A$AP Rocky Archives - Le Canal Auditif

Critique : Lana Del Rey – Lust For Life

Chère Lana,

Bon, pour commencer, réglons l’éléphant dans la pièce.

Lust. For. Life.

What? J’ai bien lu et entendu? Lust For Life. Really? Si le rock était une race, tu te ferais solidement accuser d’appropriation culturelle, Lana. Est-ce que Rihanna va appeler son prochain disque Dark Side of The Moon? Iggy Pop devrait faire un dernier album et l’appeler Born to Die.

Au moins ton album mérite-t-il le titre que tu lui as donné? On va bien voir.

Love est le premier simple sorti de l’album et c’est également la première chanson. La première écoute il y a quelques mois m’avait laissé totalement indifférent et en la réécoutant elle me fait un peu le même feeling. Plate passation de flambeau des histoires d’amour compliquées aux générations futures, qui n’arrive pas du tout à m’accrocher ou me donner une émotion. Même chose pour la chanson-titre en duo avec The Weeknd. Vraiment pas ton meilleur simple. D’ailleurs, je me permets ici de te dire que les collaborations, que tu ne faisais jadis jamais sur tes propres albums, sont toutes décevantes ici. Summer Bummer aurait pu être bonne en raison de son beat trap intéressant. Mais A$AP Rocky vient tout gâcher avec son verse sur le fait qu’il veut juste te sauter, mais qu’il a quand même peur de s’attacher et de vouloir domper la « bitch » qu’il voit en ce moment. Bref, si tes fans trouvent ce genre de pseudo-rimes là trippantes, tant mieux pour eux. De mon côté, je trouve ça tellement endormant. EN PLUS, la chanson qui suit celle-là, Groupie Love, est un 2e duo avec Rocky encore plus faible, ou sa présence est davantage accessoire. Ugh.

Les choses ne s’arrangent guère avec le duo avec Stevie Nicks, tout droit sortie des boules à mites. Ça s’appelle Beautiful People, Beautiful Problems et ça parle de la misère des riches. Sans jokes. Pire, après ça tu fais un dernier duo avec Sean Lennon et tu es tellement en admiration, que tu le « namedrop » direct dans la chanson. Je sais que c’est méta et que c’est comme un Tweet inséré dans une chanson, mais bon. Quant à moi, le petit Lennon a pas mal plus besoin de toi que le contraire. Ton personnage est assez trippant pour laisser faire les autres.

D’ailleurs, c’est surtout lorsque tu es seule que les choses marchent pour le mieux. 13 Beaches est de loin ma chanson favorite sur ton disque et White Mustang est assez bien roulée aussi. On retrouve quelques perles dans le lot et le contraire aurait été très troublant, puisque tu restes quand même une des vedettes pop les plus intéressantes du moment, et de loin. Par contre, la passivité politique de When The World Was at War We Kept Dancing énerve un brin et le niveau de « cringe » de Coachella-Woodstock in my Mind (et ses références à Stairway to Heaven) donne un peu le frisson de la honte.

Faque non! Ce long patchwork inégal ne devrait pas porter le nom du meilleur album solo d’Iggy. Quant à ça, Honeymoon est ton Lust For Life à toi. Envoie-moi une copie d’avance de ton prochain disque avant de l’appeler OK Computer, ok?

MA NOTE: 5,5/10

Lana Del Rey
Lust For Life
Interscope
72 minutes

https://store.universalmusic.com/lanadelreyCA/

Critique : Tyler, The Creator – Scum Fuck Flower Boy

Tyler, The Creator a toujours été un personnage un peu controversé sur la scène rap américaine. Tout d’abord parce qu’il adore utiliser la vulgarité pour choquer son public. Cela lui a valu des accusations absurdes d’homophobie (alors que son meilleur ami est Frank Ocean) et d’être misogyne. Mais à trop jouer avec le feu, on finit par se brûler. Ses deux précédents albums se campaient dans la réalité de personnages qu’il construisait pour se distancier. Wolf mettait en scène une opposition avec un personnage pervers et malin, alors que Cherry Bomb était tombé dans un mélange de rap bruyant et d’apparitions de gros noms de la scène américaine.

Cependant, Scum Fuck Flower Boy fait ce que Tyler évitait depuis quelques années : plonger dans ses propres problèmes. Oui, son côté moqueur est toujours un peu présent, mais on sent que le jeune homme avait quelque chose à dire et qu’il voulait être entendu cette fois-ci. Il aborde sur SFFB des questions naturelles chez un jeune adulte : l’amour, le sentiment d’isolement, l’ennuie et les chars de luxes… après tout Tyler, The Creator a quand même un goût développé pour la chose. Et avec l’argent qu’il fait à l’âge qu’il a, il peut se permettre des joujoux un petit peu plus dispendieux que le commun des mortels.

«Shout out to the girls that I lead on
For occasional head and always keeping my bed warm
And trying their hardest to keep my head on straight
And keeping me up enough ’til I had thought I was airborne
How many raps can I write ’til I get me a chain?
How many chains can I wear ’til I’m considered a slave?
How many slaves can it be ’til Nat Turner arise?
How many riots can it be ’til them Black lives matter?
Niggas click clack splatter, pew, pew that nigga
Life a game of basketball, you better shoot that nigga »
– Foreward

Déjà sur Foreward qui ouvre SFFB, on se rend compte que Tyler, The Creator n’est pas là que pour avoir du plaisir. Il semble en avoir lourd sur le cœur et ne se défilera pas comme à son habitude. 911 /Mr. Lonely est un autre bel exemple sur lequel il se fait lover au maximum. On y retrouve aussi son meilleur ami Frank Ocean qui participe à deux pièces sur le nouvel album. Les deux hommes ont toujours eu une belle affinité dans la création et ça se poursuit ici. On retrouve Ocean aussi sur Where This Flower Blooms qui est une excellente pièce qui flirte avec le R&B d’avant-garde. Ça fonctionne et c’est une parfaite chanson d’été pour ta prochaine terrasse entre amis.

Un autre ami de Tyler Okonma vient faire un tour sur SFFB. A$AP Rocky participe à la puissante et aggressive Who Dat Boy? Les chansons un peu plus « dans ta face » de Tyler, The Creator sont particulièrement réussies. La mélodieuse et intoxicante I Ain’t Got Time! est aussi parfaitement réussie. Pour la petite histoire, Tyler l’aurait enregistré dans le studio de Kanye West entre deux enregistrements pour le magnat du rap. Suite à une petite improvisation, il s’est retrouvé avec une trame solide qui mélange les sonorités bizarres, les claquements de main et un refrain parfaitement accrocheur.

C’est un album résolument réussi pour Tyler, The Creator qui pond ici sans doute son album le plus achevé en carrière. Oui, Goblin et Wolf sont excellents, mais ici, il se surpasse. Une autre sortie hip-hop de qualité qui s’ajoute à celles déjà parues depuis le début de l’année. Les amoureux de rythmes et rimes sont gâtés en 2017!

Ma note: 8,5/10

Tyler The Creator
Scum Fuck Flower Boy
Odd Future / Columbia
47 minutes

http://www.oddfuture.com/

Les 3 étoiles du 4 mai 2017

Mehdi Cayenne – Rivière

Mehdi Cayenne est un énergique jeune homme. Il possède aussi un côté givré assez développé et le prouve une fois de plus avec le clip de Rivière. Il s’est transporté dans le métro new-yorkais pour faire quelques pitreries et quelques pas de danse. La réalisatrice Anisia Uzeyman a fait appel à la danseuse Naima Ramos-Chapman pour compléter le duo excentrique mis de l’avant pour Rivière. Une chanson rythmée qui possède maintenant un clip tout aussi groovy et beau.


 

Adam Strangler – Crossed

Adam Strangler avait fait paraître le solide Ideas of Order en 2016. Le groupe nous revient à la fin du mois avec un EP titré Key West. Si le reste de la galette ressemble au premier extrait Crossed, on peut affirmer 2 faits assurés :

1 — Ce sera mélodieux

2 — Ça va nous rappeler le meilleur du rock alternatif des années 90

A$AP MOB – Wrong

A$AP MOB lançait vendredi dernier un nouveau simple totalement intoxicant. Wrong nous rappelle ce qui nous avait fait tomber en amour avec la bande réunie autour d’A$AP Rocky. C’est mélodieux, groovy et entouré d’une aura enfumée et opaque. Plutôt que d’effleurer des sujets de manière superficielle et clichée, A$AP Ferg et A$AP Rocky parlent plutôt d’une erreur… quand est-ce qu’on entend un rappeur dire qu’il aurait dû faire un nœud dedans?

A$AP MOB – COZY TAPES VOL. 1 : FRIENDS

asap-mobLe dernier effort collectif d’A$AP date de 2012. Ils avaient alors fait paraître le mixtape, Lord Never Worries qui n’avait pas réussi à accoter le succès qu’A$AP Rocky reçoit en solo. En 2014, les rumeurs pointaient vers un nouvel album du collectif avant que le défunt A$AP Yams déclare que L.O.R.D. avait été envoyé dans les limbes en raison d’une nouvelle sortie de Rocky. Il faut dire qu’au sein de la formation, il est le centre et le noyau. Le seul autre à avoir une certaine reconnaissance est A$AP Ferg, l’une des figures de proue du Trap.

D’ailleurs, l’importance d’A$AP Rocky se fait sentir sur Cozy Tapes Vol.1 : Friends. On assiste à une démonstration de sa domination sur la bande. Cependant, on y retrouve aussi tous les côtés moins pertinents qui se sont effacés de sa musique en solo, les raccourcis faciles, les jurons trop présents et les images faibles. D’ailleurs Ferg, l’autre grosse pointure ne figure que sur une seule pièce. Par contre, on y retrouve beaucoup d’invités de marque.

Parmi les « friends » qui participent à la galette, il y a Wiz Khalifa et BJ The Chicago Kid sur Way Hii qui fait l’apologie de l’utilisation des substances qui ouvrent l’esprit par la force. Ça manque un peu d’originalité, mais A$AP Rocky démontre encore sa force narrative avec une ligne vocale nuancée et intelligemment tournée. Cependant, il se laisse souvent aller à la facilité, tout le contraire de la prose sur son dernier album, At. Long. Last. A$AP. L’autre invité de marque est Tyler, The Creator l’équivalent plus déjanté de la côte ouest à Rocky. De plus, on y retrouve Juicy J sur Yamborghini High qui rend hommage à leur ami Yams mort d’une overdose en 2015. L’importance de ce dernier est centrale puisqu’il est l’un des fondateurs du collectif qui aujourd’hui occupe une place de choix dans le paysage musical.

Outre ces collaborations, on retrouve dans le rayon des bons coups Young N***a Living qui compte sur une trame aussi efficace qu’accrocheuse. Par contre, Runner est une mauvaise copie de ce que Future fait, sans compter sur son génie mélodique. C’est assez ordinaire. London Town est une autre pièce qui manque un peu d’épices pour réellement laisser une trace.

Au final, Cozy Tapes Vol.1 : Friends ressemble plus à une autre publicité pour A$AP Rocky sans toutefois avoir la pertinence et la profondeur qu’il peut avoir en solo. Les productions sont tout de même intéressantes et même lorsqu’il est ordinaire Rocky est meilleur que la plupart des rappeurs. Cependant, ça manque de variété et de surprise pour le talent que possède la formation.

Ma note : 6/10

A$AP Mob
Cozy Tapes Vol.1 : Friends
RCA Records
44 minutes

http://www.asapmob.com/