Bonobo Archives - Le Canal Auditif

Les 50 meilleurs albums de 2017… à date…

Voici donc ce moment si plaisant de l’année où on vous fait un inventaire des sorties remarquées. Parmi celles-ci, on retrouve que des albums ayant obtenu la note de 8 ou plus. Rien de moins! On vous offre la crème de la crème sur un plateau. Pour vous faciliter la tâche, nous avons regroupé les albums par genre tout en faisant une catégorie spéciale pour nos bons produits locaux, qu’ils soient anglophones ou francophones. Bonne écoute.
 
 

From Québec with love

Peter Peter – Noir éden
Colin Stetson – All This I Do For Glory
Philippe B – La grande nuit vidéo
Kid Koala – Music To Draw To : Satellite
Tim Darcy – Saturday Night
Leif Vollebekk – Twin Solitudes
Mat Vezio – Avant la mort des fleurs cueillies
Samuele – Les filles sages vont au paradis, les autres vont où elles veulent
TOPS – Sugar at the Gate

Hip-Hop / R&B

Run The Jewels – Run The Jewels 3
Loyle Carner – Yesterday’s Gone
Sampha – Process
Thundercat – Drunk
Kendrick Lamar – Damn.
Vince Staples – The Big Fish Theory
Lomepal – Flip
Ho99o9 – United States of Horror
Jay-Z – 4:44

Folk

Mount Eerie – A Crow Looked At Me
Fleet Foxes – Crack-Up

Rock

Nine Inch Nails – The Fragile : Deviations I
Polaroid3 – Rivers
Slowdive – Slowdive
Oxbow – Thin Black Duke
Flotation Toy Warning – The Machine That Made Us
The XX – I See You
Ty Segall – Ty Segall
Foxygen – Hang
The Sadies – Northern Passages
Dirty Projectors – Dirty Projectors
Vagabon – Infinite Worlds
Future Islands – The Far Field
Feist – Pleasure
King Gizzard & The Lizard Wizard – Flying Microtonal Banana

POP

Lorde – Melodrama

Punk/Hardcore

Meat Wave – The Incessant
Pissed Jeans – Why Love Now
USA Nails – Shame Spiral
Priests – Nothing Feels Natural

Métal / Post-Rock

Grails – Chalice Hymnal
Pallbearer – Heartless
King Woman – Created in the Image of Suffering

Électronique / expérimental

Clark – Death Peak
Arca – Arca
Xiu Xiu – Forget
Pharmakon – Contact
Tigran Hamasyan – An Ancien Observer
Jlin – Black Origami
Bonobo – Migrations
Com Truise – Iterations

Bonne deuxième moitiée (déjà entamée) de 2017 les mélomanes!

Critique : Bonobo – Migrations

Migration, c’est un peu un appel à l’embarquement. C’est un envol vers un endroit qui peut être inavoué, pour certains. Pour d’autres, on veut simplement s’enfuir de toute l’énergie négative qu’habitent nos têtes cadencées par la monotonie de la routine quotidienne. L’Anglais Simon Green (alias Bonobo), nous offre cette possibilité de s’émanciper. Histoire de nous donner un peu de sérénité dans nos cœurs en ces temps plutôt gris.

Pour ce sixième opus, Bonobo s’inscrit dans la lignée d’artistes électroniques les plus prometteurs. Sans nécessairement se renouveler, le DJ britannique rafistole son style. Le peaufine. Le réarrange. L’organise. Pour nous surprendre encore plus. La pièce titre, ouvrant le disque, s’allonge et guide notre chemin à travers ces notes de pianos vaporeuses et ces arrangements rythmiques bien exécutés. Pendant près de six minutes, la chanson s’étend et nous fait prendre conscience du temps qui passe. C’est ce qui est assez impressionnant avec Bonobo. Tout au long de son œuvre, l’artiste y fait un éloge bien précis. Celui de la lenteur. La trotteuse avance… même qu’elle ne s’arrête jamais. Et c’est parfait.

On remarquera la présence de plusieurs grands noms de la scène alternative sur l’album. On parle du duo canadien Rhye qui nous roucoule des mots avec douceur sur Break Apart. Quoiqu’elle soit bien lancinante, cette pièce nous donne quelques airs nostalgiques planants et sublimes. Sans oublier la brillante No Reason où l’Australien Nick Murphy (anciennement Chet Faker) chante sur une mélodie pop bien dynamique. Notons aussi Nicole Miglis, meneuse du groupe américain Hundred Waters, qui chante avec brio sur Surface, titre mélancolique qui colle extrêmement bien aux sonorités électroniques.

Nous avons même eu droit à de la musique traditionnelle comme sur Bambro Koyo Ganda. C’est en s’associant avec la formation marocaine Innov Gnawa que Bonobo excelle sur cette piste impressionnante. On y retrouve synthétiseurs, arrangements électro/house et chants issus de la musique gnaoua (qui vient directement des contrées du Maroc). Tout s’harmonise et l’on y comprend assez rapidement l’essence même du disque. Vous voyez, Migration, c’est surtout cette idée de déplacement de culture. Cette importance d’illustrer un portrait de l’ensemble de ces traditions à travers des mélodies qui se mélangent et qui fondent ensemble. Sur un fond de tolérance. Ce qui est très bien illustré sur ce disque, si vous voulez mon avis.

Dans cette aventure, Bonobo se lance seul à d’autres moments. Grains, Second Sun, Ontario ou Kerala sont des titres qui nous prouvent encore une fois l’immense talent de l’artiste. Que ce soit par des sections de cuivres ou par quelques notes pincées à la harpe, le Britannique nous livre un disque gigantesque. Il frappe fort avec un projet qui se veut touchant, rêveur et actuel. Encore une fois, l’Angleterre brille de mille feux et elle nous la rend si bien.

Ma note: 8/10

Bonobo
Migration
Ninja Tune
60 minutes

http://bonobomusic.com/

10 albums à surveiller en janvier 2017

L’année 2017 commence en force. On est surpris par la quantité d’albums attendus qui verront le jour lors du premier mois de l’année. Voici quelques galettes à ne pas manquer dans les prochaines semaines.

Bonobo – Migration (13 janvier)

Le producteur anglais Bonobo nous a habitué à des compositions de qualités et les premiers extraits de Migration indiquent un autre bon album. La somptueuse et veloutée Break Apart sur laquelle chante Rhye fait le pont entre les créations éclectiques du compositeur et une bonne mélodie intoxicante.


 
 

Run The Jewels – Run The Jewels 3 (13 janvier)

Killer Mike et El-P devaient lancer leur nouvel album le 13 janvier. Le duo a décidé qu’après une année 2016 un peu folle, il était peut-être le temps de faire plaisir à ses fans le 24 décembre. RTJ 3 est disponible en téléchargement gratuit sur le site du groupe ou encore l’achat est possible sur les différentes plateformes. En attendant notre critique, gâtez-vous.


 
 

Avec le soleil sortant de sa bouche – Pas pire pop, I Love You So Much (20 janvier)

Avec le soleil sortant de sa bouche nous avait convaincu avec son pas pire Zubberdust! en 2014. La formation s’apprête à lancer son deuxième album toujours chez Constellation Records. Leurs compositions psychédéliques et exubérantes possèdent une bonne dose de groove. Leur premier extrait nous promet de nouveaux rythmes aussi surprenants qu’efficaces.


 
 

Foxygen – Hang (20 janvier)

Sam France et Jonathan Rado reviennent avec un album au concept assez impressionnant. Pour l’enregistrement de Hang, ils se sont payé un orchestre de 40 musiciens, le duo The Lemon Twigs pour la section rythmique et même Steven Drozd (The Flaming Lips) sur certaines chansons. Follow The Leader, leur premier extrait, est déjà assez prometteur merci!


 
 

Heat – Overnight 20 janvier)

On attend le premier album de la formation Heat depuis un bon bout de temps. On avait déjà été convaincu par l’EP Rooms paru en 2015 et par les prestations du groupe. Voici qu’Overnight verra le jour en tout début d’année. Le rock fédérateur et mélodique du trio fera quelques conquêtes assurées parmi les mélomanes.

Pages : 1 2

Les 3 étoiles : semaine 123

BONOBO – BREAK APART (FEAT. RHYE)

On sait depuis quelques semaines que Bonobo lancera son nouvel album, Migrations, le 13 janvier prochain. Cette semaine, il nous partage un deuxième extrait : Break Apart. La succulente chanson est une collaboration avec Rhye qui possède la voix parfaite pour les compositions du musicien anglais. Ce sera assurément une sortie qu’on aura à l’œil en janvier.


 
 

MÉLANIE VENDITTI – POMPÉI

Mélanie Venditti a accompagné de nombreux artistes sur scène dont Klô Pelgag, Bernhari, Philippe Brach et bien plus. Elle manie la guitare autant que l’alto et sur Pompéi, elle nous présente ce qui nous attend sur son premier EP à paraître en mars 2017. Pompéi est une chanson qui prend des détours de compositions intéressants et qui possède une mélodie efficace. Ça augure très bien pour le mini-album.


 
 

JULIE & THE WRONG GUYS – HOMELESS

Julie Doiron a un nouveau projet avec Mike Peters et Jaye Schwarzer, tous les deux de Cancer Bats. Le trio ne fait pas dans la dentelle; on y trouve un punk bruyant et sauvage. Homeless est prise d’un 7 » qui annonce les couleurs musicales de la formation. Notre curiosité est piquée et nous les retrouverons avec plaisir en 2017 pour un album complet.