Les 15 meilleurs albums de 2014 selon Jean-Simon Fabien - Le Canal Auditif

Les 15 meilleurs albums de 2014 selon Jean-Simon Fabien

Cette année, je me suis simplifié la vie (et qui sait, peut-être la vôtre aussi), j’ai compilé mes albums préférés en restant grosso modo dans le champ musical que je couvre sur LCA. Donc, ouais, je n’ai pas ajouté le dernier Beck à ma sélection, parce qu’il n’est pas tout à fait dans cette niche post-rock/post-métal et alt. Voyez ça comme un «disclaimer» ou comme un souci de rigueur, mais dans tous les cas, bonne écoute, on se voit en 2015.
 

140113-liars-mess-album-cover

15. Liars – Mess

Les derniers méandres d’explorations sur disque de Liars se manifestent sur Mess par un savant équilibre entre groove électro brut, et morceaux synthétiques dépouillés. Un album certes où l’ont sent deux pôles distincts, imperméables l’un à l’autre, mais qui somme toute réussi à amalgamer les foisonnantes idées du combo.
 

a4292694138_2

14. Oktoplut – Pansements

Duo improbable, tuné en Torche, Oktoplut a connu une fantastique année 2014, succès tout à fait à la hauteur de la grande qualité de ce Pansements, premier effort du combo. Oktoplut joue fort et joue rapide, mais ne néglige ni les mélodies bien ficelées ni les textures.
 

truckfighters-universe

13. Truckfighters – Universe

Universe est mon album préféré de Truckfighters. Parce qu’il mélange tout ce que j’ai aimé sur leurs précédents, mais aussi parce que la production est exemplaire et que la voix est plus soignée. Universe est plus que convaincant. Plus concis que ses trois prédecesseurs, il saura satisfaire votre dose de gros riffs et de solos.
 

Mogwai_RaveTapes600G281013

12. Mogwai – Rave Tapes

Hardcore Will Never Die But You Will a été mon album numéro un en 2012. Mogwai trouvera toujours une place enviable dans ce palmarès de fin d’année. Ici, avec Rave Tapes, exercice de style très «krautrock» le quintette écossais revient aux sources du courant post-rock, en remettant de l’avant des éléments électroniques. J’ai adoré l’audace de ce virage stylistique!
 

deerhoof4

11. Deerhoof – La Isla Bonita

La Isla Bonita est sûrement l’un des albums les plus crus et compacts de la discographie de Deerhoof. Mais rassurez-vous, c’est toujours aussi touffu. Tantôt complètement punk, tantôt catchy, avec cette voix aiguë qui désamorce le tranchant des guitares, le quatuor est de retour en selle après quelques essais exploratoires.
 

Electric-Wizard-Time-To-Die-Artwork

10. Electric Wizard – Time To Die

Les légendes des bas fonds Electric Wizard, débarquent avec leur meilleur album depuis Dopethrone (2001). Dense, mais jamais terne, Time To Die est captivant malgré son épaisseur stylistique et la saturation des amplis. Ces pionners du stoner/doom non seulement refusent de mourir, mais offrent en plus une solide leçon de composition dans le genre à leurs jeunes épigones.
 

Alcest-Shelter

9. Alcest – Shelter

Sur Shelter, on plane avec Alcest entre plusieurs couches de lumière. On rencontre certes dans le voyage quelques turbulences (notamment sur Opale, ou Shelter), mais les transitions, loin d’être carrées, guident l’auditeur entre le sombre et le clair, le paisible et l’agité, la mélodie et le bruit. Bref, Shelter est un disque cohérent, d’une grande finesse.
 

a0660321352_10

8. Deux Pouilles en Cavale – Tambours et temps morts

J’ai capoté en écoutant cet album. Un mélange entre Galaxie 500 (du temps qu’il y avait encore le 500 dans leur nom), Jon Spencer Blues Explosion, Mr. Bungle et un petit quelque chose des frères Ween dans la dégaine et vous avez ce qui s’approche le plus d’une description de cet album touffu.
 

This_Will_Destroy_You_-_Another_Language

7. This Will Destroy You – Another Language

Depuis leurs débuts, les membres de This Will Destroy You combinent savamment un certain minimalisme à de puissants crescendos. C’est le propre du post-rock, direz-vous: ce jeu d’équilibriste entre le chaos et l’extrême douceur. Peut-être, mais le travail esthétique est digne de mention.
 

12" Glued Sleeve

6. Mamiffer – Statu Nascendi

Projet de Faith Coloccia (House Of Low Culture), Mamiffer, est un exercice de style linéaire et texturé d’une grande beauté, dont le charme tient dans cette déstabilisante voix, fragile, et dans l’intensité soigneusement contenue de l’instrumentation. C’est juste ça. Mais c’est aussi tout ça.
 

408063

5. Herder – Gods

Herder offre une musique extrême comme on en entend rarement, c’est probablement pour cette raison qu’on dit d’eux que «Herder is harder». Avec Gods, le combo augmente encore le tempo et rehausse ses propres standards de brutalité. Peu fréquentables les gars de Herder donc, mais somme toute, de brutaux compositeurs.
 

99a21e465f6720b36ecc00fe4de6b7e7

4. J Mascis – Tied To a Star

Le bon J Mascis délaisse avec Tied To A Star les amplis et propose un essai intimiste. Sa voix chaude nous transporte sur les dix titres de l’album quelque part entre un folk alternatif et un rock épuré. Pour ce nouvel effort solo, Mascis a cru bon ajouter plusieurs couches d’instrumentation malgré le voeu d’une démarche plus simple, jamais simpliste.
 

Bongripper

3. Bongripper – Miserable

Bongripper est ce genre de groupe qui est rarement là où on les attend. Même si le combo travaille toujours une formule de sludge/stoner/doom metal, chacun de leurs albums a une identité propre. C’est le cas de ce Miserable, exercice puissant de pesanteur. Toujours une valeur sûre, un gravé de Bongripper.
 

Thurston-Moore-The-Best-Day

2. Thurston Moore – The Best Day

Sonic Youth est mort, vive Thurston Moore! Le grand guitariste nous revient sur disque après l’excellent, mais dépouillé Demolished Thoughts (2011), avec un effort plus vitaminé. Et dans mon cas, c’est une très bonne nouvelle. Que de plaisir à se laisser immerger par ces compositions denses avec ces guitares dissonantes et cette voix limite cassante.
 

FOB_LARGE

1. Pallbearer – Foundations Of Burden

Sorrow And Extinction (2012) était un album phare. Foundations Of Burden, l’est tout autant, même s’il ne peut se revêtir de la proverbiale «fraîcheur du nouveau groupe». Pour ce retour sur disque, Pallbearer n’a rien laissé au hasard. Reprendre leur son si distinct, diffus, mais compact, tout en raffinant considérablement la formule, voilà un défi relevé avec brio!
 

Mentions spéciales:

GodfleshA World Lit Only By Fire, Killer Be KilledKilled Be Killed, BeckMorning Phase, Ryan AdamsRyan Adams, Death From Above 1979The Physical World, Old Man GloomThe Ape Of God, SwansTo Be Kind, SpoonThey Want My Soul, The Great SabatiniDog Years, VidéovilleVidéoville IV.

Coup de chapeau:

La réédition par Isis de Celestial, Panoticon et Oceanic sur CD avec des mix alternatifs, et la réimpression de In The Absence Of Truth en vinyle.

Coup de gueule:

Le dernier U2 et le premier Royal Blood.
 

Exprimez-vous!

*