brown Archives - Le Canal Auditif

Les EP à LP du mois de juin 2017

Fuudge – Man!

Après un premier EP réussi, la formation Fuudge revient à la charge avec Man! Ce deuxième mini-album garde un peu de grunge du groupe, mais continue de faire du rock mélodieux qui rentre au poste. Le groupe nous offre aussi quelques chansons un peu plus atmosphériques comme Caller un magicien qui flotte dans la stratosphère avant de nous frapper d’un gros riff de guitare. Satan pour sa part nous donne une bonne dose de lourdeur efficace.
 
 

Louis-Philippe Gingras – La rangée des popsicles

Après son troisième rangée réussi, Louis-Philippe Gingras nous livre une couple de chansons assez plaisantes pour les oreilles dont la mélancolique et douce Sutton. Gingras nous chante aussi Rouyn-Noranda et sa folie quotidienne. Son folk rock se fait aussi efficace sur la Calvette du Saint Graal qui rappelle la grande tradition de la chanson américaine. C’est quelques chansons de plus qui s’ajoutent à son répertoire déjà bien plaisant pour les tympans.
 
 

Brown – Popluv

Le trio familial Brown est de retour avec un EP. On alterne sur Popluv entre le plus traditionnel sur Should I’ve Been There et une production hyper contemporaine sur What About You. Si vous avez déjà aimé le premier album, vous risquez d’avoir autant de plaisir à écouter cet EP qui recèle des chansons qui explorent un peu plus loin dans les différents recoins du hip-hop et des styles connexes.
 
 
 

Bernice – Puff

Tu veux de la bonne pop alternative qui mélange un ensemble de genre du dance au R&B? Bernice est là pour toi. Dès les premières notes de St Lucia, on est happé par la voix magnifique de Robin Dann. La bande de Toronto regroupe des collaborateurs d’Owen Pallett, Bahamas et Diana. Leurs chansons sont à la fois veloutées et poignantes. Et c’est résolument l’un des groupes les plus sous-estimés en ce moment sur la scène canadienne.


 

>Loud – New Phone

Pendant que son collègue Lary Kidd lançait son premier album Contrôle, Loud préparait une sortie de son bord aussi avec New Phone. Avec des chansons aussi veloutées que 56K, le jeune homme propose des textes efficaces et bien construits avec des débits intéressants. Loud a une facilité à créer des mélodies accrocheuses dans ses rimes et Le Pont de la rivière Kwaï, une histoire de rupture approchée avec un angle bien intéressant qui donne tout le sens au titre.

Pages : 1 2

Brown – Brown

BrownBrown, c’est un projet de hip-hop pas mal intéressant. C’est un projet intergénérationnel. Robin Kerr (Uprising) avec ses deux fils Greg «Snail Kid» Beaudin-Kerr (Dead Obies) et David «Jam» Beaudin-Kerr (K6A) nous livre un hip-hop métissé qui fait le lien entre des sonorités contemporaines et la vieille école. Bref, il y a des familles qui vont en ski ensemble, les Beaudin-Kerr font des albums de rap qui parlent de l’identité du métis en 2016 au Québec.

Le premier effort du trio est pas mal du tout. C’est assez fluide. Ce n’est pas du hip-hop enlevant à la décharge énergique constante, mais plutôt dans une atmosphère «chill» rappelant les fumées de tabac qui fait rire dans laquelle on baigne. C’est relaxe, parfois un tantinet trop, mais tout de même très efficace.

Dans les meilleurs coups du trio, l’intoxicante Brown Baby avec son refrain: «Ton baby va être brun» répété ad vitam aeternam. C’est d’un bout à l’autre accrocheur, efficace, inventif, une des meilleures chansons à être paru depuis le début de l’année. La texturé Lonely fait aussi bonne figure avec sa batterie organique, ses échantillonnages pertinents et ses effets vocaux bien choisis. Le père se fait présent partout, mais prend l’avant-scène sur la guantanamera-esque Lady. Les frères nous parlent aussi de la complexité d’être entre deux couleurs, d’être un homme sans attaches sur Complexe. On y découvre aussi le terme «nwigga» que le duo fraternel utilise tout au long de Brown. Le chant reggae du paternel est la cerise sur le sundae.

Là où l’album prend un virage plus «downtempo», à partir de Nwiggas, l’ensemble semble s’essouffler. Peut-être un enchaînement trop posé qui ne sert pas les pièces. Elles ne sont pas mauvaises lorsque prises individuellement, mais dans l’enchaînement, ça tue un peu le rythme que Brown avait réussi à installer.

C’est tout de même un album de hip-hop très intéressant que nous envoie le trio familial. De plus, ça soulève une thématique peu ou pas exprimée au Québec, celle de l’identité métisse. Brown est un projet qui vaut votre attention.

Ma note: 7/10

Brown
Brown
Disques 7e Ciel
48 minutes

www.facebook.com/chocolatvanilla/