country Archives - Le Canal Auditif

Critique : Conor Oberst – Salutations

À 37 ans seulement, Conor Oberst est devenu l’un des plus importants et respectés songwriter de sa génération. Que ce soit au sein de l’adulé Bright Eyes ou en format punk prolétaire avec Desaparecidos, la vulnérabilité littéraire de l’artiste est aujourd’hui reconnue par une majorité de mélomanes et critiques. L’an dernier, Oberst faisait paraître Ruminations; un disque complètement dépouillé qui misait totalement sur le talent de mélodiste et de compositeur de l’artiste. Une autre réussite, il va sans dire.

Cette fois-ci, notre homme reprend entièrement les chansons de Ruminations, en ajoute sept autres et s’adjoint les services du réputé batteur Jim Keltner à la réalisation pour nous offrir ce Salutations. Enregistré au Shangri-la Studios, propriété de Rick Rubin, ce 7e album met en vedette plusieurs artistes états-uniens de renom : Jonathan Wilson, Gillian Welch, M. Ward, Jim James et plusieurs autres.

Si sur Ruminations, Oberst pariait sur la sobriété des orchestrations, mettant ainsi de l’avant sa voix tremblotante si caractéristique, sur Salutations, on se retrouve en territoire folk-country-rock « dylanesque »… et cet habillage sonore traditionnel sert parfaitement les chansons d’Oberst. Ce qui est perdu en sensibilité gagne en énergie : une véritable création dite « Americana » conçue par l’un des meilleurs compositeurs oeuvrant dans ce genre musical.

Évidemment, ceux qui connaissent bien Oberst se retrouveront dans de confortables pantoufles. L’artiste interprète ses chansons avec une retenue qui lui va à ravir. Le musicien a su adapter son chant à fleur de peau à des arrangements, disons-le un peu vieillots, mais qui fonctionnent à merveille dans ce cas-ci.

L’Américain est aussi un parolier doué, mais qui souffre parfois d’un petit défaut agaçant qui plombe souvent les textes de nombreux autres songwriters du même acabit : cette fâcheuse tendance à faire du « name dropping ». Oberst n’y échappe pas… Les références à Timothy Leary (un psychologue partisan des bienfaits médicinaux du LSD), aux poétesses Sylvia Plath et Patti Smith, à Ronald Reagan ainsi qu’au Dalaï-Lama pullulent. Oberst n’a pas besoin de ce lassant effet de style qui vient amenuiser l’impact de ses belles histoires d’écorchés vifs. Un réflexe un peu paresseux, à mon humble avis.

Cela dit, ce Salutations fait bien le travail. Parmi les meilleures pièces, j’ai noté la prenante Next of Kin, la pianistique aux accents country-rock Till St. Dymphna Kicks Us Out, la relecture frémissante de Barbary Coast (Later) ainsi que la très The Band titrée A Little Uncanny.

Certains pourraient trouver cette production quelque peu interminable (67 minutes), mais ceux qui sont fanatiques de country rock millésimé seront comblés. Pas un grand cru de la part de ce désormais vétéran de la chanson américaine, mais avec Conor Oberst, on ne se trompe que rarement. Ce gars-là est juste bon.

Ma note: 7/10

Conor Oberst
Salutations
Nonesuch Records
67 minutes

http://www.conoroberst.com/

Critique : The Sadies – Northern Passages

S’il y a un groupe de country rock qui mérite le plus grand des respects, c’est bien The Sadies. En plus d’avoir servi de soutien à de nombreux projets sonores (Neko Case, John Doe, etc.), le quatuor mené par les frères Travis et Dallas Good a accumulé pas moins de 10 albums studio à son compteur. Le dernier en date mettait de l’avant une collaboration avec l’être humain par excellence de 2016, M. Tragically Hip lui-même, Gord Downie.

La semaine dernière, les Torontois lançaient Northern Passages. En compagnie du batteur Matt Belitsky et du bassiste Sean Dean, les frangins Good nous proposent une autre chevauchée country rock qui possède quelques accents salopés des plus intéressants. Réglons tout de suite une chose. La chanson It’s Easy (Like Walking), mettant en vedette le bon Kurt Vile, est un très grand cru; une grande chanson à écouter à fond de train, surtout si vous aimez rouler la nuit sur nos tortueuses routes rurales. Les superbes guitares cristallines qui colorent cette pièce font la preuve que les Good y mettent toute la gomme lorsqu’il s’agit de donner vie à leur musique. C’est d’une minutie exemplaire.

Quelques chansons brassent la baraque. Je fais référence plus spécifiquement There Are No Words et à Another Season Again, celle-ci étant bâtie rythmiquement sur un « shuffle » tout droit inspiré du blues. On retrouve également quelques morceaux qui font honneur aux Gram Parsons (The Flying Burrito Brothers) et aux Roger McGuinn (The Byrds) de ce monde. God Bless The Infidels, c’est du Burrito Brothers pur jus. Riverfog View est typiquement Gram Parsons (tout fanatique de country rock se doit de connaître ce musicien américain) et avec la conclusive The Noise Museum, on se retrouve en territoire connu, à cheval entre les Byrds et R.E.M. Et que dire du jeu de guitares des frérots Good sur cette pièce? Silence radio rempli de respect.

Ce qui distingue ce Northern Passages de ses semblables, c’est cette beauté mystérieuse qui se dégage de chacune des chansons. À l’écoute de ce petit bijou, vous serez immédiatement téléportés dans un chalet rustique et lorsque dans votre songerie nocturne, vous lèverez la tête vers le ciel, vous verrez apparaître immédiatement des aurores boréales… à l’image de celles qui enjolivent la pochette de cet excellent disque.

Encore une fois, les Sadies démontrent de manière manifeste qu’ils se hissent parmi les grandes formations country rock de l’histoire de la musique. J’exagère? Pas du tout. S’agit de plonger sérieusement dans l’ensemble de leur discographie pour s’apercevoir que le travail de ce grand groupe n’a rien à envier aux meilleurs du genre. Depuis plus de 20 ans, les Sadies ne cessent d’épater. Depuis plus de 20 ans… et dans un monde fasciné par la saveur du mois, l’œuvre des Sadies mérite une sérieuse révérence.

Ma note: 8/10

The Sadies
Northern Passages
Dine Alone Music
34 minutes

http://www.thesadies.net/

Les 100 meilleurs albums de l’histoire de LCA: jour 5

LCA_Top100_5e_site_article
 

51S8WoTh-6L._SL500_AA300_

20. Avec pas d’casque – Astronomie

(lire la critique)
 
 
 

Grizzly-Bear-Shields

19. Grizzly Bear – Shields

(lire la critique)
 
 
 

war_on_drugs_lost_in_the_dream_album

18. The War On Drugs – Lost In The Dream

(lire la critique)
 
 
 

Louis-Jean-Cormier-300x300

17. Louis-Jean Cormier – Le treizième étage

(lire la critique)
 
 
 

KurtVileWOAPD

16. Kurt Vile – Wakin On A Pretty Daze

(lire la critique)
 
 
 

4771c8e8

15. Grimes – Visions

(lire la critique)
 
 
 

f40a1fae

14. Run The Jewels – Run The Jewels 2

(lire la critique)
 
 
 

Cave Push the Sky Away

13. Nick Cave And The Bad Seeds – Push The Sky Away

(lire la critique)
 
 
 

bon-iver-bon-iver

12. Bon Iver – Bon Iver

(lire la critique)
 
 
 

Antoine-Corriveau-Les-Ombres-Longues-300x287

11. Antoine Corriveau – Les Ombres Longues

(lire la critique)
 
 
 

james-blake-overgrown2

10. James Blake – Overgrown

(lire la critique)
 
 
 

liars-wixiw

09. Liars – WIXIW

(lire la critique)
 
 
 

The-Knife-Shaking-The-Habitual

08. The Knife – Shaking The Habitual

(lire la critique)
 
 
 

let-england-shake1

07. PJ Harvey – Let England Shake

(lire la critique)
 
 
 

Swans_The_Seer

06. Swans – The Seer

(lire la critique)
 
 
 

Sufjan Stevens

05. Sufjan Stevens – Carrie & Lowell

(lire la critique)
 
 
 

maigresblancs

04. Alaclair Ensemble – Les maigres blancs d’Amérique du noir

(lire la critique)
 
 
 

Kendrick Lamar

03. Kendrick Lamar – To Pimp A Butterfly

(lire la critique)
 
 
 

387826

02. Swans – To Be Kind

(lire la critique)
 
 
 

Father John Misty - I Love You, Honeybear

01. Father John Misty – I Love You, Honeybear

(lire la critique)
 
 
 

Les 100 meilleurs albums de l’histoire de LCA: jour 4

LCA_Top100_5e_site_article
 

beck-morning-phase-608x608

40. Beck – Morning Phase

(lire la critique)
 
 
 

homepage_large.ff09b428

39. St. Vincent – Strange Mercy

(lire la critique)
 
 
 

fleet-foxes-helplessness_blues

38. Fleet Foxes – Helplessness Blues

(lire la critique)
 
 
 

alt-j

37. Alt-J – An Awesome Wave

(lire la critique)
 
 
 

feist-metals-fan-2

36. Feist – Metals

(lire la critique)
 
 
 

4444032-2-frank-ocean-channel-orange-diapo-1

35. Frank Ocean – Channel Orange

(lire la critique)
 
 
 

virgins

34. Tim Hecker – Virgins

(lire la critique)
 
 
 

sc260lores

33. Suuns – Images du Futur

(lire la critique)
 
 
 

DeathGripsTheMoneyStore

32. Death Grips – The Money Store

(lire la critique)
 
 
 

Immunity+artworks000045647280aa6v1tt500

31. Jon Hopkins – Immunity

(lire la critique)
 
 
 

Mikal-Cronin

30. Mikal Cronin – MCII

(lire la critique)
 
 
 

Jamie XX

29. Jamie XX – In Colour

(lire la critique)
 
 
 

220px-The_Idler_Wheel

28. Fiona Apple – The Idler Wheel…

(lire la critique)
 
 
 

5082

27. Deafheaven – Sunbather

(lire la critique)
 
 
 

andy-stott-cover_Image

26. Andy Stott – Faith In Strangers

(lire la critique)
 
 
 

a3192293664_2

25. Klô Pelgag – L’alchimie des monstres

(lire la critique)
 
 
 

Fauve-Blizzard-CD-tt-width-360-height-342-attachment_id-398594-crop-1

24. Fauve – Vieux Frères – Partie 1

(lire la critique)
 
 
 

Viet Cong - Viet Cong

23. Viet Cong – Viet Cong

(lire la critique)
 
 
 

Converge_All_We_Love_We_Leave_Behind600G031012

22. Converge – All We Love We Leave Behind

(lire la critique)
 
 
 

634457642126.170x170-75

21. Sun Kil Moon – Benji

(lire la critique)
 
 
 

Les 100 meilleurs albums de l’histoire de LCA: jour 3

LCA_Top100_5e_site_article
 

Beach_House_-_Bloom

60. Beach House – Bloom

(lire une critique)
 
 
 

royksopp_paint_2-440x440

59. Royksöpp – The Inevitable End

(lire la critique)
 
 
 

beak pochette

58. Beak> – >>

(lire la critique)
 
 
 

Dead-Obies_Montreal-Sud

57. Dead Obies – Montréal $ud

(lire la critique)
 
 
 

gazelle

56. Gazelle Twin – Unflesh

 
 
 
 

Moses Baxter

55. Moses Baxter – Sound Of The Real

(lire la critique)
 
 
 

1-Yeezus_304x304

54. Kanye West – Yeezus

(lire la critique)
 
 
 

homepage_large.cdf989af

53. Destroyer – Kaputt

 
 
 
 

D'Angelo And The Vanguard - Black Messiah

52. D’Angelo And The Vanguard – Black Messiah

(lire la critique)
 
 
 

106278

51. Arcade Fire – Reflektor

(lire la critique)
 
 
 

homepage_large.e914e687

50. Kurt Vile – Smoke Ring For My Halo

(lire la critique)
 
 
 

Ben_Howard_–_I_Forget_Where_We_Were

49. Ben Howard – I Forget Where We Were

 
 
 
 

slaughterhouse

48. Ty Segall Band – Slaughterhouse

(lire la critique)
 
 
 

FINAL MASTER SYRO DIGIPAK.indd

47. Aphex Twin – Syro

(lire la critique)
 
 
 

220px-Tame_Impala_Lonerism_Cover

46. Tame Impala – Lonerism

(lire la critique)
 
 
 

20140525_228931

45. Clipping. – CLPPNG

(lire la critique)
 
 
 

Jean Leloup - À paradis city

44. Jean Leloup – À paradis city

(lire la critique)
 
 
 

lisa-leblanc

43. Lisa LeBlanc – Lisa LeBlanc

(lire la critique)
 
 
 

scout-niblett-it-up-to-emma

42. Scout Niblett – It’s Up To Emma

(lire la critique)
 
 
 

arewethere.lpout

41. Sharon Van Etten – Are We There

(lire la critique)