Breanna Barbara Archives - Le Canal Auditif

Breanna Barbara – Mirage Dreams

breanna barbaraFlashback. Nous voici dans un bar miteux de St. Augustine, en Floride, au milieu de la première décennie des années 2000.

Devant un public que l’on imagine peu attentif, Breanna Barbara fait ses débuts sur scène. Nerveuse, guitare à la main, la brunette aux yeux verts originaire du Minnesota, en apparence si douce, balance avec énergie ses compositions au public… indifférent. Tout au plus, elle reçoit quelques applaudissements à la fin de son set de 20 minutes. Rien de joyeux, tout pour déchanter. Pour abandonner.

Mais non, la songwriter persévère. Elle fait un deuxième spectacle quelques jours plus tard. Puis, un troisième. Elle devient plus aguerrie au fil des prestations. Et elle adore ce moment où les yeux des spectateurs se tournent vers elle. Elle enchaîne les shows dans les bars et les salles de spectacles floridiens. Mais déjà, ce n’est plus assez; la scène, elle en veut davantage. Elle prend donc le chemin de New York, où elle s’inscrit dans une école de théâtre. Les planches, le public : oui, c’est bien pour elle.

Six ans passent. Nous voici dans l’appartement de miss Barbara, à Brooklyn, au milieu de la deuxième décennie des années 2000.

La musique, qu’elle avait mise de côté, l’appelle plus que jamais. Il y a urgence. C’est sa passion. C’est sa vie. Elle le sait. Elle doit essayer à nouveau.

Elle ressort donc les feuilles froissées sur lesquelles elle avait griffonné des bouts de textes, quelques années plus tôt, alors qu’elle était payée plus souvent en bouteille de bière qu’en argent comptant.

Elle enregistre sur son téléphone une douzaine de compositions voix-guitare et balance le tout sur Bandcamp. Le public embarque. Un «buzz» se créé autour d’elle. L’industrie locale la remarque. Elle saisit sa chance et envoie une démo au réalisateur Andrija Tokic, le gars derrière le succès du groupe Alabama Shakes. Coup de foudre.

S’en suit un enregistrement express à Nashville, en compagnie de musiciens expérimentés: Ben Trimble aux claviers (Fly Golden Eagle), Jem Cohen à la voix arrière (The Ettes), Matt Menold à la guitare et à l’orgue, Charles Garmendia à la batterie et Eduardo DuQuesne à la basse (Clear Plastic Masks).

Et nous voici en juillet 2016. Mirage Dreams, «premier disque officiel» de Breanna Barbara voit finalement le jour.

La musicalité entendue sur cet album – le blues, le southern rock, le soul rock, l’americana – colle parfaitement aux textes hargneux et urbains de Breanna Barbara, et à sa voix puissante, claire et sans retenue (pensez à PJ Harvey). Les guitares sont criardes, stridentes, la batterie force le tempo à quelques reprises, le mur du son est enrichi par une couche bien juteuse d’orgue tout droit sorti des années 1960-1970. Seul bémol: au fil des écoutes, on perçoit une certaine redondance dans la construction des chansons. Mais on passe rapidement par-dessus ce petit irritant.

Breanna Barbara vaut toute l’attention dirigée vers elle présentement. Son premier opus est à écouter entre amis, par une chaude soirée d’été, un verre de boisson alcoolisée à la main. Il n’y aura pas de regret possible.

Ma note: 8/10

Breanna Barbara
Mirage Dreams
No Roads Records
49 minutes

https://www.facebook.com/breannabarbaramusic/