Coco Méliès Archives - Le Canal Auditif

La programmation extérieure du Festival International de Jazz de Montréal 2017

Le FIJM se déroulera du 28 juin au 8 juillet prochain. La programmation des spectacles en salle était déjà très intéressante en soi. Est-ce que le plaisir serait tout aussi présent sur les scènes extérieures disséminées dans le quartier des spectacles? Il semblerait bien que oui!

Des gros noms pour des grosses scènes

La plus grosse prise du FIJM était celle d’Anderson .Paak & The Free Nationals qui animeront la place des festivals pour la clôture de l’événement. L’immense succès de son album Malibu paru l’an dernier ne se dément pas. On peut s’attendre à un spectacle haut en couleur, car .Paak en plus de faire de la bonne musique est un excellent showman. Une autre grosse prise du FIJM est le groupe Walk Off The Earth fameux pour ses reprises non orthodoxes dont celle de Somebody That I Used to Know de Gotye. Feront-ils une reprise de Château de sable de Paul Piché en jouant sur les luminaires de la place des festivals? Ou encore une reprise du Nouveau Vocabulaire d’Antoine Corriveau avec les balançoires musicales? Mystère et boule de gomme.

Le Festival nous propose aussi un événement monstre qui réunit Men Without Hats, Carly Rae Jepsen, Radio Radio, Alex MacMahon, Champion et Yann Perreau. Les festivaliers seront invités à venir danser sur de la musique canadienne. Une tonne de musiciens seront sur scène et ce sera assurément la façon la moins ennuyante de fêter la confédération canadienne. Ce sera l’opportunité idéale pour se shaker la feuille d’érable.

De bons produits locaux bios

Dès le 28 juin, Pierre Kwenders fera danser les festivaliers. Il ne sera pas seul, oh que non! Valaire habitera la grande scène le 30 juin et s’ils sont fidèles à leurs habitudes, ça va se faire aller sur la Place des festivals. The Brooks sera aussi de la partie avec un spectacle qui mélange leurs compositions à celle du défunt Prince. Finalement, c’est Nomadic Massive qui va fermer la marche en fin de festival.

C’est tout? Absolument pas. Le duo Coco Méliès présentera les pièces de son plus récent album intitulé The Riddle, alors que Face-T et son reggae accompagneront les chaleurs de juillet. Betty Bonifassi jouera les chansons du projet Lomax qui valent absolument le détour! On y verra aussi Guy Bélanger, Coyote Bill et le groupe Topium.

Côté jazz, Jack Broadbent qui possède un grand capital de sympathie dans la belle province. Il sera sur la scène Bell les 5 et 6 juillet. Ne manquez pas non plus les Royal Pickles qui donneront de nombreux spectacles gratuits tout au long du Festival. Ça vaut le détour.

Ces spectacles complètent une programmation en salle déjà bien intéressante pour le Festival International de Jazz de Montréal. Il y aura bien du plaisir à avoir dans le quartier des spectacles en juillet!

http://www.montrealjazzfest.com

Critique : Coco Méliès – The Riddle

The Riddle est le deuxième album de la formation Coco Méliès. Le précédent opus, Lighthouse avait ravi bien des mélomanes. Il faut dire qu’en faisant appel à Robbie Kuster (Patrick Watson) à la réalisation, François Lafontaine (Karkwa, Marie-Pierre Arthur) et Mathieu Pontbriand (Pawa Up First), le duo se dotait d’une équipe d’étoiles pour les soutenir dans leur démarche. Bien des choses ont changé pour le couple depuis la sortie du dernier opus. En 2016, ils ont signé avec la maison de disque Audiogram et The Riddle est un album attendu par ceux qui ont été charmés par le premier opus.

Francesca Como et David Méliès nous offrent un deuxième album à l’image du premier. Ce sont des chansons d’indie-pop qui font penser à Of Monster and Men, The Lumineers et dans leurs moments plus éclatés, Andrew Bird. The Riddle est un album bien réalisé qui offre de la pop bien exécutée, mais qui manque un brin d’originalité. Certes, Francesca Como possède une très belle voix, mais les compositions ne se démarquent pas de ce qui se fait à la radio depuis dix ans. De plus, l’absence des cordes du précédent album n’aide pas la cause des pièces.

Il y a quand même quelques bons coups sur The Riddle. La nuancée et mélodieuse Yellow Bird, fait dans la simplicité. Ça rappelle un peu Joni Mitchell avec une verve moins engagée. Wasted Years où les voix de Méliès et Como se mélangent en toute simplicité est l’un des beaux moments de ce deuxième album. Même le refrain qui est fédérateur est porté par Como qui nous l’envoie en utilisant ce qui tapisse le plus profond de ses tripes.

L’orchestration de Letter nous offre aussi de bons moments bien que la pièce nous envoie les terribles « Oh oh oh oh oh » à la Lumineers. C’est un peu ce qui fatigue à l’écoute de The Riddle. Les compositions sentent un peu le réchauffé. Ça peine à se démarquer parmi un courant musical qui est essoufflé et qui a fait le tour du jardin. Scarce Parade a beau mettre de l’avant la magnifique et fragile voix de Como, la mélodie est remplie de lieux communs. Oh Brother qui ouvre The Riddle est un autre exemple de chanson qui manque de panache.

The Riddle est un album qui laisse mi-figue, mi-raisin. D’un côté David Méliès et Francesca Como sont très talentueux, mais de l’autre, ça manque d’audace dans les compositions. C’est le genre d’album qui coule tout seul, mais qui ne réussit pas à accrocher efficacement l’oreille.

Ma note: 6/10

Coco Méliès
The Riddle
Audiogram
46 minutes

http://www.coco-melies.com/