crabe Archives - Le Canal Auditif

Coup de Coeur Francophone 2017 : la programmation complète

Ça s’en vient déjà. Dès le 2 novembre prochain, ce sera reparti pour 11 jours de plaisir auditif au Coup de Cœur Francophone. Nous connaissons maintenant la programmation complète, en voici quelques éléments dignes de mention!

Tout frais, tout show

Il y aura plusieurs lancements dans le cadre de CCF cette année, dont le plus attendu, celui de Philippe Brach le 6 novembre au Club Soda. Mais ce n’est pas tout. La Bronze, Loud, La Famille Ouellet, Tendre, Étienne Fletcher, Mara Tremblay, Coco Terreur et Totem Tabou lanceront aussi des albums dans le cadre du festival. Disons que ça ne manque pas de nouveauté pour le mélomane qui ne veut rien manquer de neuf. Ça nous rappelle qu’il reste encore beaucoup d’albums à paraître d’ici la fin de 2017!

Des grosses pointures

L’an dernier, il y était avec Les Goules, cette année, Keith Kouna est de retour en solo. Il présentera la soirée d’ouverture en compagnie de Mon Doux Saigneur le 2 novembre au Club Soda. Canailles prendra la scène pour présenter un spectacle assurément festif alors que Les Dales Hawerchuk vont livrer leur gros rock. Martin Léon va se faire aller le piano et on fêtera les 20 ans du Verre Bouteille le 5 novembre. Le 6 novembre, c’est l’événement De tout cœur avec Petite-Vallée qui sera à l’affiche. Damien Robitaille sera suivi de DJ Janime Jeanine le 8 novembre au Lion d’Or pendant que Daran sera au Club Soda. Le lendemain, ce sera Julien Sagot au Lion d’Or et les Sœurs Boulay au Club Soda. Eman et Vlooper auront une grosse soirée le 10 novembre en faisant la première partie de… Alaclair Ensemble.

De la relève de qualité

Anatole reprend du service le 2 novembre à l’Esco alors que Fuudge sera à Vinyle Chope et Bermudes au Quai des Brumes. Paupière sera accompagné de la formation française Juniore le 4 novembre au Lion D’Or. Double Date With Death s’est francisé le nom et jouera en compagnie de Victime plus tard en soirée. Medora présentera les chansons du réussi Ï alors que Laura Babin et Mélanie Venditti seront dans le même spectacle en compagnie de Mathias Bressan. Samuele et Julie Aubé seront à la Sala Rossa le 8 On compte aussi sur Tendre, Pure Carrière, Le Winston Band, MCC, Mathieu Bérubé, Chassepareil, Matiu, Nicolet, De la Reine, Marie-Claire, Mat Vezio, Louis-Philippe Gingras, Look Sacré, Zouz, Loïc April, La Fête, Martel Solo, Valery Vaughn et Miss Sassoeur et les Sassys.

La marge a de la place

Une soirée Frimat sera organisé et compte sur des artistes intéressants de l’Abitibi : Geneviève & Matthieu, Nanochrome et Carapace. Ce n’est pas tout, la direction de CCF a osé en programmant la talentueuse Xarah Dion avec Automelodi et Ellemetue. On pourra aussi voir Violett Pi reprendre sa chaise épeurante alors que Guillaume Mansour donnera un 5 @ 7 en jouant ses coups de cœur francophones. La soirée à ne pas manquer est celle du festival de la musique énervante en compagnie de Navet Confit, Crabe, Le monde dans le feu et Cou coupé mais qui joue OH MISÈRE en même temps que PONI et Dany Placard. La délicieuse française Halo Maud sera en terre québécoise pour un spectacle avec Corridor. Les fans de country pas convenu seront servis avec Menoncle Jason et Sarah Dufour le 10 novembre alors qu’IDALG fermera le tout en beauté le 12 novembre.

Bref, ce sera une grosse édition pour CCF.

POP Montréal 2017 : Soirée du 15 septembre

C’était un vendredi soir de POP et il y avait quelques spectacles aguichants à l’affiche. Pendant que plusieurs se dirigeaient vers The Dears qui jouait l’intégralité de No Cities Left, j’optais plutôt pour le groupe LAPS à la Sala Rossa.

LAPS

LAPS est un groupe installé à Montréal, dont certains membres sont originaires de Frédéricton. Mené par la charismatique Heather, la formation fait dans le rock dissonant et l’art rock qui vire parfois même math rock. C’est terriblement plaisant pour les oreilles. Le guitariste est particulièrement intéressant à aller voir aller. Il ne sent pas le besoin de toujours jouer, au contraire, il ponctue avec nuance, intelligence et inventivité. Le groupe vient tout juste de faire paraître un split avec La Fête et nous ont balancés les deux chansons l’une après l’autre. Malgré le peu de spectateurs, la formation ne s’est pas formalisée de tout ça. Ils ont été généreux sans bon sens pour ceux qui s’étaient déplacés. C’est l’un des bons spectacles que j’ai vus à date à POP.

Crabe

C’est d’abord Crabe qui m’avait attiré à la Sala Rossa. Après avoir écouté Ensemble de Barrdo pendant l’entracte (pour vrai, cette chanson ne se termine jamais), le groupe de Mertin Hoëk et Gabriel Lapierre ont pris la scène. Ils sont toujours un phénomène à entendre ou voir. Le duo n’a pas lésiné en lançant les hostilités avec Encourir mes passions tirées du Temps F33l paru l’an dernier. C’était brutal, chirurgical et impressionnant. Hoëk joue avec une rapidité et une précision d’exécution sans pareil. Parce qu’une chose est sûre, si tu peux jouer du Crabe les yeux fermés… t’es un demi-dieu de la guitare. Je suis parti à regret avant la fin de la performance pour me diriger au Rialto.

Little Scream

Lorsque je suis arrivé au Rialto Hall, Laurel Sprengelmeyer était déjà en train de jouer Wreckage devant une salle à demi remplie. L’Américaine installée à Montréal depuis plusieurs années, était en grande forme. Elle a livré plusieurs chansons de Cult Following paru en mai 2016 avant d’achever de conquérir la foule avec l’intoxicante Love as a Weapon et la non moins plaisante Dark Dance. Little Scream a même joué une nouvelle chanson fort réussie. Elle était notamment accompagnée de la très capable Lisa Moore (Blood & Glass, Creature). Le seul petit hic est qu’elle a décidé de terminer sur un blues dont le nom m’échappe, mais qui n’était pas tellement hop la vie. Après nous avoir crinqués avec ces chansons plus dansantes, c’était un drôle de choix.

John Maus

John Maus est à la fois un chanteur qui déglingue la pop et un philosophe qui fait aller ses cordes vocales. Il était de passage au Rialto dans le cadre de POP Montréal et c’est surprenant de voir à quel point l’Américain est populaire dans la métropole. La salle était remplie au maximum de sa capacité pour la performance d’une quarantaine de minutes où John Maus a dû suer deux litres d’eau. Sa présence scénique très punk, dynamique et parfois même violente jure avec son électro-pop qui incorpore des éléments de new wave. Sur scène un dirait un mélange d’Andrew W.K., Mac DeMarco et Greg Saulnier de Deerhoof. Parfois, on se demande s’il chante vraiment en direct, puisqu’il crie tellement en dehors de ses moments chantés et hors du micro qu’il faut qu’il possède des poumons de fer. Non seulement ça, mais parfois certaines voix semblaient entrer avant qu’il ne soit sur le micro. Enfin, ce n’est pas essentiel, sa performance restait impressionnante en soi.

On se revoit demain!

La liste de Noël de Poulet-Neige 2016

Tu ne connais pas la liste de Noël de Poulet-Neige? Il est grand temps de t’y mettre. Chaque année, elle t’offre de choisir des albums que tu souhaites recevoir et le 25 décembre au matin des téléchargements te sont envoyés dans ta boîte de courriel. Est-ce qu’il y a une attrape? Même pas. C’est entièrement gratuit et ça te permet de découvrir tout plein de bons artistes et d’albums de feu. Pour t’aider dans tes recherches et tes choix, on te propose 15 incontournables. Est-ce que tu devrais t’arrêter là? Bien sûr que non! Ce n’est qu’un point de départ parce qu’il y a tellement d’autres beaux projets qui méritent ton amour. Tu peux aussi faire un don pour que cette magnifique initiative revienne l’an prochain! Parce que l’argent ne pousse pas encore dans les arbres. En attendant, voici ce qu’on considère comme essentiel.

Pour le reste : www.listedenoel.ca

BAGARRE – MUSIQUE DE CLUB

Pour en apprendre plus sur Bagarre


 
 

BARRDO – APOLOGIE DES ÉTATS SECONDS

Pour en apprendre plus sur Barrdo


 
 

BLEU JEANS BLEU – FRANCHEMENT WOW

Pour en apprendre plus sur Bleu Jeans Bleu


 
 

CRABE – LE TEMPS F33L

Pour en apprendre plus sur Crabe


 
 

ELIZA – OOOTCH

Pour en apprendre plus sur Eliza


 
 

FUUDGE – EP

Pour en apprendre plus sur Fuudge


 
 

GAB PAQUET – SANTA BARBARA

Pour en apprendre plus sur Gab Paquet


 
 

LAURA BABIN – WATER BUFFALO

Pour en apprendre plus sur Laura Babin


 
 

LE HUSKY – ÉCHEC ÉROS

Pour en apprendre plus sur Le Husky


 
 

LES INDIENS – SHAMAN UFO

Pour en apprendre plus sur Les Indiens


 
 

LYDIA KÉPINSKI – EP

Pour en apprendre plus sur Lydia Képinski

 
 

MILLIMETRIK – FOG DREAMS

Pour en apprendre plus sur Millimetrik


 
 

NAVET CONFIT – MINNEAPOLIS NORMCORE KARAOKE MIXTAPE

Nouveau projet complètement fou de Navet Confit. Détails à suivre cette semaine, mais ça vaut le coup.

Pour en apprendre plus sur Navet Confit
 
 

SÉBASTIEN LAFLEUR – L’ALBUM DE VENT

Pour en apprendre plus sur Sébastien Lafleur


 
 

SIMON KINGSBURY – PÊCHER RIEN

Pour en apprendre plus sur Simon Kingsbury

Le Gamiq 2016

gamiqHier soir, se déroulait le 11e gala de l’alternative musicale indépendante du Québec. Pour l’occasion, le Canal Auditif était sur place pour présenter des prix (EP et album rap/hip-hop de l’année) et aussi, parce que nous étions en nomination dans la catégorie Média de l’année. Tout ça et puis parce que c’est un gala qui récompense les artistes en qui nous croyons. Alors que la soirée s’annonçait longue, on croyait d’abord qu’elle se terminerait autour de 1h30 AM, le tout a finalement roulé à fond de train et vers les minuit, tout ce beau monde était rendu à « l’after-party ». Mais trêve de bavardages, parlons des résultats et des prestations.

C’est le duo Sexe Illégal qui avait la tâche de nous garder allumés pendant cette longue remise de prix. Tony Légal et Paul Sexe nous ont fait rire franchement à plusieurs reprises. Parmi mes préférées? Après une prestation lourde et rock des Indiens, ils lancent : « Ce band-là, c’est Christophe Colomb qui les a découverts. » Ils ont parfois été acides dans leur propos se moquant d’Annie Villeneuve avant qu’Ariane Zita, sa nouvelle choriste, joue à son tour sur scène. D’un bout à l’autre, ils ont été drôles, intelligents et ont tenu la soirée sur les rails.

En prestation, on a aussi pu écouter La Bronze qui a joué l’excellente Roi de nous tirée de son EP homonyme, Laura Sauvage et sa délicieuse Have You Heard The Good News?, Vulvets qui ont parti le bal avant d’aller manger des huîtres et boire du champagne (parce qu’elles sont tellement rock), Le Couleur avec sa dansante Éclats ainsi que le toujours sympathique Simon Kingsbury. Il y en avait une plénitude, ce n’était pas une soirée qui manquait de musique : Krief, Clay and Friends, O Linea et Never More Than Less complétait la feuille de route.

Parmi les remerciements les plus inspirants, notons ceux de Gabrielle Laïla Tittley pour la pochette de l’année qui a fait plusieurs jeux de mots à saveur sexuelle et surtout qui a pris le temps de féliciter les autres qui étaient en nomination. Il y avait aussi Navet Confit qui, avec son projet le plus éclaté, gagne un Lucien. Cela lui donne l’envie d’en faire plus. Cela nous fait plaisir. Mertin Hoëk de Crabe n’a pas déverser son fiel sur l’industrie musicale étant donné que Le Temps F33L a été sacré album punk de l’année, un prix entièrement mérité alors que Safia Nolin a fait une vidéo de remerciement, mais qui n’a jamais fonctionné et Les Goules sont repartis avec deux statuettes. Finalement, félicitations à CISM qui a remporté encore une fois le Lucien de Média de l’année. Ça travaille fort dans les bureaux de l’UDM et ça ne cesse de se remettre en question pour fournir une radio différente, à l’avant-garde et vivante à la scène marginale québécoise. Bravo.

Voici la liste exhaustive des prix remis lors de cette 11e soirée:

Prix du public

Les Goules
 

Album Folk de l’année

Safia Nolin – Limoilou
 

EP Folk de l’année

Chantal Archambault – À hauteur d’homme
 

EP Rap de l’année

Loud Lary Ajust – Ondulé
 

Album Pop de l’année

Laurence Nerbonne – XO
 

EP Pop de l’année

Rosie Valland – Nord-Est
 

Album ou EP Punk de l’année

Crabe – Le temps f33l
 

Album ou EP métal de l’année

Anonymus – Envers et contre tous
 

Album Rock de l’année

Les Goules – Coma
 

EP Rock de l’année

Fuudge – Fuudge EP
 

Album Indie Rock de l’année

Bernhari – Île Jésus
 

EP Indie Rock de l’année

Navet Confit – EP7
 

Album Rap de l’année

Dead Obies – Gesamtkunstwerk
 

Album Électro de l’année

FOXTROTT – A Taller Us
 

Album et EP Jazz de l’année

Misc – Misc
 

EP Électro de l’année

La Bronze – Rois de nous
 

Album ou EP Expérimental de l’année

Echoes From Jupiter – Kosmonavt
 

Album ou EP Trad de l’année

Lakes Of Canada – Transgressions
 

Album ou EP World de l’année

Samito – Samito
 

Couverture d’album de l’année

Crabe – Le temps f33l (Gabrielle Laïla-Tittley)
 

Vidéo de l’année

Beat Market – Les belles années
 

Artiste de l’année

Koriass
 

Révélation de l’année

Laura Sauvage
 

Spectacle de l’année

Dead Obies
 

Auteur-compositeur de l’année

Safia Nolin
 

Salle de spectacle de l’année

Le Divan Orange
 

Festival de l’année

FME
 

Média de l’année

CISM
 

http://projetpapineau.com/gala-alternatif-de-la-musique-independante-du-quebec-gamiq/

Crabe – Le temps f33l

CrabeCrabe est de retour. Les fans de punk marginal/hardcore/mélodieux pourront se régaler en écoutant Le temps f33l. Anti-Vague, précédent effort du duo, avait franchement plu à mes oreilles toujours à l’affût de quelques saignements possibles. Une chose est sûre, Crabe ne s’est pas ramolli depuis le dernier effort. Par contre, on retrouve une formation renouvelée à 50 %! David Dugas Dion a quitté pour poursuivre de nouvelles aventures musicales et c’est Gabriel Lapierre (FuckUkaliss) qui prend le relais derrière les tambours. Martin Höek lui, garde toujours sa guitare en main et son micro près de sa bouche qui nous dispense à une rapidité éclair des mélodies sauvages.

Ce sixième album démontre une chose. Le son de Crabe est clair. Surtout depuis Anti-Vague, on sent que les aspirations sonores et les changements déjantés sont maîtrisés. C’est maintenant le temps de nuancer et le duo le fait habilement sur Le temps f33l. Toujours armé d’une poésie surréaliste, mais tout de même ancré dans le réel, Crabe nous envoie des feux d’artifice sonores, des lourds riffs, des moments de beauté et des surprises un peu partout sur l’album.

À chaque fois qu’on voudrait trancher que la formation se perd avec sa poésie, comme sur Vraiment ma pointe de pizza: «Tellement une pan dans la cuisine de Satan, se faire rouer de coups de poing à la ligne», ils nous envoient un: « Comme des pieds dans les plats, les légumes dans la bouche, la fourchette dans le cœur, quand tu manges pas ça m’écœure/Je vis le bon qui se trouve sous la dent/Le but dans la faim c’est partager son bien, ouvrir son cœur aux gens qui tendent la main». Certes, la poésie n’est pas aisée à avaler, mais elle comporte plusieurs images claires et émouvantes. Un peu comme le Pierre Lapointe du temps de la Forêt des mal-aimés.

Ma collection de gicles et de ouaches nous offre certains des moments les plus lourds de l’histoire du band. Le riff est viscéral et vient jouer dans les mêmes cordes que Black Sabbath dans ses belles années. Déjà bientôt la lumière rentre au poste avec une énergie contagieuse et se rapproche beaucoup d’une pièce de punk dite normale… ou… moins déroutante, mettons. Höek se gâte comme toujours avec des moments mélodiques qui restent pris dans les oreilles comme lorsqu’il chante: «Monet mon nom» sur la pièce du même titre. Autre moment bien plaisant pour les oreilles, la fulgurante Ma chaudière Ataraxie qui rappelle beaucoup ce que Crabe faisait sur Anti-Vague. À l’exception du surprenant clip parlé à la fin qui nous offre des petites perles comme «Normal, je sais pas. On dirait que je sens rien comme d’habitude. Je pense qu’il faut juste que j’appose énergie et œil sur l’instant pour que ça chill down deux secondes.» Le tout dit avec une voix plus proche de Bernard Derome que d’un jeunot dans la vingtaine.

Bref, Crabe est encore déroutant, mais si charmant. C’est brut, c’est viscéral, c’est méchant, mais pas trop… c’est essentiel. Le duo ne fait aucune concession dans ses compositions. Ce courage est non seulement impressionnant, mais il se doit d’être salué. Crabe a de l’audace à revendre. Un autre album bien réussi.

Ma note: 7,5/10

Crabe
Le temps f33l
Indépendant
39 minutes

http://crabecrabe.tumblr.com/