Ep à LP Archives - Le Canal Auditif

TOP EP 2017

Je conclus l’année en vous proposant les 25 EP qui m’ont le plus accroché les oreilles cette année. Il faut se dire qu’il s’en fait de plus en plus et que déjà la chronique mensuelle fait un choix éditorial. Vous trouverez donc dans la liste suivante la crème de la crème en ce qui concerne les mini-albums.

 
 
 
 

25. Gramofaune – EP

Gramofaune est un surprenant jeune compositeur de Québec qui a lancé son premier EP. Ça rappelle un peu les premiers pas de Photay, ce qui est franchement prometteur. Un jeune homme que je vais garder à l’œil et à l’oreille dans les prochaines années.

Les EP de juillet

 

24. Anohni – Paradise

Anohni lance un EP qui fait suite à l’excellent Helplessness paru en 2016. Encore une fois, on y trouve des collaborations avec Hudson Mohawke et Oneohtrix Point Never. C’est aussi réussi que l’album et ça continue de jouer dans la critique sociale.

Les Ep de mars

 

23. Holy Fuck – Bird Brains

Holy Fuck, c’est une valeur sûre. Le groupe ne produit absolument rien d’ennuyant et l’EP Bird Brains ne fait pas exception à tout ça. On y trouve même certains des rythmes les plus dansants du groupe. Particulièrement la chanson-titre qui swingue sur un moyen temps!

Les EP de juillet

 

22. Street Sects – Rat Jacket

Le duo texan Street Sects a lancé le très réussi Rat Jacket cet automne. On y retrouve des pièces de rock alternatif expérimental fort intéressantes. L’agressive In Prison, At Least I Had You et la mélodieuse Blacken the Other Eye font le travail.

Les EP de novembre

 

21. CFCF & Jean-Michel Blais – Cascades

C’est le genre de collaborations qui fait saliver avant même d’avoir entendu une seule note. Et malgré l’attente qui m’habitait, CFCF et Jean-Michel Blais m’ont ému avec Cascades. On retrouve le piano nuancé et inspirant de l’un et les arrangements électroniques subtils et audacieux de l’autre. De quoi passer un bon moment.

Les EP de mars

 

20. Emma Ruth Rundle / Jay Jayle – The Time Between Us

J’adore Emma Ruth Rundle et ses chansons habitées d’une sombre mélancolie des jours de pluie. J’aime aussi le groupe de bruyants Young Widows de qui fait partie Jay Jayle. De retrouver ces deux musiciens sur le même EP est en soi quelque chose de plaisant. On y retrouve la réussie The Distance qui nous plonge dans un univers noir et déprimant. C’est magnifique!

Les EP de février

 

19. Millimetrik – Sour Mash EP

Pascal Asselin fait toujours des compositions de qualités et Sour Mash ne fait pas exception à la règle. On y retrouve des tounes inventives sur lesquelles des artistes de la scène locale apportent leur touche. On y retrouve d’ailleurs une deuxième collaboration avec Maude Audet. C’est fort réussi.

Les EP de février

 

18. Ariel Pink / Weyes Blood – Myths 002

Ariel Pink a été occupé cette année entre la sortie de son album Dedicated to Bobby Jameson et cet EP collaboratif en compagnie de Weyes Blood. On y retrouve ce à quoi on pourrait s’attendre de deux créateurs qui ont si peu froid aux yeux. C’est un peu excentrique, mais aussi très mélodieux.

Les EP de janvier

 

17. FELP – Chocolop

Félix Petit a été passablement occupé cette année. Entre ses présences requises avec Van Carton pendant les Francouvertes et ses présences scéniques avec BELLFL0WER, il a trouvé le temps d’enregistrer Chocolop, le premier EP sur lequel on retrouve sa voix. Ça fonctionne très bien.

Les EP de mai

 

16. Louis-Philippe Gingras – La rangée des popsicles

Après son album Troisième rangée paru en 2016, Louis-Philippe Gingras est revenu rapidement avec un EP sur lequel on retrouve cinq nouvelles chansons. Parmi les titres qu’il nous propose, il y a la magnifique Sutton et une toune qui parle de son Rouyn-Noranda natal.

Les EP de juin

Pages : 1 2 3

Les EP à LP du mois de décembre 2017

Shash’U — Street X

Aujourd’hui paraît le nouvel EP de Shash’U, l’un des beatmakers les plus prolifiques et intéressants sur la scène montréalaise. On retrouve de nombreuses collaborations sur Street X notamment avec Young Paris sur Swish ou encore Georgia Sinclair sur Revolucci. Shash’U nous offre encore un mélange d’électro-futuriste avec des rythmes hip-hop. C’est généralement très bien réussi et ça mérite un détour.

 
 

Zen Bamboo — Volume II : Plus mature, plus assumé

Zen Bamboo s’est fait aller les guitares cette année. On les a vus dans quelques festivals et ils ont été très présents sur la scène musicale. Un peu plus tôt cette année, le groupe nous livrait son Volume I ouvertement juvénile. Voici qu’ils reviennent avec cette deuxième collection de chanson, toujours enregistrée avec Thomas Augustin (Malajube). On retrouve même une chanson qui aborde le mouvement indépendantiste, mais avec une bonne dose de critique. On renvoie les fervents du « pure laine » chez eux réfléchir au racisme qui peuple leur discour. On y retrouve aussi l’intéressante Si c’est correct qui parle de malaise sexuel avec candeur.

 
 

Fantômes — Spire

Le projet de Bobby Lehoux nommé Fantômes est de retour. La formation avait fait paraître un premier EP il y a deux ans. Voici que le groupe est de retour avec Spire. C’est toujours aussi magnifique dans les atmosphères, mais un peu mieux enregistré. On y retrouve des chansons aux ambiances sombres et à la lourdeur mélancolique. Le duo de Violette Corpataux-Blache et Jeanne Corpataux-Blache ajoute des cordes magnifiques sur l’ensemble des pièces alors que Marie-Claude Chénard (MCC) pose sa voix sur Drapeau blanc.

 
 

Mole Machine — Alpha Human

Jérémy Alcaraz lance un deuxième EP sous le pseudonyme Mole Machine. On retrouve dans l’electro du montréalais des influences de la musique industrielle, du post-punk traité avec bon goût et originalité. C’est généralement assez rythmé et les pièces sont peuplées de textures sonores intéressantes. Sundowner nous propose une version un peu plus aérienne de ses compositions, mais ça reste quand même toujours assez dynamique.

 
 

Mehari — All This time

Mehari est un trio toulousain qui fait dans l’électro-pop en incluant parfois des éléments de techno et qui propose des rythmes déposés et dansants. Les mélodies vocales sont résolument tournées vers la pop, parfois même la pop commerciale. On remarque des tendances à s’inspirer de Bono lors des longues envolées. Ces trois chansons sont une excellente carte de visite qui donne envie d’en entendre davantage.

Pages : 1 2

Les EP à LP de novembre 2017

Ouri X Mind Bath – Ouri X Mind Bath

La réalisatrice et compositrice montréalaise Ouri s’est alliée au chanteur Mind Bath pour un nouvel EP de trois chansons. La collaboration entre les deux musiciens est fort réussie et le monde qu’ils ont construit ensemble est mélodieux, légèrement éthéré et tout de même dansant. Malgré les rythmes imposants, un certain sentiment de légèreté se dégage de l’ensemble des pièces. Ça fonctionne à merveille.


 
 

Thin Blue Line – Memory and Geometry

Le groupe de rock instrumental montréalais Thin Blue Line est de retour avec un deuxième EP. Celui-ci fait suite à l’album News From Once What We Once Thought paru en avril 2016. L’EP s’inscrit dans la même veine à une exception près, on y entend du chant pour la première fois. Toby Andris laisse aller sa voix sur Ask the Dust et Concrete Nights. Cette première aventure vocale se fait sans heurts et ne brise pas la magie qu’installent les pièces du groupe. C’est même très intéressant et fait penser par moment à des pièces des débuts de Death Cab For Cutie.


 

Clémix – Discobar

Clémix lance son premier EP ce mois-ci. C’est le nom de scène de Clémentine Collette, une artiste belge, qui propose une musique électronique aussi dansante que pop. Ça donne envie de se déhancher alors qu’elle envoie des textes d’une franchise assumée. C’est un premier pas réussi pour Collette qui flirte avec la banalité sans jamais vraiment y tomber à cause de ses progressions d’accord toujours un peu champ gauche.


 
 

Viñu-Vinu – Encounters

Le pianiste Gabriel Vinuela lance Encounters, son deuxième EP solo. On le connaît comme étant l’un des membres de Parc X Trio. Sur ce deuxième EP, Vinuela nous propose des pièces aux atmosphères sonores bien développées et différentes d’une pièce à l’autre. C’est donc dans un univers différent qu’on met le pied à chaque titre sans toutefois se sentir perdu. Certains repères auditifs et sonorités nous suivent constamment. Un EP bien intéressant!


 

Wild Beasts – Punk Drunk & Trembling

Le groupe Wild Beasts a créé la surprise en annonçant leur séparation au début du mois d’octobre. Depuis, la formation a lancé une ultime collection de trois chansons. C’est un dernier goût de ce qu’aura été Wild Beasts pendant les 10 ans du groupe pendant lesquels ils ont fait paraître 5 albums, dont les plus récents Boy King et Present Tense.

Pages : 1 2

Les EP à LP du mois d’octobre 2017

Chastity – EP


Voilà quelque temps que je suis ce que fait Brandon Williams sous le pseudonyme Chastity. L’homme originaire de Whitby en Ontario s’est rapidement fait repêcher par la maison de disque Captured Tracks. Après le délicieux TAPE paru en novembre 2015, il nous offre un premier EP qui reprend entre autres, l’intoxicante Manning Hill. Malgré la noirceur de ses pièces, l’avenir est prometteur pour Williams. Pour les fans de Metz et SOLIDS.


 

Gazoline – Yügen

Le groupe de rock montréalais Gazoline lance ce mois-ci Yügen, une collection de 5 chansons. Celui-ci arrive environ un an après la sortie de Brûlerensemble. La formation prend une nouvelle avenue sonore et injecte beaucoup plus de new wave dans son rock mélodique. On y retrouve aussi des grooves atypiques pour le groupe. De plus, la formation s’aventure dans des zones d’ombres et utilise de nouveaux procédés dans ses paroles. C’est très intéressant de les voir oser ces essais!


 

Bleu Nuit – Bleu Nuit

Au début de mois d’octobre, nous vous avions proposé l’écoute exclusive de ce premier EP pour la formation Bleu Nuit. Celle-ci compte des membres issus de Pandacide et Eliza. C’est un rock assez brut, mais mélodique qui ose se lancer hors des sentiers battus. Entre les airs efficaces de Ferme les rideaux et les rythmes hachurés d’On se dévoile dans nos décombres, on retrouve un jeune groupe qui compose bien et recherche des façons originales d’aborder le rock.


 
 

Rust Eden – Bald Matador

Le quintette Rust Eden est un peu le « house band » de la maison Chivi Chivi. Après Appartment Green en mai 2016, la formation nous envoie Bald Matador. Vous trouverez sur cet EP des chansons à forte tendance psychédélique avec une bonne dose de distorsion. Les cinq chansons de Bald Matador sont mélodieuses et particulièrement Empty Bottles qui groove allègrement. En plus des guitares généreuses, les claviers prennent en rajoute avec des sons puissants et salopés.


 

Birds of Paradise – Love Hotel

Birds of Paradise est un autre projet qui compte sur l’apport de Roy Vucino qu’on connaît déjà pour sa participation à Red Mass et Pypy. Cette fois-ci, il s’est acoquiné avec Hannah Lewis et sa voix feutrée et mélodieuse pour créer des chansons qui mélangent psychédélismes, rock atmosphérique des années 60 et jazz de début du siècle. Un mélange qui peut paraître étrange à la lecture, mais qui donne des résultats très convaincants. C’est un peu obscur avec une bonne dose de sonorités ésotériques. Le duo n’a pas froid aux yeux et le prouve avec ce Love Hotel aussi sensuel qu’inquiétant.

Pages : 1 2

Les EP à LP d’août 2017

Tattoo Money – Untitled

Tattoo Money est le pseudonyme de Pete Armour, un natif de Brooklyn qui a connu les jours du quartier avant que les hipsters se l’approprient. Celui-ci a une bonne base de hip-hop, mais va chercher des influences un peu partout. Cela donne des mélodies vocales qui rappellent Wyclef Jean dans ses premières années solos, mais avec des trames qui mélangent hip-hop, électro-pop et goth. Ça fonctionne merveilleusement bien.


 
 

Les Chiens – EP 2

La bande d’Éric Goulet avait lancé l’EP 1 en février 2016 qui sonnait le retour du groupe rock québécois sur album. Voici que le trio lance un deuxième volume toujours plongé dans un rock mélodique. On flirte même un peu avec le stoner rock sur Dans les bras de la peur et Le mal en nous. Vegas ramène un peu d’élément de folk et presque de country alors qu’on jurerait entendre Daniel Bélanger dans ses meilleures années.
 
 

Vanille – My Grandfather Thinks I’m Going To Hell

Vanille est une nouvelle formation qui compte parmi ses rangs Victor Tremblay-Desrosiers qu’on connaît avec Valery Vaughn. Le groupe fait du rock assez aérien et mélodieux qui n’est pas sans rappeler les années 70, surtout dans le vocal. Rachel Leblanc chante un peu à la manière de Lana Del Rey, mais tout ça avec une trame de fond plus rock que ce que l’Américaine propose. Vanille se classe parmi les groupes qui font de la pop lourde à la TOPS et Alvvays.
 

Ghost Love – One Lands

Ghost Love lance aussi son premier EP titré One Lands. Le trio fait dans le dark wave doublé d’une voix d’homme aigüe. L’ensemble est assez convaincant et utilise beaucoup les mélodies pop dans ses chansons. Ils empruntent certains éléments à Depeche Mode et d’autres à des plus modernes comme SOHN. Un groupe qu’on surveillera à
l’avenir.


 
 

J’existe-tu? – J’existe-tu?

Je vous ai déjà parlé de la scène de punk qui existe à Alma. Eh bien, J’existe-tu? en font partie et nous offre un EP homonyme qui sent le DIY à plein nez. C’est bruyant, c’est dynamique et le chanteur se tient entre la plainte et le vindicatif. On y retrouve un paquet d’influences intéressantes, mais surtout celle de Black Sabbath et du mouvement punk des années 70.
 
 
 
 

Pages : 1 2