badbadnotgood Archives - Le Canal Auditif

La longue liste du prix Polaris 2017

Voilà, c’est fait, on sait maintenant qui sont en nominations dans la longue liste du prix Polaris. On dénote qu’on retrouve 7 albums francophones en nomination : Alaclair Ensemble, Philippe B, Chocolat, Antoine Corriveau, Le Couleur, Klô Plegag et Peter Peter. S’ajoutent à cela d’autres Québécois qui chantent dans la langue de Shakespeare : Leif Vollebekk, feu Leonard Cohen, Geoffroy et Lisa Leblanc (qui habite à Montréal depuis quelques années même si elle est acadienne). Et finalement, Marie Davidson qui trempe dans les deux langues, mais fait surtout de la musique instrumentale électronique très intéressante.

Pour la suite des choses, le 13 juillet prochain sera annoncée la courte liste. Puis, le 18 septembre prochain aura lieu le gala à Toronto. Voici la liste complète des sélectionnées :

A Tribe Called Red – We Are The Halluci Nation
Alaclair Ensemble – Les Frères Cueilleurs
Anciients – Voice of the Void
Arkells – Morning Report
Philippe B – La grande nuit vidéo
BADBADNOTGOOD – IV
Louise Burns – Young Mopes
Chocolat – Rencontrer Looloo
Clairmont The Second – Quest For Milk and Honey
Leonard Cohen – You Want It Darker
Antoine Corriveau – Cette chose qui cognait au creux de sa poitrine sans vouloir s’arrêter
Le Couleur – P.O.P.
Marie Davidson – Adieux Au Dancefloor
Mac Demarco – This Old Dog
Gord Downie – Secret Path
Drake – More Life
Feist – Pleasure
Figure Walking – The Big Other
Fiver – Audible Songs From Rockwood
Geoffroy – Coastline
Hannah Georgas – For Evelyn
Japandroids – Near To The Wild Heart Of Life
Carly Rae Jepsen – E.MO.TION Side B
B.A. Johnston – Gremlins III
Lisa LeBlanc – Why You Wanna Leave, Runaway Queen?
The New Pornographers – Whiteout Conditions
Klô Pelgag – L’Étoile thoracique
Peter Peter – Noir Éden
Lido Pimienta – La Papessa
Jessie Reyez – Kiddo
Daniel Romano – Modern Pressure
The Sadies – Northern Passages
John K. Samson – Winter Wheat
Tanya Tagaq – Retribution
The Tragically Hip – Man Machine Poem
TUNS – TUNS
Leif Vollebekk – Twin Solitude
Weaves – Weaves
The Weeknd – Starboy
Charlotte Day Wilson – CDW

http://polarismusicprize.ca/fr/

Les 3 étoiles du 17 mars 2017

Frank Ocean – Chanel

Du nouveau Frank Ocean? Déjà? Oui, la figure de proue du R&B contemporain lançait au début de la semaine une nouvelle chanson intitulée Chanel. C’est un titre totalement mélodieux, avec un refrain intoxicant et une trame minimaliste complètement réussie. Frank Ocean est au top de sa « game » et son débit vocal est par moment rapide se rapprochant du rap. C’est à tous points délicieux pour les oreilles.


 

Badbadnotgood ft. Kaytranada & Snoop Dogg – Lavender (Nightfall Remix)

Snoop Dogg a passé par bien des incarnations, mais il semble que Compton ait resurgi de ses veines avec l’accession de Donald Trump à la présidence. Voici le remix le plus réussi de l’année. On ne se le cachera pas, il faudra tout un tour de force pour le déloger du sommet. Lavender est une pièce qui apparaît sur l’album IV de Badbadnotgood. Cependant, ce nouveau remix et tout frais, tout chaud. Et quand même Snoop Dogg nous parle de politique… on le sait que ça ne va pas bien.

Fishbach – Un autre que moi

On vous avait déjà parlé de son EP homonyme en novembre 2015. Fishbach a toute une voix, une démarche artistique aussi intéressante qu’intelligente et voici qu’elle nous présente deux nouvelles chansons, dont l’intoxicante Un autre que moi. Lors d’un récent passage au Grand Journal, la jeune femme a présenté ses chansons avec aplomb et droiture. Vous pourrez même trouver une intéressante entrevue qui est ponctuée par deux hommes qui font encore des remarques machistes… misère. On est encore là aujourd’hui? En tout cas, sa prestation, elle, n’a absolument rien de frustrant.

Badbadnotgood – IV

badbadnotgoodLa formation torontoise composée de Matthew Tavares, Chester Hansen, Leland Whitty et Alexander Sowinski fait un retour sur album après avoir fait paraître la prisée collaboration avec Ghostface Killah l’an dernier. De plus, Whitty s’est ajouté officiellement à la formation en janvier dernier. Cette fois-ci, quelle direction empruntera le combo jazz qui flirte constamment avec le hip-hop?

Eh bien, c’est entre le jazz qui prévalait sur III, le hip-hop de Sour Soul et l’électro qu’on retrouve la formation. Particulièrement à travers les sons de claviers, un petit penchant se dessine et l’on fait parfois même appel à une boîte à rythmes et à un séquenceur sur And That, Too, pièce qui entame IV.

Les collaborations jouent pour beaucoup sur l’album et le groupe se plie à l’approche des musiciens qui se joignent à eux sans toutefois s’oublier. Time Moves Slow, sur laquelle le chanteur Sam Herring prête sa voix possède une belle touche «motown». Le résultat est plus que réussi. On peut en dire tout autant de Charlotte Day Wilson qui apparaît sur la pop In Your Eyes. Hyssop Of Love fait appel au rappeur Mick Jenkins qui y va d’une prose légèrement psychédélique qui n’est pas sans rappeler ce que l’on retrouve sur 99.9 % de Kaytranada. Ce dernier vient aussi prêter main-forte à la formation sur Lavender avec ses sonorités uniques. L’alliance entre la formation torontoise et le Québécois semble organique et facile.

Le saxophoniste Colin Stetson prête ses hallucinants poumons sur la tripative Confessions Pt.II. Badbadnotgood revient aussi à un genre très jazzé pour la pièce IV; morceau qui progresse à vive allure. L’addition de Leland Whitty au saxophone se fait particulièrement présente et appréciable. Speaking Gently est bien réussie avec ses sonorités de claviers aiguës.

Badbadnotgood offre un disque bien intéressant qui sait encore une fois rendre le jazz accessible à un public moins niché. Le commun des mortels peut facilement prendre son pied et avoir du plaisir avec les Torontois grâce à leur sens de la mélodie et la polyvalence de leur approche. Il n’y a pas deux pièces pareilles sur IV, chacune possédant une belle couleur et une touche unique.

Ma note: 8/10

Badbadnotgood
IV
Innovative Leisure
51 minutes

http://badbadnotgood.com/


 

Badbadnotgood & Ghostface Killah – Sour Soul

Badbadnotgood & Ghostface KillahUn peu plus tôt cette année est parue l’album Sour Soul, une collaboration entre Ghostface Killah (Wu-Tang Clan) et le trio jazz torontois Badbadnotgood. Ces derniers affectionnent particulièrement le hip-hop et ils n’en sont pas à leurs premières collaborations. Cependant, c’est la première fois qu’ils proposent un album complet avec un artiste de rap. Sour Soul se retrouve aussi sur la courte liste du prix Polaris pour 2015.

Parmi les rappeurs issus du Wu-Tang Clan, c’est Ghostface Killah qui est le plus habile à peindre des tableaux clairs et précis avec ses mots. Sur Sour Soul, il en fait une fois de plus la preuve sans toutefois sortir de ses habitudes. Compte tenu de ses habiletés, c’est relativement conservateur. Ce n’est pas mauvais, mais on ne ressort pas de l’écoute avec un sentiment de surprise. Du côté de la production, Badbadnotgood démontre encore une fois ce qui fait leur charme, leur façon d’intégrer des éléments jazz dans leurs trames urbaines est extrêmement efficace.

On a droit à plusieurs pièces intéressantes sur Sour Soul, dont Gunshowers, une collaboration avec Elzhi. Du côté plus urbain, on compte aussi l’accrocheuse et très Wu-Tang Mind titrée Playing Tricks qui, avec son refrain, laisse derrière elle une mélodie qui flâne dans notre mémoire. On y trouve aussi une pièce qui tire des influences du rock et du soul sur laquelle MF Doom vient coucher quelques lignes: Ray Gun.

Dans le spectre plus jazz, l’instrumentale Stark’s Reality et la veloutée Tone’s Rap sont particulièrement efficace. Ghostface Killah est particulièrement efficace sur la deuxième alors qu’il ralentit son rythme vocal pour se coller à la cadence douce et groovy de BBNG. Finalement, on compte aussi sur une sympathique collaboration avec Danny Brown qui vient coucher quelques vers sur Six Degrees.

Dans son ensemble, Sour Soul est un bon album qui s’écoute facilement et qui compte sur une réalisation tout à fait délicieuse. C’est à classer dans la même catégorie que Surf du Social Experiment et avec les autres musiciens qui approchent le hip-hop d’une façon différente. Ghostface Killah est toujours solide vocalement bien qu’il ne sort pas de ses habitudes sur la galette. Un album bien intéressant qui vaut la peine pour celui qui affectionne le rap.

Ma note: 7/10

Sour Soul
Badbadnotgood & Ghostface Killah
Lex Records
33 minutes

http://badbadnotgood.com/

http://www.ghostfacekillah.com/