cet excellent EP.


 
 

MIMO – BITTERSWEET

La Montréalaise Mimo fait dans la pop avec des influences venant du R&B, du jazz et d’Amy Winehouse en général. La jeune femme possède une approche intéressante et certaines compositions qui valent le détour. La décharnée The Rocks nous offre de beaux moments alors que The Joker possède une mélodie accrocheuse. Musicalement, ce n’est pas tout à fait à maturité et par moment c’est la réalisation qui lui joue des tours, mais c’est très prometteur.
 
 

 
 

ORANGE GECKO – EP

Orange Gecko est un nouveau venu sur la scène montréalaise. Le groupe mené par les voix de Noémie Lafortune et Morgane Asselin-Duguay patauge dans le jazz/pop/indie-rock mélangé dans un sympathique touski d’influences où le groove occupe une place importante. Ces premières compositions de la jeune formation sont intéressantes et possèdent une insouciance charmante à souhait. Un autre groupe qu’on aura à l’œil dans les prochains mois/années.
 
 

 
 

SEX MACHINE OCTOPUS – FISH IN THE SEA EP

Sex Machine Octopus a lancé un premier EP au début du mois de novembre. Ils font dans un blues rock qui évite les pièges convenus qui polluent souvent ces groupes. Oubliez les influences boboches des Black Keys et les guitaristes qui ont trop écouté Slash jouer. Intro est une chanson en soit et offre de beaux moments de rock intéressants alors que Colors fait parfois penser à des mélodies vocales qu’on trouve chez Fire/Works. Le résultat est bien intrigant. On a hâte d’en entendre plus.