Critiques

The Franklin Electric

This Is How I Let You Down

  • Indica Records
  • 2014
  • 44 minutes
7

thefranklinelectricThe Franklin Electric, groupe folk rock de Montréal, se veut d’abord le projet de Jon Matte, auteur, compositeur et musicien touche-à-tout (guitare, piano, trompette). Ce dernier a misé gros pour réaliser son premier disque (This Is How I Let You Down) et, après une première sortie passée quelque peu inaperçue il y a deux ans, a droit aujourd’hui à une deuxième chance.

C’est que Franz Schuller (Indica Record) a entendu quelques pièces dudit album et a décidé de prendre sous son aile le futur du groupe.

Voilà donc que This Is How I Let You Down est de nouveau lancé, cette fois sous l’étiquette Indica. À l’achat, deux choix s’offrent à l’amateur de musique: le disque «original», comprenant 10 compositions auxquels a été ajouté une version orchestrée de l’une des pièces (Unsatisfied), ou bien une édition «de luxe», qui comprend trois chansons orchestrées (à Unsatisfied s’ajoute une deuxième version de la chanson 17 et de la pièce titre) en plus de la dizaine de compositions originales. Dans un cas comme dans l’autre, un seul et même prix. Inutile donc de tergiverser sur le bon choix à faire!

This Is How I Let You Down, réalisé en grande partie par Rob Heaney (Kate & Anna McGarrigle, Kevin Parent…) et mixé par Chris Shaw (qui a notamment travaillé avec Wilco sur A Ghost Is Born et Bob Dylan sur Modern Times), s’ouvre avec Strongest Man Alive, où s’entend d’abord quelques notes des cordes d’une guitare bien pincée, avant qu’une batterie au son sec et une trompette viennent se joindre au premier instrument. Au-dessus des sonorités s’élève la voix de Jon Matte. Le chanteur préconise une vocalise qui n’est pas sans rappeler Patrick Watson ou encore Jeff Buckley, mais dans un registre moins aigu.

Cet amalgame voix-guitare-piano et trompette se répète ainsi sur l’ensemble des compositions entendues sur un peu plus d’une quarantaine de minutes. Quand ce n’est pas la guitare qui enveloppe de ses notes la pièce, c’est la trompette (excellente Uninvited-Storm) ou encore le piano (Alone).

Rien d’original, certes (pensons à Mumford And Sons ou encore Half Moon Run), mais on sent le quintette en plein contrôle de son environnement sonore. Cette «version deux» du premier opus de The Franklin Electric, un disque ouvert et accessible, permettra certainement au groupe une belle percée sur les ondes radio et quelques concerts aux salles bien remplies.

Ma note: 7/10

The Franklin Electric
This Is How I Let You Down
Indica Records
44 minutes

www.thefranklinelectric.com

Exprimez-vous!