Circuit des Yeux Archives - Le Canal Auditif

Critique : Circuit Des Yeux – Reaching for Indigo

Haley Fohr, alias Circuit des Yeux, vient de passer par quelques années qui l’ont vu se transformer de bord en bord, et le processus a été fascinant à observer et à écouter. Après des débuts, seule avec sa guitare à 12 cordes et ses pédales d’effets, l’artiste de l’Indiana s’est établie à Chicago et s’est peu à peu entourée d’autres musiciens, notamment des membres du groupe Bitchin’ Bajas, pour sortir de son isolement artistique.

L’album In Plain Speech en 2015 a été un genre de révélation, pour les auditeurs, mais aussi pour Fohr elle-même; on l’entendait carrément se métamorphoser au fil de l’album. Comme si elle avait découvert une façon d’étendre ses expérimentations vers les autres, d’établir une connexion, de perdre un peu le contrôle de ses propres compositions, et du coup bâtir de gargantuesques pièces de folk expérimental.

Reaching for Indigo est donc le premier album de Circuit des Yeux depuis que Fohr a trouvé cette assurance et cette pleine possession de ses moyens. Il y a eu un court album sous le pseudonyme de Jamie Lynn en 2016, qui était à la fois modeste et ambitieux : composé et enregistré en vitesse, mais dans le but avoué d’en faire une curiosité de parcours dont on parlerait plus tard dans sa carrière. Une fois cette distraction passée, Fohr a préparé Reaching for Indigo d’une façon beaucoup plus sérieuse, pour en faire un moment marquant de l’œuvre de Circuit des Yeux. Mission accomplie.

La voix d’alto de Fohr, déjà frappante sur les albums précédents, passe par toutes sortes de dynamiques et d’intensité sur cette nouvelle offrande. Cette voix est le cœur de ce qui est présenté ici, et tout ce qui accompagne cette voix semble lui obéir au doigt et à l’œil. L’instrumentation lui colle et l’agrémente obséquieusement, puis s’emballe quand la voix la mène naturellement à s’emballer.

L’ordre des pièces est peu orthodoxe, avec des morceaux longs et grandioses dans les 20 premières minutes et d’autres, plus courts et superficiels, regroupés en fin d’album. Mais l’intensité qui est bâtie raconte une histoire, brosse un portrait d’un esprit musical singulier. L’exemple le plus dense de la diversité musicale et dynamique de l’album est la pièce Paper Bag, combinant d’abord un synthé en mode « arpeggiator » à des échantillons de la voix de Fohr, puis passant soudainement à un riff folk en triolets bien rythmés, et des mélodies vocales couvrant plus de terrain que Fohr n’en a jamais couvert.

On sent une grande douleur dans l’œuvre de Fohr, un profond inconfort avec les codes sociaux et la confusion qu’ils peuvent créer en elle, mais ce qu’on sent plus que tout sur Reaching for Indigo, c’est l’euphorie d’avoir trouvé une façon bien à elle d’exprimer cette douleur, d’avoir créé un petit univers où elle règne comme une reine.

Ma note: 8/10

Circuit des Yeux
Reaching for Indigo
Drag City
35 minutes

Site Web

Les 3 étoiles du 4 août 2017

Dan Mangan – WHISTLEBLOWER

Dan Mangan revient avec une chanson aussi douce que poignante. Mangan a mis en mot son impression de la colère qui prend trop de place dans nos vies. Le vidéo en lui-même est marquant passant de la colère à la douleur, en simplicité, presque avec manque de pudeur. De la même façon, Mangan est seul à la guitare avec ses cordes vocales. C’est intime et tout à fait réussi. La chanson est accompagnée de ce texte :

Seems there is a lot of anger in the world. Anger can be important. Anger can topple tyrants. Anger can be a catalyst to growth. But if it becomes the default lens through which the world is seen, it can blind us from the redemption or beauty that can be found in this absurdity of errors. This video does not intend to incite anger, but it does rally to work through it and find the other side of it. To find resolution, forgiveness, and peace.


 

The World is a Beautiful Place and I am No Longer Afraid to Die – Dillon & Her Son

Le dernier album de la formation date de 2015 avec le très appréciable Harmlessness. Voici que la bande annonce son successeur avec Always Foreign qui paraîtra le 29 septembre prochain. La première chanson surprend par son attaque très rock et sa distorsion chaude présente tout au long. C’est toujours mélancolique, mais moins que par le passé. Est-ce que le groupe s’aventurerait dans des contrées sonores nouvelles sur cet album? Ça pique tout de même la curiosité.

Circuit des Yeux – Paper Bag

Hayley Fohr rejoint la maison de disque Drag City pour la sortie de ce nouvel album. La femme à la voix unique et particulière annonce du même coup la sortie de Reaching for Indigo! le 20 octobre prochain. Elle nous envoie l’intéressante Paper Bag comme avant-goût. Son folk est étrange et sur ce simple, elle en met plein la vue, passant de sonorités de claviers à un riff de guitare acoustique mélodieux, quoiqu’atypique.