Les Francouvertes 2017 : soirée #7 - Le Canal Auditif

Les Francouvertes 2017 : soirée #7

Ça y est. L’étape ultime des Francouvertes. Nous savions déjà que le top 6 se rendrait en demi-finale, mais qui, des 3 autres aspirants, allait conserver leur billet pour la deuxième étape? En tout cas, tout ça prenait place au Lion d’Or sous des airs de printemps qui approche. Pour nous mettre en appétit, l’ex de la soirée était Mehdi Cayenne.

Pas facile de passer après le Cayenne. Le jeune montréalais originaire d’Ottawa nous en a mis plein la vue avec un dynamisme incroyable. Mehdi Cayenne sait en quelques secondes conquérir une foule et il nous en a servi une belle leçon en ce premier lundi d’avril. Il nous en a mis plein la vue avec Quel Jeu et quelques autres compositions tirée d’Aube. Puis, il s’est lancé avec une nouvelle chanson. Rappelons que l’édition présente des Francouvertes est dédiée à la mémoire d’Andréanne Sasseville. Cayenne a pondu une toune inspirée par ses messages publics avant sa mort. La phrase qui revient sans cesse : « Je vais danser jusqu’à ce que mort s’ensuive. » Un vers qu’elle aurait apprécié, puisque c’est ainsi qu’elle vécu chaque moment de sa vie. Une très belle attention qui vise droit dans le cœur.

Mais passons aux choses officielles. Dave Chose ne nous avait pas livré beaucoup de musique avant sa performance. Nous savions qu’il était le chanteur de Faudrait faire la vaisselle, mais de son projet solo, peu de chansons étaient disponibles en ligne. Eh bien, il nous a renversés en arrivant aux côtés de Nicolas Beaudoin (Poni), Jonathan Bigras (Poni, Les Guenilles) et Sam Beaulé (qui écrit pour nous et qui joue avec Barrdo). Une prestation convaincante et lourde qui faisait oublier les faiblesses dans les paroles de Dave Chose. Il y a encore un peu de travail à faire de ce côté. Par contre, musicalement, ça rentre dans le dash. Il a terminé avec Dancing Gold, une chanson aux accents emo qui parlait de faire de la MDMA dans un chalet. Très Rouge FM, quoi!

Puis, c’était à Fred Labrie de prendre la scène. Dès les premières notes, on comprend qu’il n’est pas là simplement pour le plaisir. Labrie est préparé et livre les chansons de son album Dans la fumée claire, avec aplomb et professionnalisme. Tout de sa performance sent le routier qui a pratiqué son art en abondance. Par contre, ses compositions sont souvent ordinaires. Ordinaire, dans le sens, qu’on en a déjà vu de nombreuses du genre. Son folk rock est efficace, mais ressemble beaucoup à de la pop déguisée. Ses musiciens étaient tous solides : Émilie Leclerc au violoncelle, Julien Thibault à la basse, Andrew Beaudouin à la batterie et Marcus Quirion à la guitare. Il y a de beaux moments, mais ça manque un peu de folies dans la structure.

Finalement, l’ultime groupe à prendre le Lion d’Or par la crinière était Renard Blanc. Une performance délicieuse. La formation tire ses influences de l’indie-rock, du prog et un peu à l’art rock. C’est convaincant, efficace, authentique et plaisant pour les oreilles. On sent parfois une petite tangente Radiohead sans que ça devienne trop un pastiche. Le groupe de Vincent Lepage, s’est tiré admirablement d’affaire à coup de chansons efficaces, dont quelques nouvelles. Ils n’ont pas peur du risque et ça leur sert.

Il est maintenant temps de mettre un terme aux préliminaires 2017. Voici donc les 9 groupes qui se classent pour la demi-finale.

9 – MCC
8 – Shawn Jobin
7 – Van Carton
6 – Renard Blanc
5 – Laurence-Anne
4 – Valery Vaughn
3 – Les Louanges
2 – Lydia Képinski
1 – Vulvets.

On remet donc les compteurs à zéro et on se revoit le 17 avril pour la première étape des demie-finales.

http://francouvertes.com/

https://mehdicayenneclub.bandcamp.com/

https://www.facebook.com/DaveChose/?pnref=lhc

https://fred-labrie.bandcamp.com/

https://renardblanc.bandcamp.com/

Exprimez-vous!

*