drake Archives - Le Canal Auditif

Critique : Drake – More Life

Drake est de retour. Il a fait paraître avec 24 h d’avis, la liste de lecture More Life. Bon, entendons-nous, c’est une autre façon de dire mixtape qui, dans le cas de Drake, ressemblent étrangement à des albums en bonne et due forme. Il faut dire que la grande différence sur More Life est la place prépondérante laissée à d’autres artistes. Cependant, c’est dans ces sorties en quelque sorte hors série que Drake brille. Alors que Views était faible, décevant et faible à plusieurs points de vue, son mixtape précédent If You’re Reading This It’s Too Late était une brillante œuvre sur laquelle on trouvait certaines de ses compositions les plus audacieuses en carrière. Si la force mélodieuse de Take Care et Nothing Was the Same était absente, Aubrey Graham compensait avec la force de son débit vocal nuancé et tissé avec finesse.

More Life est certainement un grand pas en avant sur Views. Il faut dire, il aurait été difficile de faire pire. Lorsque Drake parle de liste de lecture, peut-être veut-il expliquer le peu de suite entre les pièces. Cependant, ce n’est ni dérangeant ni déplaisant. Généralement parlant, More Life nous offre de solides chansons qui s’aventurent beaucoup dans le R&B et les mélodies musicales accrocheuses. Son grand défaut est sa longueur, 82 minutes. La durée ne devrait pas avoir d’importance, mais dans l’ensemble les pièces ne sont pas suffisamment marquantes pour nous faire oublier le temps qui file.

Commençons avec les pièces marquantes de More Life. Dès les premières secondes, Free Smoke se révèle comme une solide proposition de Drake. Il nous revient avec une prose bien tissée et un rap efficace, mélodieux comme lui seul est capable. Deux morceaux font explicitement référence à sa relation avec son ex, Rihanna. Sans amertume, Drake chante la difficulté de conserver une relation dans le contexte des tournées mondiales incessantes.

« Listen
Hard at buildin’ trust from a distance
I think we should rule out commitment for now
‘Cause we’re fallin’ apart
Leavin’
You’re just doing that to get even
Don’t pick up the pieces, just leave it for now
They keep fallin’ apart »
— Passion Fruit

Il récidive sur Get It Together qui entre dans la même catégorie alors qu’Aubrey Graham plonge un peu plus profondément dans la problématique :

« Give me a kiss goodnight
Over the phone
When you’re working late
When you’re out of town
Tell me how much you need this
‘Cause we deserve it
We can be together, but »
— Get It Together

Le côté liste de lecture vient aussi de la grande place laissée à d’autres artistes sur More Life. Skepta fait à lui seul une très efficace Interlude. 4422 met en vedette la jeune sensation Sampha qui encore une fois est étincelant. Par contre, sur Glow, Kanye West se pointe le bout du nez, mais n’offre pas le meilleur de lui-même. Sur Portland, c’est Quavo et Travis Scott qui font leur tour sur une trame avec un échantillon de flûte absolument intoxicant. C’est très réussi. Côté production, Drake fait appel à plusieurs créateurs talentueux et bien sûr, à son habitude, Noah « 40 » Shebib signe quelques morceaux.

Dans l’ensemble c’est un bon album, ou liste de lecture, appelez ça comme vous le voulez, de la part de Drake. C’est rassurant après l’oubliable Views. Aubrey Graham prouve qu’il est loin d’être dépassé. Un peu trop long certes. Mais les pièces sont solides et quelques-unes d’entre elles sont carrément mémorables.

Ma note: 7 / 10

Drake
More Life
Cash Money Records
82 minutes

http://drakeofficial.com/

Drake – Views

Drake-Views-From-The-6-coverL’année dernière Drake avait fait paraître l’excellent If You’re Reading This It’s Too Late… qui était sans contredit le meilleur rap de sa carrière. C’était glauque, un peu plus audacieux. Le rappeur canadien y était allé de vers inspiré. Puis, il y a eu le succès d’Hotline Bling (et de sa dance) qui promettait un album qui dépasserait encore le succès de Nothing Was The Same.

Eh bien… c’était de bien beaux espoirs. Views n’arrive pas à la cheville de l’un ou de l’autre. On retrouve un Drake qui a laissé de côté la pop savoureuse dont lui seul connaît la recette. S’il l’avait fait au profit d’une prose forte et inspirée comme sur le dernier mixtape, on aurait pu comprendre. Malheureusement, il semble avoir pris le pire des deux albums pour nous concocter un Views qui s’étire et s’étire et s’étire… 81 longues minutes laconiques qui sont ponctuées ici et là d’une bonne trame ou d’un bon tube. Même que son meilleur simple, Hotline Bling ne fait même pas officiellement partie de la galette.

Il y a quand même quelques chansons qui valent le détour. 9 est correcte et donne un peu envie de battre la mesure de la tête, mais ses vers sont si distanciés les uns des autres qu’on a l’impression de manger un gruyère avec plus de bulles d’airs que de fromage. Weston Road Flows possède une belle prose et une trame correcte. Controlla est correcte, si l’on fait abstraction du bout semi-jamaïcain un peu pas rapport en plein milieu. Grammys est bien, mais on aurait pu retrouver cette collaboration avec Future sur l’album que les deux ont fait paraître l’année dernière. With You est accrocheuse et possède un peu l’effet mélodique plaisant que Hold On We’re Going Home sur Nothing Was The Same. C’est un des meilleurs moments de Views.

On chapitre des ratés, ce n’est pas le choix qui manque. Tout d’abord, commençons avec la pléthore de phrases pas rapport que nous livre le rappeur. À peine une minute après le début de l’album, sur Keep The Family Close, il nous lance sur un «off-beat» affreux: «Always saw you for what you could’ve been ever since you met me/Like when Chrysler made that one car that looked just like the Bentley».

Sur Weston Road Flows, il nous parle de la santé de ses intestins: «You number one and I’m Eddie Murphy we Trading Places/Lookin’ in the mirror I’m closer than I really appear/Creepin’ like Chilli without the Tender, Love and Care».

Il nous parle aussi de ses problèmes conjugaux avec grande poésie: «Why you gotta fight with me at Cheesecake? You know I love to go there». OK, je vous promets d’arrêter, mais en voici deux de plus pour la route: «Got so many chains call me Chaining Tatum». Et l’excellente: «That pussy knows me better than me»

Disons que le manque d’inspiration semble être partout sur Views. Ce qui est encore plus décourageant c’est de voir qu’un nombre impressionnant de collaborateurs ont participé aux paroles et personne n’a pensé lui dire un moment donné que ce n’était vraiment pas des bons vers de rap. Bref, tout ça pour vous dire que Views ne vaut pas le détour. C’est un rap tout ce qu’il y a d’ordinaire largement en deçà de ce qu’est capable d’offrir Drake. Ce n’est pas seulement au niveau des paroles que ça achoppe. Musicalement, ce n’est pas cohérent, il se lance dans tous les sens. La qualité à laquelle il nous avait habituées est ici absente.

Ma note: 5/10

Drake
Views
OVO Sound
81 minutes

http://www.drakeofficial.com/