Dany Placard Archives - Le Canal Auditif

Critique : Dany Placard – Full Face

Dany Placard lançait tout récemment son dixième album en carrière. Le temps a passé rapidement pour le musicien devenu réalisateur très convoité. Depuis, Santa Maria paru en 2014, Placard a réalisé des albums de Laura Sauvage, Louis-Philippe Gingras et Francis Faubert. Bref, il ne s’est pas non plus pogné le beigne. On dirait que Santa Maria et Démon Vert étaient les deux dernières escales americana dans la discographie de Placard, du moins pour l’instant. Il arrive avec un Full Face au rock bien pansu et à la plume toujours aussi authentique et adroite.

Placard aurait « jeté aux poubelles » un album complet avant de sortir les guitares électriques, ploguer les amplis pis se laisser aller dans un trip réussi. Si une chose n’a pas changé sur ce nouvel album de Placard, c’est sa plume franchement authentique, au point où ça fait mal par moment.

Je mets mon full face buddé
Pis enfin je serai seul
Je fais du vacarme pour te faire peur
Même si le calme pis la noirceur
Veulent se coller sur moi comme un plaster
Full Face

Une des thématiques qui revient à plusieurs occasions sur Full Face, c’est l’idée de solitude. Est-ce que Placard se sentait pris avec le monde? Comme dans Sleeping Bag? En tout cas, il nous revient pour nous exprimer son voyage intérieur qui lui a permis de revirer de bord sa démarche. Parce qu’une chose est sûre, ce n’est pas facile de passer d’un folk à l’américaine bien développé pis livrer un rock avec des touches de psychédélisme comme sur La Confesse. Est-ce que ce serait l’aventure Laura Sauvage qui lui a donné envie d’essayer de nouvelles affaires? Le temps qui fait son œuvre?

C’est un tournant qu’on pouvait voir venir déjà sur Santa Maria, où certaines pièces sortaient un peu du cadre folk. Ce renouveau lui sourit. Placard a l’air d’avoir l’inspiration dans le tapis. Mon amour était plus fort que ce qu’on voit dans les vues est une magnifique chanson mélancolique aux cordes magnifiquement arrangées par Gabriel Desjardins. La force du barde aura toujours été son interprétation incarnée dans laquelle on ressent la douleur sans tomber dans le larmoiement. Placard est un gars sensible et ça paraît dans sa voix quand il nous chante ses vers.

Pour toi
J’aurais marché
Pour toi
Je me serais perdu

Manon t’auras jamais su
Que mon amour était plus fort
Que ce qu’on voit d’in vues
Mon amour était plus fort que ce qu’on voit dans les vues

Ça ne s’arrête pas là. Vince et sa guitare acoustique mélodieuse et son rythme lent et appuyé sent la compassion pour un ami qui a mal viré. Cette fois, c’est Louis-Philippe Gringras qui s’occupe des sombptueux arrangements. Payer tes bills arrive plutôt avec un rythme entraînant qui fait taper du pied. Une pièce qui parlera au travailleur culturel (ou pas mal n’importe qui, qui s’acharne pour peu de ressources pécuniaires) qui pourra se retrouver dans les paroles de Placard qui te conseille de « finir la job demain ». C’est simple, mais ô combien efficace comme tournure! En prime, Placard nous envoie quelques moments des suspensions magnifiques avant de replonger dans un rock qui déménage à souhait. Il finit sur une note intime et mélancolique avec Virer d’bord. Une très belle façon de terminer un record réussi.

Mission plus qu’accomplie pour Dany Placard avec Full Face. Ce n’est pas facile de s’aventurer dans de nouvelles avenues musicales, surtout quand ton avenue musicale précédente fonctionne bien. Dany Placard démontre son intelligence musicale, sa créativité et son audace avec Full Face. Du très beau travail!

Ma note: 8/10

Dany Placard
Full Face
Simone Records
41 minutes

Site Web

Coup de Coeur Francophone 2017 : la programmation complète

Ça s’en vient déjà. Dès le 2 novembre prochain, ce sera reparti pour 11 jours de plaisir auditif au Coup de Cœur Francophone. Nous connaissons maintenant la programmation complète, en voici quelques éléments dignes de mention!

Tout frais, tout show

Il y aura plusieurs lancements dans le cadre de CCF cette année, dont le plus attendu, celui de Philippe Brach le 6 novembre au Club Soda. Mais ce n’est pas tout. La Bronze, Loud, La Famille Ouellet, Tendre, Étienne Fletcher, Mara Tremblay, Coco Terreur et Totem Tabou lanceront aussi des albums dans le cadre du festival. Disons que ça ne manque pas de nouveauté pour le mélomane qui ne veut rien manquer de neuf. Ça nous rappelle qu’il reste encore beaucoup d’albums à paraître d’ici la fin de 2017!

Des grosses pointures

L’an dernier, il y était avec Les Goules, cette année, Keith Kouna est de retour en solo. Il présentera la soirée d’ouverture en compagnie de Mon Doux Saigneur le 2 novembre au Club Soda. Canailles prendra la scène pour présenter un spectacle assurément festif alors que Les Dales Hawerchuk vont livrer leur gros rock. Martin Léon va se faire aller le piano et on fêtera les 20 ans du Verre Bouteille le 5 novembre. Le 6 novembre, c’est l’événement De tout cœur avec Petite-Vallée qui sera à l’affiche. Damien Robitaille sera suivi de DJ Janime Jeanine le 8 novembre au Lion d’Or pendant que Daran sera au Club Soda. Le lendemain, ce sera Julien Sagot au Lion d’Or et les Sœurs Boulay au Club Soda. Eman et Vlooper auront une grosse soirée le 10 novembre en faisant la première partie de… Alaclair Ensemble.

De la relève de qualité

Anatole reprend du service le 2 novembre à l’Esco alors que Fuudge sera à Vinyle Chope et Bermudes au Quai des Brumes. Paupière sera accompagné de la formation française Juniore le 4 novembre au Lion D’Or. Double Date With Death s’est francisé le nom et jouera en compagnie de Victime plus tard en soirée. Medora présentera les chansons du réussi Ï alors que Laura Babin et Mélanie Venditti seront dans le même spectacle en compagnie de Mathias Bressan. Samuele et Julie Aubé seront à la Sala Rossa le 8 On compte aussi sur Tendre, Pure Carrière, Le Winston Band, MCC, Mathieu Bérubé, Chassepareil, Matiu, Nicolet, De la Reine, Marie-Claire, Mat Vezio, Louis-Philippe Gingras, Look Sacré, Zouz, Loïc April, La Fête, Martel Solo, Valery Vaughn et Miss Sassoeur et les Sassys.

La marge a de la place

Une soirée Frimat sera organisé et compte sur des artistes intéressants de l’Abitibi : Geneviève & Matthieu, Nanochrome et Carapace. Ce n’est pas tout, la direction de CCF a osé en programmant la talentueuse Xarah Dion avec Automelodi et Ellemetue. On pourra aussi voir Violett Pi reprendre sa chaise épeurante alors que Guillaume Mansour donnera un 5 @ 7 en jouant ses coups de cœur francophones. La soirée à ne pas manquer est celle du festival de la musique énervante en compagnie de Navet Confit, Crabe, Le monde dans le feu et Cou coupé mais qui joue OH MISÈRE en même temps que PONI et Dany Placard. La délicieuse française Halo Maud sera en terre québécoise pour un spectacle avec Corridor. Les fans de country pas convenu seront servis avec Menoncle Jason et Sarah Dufour le 10 novembre alors qu’IDALG fermera le tout en beauté le 12 novembre.

Bref, ce sera une grosse édition pour CCF.

FME 2017 : Jour 3

De retour pour une troisième journée du périple musical qui clôt la saison des festivals. Encore une fois, le FME m’a surpris en me faisant découvrir un artiste coup de cœur. Merci.

Du soleil et des tounes

C’est vrai qu’il était tôt pour un concert de Canailles, qui sont plus habituées à la semi-pénombre des soirées arrosées. Cela n’a pas empêché la bande de se faire aller l’accordéon et de gâter les nombreux festivaliers qui étaient présents au rendez-vous gratuit et extérieur. Le groupe a fait un habile mélange de chansons issues de ses trois albums dont le dernier, Backflips, est paru au printemps. Du début à la fin ça souriait dans la foule et ça dansait sur scène. C’était une bonne façon d’oublier le lendemain de veille bien présent de tous.

FME / Christian Leduc

Par la suite, nous nous sommes rendus chez Gibb à Évain en banlieue de Rouyn-Noranda pour une prestation de Laura Sauvage. Vivianne Roy est sur le point de lancer le deuxième album de son projet solo intitulé The Beautiful. Elle nous a livré les chansons de son nouvel album entrecoupé de chansons d’Extraordinormal. Entourée de ses fidèles compagnons : Jonathan Bigras (PONI, Les Guenilles) à la batterie, Dany Placard à la basse et Nicolas Beaudoin (PONI) à la guitare, elle nous a donné un peu plus hâte à la sortie de l’album vendredi prochain!

FME / Thomas Dufresne

Un autre artiste lancera son album vendredi prochain et il s’agit de Mon Doux Saigneur qui a fait un lancement en 5 à 7 à la salle des Chevaliers de Colombs. Emerik St-Cyr Labbé nous a livré ses premières compositions avec beaucoup de candeur et un sourire au visage. C’était touchant et surprenant, car les chansons ne sont pas exactement comme sur l’album. Sur scène la bande de musiciens dynamise certains titres, dont Ici-bas. Il nous a aussi livré le premier simple Primitif, qui a été rapidement bien accueilli et Barbara.

Du rock? Oui messieurs, dames

Les Dales Hawerchuk étaient visiblement contents d’être au FME. Les frères Séguin avaient même de la misère à contenir leur joie entre les chansons, nous envoyant des chaudières d’amour verbales. Le reste du temps, c’est avec leurs guitares rutilantes qu’ils nous caressaient. C’était tout un spectacle qui a filé à la vitesse de l’éclair. Avant qu’on s’aperçoive l’heure qui avait avancé, ils nous ont lancé une Mais où est donc Carnior? inspirée par la tête. Ils ont évidemment joué leur immense succès Dale Hawerchuk. Pierre Fortin tenait évidemment la cadence comme un chef pendant qu’ils enfilaient Mon amour pour les machines et Lemmy. Un spectacle très réussi.

FME / Thomas Dufresne

Tout ceci à ce jour était des terrains connu. Plaisant et réussis, mais connus. Puis, je suis arrivé au Cabaret de la dernière chance pour It It Anita. Attention, c’est de la bombe! La formation belge a beaucoup écouté de Fugazi et crée des chansons aussi délicieuses qu’impressionnantes. C’est ma découverte et mon coup de cœur du festival à date. En plus de briser une guitare (eux aussi), ils ont terminé la dernière chanson en bougeant la batterie à trois occasions à travers la foule. C’était totalement réussi.

FME / Christian Leduc

On se rejase mardi matin de la suite des choses. Bon lundi de congé les mélomanes!

FME 2017: Jour 2

Encore une fois, le FME nous en fait voir de toutes les couleurs. Résumé de la deuxième journée d’activités musicales où la bière coule à flots.

Beach party et émotions fortes

Mon vendredi a commencé avec le classique BBQ de la maison de disque Bonsound. Cette année, c’est Duchess Says qui était responsable de nous dégraisser les oreilles pendant qu’on s’enfilait des hot-dogs et des épis de maïs. La formation montréalaise reconnue pour ses prestations endiablées n’est pas habituée de jouer à la lueur du jour. Encore moins autour d’une piscine quand le mercure affiche un peu moins de 15 degrés. On s’attendait à ce qu’Annie-Claude Deschênes finisse dans la piscine (d’ailleurs, même l’un de membres de l’équipe lui a demandé d’au moins ne pas plonger avec le micro), mais ce n’est pas arrivé. C’était un peu trop frette. Mais ça n’a pas empêché le quatuor d’offrir un peu plus d’une demi-heure de spectacle et Deschênes se promenait allègrement à travers les spectateurs réunis. Elle est impressionnante sur une scène, à trois pouces de ton visage, c’est carrément intimidant.

FME / Thomas Dufresne

En après-midi, je me suis rendu à la salle des Chevaliers de Colomb pour voir un petit gars de la place se faire aller la guitare. Louis-Philippe Gingras était visiblement ému de jouer pour sa famille et ses amis. En plus, le musicien a fait partie de l’équipe de montage du festival. Parce que le FME, c’est avant tout une affaire de famille. Il a livré les chansons de son dernier EP, La rangée des popsicles, dont la touchante Sutton et quelques chansons de son album Troisième Rangée. Il a démarré avec Tigre Géant et nous a aussi livré Parc à Chien qu’il avait chanté la veille avec La Bronze. Pendant Rahan, il a incité les gens à faire un mosh pit et comme la foule semblait frileuse à l’idée de se cogner les coudes, il est descendu lui-même dans le public. Sa tactique a fonctionné au point où le tout s’est terminé en Wall of Death. Je ne m’attendais pas à en voir avant la soirée métal… beau travail.

L’alliance du FME avec le Pow-Wow de Pikogan donne aussi des scènes pitoresques comme la suivante en surprise sur la rue Murdoch.

FME / Louis Jalbert

Il n’est pas le seul qui avait l’émotion dans la voix. Jason Bajada lançait Loveshit II (Blondie & the Backstabberz) en direct du Cabaret de la dernière chance. Accompagné de Philippe Brault, Sam Joly et Guillaume Doiron, il a livré les chansons du disque avec beaucoup de chaleur dans la voix et une fragilité authentique et palpable. Il nous a aussi expliqué que l’album est né d’une rupture qui a mal tourné après que « son ex-copine psychopathe lui ait annoncé qu’elle l’avait trompé. » Il a interprété Final Breath, In What World Do You Savages Live Where You Thought I’d Be Cool?, Little Yellow Heart, Let’s Go to the Airport et Painkiller. C’était très réussi et ce lancement a certainement charmé plusieurs spectateurs.

Rock et dissonance

La suite de ma soirée s’est déroulée coulée dans le rock… mettons. Tout d’abord, c’est le jeune quatuor de Zen Bamboo qui officiait au Théâtre du Vieux-Noranda. Ils étaient en forme et se sont fait aller la distorsion et les pas de danse. Ils ont même joué quelques chansons avec Tommy qui a remplacé tour à tour le chanteur et le guitariste suite à des clavicules brisées dans les derniers mois. C’est dangereux dans Zen Bamboo, faut avoir un bon régime d’assurance. Leurs chansons sont bien rendues sur scène et le groupe déborde d’énergie. Ils font un peu des sparages pour masquer certaines faiblesses dans leur composition par contre. Certains moments plus ordinaires sont masqués par des sauts, des cris et des dandinements surfaits. Mais bon, on leur pardonne volontiers, ils en sont encore à leurs premiers pas.

FME / Thomas Dufresne

J’ai réussi à attraper les deux ou trois dernières chansons de Julien Sagot qui avait Frannie Holder (Random Recipe, Dear Criminals) à ses côtés pour l’occasion. C’était pas mal bon et je m’en veux d’avoir manqué le spectacle au complet.

FME / Louis Jalbert

Je me suis rattrapé en allant voir A Place To Bury Strangers qui visitait Rouyn-Noranda pour la première fois de leur carrière. Le groupe possède une réputation en spectacle et ils n’ont pas fait mentir la rumeur. Non seulement le jeu d’éclairage est magnifique avec des spots éclairants par-derrière, ce qui laisse le groupe dans une semi-pénombre constante, mais ils débordent d’énergie. On a eu droit à une guitare fracassée dès le début du spectacle. Et ça ne s’est pas calmé par la suite. Pour la dernière pièce, le saxophoniste de Sun Watchers, Jeff Tobias, et le chanteur/joueur de sitar d’Elephant Stone Rishi Dhir ont rejoint le groupe pour un jam mémorable.

FME / Thomas Dufresne

Le Festif! 2017 : jour 2

Ma deuxième journée dans la bucolique ville de Baie St-Paul s’annonçait chargée. Tout commençait tôt (vers midi) et se poursuivait jusqu’aux petites heures du matin. Mais comme on ne recule devant rien pour couvrir un festival, j’étais prêt mentalement et physiquement (surtout mon foie).

Jay Kearney / Le Festif

Les pieds pendant au bout du quai

J’exagère, mais c’était pas mal ça. Nous étions conviés sur le coup de midi pour un spectacle de Louis-Jean Cormier sur le quai de Baie St-Paul. L’homme semblait en pleine forme faisant de nombreuses blagues et boutades entre ses chansons. Cormier avait l’air presque (il jouait quand même des chansons, son métier) en vacances que les spectateurs. Il a enchaîné principalement des chansons des Grandes Artères, dont Saint-Michel et La Fanfare. Il a aussi livré une excellente Tout le monde en même temps et Le Pyromane de Karkwa. Comble de la joie pour les mélomanes, il a même donné un premier aperçu de son nouvel album avec une nouvelle chanson bien tournée et touchante.

Après Louis-Jean Cormier, nous étions invités à continuer à avancer sur le quai pour rejoindre Peter Henry Phillips installé au bout de celui-ci. Entouré d’eau, de montagne et de plage, Pierre-Philippe Côté a joué une bonne heure. C’était un des concerts les plus relaxants que j’ai vus de ma vie. Entre son folk doux et mélodieux et le paysage surréel, il était tentant de se pincer pour s’assurer qu’on ne rêvait pas. Pilou s’est même fait voler le show de la plus cute des façons possibles alors que sa fille a décidé qu’elle ne laisserait pas son père seul sur scène. Son aise sur scène prouve que la pomme n’est pas tombée très loin du pommier (la mère étant comédienne aussi). Il nous joue Hold That, The Night, Henry et quelques autres chansons de The Origin. Il en rajoute avec Bloom et Secret issu du premier EP homonyme. C’était parfait et doux.

Jay Kearney / Le Festif

Quand les shows secrets prennent le dessus

En après-midi, mon premier arrêt consistait à Violett Pi, en concert-surprise, perché sur un balcon décoré de drapeaux québécois sur lequel Karl Gagnon chantait en solo. Il avait pour l’occasion échangé sa chaise pour un balcon. Quelques petits bogues ont pollué la chanson Fleur de Londres, mais Violett Pi est comme les chats, il retombe sur ses pieds. On le sentait un peu nerveux, mais il a traversé tout ça avec aplomb. Fidèle à son habitude, il nous a graciés de plusieurs blagues dont une gorgée de bière dans un pichet : « Mon verre a l’air gros… mais c’est parce que j’ai des petites mains. » Sacré Violett Pi!

Je me suis dirigé ensuite vers la scène du Pantoum où se donnait un spectacle du groupe De la reine. Le trio à la soul chaude et bien composée a bien fait groover la foule. J’ai eu le temps d’attraper les cinq dernières chansons. Parmi celles-ci on retrouvait une adaptation d’une chanson de Radiohead. Le tout était pas mal plaisant pour les oreilles et je suis certain que ce n’est pas la dernière fois qu’on entend parler du trio.

Caroline Perron / Le Festif

Puis, je me suis dirigé du côté d’un autre concert-surprise, celui de Dany Placard. Le barde barbu a joué des nouvelles et d’anciennes chansons avec une implication émotionnelle que je ne lui avais jamais vue. C’est ouvert et vulnérable qu’il s’est présenté devant nous. Entre les moments touchants, il en profitait pour nous envoyer quelques blagues dont une sur sa pédale de chorus qui change toutes les chansons en tubes des années 80. Les quelques pièces de son album, à paraître le 29 septembre prochain, étaient convaincantes, dont Sleeping Bag. On peut en dire de même pour Chanson populaire issue de son répertoire.

Un gros show pour des grosses pipes

C’est Laura Sauvage qui avait la tâche d’ouvrir une soirée qui se culminera par le spectacle de Xavier Rudd. On reviendra à ce dernier un peu plus tard. En attendant, Sauvage, fidèle à son habitude, a lancé son concert sans cérémonial et une bonne dose de désinvolture. Entourée de Dany Placard, Jonathan Bigras et Nicolas Beaudoin, elle a livré des chansons de son premier album, Extraordinormale, et quelques nouvelles chansons. J’ai malheureusement manqué une partie de spectacle en raison de la pluie et de l’absence d’imperméable dans mes bagages. BRAVO LP.

Je ressortis du terrier à temps pour attraper la moitié du spectacle de Plants and Animals. Le groupe montréalais comme toujours était solide. Ceux-ci ne donnent jamais de mauvais spectacle. La seule chose qui est dommage est que l’écoute du public était plus ou moins au rendez-vous. Les gens étaient là pour Xavier Rudd et ne semblait n’avoir que faire de l’indie-rock un peu abrasif de la formation.

Mais bon, le gros nom c’était Xavier Rudd, non? Mon souvenir le plus rapproché de Rudd est en 2005 quand il était un gentil dude un peu peace qui jouait du didgeridoo en même temps que de la guitare et de battre la mesure avec son pied. Le gentil hippie a dû se retrouver devant la mare comme narcisse parce que ses pipes semblent plus importantes que sa musique aujourd’hui. Par où commencer? Tout d’abord, il est maintenant en trio sur scène et pour être honnête, il ne joue plus beaucoup d’instruments. Une slide-guitare par-ci, un petit bout de didgeridoo par-là… Ce dernier servant parfois à faire des chansons électros à saveur EDM. Misère. Avec ses chorégraphies, sa mise en scène et son lent effeuillage planifié, Xavier Rudd ressemble plus à un poster boy pour un peace and love à deux piastres qui expédient du reggae cheap qu’à un adepte de la paix mondiale authentique. Malgré ses interventions qui appellent à une unité mondiale de TOUS les peuples, ça ne passe pas. Rudd est rendu aux hippies ce que la psycho-pop est à la psychologie.

Mais peut-être que c’est moi le problème parce que la foule semblait apprécier le spectacle et j’ai quasiment envie de croire l’animatrice quand elle dit que c’est l’artiste le plus demandé à l’organisation du Festif. M’enfin.

Jay Kearney / Le Festif

Danse ta vie, sue ta bière

La fin de soirée s’annonçait plus prometteuse. Mon premier arrêt était avec les funkés de Le Couleur. Voilà un groupe qui ne déçoit jamais. Le trio (quatuor en live) nous a livré ses pièces sans interruption. Une heure de musique sans arrêt qui te donne envie de fêter comme si c’était ton anniversaire. Underage, La fuite de Barbara, L’Amour le jour, Concerto rock et Voyage amoureux ne sont que quelques-unes des pièces sur lesquels les festivaliers ont dansé. Et dansé, ils ont. Sous la tente Radio-Canada, la foule compacte se shakait le popotin allègrement sur les rythmes contagieux du groupe. Laurence Giroux-Do ne s’est pas gênée pour remercier le public à plusieurs reprises. C’était un beau dance party.

Parlant de parté, je me suis par la suite dirigé du côté de Qualité Môtel. La formation alternative de Valaire fait un party de cuisine pour gens nés dans les années 80. Le groupe mélange blague et gros tubes avec une aisance déconcertante. On passe de I Think of You de Gregory Charles à Can’t Touch This en passant par Who Let the Dogs Out. Tout ça avec la formation habillée dans leurs plus beaux habits de ginos roumains. C’est magnifique. Bien qu’une part d’improvisation fait partie du concert, les cinq garçons n’ont jamais laissé un moment de silence ou manqué un mix. Du gros travail. Pendant ce temps, le public dansait et mosh-pittait comme s’il n’y avait pas de lendemain. Rapidement, une partie du public s’est retrouvée sur scène. Un gars ramasse un micro et lance : « C’est pas du romarin, c’est du basilic ». Mantra répété ad vitam aeternam par la foule et Qualité Môtel.

Caroline Perron / Le Festif

Quelques moments de puissance pure ont ponctué la performance. Hey Ya d’Outkast a fait danser la foule, Libérez le trésor a été lancé à plusieurs reprises comme un appel vital et quelques tounes d’Alaclair Ensemble pour compléter le tout. Pour terminer un deuxième soir de Festif, c’était parfait. Tous sont repartis avec un gros sourire dans le visage et de la sueur plein les cheveux. Merci Qualité Môtel.